chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 le fromage de chevre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 39964
Age : 52
Date d'inscription : 20/02/2005

MessageSujet: le fromage de chevre   Ven 11 Jan - 21:54:56

Depuis l'Antiquité, les grandes étapes de la fabrication des fromages de chèvre sont restées globalement les mêmes.
Les innovations apportées au fil des siècles ont surtout servi à améliorer qualités gustatives et mode de conservation.


Une touche personnelle est apportée à chaque stade de la fabrication par le producteur : elle concerne particulièrement la forme du fromage et sa durée d'affinage.
Les différentes pratiques permettent d'obtenir une grande diversité de goûts, de saveurs et de textures.



Ainsi, la France compte une centaine de variétés différentes de fromages de chèvre à la renommée internationale, nationale, régionale ou même locale, simplement limitée à quelques fermes ou villages.

Dans les régions où l’on élève des chèvres, de nombreuses sortes de fromage de chèvre sont produits : frais ou affinés, secs ou enrobés de cendres, de raisins, d'herbes aromatiques diverses, d'épices (poivre, safran...), de miel, marinés dans de l'huile d'olive ou dans du marc de raisin.
Mais le terroir est aussi essentiel : Berry, Cévennes, Charolais, Corse, Morvan, Périgord, Poitou, Provence, Quercy, Rouergue, Savoie, Touraine, etc...

Les fromages de chèvre peuvent se consommer frais ou affinés plus ou moins longtemps.
On peut les utiliser dans les salades ou chauds sur une tartine ou accompagnés de confitures de cerise noire, figue, orange ou coing, ou gelée de groseilles.
Très affinés, les fromages peuvent devenir secs et très durs se défaisant en strates comme des ardoises.

Au niveau vin, il est très déconseillé d'accompagner les fromages de chèvre d'un vin rouge, à l'exception des vins cuits ou porto. Les vins blancs sont les plus conseillés comme les vins moelleux ou les bourgognes aligotés et les sauvignons de Touraine.

Qu'ils soient fabriqués en version "fermière" par les producteurs eux-mêmes, ou en version "laitière" dans les laiteries-fromageries, la méthode suivra toujours les cinq mêmes étapes-clé

Le caillage du lait

Après la collecte, le lait de chèvre peut être utilisé cru ou pasteurisé, c'est-à-dire chauffé pendant 30 secondes à 74°C.
Ramené à une température de 18-19°C, le lait est ensuite additionné de ferments lactiques, mis en oeuvre depuis toujours pour fabriquer fromage et yaourt.
Pour permettre la lente coagulation du lait, pendant un ou deux jours, on y ajoute également un peu de présure.

Le plus souvent égoutté sur une toile, le caillé solide est constitué de caséines (grosses molécules de protéines de lait) et de matières grasses.

Le " petit lait " ou sérum du lait de chèvre qui s'écoule spontanément n'entre pas dans la fabrication du fromage.


Le moulage du caillé

Cylindre allongé ou aplati, bouchon, pyramide, brique ou bûche...c'est à ce stade qu'est déterminée la forme définitive du fromage.

Traditionnellement effectué à la louche, mais aussi aujourd'hui de façon mécanique, le moulage s'effectue souvent dans de petits récipients perforés aux formes diverses, les faisselles.

L'égouttage ou le ressuyage du fromage

Cette étape, qui dure environ 24 heures, joue un rôle très important, notamment dans la qualité de conservation du fromage.
L'égouttage concerne le reste de " petit lait " contenu dans le caillé et s'effectue dans un lieu frais et sec.

Le salage



Habituellement, le sel est déposé " à la volée " sur les fromages moulés.
Le caillé peut aussi être salé directement " dans la masse " au cours d'un brassage délicat dans un pétrin.
Essentiel pour relever le goût du chèvre, le sel fait obstacle à la prolifération de micro-organismes.
Après le moulage, les fromages peuvent également être saupoudrés d'une fine poudre de cendre de charbon de bois, issue le plus souvent du chêne : on parle alors de fromages " cendrés ".

L'affinage

Certains fromages seront consommés frais, après avoir été égouttés, tandis que d'autres vont poursuivre leur maturation.

L'affinage s'effectue sur des clayettes disposées dans une pièce fraîche dont la température est maintenue à 10 -11°C. Cette cave ou réserve bien ventilée, avec 80% d'humidité, est appelée le hâloir.
Les fromages sont alors régulièrement retournés à la main.

Le caillé frais devient peu à peu une pâte qui, en fonction des flores d'affinage utilisées, se recouvre d'une fine croûte de couleur blanche, jaune ou brune. L'air ambiant dans le hâloir a une influence non négligeable sur la saveur des fromages.
Le fromager ou l'affineur apprécie leur maturation au toucher, au coup d'oeil, à l'odorat et au goût.

Dans les grandes fromageries, les produits affinés sont ensuite acheminés vers la salle d'emballage.
La mise sous papier ou en boîte s'effectue à basse température pour respecter la chaîne du froid avant le chargement des fromages dans un camion réfrigéré.



Saveurs : une question d'affinage.

- Frais : le chèvre souple et humide, à peine sorti du moule et déjà doté d'une saveur délicate, s'accommode très bien d'un saupoudrage de fines herbes fraîches ou séchées, persil, ciboulette, coriandre..., voire du trait d'un bon poivre en moulin ou de fleur de sel.
Présenté en faisselle, le chèvre frais peut aussi se déguster en dessert, sucré d'un filet de miel, accompagné d'une cuillère de confiture de figues ou de compote d'abricots...

- A 8 jours : la pâte toujours très blanche devient plus homogène.
La sensation de fraîcheur et le "goût de lait" laissent place à une saveur plus subtile propre aux produits caprins.

- A 15 jours : une croûte fine blanche, jaune, brune ou bleutée, selon les flores de couverture utilisées lors de l'affinage, commence à se former sur la surface du fromage mi-sec.

- Au bout de 3-4 semaines : le fromage sec a maintenant une pâte compacte et ferme qui s'effrite légèrement sous la lame du couteau.
Son goût plus affirmé séduit les amateurs.

- Au delà... Un chèvre bien égoutté et bien affiné peut se conserver plusieurs semaines (voire même plusieurs mois !), dans un hâloir ou une cave répondant aux critères de température et d'humidité requis.
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
Aline11



Féminin Nombre de messages : 60
Age : 55
Date d'inscription : 06/05/2014

MessageSujet: fromages   Mer 7 Mai - 17:57:44

@jacotte a écrit:
Depuis l'Antiquité, les grandes étapes de la fabrication des fromages de chèvre sont restées globalement les mêmes.
Les innovations apportées au fil des siècles ont surtout servi à améliorer qualités gustatives et mode de conservation.


Une touche personnelle est apportée à chaque stade de la fabrication par le producteur : elle concerne particulièrement la forme du fromage et sa durée d'affinage.
Les différentes pratiques permettent d'obtenir une grande diversité de goûts, de saveurs et de textures.



Ainsi, la France compte une centaine de variétés différentes de fromages de chèvre à la renommée internationale, nationale, régionale ou même locale, simplement limitée à quelques fermes ou villages.

Dans les régions où l’on élève des chèvres, de nombreuses sortes de fromage de chèvre sont produits : frais ou affinés, secs ou enrobés de cendres, de raisins, d'herbes aromatiques diverses, d'épices (poivre, safran...), de miel, marinés dans de l'huile d'olive ou dans du marc de raisin.
Mais le terroir est aussi essentiel : Berry, Cévennes, Charolais, Corse, Morvan, Périgord, Poitou, Provence, Quercy, Rouergue, Savoie, Touraine, etc...

Les fromages de chèvre peuvent se consommer frais ou affinés plus ou moins longtemps.
On peut les utiliser dans les salades ou chauds sur une tartine ou accompagnés de confitures de cerise noire, figue, orange ou coing, ou gelée de groseilles.
Très affinés, les fromages peuvent devenir secs et très durs se défaisant en strates comme des ardoises.

Au niveau vin, il est très déconseillé d'accompagner les fromages de chèvre d'un vin rouge, à l'exception des vins cuits ou porto. Les vins blancs sont les plus conseillés comme les vins moelleux ou les bourgognes aligotés et les sauvignons de Touraine.

Qu'ils soient fabriqués en version "fermière" par les producteurs eux-mêmes, ou en version "laitière" dans les laiteries-fromageries, la méthode suivra toujours les cinq mêmes étapes-clé

Le caillage du lait

Après la collecte, le lait de chèvre peut être utilisé cru ou pasteurisé, c'est-à-dire chauffé pendant 30 secondes à 74°C.
Ramené à une température de 18-19°C, le lait est ensuite additionné de ferments lactiques, mis en oeuvre depuis toujours pour fabriquer fromage et yaourt.
Pour permettre la lente coagulation du lait, pendant un ou deux jours, on y ajoute également un peu de présure.

Le plus souvent égoutté sur une toile, le caillé solide est constitué de caséines (grosses molécules de protéines de lait) et de matières grasses.

Le " petit lait " ou sérum du lait de chèvre qui s'écoule spontanément n'entre pas dans la fabrication du fromage.


Le moulage du caillé

Cylindre allongé ou aplati, bouchon, pyramide, brique ou bûche...c'est à ce stade qu'est déterminée la forme définitive du fromage.

Traditionnellement effectué à la louche, mais aussi aujourd'hui de façon mécanique, le moulage s'effectue souvent dans de petits récipients perforés aux formes diverses, les faisselles.

L'égouttage ou le ressuyage du fromage

Cette étape, qui dure environ 24 heures, joue un rôle très important, notamment dans la qualité de conservation du fromage.
L'égouttage concerne le reste de " petit lait " contenu dans le caillé et s'effectue dans un lieu frais et sec.

Le salage



Habituellement, le sel est déposé " à la volée " sur les fromages moulés.
Le caillé peut aussi être salé directement " dans la masse " au cours d'un brassage délicat dans un pétrin.
Essentiel pour relever le goût du chèvre, le sel fait obstacle à la prolifération de micro-organismes.
Après le moulage, les fromages peuvent également être saupoudrés d'une fine poudre de cendre de charbon de bois, issue le plus souvent du chêne : on parle alors de fromages " cendrés ".

L'affinage

Certains fromages seront consommés frais, après avoir été égouttés, tandis que d'autres vont poursuivre leur maturation.

L'affinage s'effectue sur des clayettes disposées dans une pièce fraîche dont la température est maintenue à 10 -11°C. Cette cave ou réserve bien ventilée, avec 80% d'humidité, est appelée le hâloir.
Les fromages sont alors régulièrement retournés à la main.

Le caillé frais devient peu à peu une pâte qui, en fonction des flores d'affinage utilisées, se recouvre d'une fine croûte de couleur blanche, jaune ou brune. L'air ambiant dans le hâloir a une influence non négligeable sur la saveur des fromages.
Le fromager ou l'affineur apprécie leur maturation au toucher, au coup d'oeil, à l'odorat et au goût.

Dans les grandes fromageries, les produits affinés sont ensuite acheminés vers la salle d'emballage.
La mise sous papier ou en boîte s'effectue à basse température pour respecter la chaîne du froid avant le chargement des fromages dans un camion réfrigéré.



Saveurs : une question d'affinage.

- Frais : le chèvre souple et humide, à peine sorti du moule et déjà doté d'une saveur délicate, s'accommode très bien d'un saupoudrage de fines herbes fraîches ou séchées, persil, ciboulette, coriandre..., voire du trait d'un bon poivre en moulin ou de fleur de sel.
Présenté en faisselle, le chèvre frais peut aussi se déguster en dessert, sucré d'un filet de miel, accompagné d'une cuillère de confiture de figues ou de compote d'abricots...

- A 8 jours : la pâte toujours très blanche devient plus homogène.
La sensation de fraîcheur et le "goût de lait" laissent place à une saveur plus subtile propre aux produits caprins.

- A 15 jours : une croûte fine blanche, jaune, brune ou bleutée, selon les flores de couverture utilisées lors de l'affinage, commence à se former sur la surface du fromage mi-sec.

- Au bout de 3-4 semaines : le fromage sec a maintenant une pâte compacte et ferme qui s'effrite légèrement sous la lame du couteau.
Son goût plus affirmé séduit les amateurs.

- Au delà... Un chèvre bien égoutté et bien affiné peut se conserver plusieurs semaines (voire même plusieurs mois !), dans un hâloir ou une cave répondant aux critères de température et d'humidité requis.


  Intéressant tout ça et saches que je mange que du chèvre et du brebis, SI, SI!!!!!!!!!!! bisous 
Revenir en haut Aller en bas
 
le fromage de chevre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: hygiene alimentaire et l'art d'une belle table-
Sauter vers: