chez Jacotte Mimi et leurs amis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
-32%
Le deal à ne pas rater :
-32% Gigabyte G5 MF – PC portable 15,6″ – GeForce RTX™ 4050
749.99 € 1099.99 €
Voir le deal

 

 Annecy (74)

Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
jacotte


Féminin Nombre de messages : 46785
Age : 58
Date d'inscription : 20/02/2005

Annecy (74) Empty
MessageSujet: Annecy (74)   Annecy (74) EmptyMer 16 Avr - 16:42:18

Annecy est une commune française, préfecture du département de la Haute-Savoie dans la région Rhône-Alpes. Avec une population d'environ 50 000 habitants, son aire urbaine se classe au 101e rang national.
La ville devient la capitale du comté de Genève durant le XIVe siècle au détriment de la ville de Genève en raison des affrontements entre les évêques et les comtes genevois.
Elle sera ensuite vendue en 1401 au comte de Savoie et perd alors son prestigieux rôle de capitale.
La Maison de Savoie crée en 1444 l'apanage d'Annecy qui regroupe les possessions savoyardes dans le Genevois, le Faucigny et le Beaufortain.
Cet apanage durera jusqu'au XVIIe siècle. De 1792 à 1815 et depuis 1860 la ville fait partie de la France.
Établie sur les rives du lac d'Annecy et grâce à ses canaux qui parcourent en tous sens la vieille ville, Annecy est surnommée « la Venise des Alpes», surnom succédant à celui de « Rome des Alpes » en raison de son influence religieuse importante au cours du XVIe et du XVIIe siècles.
La ville accueille l'évêché et les ordres religieux catholiques en 1535 lors du triomphe de la réforme calviniste à Genève. En 1602, François de Sales devient évêque d'Annecy.
Aujourd'hui la ville est devenue une destination touristique très en vue, tout en conservant un pied dans le monde de l'industrie avec la présence de grands groupes comme Salomon, Entremont, SNR ou encore Pechiney.

Annecy (74) 320px-10
Palais de l'Isle et les Canaux d'Annecy.



Héraldique

Les armes de Annecy se blasonnent ainsi : De gueules à une truite d'argent posée en bande.
On sait très peu de chose sur ce blason.
Annecy a pris la truite pour emblème à la fin du XVe siècle.
Elle symbolise l'activité de pêche relative à la présence du lac au bord duquel se situe la ville.

Annecy (74) Annecy10



Histoire

Les romains s’installent à partir de 50 av. J.-C. sur la rive nord du lac d’Annecy et y fondent le Vicus de Boutae ou Bautas (la « cité des bœufs », future Annecy). Boutae est le nom romain d'Annecy, découvert dans une inscription à Meythet (C.I.L., XII, n°2532). À cette même époque un propriétaire romain du nom d'Annicius avait une villa baptisée Anniciaca, située sur le coteau en contrebas du Mont-Veyrier à l'emplacement actuel du chef-lieu d'Annecy-le-Vieux.
Le site actuel correspond à la localité fortifiée d'Annecy-le Neuf édifiée vers 1107 à proximité du château comtal. L’ancienne Anniciaca, devenue Annecy-le-Vieux, perd sa position hégémonique.
La rive nord du lac d'Annecy fut occupée au moins dès 3100 av. J.-C. et Annecy, qui s'appelait alors Boutae ou Bautas, fut une bourgade industrieuse à l'époque romaine (50 av. J.-C.). Les tribus gauloises Allobroges occupèrent très tôt les préalpes des pays de Savoie, les rives des grands lacs et les montagnes, certainement dès le début du IVe siècle av. J.-C.. En 121 av. J.-C., les Allobroges perdent la bataille contre le Consul Fabius Maximus « allobrogique ». Puis, malgré une forte résistance et des rébellions contre les lourds impôts romains, les Allobroges sont définitivement battus par les légions romaines, en 62 av. J.-C., ouvrant leurs terres à la colonisation romaine. Après leur victoire, les Romains s’installent à partir de -50 sur la rive nord du lac d’Annecy et fondent le Vicus de Boutae ou Bautas. Entre le deuxième et le cinquième siècles, l'agglomération de Boutae regroupe près de 2 000 habitants. Le vicus disposait d'un forum, d'une basilique, de thermes, d'un théâtre, et de divers entrepôts de marchandises. La cité occupait une position stratégique au carrefour de trois voies romaines, dont la voie impériale menant au col du Petit Saint-Bernard qui reliait la Gaule et l'Italie, voie attestée par l'Itinéraire d'Antonin. Elle était aussi non loin de l'axe stratégique permettant de relier Genève avec Lyon et Vienne. À la chute de l'empire romain les grandes invasions amenèrent une telle insécurité que la ville dépérit complètement
L'affaiblissement de l'empire romain voit déferler à travers la Gaule de nombreux peuples barbares, ces invasions barbares annoncent le début de l'ère féodale pour la ville d'Annecy. En 259, le vicus subit une importante attaque, il est rasé et la population massacrée. Les survivants se réfugient dans les grottes du Mont-Veyrier. La paix revenue, certains finissent par abandonner la ville pour se réfugier sur les collines voisines, en particulier sur le site de la villa « Anniciaca » (Annecy-le-Vieux). Les Burgondes occupèrent aussi un certain temps la région et laissèrent de nombreux témoignages archéologiques, mais les trop nombreuses attaques, incendies, pillages et tueries, sonnèrent le glas pour la cité romaine du Vicus de Boutae, et au VIe siècle la population finit par complètement abandonner la ville

Annecy (74) 320px-11
L'hôtel de ville d'Annecy de période sarde.



Il faudra attendre le XIIe siècle pour voir la ville renaître et se développer autour de son château. Un texte de 1107 confirme la naissance d'Annecy-le-Neuf sur les rives du Thiou. La première église Saint-Maurice marque le point de départ du nouveau village. Le château commence aussi à être construit à cette époque. La cité nouvelle se développe le long du Thiou entre le château et l'église. Elle a alors l'apparence d'un gros bourg avec de nombreuses étables. En lutte permanente avec les évêques de Genève, les comtes de Genève finissent par se réfugier à Annecy où ils occupent le manoir de Novel au fond de la plaine des Fins. La ville devient donc capitale du comté. Le XIVe siècle est marqué par le long règne du comte Amédée III de Genève de 1320 à 1367, sa femme, la comtesse Mahaut de Boulogne, donnera naissance au dernier des comtes de Genève, Robert, au château d'Annecy. Le dernier comte de Genève provoquera le Grand Schisme d'Occident en devenant l'antipape Clément VII, en résidence à Avignon
Après le décès de Clément VII en 1394, le comté de Genève est vendu en 1401 au comte de Savoie Amédée VIII, qui deviendra lui même antipape sous le nom de Félix V. Annecy réuni au comté de Savoie perd alors son rôle de capitale. Pour se rallier les habitants de son nouveau comté, qui ne voyaient pas d'un bon œil leur rattachement à la Maison de Savoie, il crée en 1444 un apanage qu'il confie à un membre de sa famille et lui assure une grande autonomie. L'apanage d'Annecy regroupe les possessions que la Maison de Savoie avait dans le Genevois, le Faucigny et le Beaufortain. Cet apanage durera jusqu'au XVIIe siècle. Janus, fils de Louis Ier de Savoie, fit d'Annecy sa résidence officielle alors qu'il était comte de Genevois, baron de Faucigny, seigneur de Beaufort-Ugines-Faverges-Gourdans. C'est à Annecy que furent établis les principaux organes du gouvernement du comté: conseil comtal, chambre des comptes, procureur fiscal, juge mage.

Annecy (74) 320px-12
Une écluse du Thiou dans Annecy.


À la mort de Janus, Annecy est rattachée à la Savoie de 1491 à 1514. En 1514, Charles III de Savoie inféode le Genevois et des baronnies à son frère Philippe, Annecy est alors à nouveau le centre d'un apanage allant du Genevois à Ugine. Philippe est le premier prince de la dynastie des Genevois-Nemours qui se prolonge jusqu'en 1639. L'administration de la franchise d'Annecy est alors de la responsabilité d'un conseil général, assemblée des bourgeois de la ville, qui élisent des syndics pour trois ans. À partir de 1491, un conseil étroit, comprenant en particulier les syndics et des conseillers, prend en charge les affaires de la ville.
L'influence religieuse était très importante à Annecy qui comptait une bonne douzaine de couvents. La moitié de la ville appartenait à différents ordres religieux qui possédaient non seulement les églises et les couvents mais aussi des ateliers, des moulins et de vastes terres et forêts. Au XVIe siècle, lors du triomphe de la réforme calviniste à Genève les catholiques fidèles se réfugient à Annecy. À partir de 1535, l'évêché de Genève est transféré à Annecy. La ville accueille l'évêché et tous les ordres religieux catholiques. À cette époque, une série de beaux monuments sont construits comme le Logis de Nemours, la cathédrale Saint-Pierre, la Maison Lambert, et le clocher de l'église Notre-Dame de Liesse... En 1600, le duc Charles-Emmanuel Ier de Savoie entra en conflit avec le roi de France Henri IV ; pendant cette période de guerre qui se termina par le traité de Lyon, les calvinistes s'approprient une partie des biens régionaux. Lors de sa visite en 1600, Henri IV se rendit à Annecy (ville alliée du roi de France et siège de l'évêché du Chablais), et rencontra l'évêque Claude de Granier ainsi que François de Sales à qui il promit de protéger tout ce qu'il avait fait dans cette région. C'est durant l'année 1602 que François de Sales devient évêque d'Annecy. C'est un enfant du pays. Son père l'envoya à l’âge de 6 ans aux collèges de La Roche et d'Annecy, où il fut un bon élève. Il va marquer de façon durable la ville et toute la région grâce à son prestige intellectuel et spirituel, et va inspirer tout un renouveau religieux et culturel dynamique, connu sous le terme de Contre-Réforme. Annecy devient la « Rome des Alpes »
Les idées germes de la Révolution étaient connues et répandues, parmi les bourgeois et les ouvriers d'Annecy, grâce aux nombreux Savoyards qui vivaient et travaillaient à Paris, sans oublier les écrits des Genevois Voltaire et Jean-Jacques Rousseau. Dans la nuit du 21 au 22 septembre 1792, les troupes françaises du général Moutesquiou envahissent par surprise le duché de Savoie, obligeant l'armée savoyarde, le roi et de nombreux fonctionnaires et membres du clergé à se réfugier au Piémont. Fin octobre, l'Assemblée des Allobroges, réunie dans la cathédrale de Chambéry, déclare la fin du despotisme, la suppression des corvées et de la gabelle, la fin de la milice et la création du département du Mont-Blanc. Les Annéciens deviennent français pour 23 ans. L'accueil fait aux troupes françaises a été de prime abord plutôt enthousiaste, car le duc de Savoie avait pris la fuite et les habitants avaient le réel sentiment d'être libérés. Cependant la mobilisation en masse des hommes, la fuite des édiles de la noblesse et du clergé, réfugiés au Piémont, et la politique anti-religieuse des représentants de la Révolution, finirent par exaspérer et amener la population à se révolter. En revanche, durant cette période, les importants marchés de France étaient ouverts, et ainsi de nombreuses fabriques s'installèrent au bord du Thiou, pour profiter de la force hydraulique et du savoir-faire industriel des Annéciens

Annecy (74) 320px-13
Vue de l'ancienne prison d'Annecy.



En 1866, le train à vapeur arrive pour la première fois à Annecy. Ce progrès dans les transports permet, entre autres, au tourisme de se développer et de prendre un nouvel essor. Un syndicat d'initiative est créé en 1895 afin d'organiser de nombreux évènements. Durant la première moitié du XXe siècle, la ville grandit lentement. Sa situation géographique, ses voies de communication et son rôle administratif contribuent au développement de nouveaux quartiers (les quartiers des Balmettes, Prairie et Vovray...). Grâce à la centrale hydroélectrique des Forces du Fier, Annecy est éclairée à l'électricité dès 1906. L'essor touristique de la commune s'accompagne dans un même temps d'un essor industriel. Parmi les figures emblématiques de l'industrie locale émergente on peut citer les noms de Crolard, Dunant, Aussedat, Léon Laydernier et Barut. L'apparition des congés payés permet aux classes populaires, dès 1936, de venir découvrir Annecy, son lac et ses montagnes environnantes. Après les Trente Glorieuses, la crise économique entraîne une pause dans le développement urbain. Aujourd'hui, Annecy, ville-centre d'une communauté d'agglomération dépassant les 130 000 habitants, mène une politique de développement et d'équipements en lien avec les treize autres communes de son agglomération.

Culture et Patrimoine

Annecy est classée Ville d'Art et d'Histoire et abrite de nombreux monuments et lieux culturels de premier ordre. Des guides-conférenciers organisent des visites à la découverte du Vieil Annecy, de son patrimoine et de son histoire.
L’agglomération annécienne compte neuf édifices distingués par l’attribution du label patrimoine du XXe siècle.

Monuments médiévaux

Annecy (74) 320px-14
Le château d'Annecy : surplombant la ville, il est l'ancienne résidence des comtes de Genève et des ducs de Genevois-Nemours, branche cadette de la Maison de Savoie, et a été construit sur la période du XIIe au XVIe siècles. Le château a plusieurs fois été victime d'incendies, et a été laissé à l'abandon au XVIIe siècle. Il a été récupéré ensuite pour servir de caserne jusqu'en 1947 puis a été acquis en 1953 par la ville d'Annecy qui l'a restauré avec l'aide des Monuments historiques. Il abrite aujourd'hui le Conservatoire d'Art et d'Histoire d'Annecy et, depuis 1993, la Tour et le Logis Perrière abritent également l'Office régional des lacs Alpins.
Le Palais de l'Isle : datant du XIIe siècle, il a été construit au milieu du canal du Thiou. C'est actuellement un musée mais il a eu par le passé des fonctions aussi diverses les unes que les autres. Palais du châtelain d'Annecy au XIIe siècle, il devient hôtel administratif quand le comte de Genève s'est installé dans la ville. Il a aussi été, tour à tour, siège de la judicature, hôtel des Monnaies, depuis le règne d'Amédée III de Genève (vers 1356), et prison avant d'être classé monument historique.
La vieille ville : elle est traversée par de nombreux canaux et des rues piétonnes à arcades, la rue Sainte-Claire étant l'une des plus belles avec ses arches romantiques des XVIIe et XVIIIe siècles. On peut également y découvrir de nombreuses fontaines. Parmi elles, celle du puits Saint-Jean transféré au croisement de la rue Carnot et de la rue Royale, cœur de la vie commerçante et politique d'Annecy

_________________
Annecy (74) Je-t-a10



Annecy (74) Bougie10

Revenir en haut Aller en bas
https://jacotte26.forumactif.com
jacotte
administratrice
jacotte


Féminin Nombre de messages : 46785
Age : 58
Date d'inscription : 20/02/2005

Annecy (74) Empty
MessageSujet: Re: Annecy (74)   Annecy (74) EmptyMer 16 Avr - 16:50:02

Monuments contemporains

Le Centre culturel de Bonlieu où sont réunis un théâtre national, une bibliothèque, l'office du tourisme, des commerces et des bureaux.
Le Palais de justice d'Annecy ouvert en 1978, en cours de restauration suite à un attentat à la bombe survenu le 22 janvier 2001.

Annecy (74) 320px-16
L'hôtel Impérial Palace inauguré en 1913, avec ses jardins publics, sa plage et son casino.
Le lycée Berthollet de type napoléonien, fondé en 1888.
L'Atelier monétaire du Genevois qui abrite aujourd'hui le musée de l'Histoire d'Annecy.
Le bâtiment de la préfecture datant du XIXe siècle.
L'hôtel de ville construit en 1855
Les canaux par lesquels le lac se déverse et les écluses qui régulent les débits constituent un système de dérivation et de contrôle des eaux conçu par l'ingénieur Sadi Carnot avant qu'il ne devienne président de la République.

Annecy (74) 320px-15
Le Pont des Amours au-dessus du canal du Vassé et reliant les jardins de l'Europe au Pâquier, bel exemple de l'architecture en fer typique du début du XXe siècle.

Monuments religieux

La cathédrale Saint-Pierre du XVIe siècle fut la cathédrale de François de Sales et abrite de nombreuses œuvres d'art baroque et un orgue du XIXe siècle.

Annecy (74) 320px-17
La basilique de la Visitation du XXe siècle abrite les tombeaux de saint François de Sales et de sainte Jeanne de Chantal et offre de son esplanade un point de vue sur toute la ville et l'agglomération.

Annecy (74) 320px-18
La basilique Saint-Joseph-des-Fins fut construite durant la Seconde Guerre mondiale par l'architecte Dom Bellot.
L'Église Saint-Maurice de style gothique flamboyant du XVe siècle et ses peintures des XVe et XVIe siècles.
On peut également citer l'Église Notre-Dame de Liesse, l'Église Sainte-Bernadette, l'Église Saint-François-de-Sales dite aussi Église des Italiens, et enfin l'Église Saint-Louis-de-Novel.

Espaces verts

Annecy bénéficie du label « ville fleurie » avec quatre fleurs attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris et la distinction du grand prix national du fleurissement.

Les parcs et espaces verts les plus appréciés des Annéciens sont ceux situés au bord du lac, qui attirent de nombreux promeneurs en toutes saisons:

Les Jardins de l'Europe situés à l'emplacement des jardins d'une communauté de religieuses, ont été aménagés après l'annexion de la Savoie en 1863 et offrent une collection variée d'arbres ;
Le Pâquier est une vaste pelouse avec une vue dégagée sur le lac. Il accueille les gradins temporaires installés pour la fête du lac ;
Le parc de l'Impérial s'avance dans le lac à l'arrière du palace du même nom.
D'autres espaces verts plus petits parsèment la ville : le square Stalingrad en face de la gare, le square des Martyrs de la Déportation...
Le parc animalier de la Grande Jeanne se trouve dans le Semnoz, sur la route menant au sommet. Sur 10 500 m², il accueille dix-neuf daims, neuf cerfs élaphes et une vingtaine de mouflons corses en semi-liberté.
Les bords du lac et les quais de la vieille ville offrent de nombreuses possibilités de promenades telles que l'avenue d'Albigny, les quais des Marquisats, les quais bordant les canaux de la vieille ville ainsi que la promenade Sainte-Thérèse du Québec...

Gastronomie

Quelques pêcheurs professionnels sont encore basés à Annecy et mouillent dans le canal du Vassé. Leur pêche est constituée des poissons du lac (omble chevalier, truite, féra, brochets, petite friture de perchettes, perches, etc.) qui alimentent la carte des restaurants autour du lac. Les Roseaux du lac, confiseries à base de chocolat imitant l'inflorescence des massettes, sont une spécialité d'Annecy.
La gastronomie annécienne brille à travers Marc Veyrat né au sein de la commune. Celui-ci est un grand chef cuisinier savoyard spécialisé en gastronomie moléculaire, avec deux fois trois étoiles au Guide Michelin depuis 1995 et meilleur cuisinier et 2x 20/20 au Gault-Millau depuis 2003 pour ses deux restaurants d'élite « l'Auberge de l'Eridan » de Veyrier-du-Lac et « la Ferme de mon Père » à Megève. En 1985 il vend son auberge de Manigod et ouvre l'Eridan, un restaurant traditionnel dans une villa qu'il rénove à Annecy. Il se fait une notoriété dans le milieu gastronomique et obtient rapidement sa première étoile du Guide Michelin en 1986 puis sa seconde étoile en 1987. En 1989 et 1990 Marc est élu « meilleur cuisinier de l’année » avec la note exceptionnelle de 19,5/20 au Gault-Millau.
Un restaurant inter-administratif (RIA) a été créé dans le quartier de la Cité administrative. Ce restaurant est destiné aux fonctionnaires travaillant dans les différents centres administratifs de la commune. Cet établissement s'inscrit dans une politique de santé initiée par la ville.

_________________
Annecy (74) Je-t-a10



Annecy (74) Bougie10

Revenir en haut Aller en bas
https://jacotte26.forumactif.com
 
Annecy (74)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ANNECY Magique…Déambule
» Annecy : le repas ne lui plaît pas, il refuse de payer l’addition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: decouverte des regions et lieux a visites-
Sauter vers: