chez Jacotte Mimi et leurs amis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -36%
Friteuse sans huile Philips Airfryer Série 3000
Voir le deal
69.99 €

 

 Koursk K-141 fait naufrage le 12 août 2000.

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
jacotte
administratrice
jacotte


Féminin Nombre de messages : 46784
Age : 58
Date d'inscription : 20/02/2005

Koursk K-141 fait naufrage le 12 août 2000. Empty
MessageSujet: Koursk K-141 fait naufrage le 12 août 2000.   Koursk K-141 fait naufrage le 12 août 2000. EmptyJeu 3 Jan - 0:05:00

Le K-141 « Koursk » (en russe : Курск) est un sous-marin nucléaire lanceur de missiles de croisière (code OTAN : SSGN) russe de classe Oscar II (aussi désigné sous les dénominations de Vilyuchinsk, Kasatka, K 456, P 949A Antée 7).
Mis en service en 1994, il a sombré avec 118 hommes d'équipages lors d'un naufrage le 12 août 2000.


Description du bâtiment

Mis en chantier à Severodvinsk en 1992, mis en service fin 1994, le Koursk – nommé d'après la province du même nom – fait alors partie des sous-marins les plus perfectionnés de la marine russe.
D'une longueur de 155 mètres, haut de quatre étages et pesant 13 500 tonnes, il est l'un des exemplaires de la plus grande classe de sous-marins d'attaque jamais construits.
Le bâtiment dispose d'une double coque : la coque extérieure, faite d'acier enrichi en nickel et en chrome, est hautement inoxydable et sa signature magnétique est très faible ; la coque intérieure, de 5 cm d'épaisseur, le rend « incoulable ».
Il est séparé en neuf compartiments, dont le dernier est un « compartiment-refuge ».
Ses deux réacteurs nucléaires lui assurent une vitesse de pointe de 32 nœuds en plongée, et il peut évoluer jusqu'à 300 m de profondeur.
Les sous-marins de la classe Oscar II sont équipés de deux rangées de 12 tubes de lancement inclinés capables de tirer en plongée 24 missiles antinavires P-700 Granit (Code OTAN SS-N-19).
Ces sous-marins, conçus lors de la Guerre froide, devaient ainsi pouvoir contrer les porte-avions de l'OTAN et leur escorte.
Redevenu le fer de lance de la Flotte du Nord de la Marine russe après une décennie de coupes budgétaires, le Koursk se distingue lors d'une mission d'espionnage de la Sixième flotte américaine de l'US Navy menée avec succès en mer Méditerranée durant l'été 1999 pendant la guerre du Kosov


Le naufrage

Le samedi 12 août 2000, le Koursk est en exercice en mer de Barents, dans le cadre de grandes manœuvres visant à affirmer le retour de la puissance militaire russe sur les mers.
Il doit lancer deux torpilles factices, de type 65-76 (plus familièrement Tolstushka, « grosse fille » ou encore Schkval) sur un croiseur de classe Kirov.
Deux explosions le font sombrer à une profondeur de 108 m, à approximativement 135 km de la ville de Severomorsk

Première explosion

À 11 h 28 heure locale (7 h 28 GMT), peu après le lancement des torpilles, une première explosion d'une puissance équivalente à 100 kg de TNT et d'une magnitude sismique de 1,5 se produit dans le compartiment avant du sous-marin.
Une fuite de peroxyde d'hydrogène (employé pour initier la propulsion des torpilles) a réagi avec le cuivre et le laiton des compartiments à torpille, conduisant à une réaction en chaîne.
La cloison étanche qui sépare la salle des torpilles du reste du bâtiment étant ouverte pour éviter une surcompression d'air lors du lancement des torpilles, l'onde de choc se propage aux deux premiers compartiments, tuant probablement sur le coup les sept marins du premier et blessant grièvement les trente-six présents dans le second.
Au cours des deux minutes qui suivent, le capitaine du navire, qui officie dans le troisième compartiment, ne lance pas de signal de détresse.
Aucune balise de détresse n'est lâchée, alors qu'un dispositif automatique réagit normalement à tout feu ou explosion dans le sous-marin.
Mais un incident survenu l'été précédent dans la Méditerranée, lors duquel un lancement de balise mal évalué avait risqué de dévoiler la position du sous-marin à la flotte américaine, avait amené l'équipage à désamorcer ce dispositif.

Seconde explosion

Deux minutes et quinze secondes après le premier choc, une explosion bien plus importante ébranle le Koursk.
Les stations de mesure sismique d'Europe du Nord montrent que cette explosion intervient au niveau du fond marin, ce qui tend à prouver que le sous-marin a alors heurté le fond ; ce choc mêlé à la hausse de température due à la première explosion a déclenché l'explosion d'autres torpilles.
Cette seconde explosion a une puissance équivalente à 3 à 7 tonnes de TNT, ou une demi-douzaine de têtes de torpilles explosives ; les mesures montrent une magnitude sismique de 3,5.
La coque, prévue pour résister à des pressions de 1 000 m de profondeur, est éventrée sur une surface de 2 m² ; l'explosion ouvre également des voies d'eau vers les troisième et quatrième compartiments.
L'eau s'y engouffre à 90 000 litres par seconde, tuant tous les occupants de ces compartiments, dont cinq officiers. Le cinquième compartiment contient les deux réacteurs nucléaires du sous-marin, et il est protégé par une paroi de 13 cm d'acier ; les cloisons résistent.
Les barres commandant les réacteurs restent donc en place.

L'agonie de l'équipage

Dans les compartiments six à neuf, 23 hommes survivent aux deux explosions.
Ils se rassemblent dans le neuvième compartiment, qui contient le second caisson de secours (le premier caisson, situé dans le deuxième compartiment, est détruit et hors d'atteinte).
Le capitaine-lieutenant Dmitri Kolesnikov (un des trois officiers de ce rang ayant survécu suite à ces évènements) prend le commandement et dresse une liste des survivants.
La pression dans le caisson est la même qu'en surface ; il est donc théoriquement possible pour les rescapés d'utiliser une écoutille de secours pour sortir dans la mer arctique et nager sur 100 m jusqu'à la surface dans une combinaison de survie, à condition que des secours attendent au-dessus.
La raison pour laquelle cette possibilité n'est pas exploitée n'est pas connue – l'écoutille est peut-être hors d'usage ou les survivants préfèrent attendre qu'un submersible vienne s'y arrimer.
On ne sait pas avec exactitude combien de temps les rescapés survivent.
Les réacteurs nucléaires s'étant automatiquement éteints, le poste électrique de secours décline rapidement en puissance et l'équipage est plongé dans une obscurité totale et une température proche de zéro.
Kolesnikov écrit quelques mots durant les dernières heures de l'équipage.

Dans son dernier message, il écrit :
« Il fait trop sombre ici pour écrire, mais je vais essayer au toucher. Il semble qu'il n'y ait pratiquement aucune chance, 10 - 20 %. J'espère qu'au moins quelqu'un lira ceci. Voici la liste de membres d'équipage des autres sections qui sont maintenant dans la neuvième et qui vont essayer de sortir. Salut à tous, pas besoin d'être désespéré. Kolesnikov. »
Les opinions divergent sur la durée de l'agonie des rescapés. Certains commentateurs, notamment du côté russe, se prononcent pour une mort rapide.
Sur un sous-marin de classe Oscar II immobile, des fuites apparaissent sur l'arbre porte-hélice ; à une profondeur de plus de 100 m, il aurait été impossible de les reboucher.
D'autres pointent que beaucoup des cartouches d'absorbeur de dioxyde de carbone, qui servent à maintenir une composition chimique viable dans l'air du caisson de sauvegarde, ont été retrouvées utilisées après le remorquage, ce qui tendrait à prouver que les rescapés auraient survécu pendant plusieurs jours.
Ces cartouches semblent d'ailleurs avoir été la cause de la mort des derniers survivants : au contact de l'eau de mer, elles prennent feu.
L'enquête officielle démontre qu'un tel incendie a probablement eu lieu, et que quelques membres d'équipage y auraient survécu en plongeant sous l'eau – les marques de carbonisation sur les murs indiquent qu'à ce moment, l'eau devait arriver au niveau du buste de ceux qui étaient dans le compartiment inférieur.
Malheureusement, l'incendie consomma rapidement l'oxygène résiduel, tuant les derniers survivants par asphyxie.


La tentative de sauvetage

Ce n'est qu'en fin de soirée que la Marine russe s'inquiète de ne plus recevoir de nouvelles du Koursk.
Elle minimise l'incident et les premiers communiqués de presse mentionnent seulement des « difficultés techniques mineures » du Koursk.
Vladimir Poutine, élu président de la Fédération de Russie trois mois auparavant, n'interrompt pas ses vacances pour si peu ; les médias le montrent 24 h après l'accident en bras de chemise à l'occasion d'un barbecue avec des amis dans sa villa de la mer Noire.
Le navire de sauvetage Rudnitsky arrive sur les lieux du drame le lendemain, vers 8 h 40, et contient deux petits submersibles d'assistance en haute profondeur de classe AS-32 et Priz.
Cependant, les batteries du premier ont une capacité insuffisante et le mauvais temps va empêcher le second d'atteindre l'épave.
Lorsqu'il y arrive, quatre jours plus tard, il ne parvient pas à s'y arrimer.
La Russie accepte l'aide britannique et norvégienne, mais seulement le 16 août.
Les navires de sauvetage partis de Norvège arrivent sur le lieu du sinistre le 19 août. Plusieurs tentatives de sauvetage sont lancées, à l'aide d'un mini-submersible britannique, le 20 août.
En raison de l'inclinaison du sous-marin, le mini-submersible ne peut se fixer sur les issues de secours du Koursk. Les secours peuvent uniquement constater que le neuvième compartiment du sous-marin, censé servir de compartiment de secours, est complètement inondé. L
es chances de trouver des survivants sont donc nulles, et la mission de sauvetage est interrompue.
À l'époque de l'accident, les causes sont encore inconnues et trois hypothèses sont évoquées : une explosion de torpille, une collision avec un sous-marin étranger ou l'explosion d'une mine marine de la Seconde Guerre mondiale.

Le renflouage du Koursk

Le renflouage du Koursk est un véritable exploit, puisqu'il s'agit de remonter un sous-marin de 13 500 tonnes du fond marin.
Vladimir Poutine prend l'initiative de l'opération afin de récupérer les corps des victimes et de déterminer les causes de son naufrage.
C'est la société néerlandaise Mammoet qui décroche le contrat de 65 millions de dollars.
Elle envoie sur place un bateau spécialisé dans ce genre d'opérations, le Giant 4.
Le compartiment avant du sous-marin est d'abord découpé par un filin-scie géant actionné par des robots disposés sur le fond marin de part et d'autre du bâtiment.
Ce compartiment (qui contiendrait peut-être des torpilles non explosées) est laissé au fond.
Le périscope et les antennes sont sciés et retirés de la partie centrale pour ne pas gêner le remorquage.
26 câbles sont ensuite fixés sur la partie principale du sous-marin par un système analogue à celui des chevilles expansives (type « Molly »).
Chaque câble est constitué de 54 filins de près de 2 cm de diamètre, eux-mêmes tressés à partir de 7 fils d'acier. La remontée, effectuée depuis le Giant 4 par 26 vérins de levage géants, prend 11 heures.
Le sous-marin amputé, qui contient encore 115 corps, deux réacteurs nucléaires et un nombre indéterminé de torpilles, est ensuite remorqué au port de Roslyakovo dans le Golfe de Mourmansk pour être mis en cale sèche. L'opération se termine le 8 octobre 2001, soit plus d'un an après le naufrage.
Le renflouage du Koursk permet l'identification et la mise en terre des corps.
L'équipage est décoré par le gouvernement russe de l'ordre du courage, et son capitaine, Gennady Lyachin, est nommé Héros de la Fédération de Russie.
Un témoignage manuscrit est retrouvé sur l'un d'entre eux, ce qui aide les enquêteurs à déterminer les circonstances de l'accident.


Les causes du naufrage

Vladimir Poutine confie l'enquête à son procureur des basses œuvres, Vladimir Oustinov.
Ses conclusions, basées notamment sur une inspection de quatre mois de l'épave renflouée, avalisent l'hypothèse de l'explosion accidentelle d'une torpille due à une fuite de gaz propulseur.
Les Américains, les Norvégiens et les Britanniques ont confirmé cette thèse

_________________
Koursk K-141 fait naufrage le 12 août 2000. Je-t-a10



Koursk K-141 fait naufrage le 12 août 2000. Bougie10

Revenir en haut Aller en bas
https://jacotte26.forumactif.com
micha
moderateur
micha


Masculin Nombre de messages : 999
Age : 62
Date d'inscription : 28/10/2009

Koursk K-141 fait naufrage le 12 août 2000. Empty
MessageSujet: Re: Koursk K-141 fait naufrage le 12 août 2000.   Koursk K-141 fait naufrage le 12 août 2000. EmptyJeu 29 Oct - 21:12:04

c'est la bétisse humaine qui à conduit à cette tragédie
Ne pas vouloir l'aide internationale de la par de ce pays c'est ni plus ni moins un HOMICIDE VOLONTAIRE de cette grande puissance aux bords de la faillite et de sa crédibilité
Bonsoir Micha
Revenir en haut Aller en bas
http://vtt-pourtous.e-monsite.com
micha
moderateur
micha


Masculin Nombre de messages : 999
Age : 62
Date d'inscription : 28/10/2009

Koursk K-141 fait naufrage le 12 août 2000. Empty
MessageSujet: Re: Koursk K-141 fait naufrage le 12 août 2000.   Koursk K-141 fait naufrage le 12 août 2000. EmptyJeu 29 Oct - 21:12:50

micha a écrit:
c'est la bétise humaine qui à conduit à cette tragédie
Ne pas vouloir l'aide internationale de la par de ce pays c'est ni plus ni moins un HOMICIDE VOLONTAIRE de cette grande puissance aux bords de la faillite et de sa crédibilité
Bonsoir Micha
Revenir en haut Aller en bas
http://vtt-pourtous.e-monsite.com
Contenu sponsorisé





Koursk K-141 fait naufrage le 12 août 2000. Empty
MessageSujet: Re: Koursk K-141 fait naufrage le 12 août 2000.   Koursk K-141 fait naufrage le 12 août 2000. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Koursk K-141 fait naufrage le 12 août 2000.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» naufrage de l'Erika (petrolier) le 12 décembre 1999
» Migrants : l'ONU craint 700 morts dans un nouveau naufrage en Méditerranée
» RDCongo: 13 morts et des dizaines de disparus dans un naufrage sur le lac Tanganyika
» Naufrage de La Fraidieu
» Indonésie : un Français filme son propre naufrage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: les Catastrophes-
Sauter vers: