chez Jacotte Mimi et leurs amis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
-46%
Le deal à ne pas rater :
Oceanic OCEAB120W Batteur électrique – Blanc
7.51 € 13.91 €
Voir le deal

 

 le déni de grossesse

Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
jacotte


Féminin Nombre de messages : 46688
Age : 58
Date d'inscription : 20/02/2005

le déni de grossesse Empty
MessageSujet: le déni de grossesse   le déni de grossesse EmptyVen 28 Mar - 21:28:27

Qu'est-ce que le "déni de grossesse" ? Quelques définitions.


Déni de grossesse : Le déni de grossesse se définit comme le fait pour une femme enceinte de ne pas avoir conscience de l'être. C'est ce que rappelle le Dr N.GRANGAUD, pédopsychiatre, dans une thèse qui fait référence, "Déni de grossesse, essai de compréhension psychopathologique" : "Par convention, le déni de grossesse désigne la non reconnaissance d'une grossesse au-delà du premier trimestre de la grossesse et peut se prolonger jusqu'à l'accouchement et recouvrir ce dernier".
"Déni partiel", "déni total" : On parle de "déni partiel" si le déni de grossesse prend fin avant le terme de la grossesse et de "déni total" s'il se poursuit jusqu'à l'accouchement.
Les conséquences sur l'enfant à naître sont : lorsqu 'il s'agit de déni partiel, la conscience de la grossesse apparaît avant l'accouchement et ce dernier a alors lieu dans des conditions normales.
Par contre, dans les cas de déni total, les plus graves, l'accouchement qui est totalement inopiné a lieu dans les circonstances les plus diverses et peut conduire au décès du bébé.
Sur le plan médical, dans les deux cas, les femmes ont besoin d'une prise en charge médico psychologique appropriée qui fait trop souvent défaut.

Mais qu'est-ce qu'un "déni" ?

Les cas de "déni" ne sont pas limités au "déni de grossesse" même si celui-ci en constitue une des variantes les plus graves. C'est un mécanisme psychologique connu.
Le "Dictionnaire de la Psychologie" le définit comme la : "non-reconnaissance de certains aspects de la réalité (qui sont pourtant) parfaitement évidents pour autrui".
Cette "non-reconnaissance est extrêmement forte et se produit à l'insu du sujet.
D'ailleurs, "plus qu'une simple négation, (le déni) est une attitude de refus catégorique à l'égard d'une perception de la réalité extérieure.
C'est dire toute la force et l'efficacité de cette défense, destinée à protéger le moi en mettant en question le monde extérieur".
Sur le plan psychiatrique le déni constitue dont un "mécanisme de défense" extrêmement vigoureux dont le sujet est parfaitement inconscient.


Comment se présente le déni de grossesse ?

Le tableau clinique



La femme.

Une des idées fausses circulant sur le déni est qu'il ne peut concerner que de très jeunes femmes ou des femmes "attardées".
Rien n'est plus faux, comme le prouve une étude française récente menée pendant de sept ans auprès de 2 550 femmes ayant été hospitalisées dans les maternités de Denain et Valenciennes.
Les auteurs ont observé et décrit 56 cas de déni qui se partagent pratiquement à égalité entre ceux qui prennent fin avant le terme de la grossesse ("déni partiel") et les dénis qui se poursuivent jusqu'à l'accouchement ("déni total" : 29 cas).
Cette étude fait surtout ressortir que près de la moitié des femmes victimes d'un déni est déjà mère d'un ou de deux enfants (26 femmes sur les 56 étudiées, dont 11 parmi les 29 femmes présentant un déni total).
Le fait d'être déjà mère ne protége donc pas contre le déni, et ne permet pas de facto à la femme de "reconnaître", d'avoir conscience de son état de grossesse.
Autre information de poids : tous les milieux sociaux sont concernés.
Cette étude montre que le déni n'a
pas une explication "sociale" (misère, ...) mais est répartie au hasard dans la population, ce qui est habituel pour les maladies psychiatriques les plus graves (par exemple la schizophrénie).
L'âge moyen est de 26 ans, mais, les femmes concernées vont de 14 à 46 ans. Enfin, leur corps ne présente pas de signe de grossesse : L'aménorrhée est absente ou transitoire (autrement dit, il y a des règles ou des saignements génitaux pendant la grossesse), Elles ne sentent pas bouger le bébé, Elles n'ont pas pris de poids ou pratiquement pas.
Deux exemples significatifs de déni total sont rapportés, parmi d'autres.

Le premier, est celui d'une femme qui se présente d'elle-même aux urgences pour des douleurs et répond au médecin qui lui demande si elle est enceinte "Bien sûr que non, sinon je serais allée à la maternité".
Elle accouche dans l'heure.

Le deuxième, celui d'une femme, militaire de carrière, arrivée à terme, qui déclare que non seulement elle n'a éprouvé aucun des signes qu'elle avait ressentis lors des deux grossesses précédentes (elle en est donc à sa troisième grossesse) mais surtout, qu'elle ne peut être enceinte puisqu'elle n'a pas pris de poids et "est rentrée" dans son treillis habituel jusqu'à l'accouchement.
Enfin, bien qu'il ne soit pas noté dans cet article, un symptôme "en creux" retient l'attention : l'absence totale de mobile, d'explication plausible, de "raison rationnelle" à un tel comportement.


L'entourage
Dans ce syndrome, il y a la femme concernée mais aussi son entourage.
Ce qui caractérise de ce point de vue l'entourage le plus proche, c'est que lui non plus ne voit rien, ne perçoit rien, alors que des personnes plus éloignées, qui ne la voient qu'épisodiquement peuvent percevoir qu'elle est enceinte ! Toujours est-il que, lorsqu'il s'agit de femmes vivant avec un partenaire régulier, l'étude déjà citée des docteurs C. PIERRONNE, M.-A. DELANNOY, C. FLOREQUIN, M. LIBERT montre que, dans tous les cas, les conjoints ne savent rien. Ils sont sidérés par de la découverte de la grossesse.
Leur étonnement est d'autant plus grand que généralement ils n'étaient pas hostiles à une naissance.
Parfois même la souhaitaient-ils.
Exemple significatif : un père qui a conduit son épouse aux urgences déclare, quand on lui apprend que sa femme vient d'accoucher : "Elle m'a volé la grossesse, elle m'a volé la naissance de mon fils"
S'agit-il d'une sorte de contagion du déni, d'une sorte de déni qui devient collectif ?
S'agit-il d'une habituation des intéressés aux petits changements que la femme en déni présente et qu'ils ne perçoivent pas ?
La question est loin d'être tranchée.
Mais il faut souligner que, dans les cas de dénis, les répercutions de la grossesse sur l'organisme sont tellement limitées que des médecins généralistes eux-mêmes peuvent s'y tromper.
Ainsi, plusieurs de ces femmes, alors qu'elles étaient enceintes, ont consulté des médecins généralistes pour des douleurs ou des malaises.
"un tiers d'entre eux ont évoqué des troubles intestinaux ou urinaires?
Ils n'ont pas posé l'hypothèse d'une grossesse ou ont envisagé une grossesse débutante alors qu'elle était à son terme".



La naissance.

Dans les cas de déni total, l'accouchement s'accompagne d'un état de sidération. Une patiente dit par exemple: "J'ai pris un bain car j'avais mal au ventre, je pensais que c'était mes règles. Et puis tout a claqué, il y avait du sang, du sang, et je suis resté dans le bain".
Cela semble surtout être le cas quand l'accouchement a lieu dans la solitude, à domicile.
Il n'est pas rare que dans ces cas là qu'il se solde par la mort du bébé, soit accidentellement, soit par manque de soins (6 cas dans l'étude déjà citée sur les 29 cas de déni total).
D'autres articles médicaux rapportent les décès d'enfants qui, naissant à l'improviste dans des toilettes, y sont morts noyés.
Dans quelques cas, la mère a tué elle-même le bébé.
A l'inverse, quand l'accouchement se produit in extremis en milieu hospitalier, la revue de la littérature médicale faite par N. Grangaud, met en lumière que l'enfant est généralement très bien accepté, une fois le moment de surprise passé : en dehors des femmes qui présentent une pathologie psychiatrique associée, les abandons à la naissance sont rares, il ne semble pas y avoir de maltraitance par la suite, comme le montre une étude de suivi sur deux ans même si ce point, de même que les conséquences à long terme sur la femme et sur l'enfant, mériterait d'être mieux étudié.
Un exemple de réaction à ce type de naissance nous est fourni par la mère militaire de carrière déjà citée, victime pourtant d'un déni total, qui déclare devant son bébé "C'est comme un cadeau de Noël".
Cet exemple éclaire le caractère paradoxal du déni de grossesse.

Aspects psychiatriques


Même si pour un certain public ignare et moralisateur "la femme est prise pour une dissimulatrice et une menteuse", sur le plan médical, la notion de "déni de grossesse" est établie.
La difficulté qui demeure à ce jour pour les spécialistes est l'absence de modèle théorique explicatif lorsqu'il ne semble pas y avoir d'autres troubles psychologiques que le déni lui-même.
Il y a lieu cependant d'observer que, d'une part, il n'est pas exceptionnel en médecine qu'une pathologie authentique s'individualise sans qu'elle dispose dans un premier temps d'un modèle théorique et que, d'autre part plusieurs études ne retrouvent qu'un déni isolé.
Ainsi Finnegan n'observe-t-il ni psychose ni autre pathologie dans deux des trois cas qu'il a étudié, de même que Milstein dans le sien. Une étude autrichienne ( Brezinka, déjà cité) ne retrouve pas d'autres troubles psychiatriques que le déni lui-même dans la moitié des dossiers étudiés (27 cas).
Dayan conclut que le déni de grossesse est un symptôme qui ne permet pas de diagnostiquer une pathologie spécifique mais qu'il recouvre un ensemble de configurations psychiques ayant en commun l'ambivalence du désir d'enfant.
Dans d'autres cas ( environ la moitié semble-t-il), le déni de grossesse semble s'intégrer dans un tableau pathologique plus complet (psychoses -dont schizophrénie, hystérie...).
Qu'il soit intégré à une maladie psychiatrique ou isolé, il faut rappeler que le déni constitue un "mécanisme de défense" extrêmement vigoureux et inconscient.
C'est d'ailleurs cette inconscience qui "engendre une absence de conflictualité" 14 dans le psychisme du sujet (d'où sa "froideur", son "détachement" qui sont des symptômes de la maladie, mais qui peuvent être interprétés par des personnes non informées comme de la désinvolture).
Dans les cas de déni total, le moment de l'accouchement pose également un problème théorique. Brozovsky suggère qu'alors, et plus précisément au moment où le nouveau-né émerge du canal génital et se met à crier, le déni tombe mais qu'un épisode psychotique bref survient.
Pour d'autres au contraire (Bonnet), ce moment serait un moment d'exacerbation du déni. Épisode psychotique ou exacerbation du déni, le moment de l'accouchement est donc un temps particulièrement sensible qui échappe au contrôle mental de l'intéressée.


Fréquence du déni de grossesse. Un problème de santé publique.


Selon les différentes études, le déni de grossesse (partiel ou total) touche 2 à 3 femmes enceintes pour mille. D'après les données de l'INSEE, au cours des dix dernières années, il est né un peu plus de six millions d'enfants en France.
Ce sont donc de 600 à 1 800 femmes qui sont victimes de ce syndrome chaque année.
La moitié présentent un déni total !
On peut d'ailleurs estimer qu'en France de 12 000 à 36 000 des femmes ont souffert de ce syndrome au cours des 20 dernières années. De tels chiffres, font du déni un problème de santé publique.
Même si le déni ne s'achève de façon tragique (avec la mort ou l'abandon du bébé) que dans une nombre limité de cas les spécialistes s'accordent à dire que ce sont toutes les femmes qui présentent un déni qui doivent recevoir des soins, même en cas de déni partiel.

_________________
le déni de grossesse Je-t-a10



le déni de grossesse Bougie10

Revenir en haut Aller en bas
https://jacotte26.forumactif.com
 
le déni de grossesse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De la Grossesse a l'accouchement
» hormone de la grossesse : Le dosage de la béta-hCG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: Discussion Générales-
Sauter vers: