chez Jacotte Mimi et leurs amis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Soldes d’été 2024 : trouvez les ...
Voir le deal

 

 la rose

Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
jacotte


Féminin Nombre de messages : 46838
Age : 58
Date d'inscription : 20/02/2005

la rose Empty
MessageSujet: la rose   la rose I_icon_minitimeVen 7 Mar - 22:30:42

La rose est la fleur des rosiers, arbustes du genre Rosa et de la famille des Rosaceae. La rose des jardins se caractérise avant tout par la multiplication de ses pétales imbriqués qui lui donnent sa forme caractéristique.
Appréciée pour sa beauté, célébrée depuis l'Antiquité par de nombreux poètes et écrivains, pour ses couleurs qui vont du blanc pur au pourpre foncé en passant par le jaune franc et toutes les nuances intermédiaires, et pour son parfum, elle est devenue la « reine des fleurs », présente dans presque tous les jardins et presque tous les bouquets. C'est sans doute la fleur la plus cultivée au monde, mais on oublie souvent que les rosiers sont aussi des plantes sauvages (le plus connu en Europe est l'églantier) aux fleurs simples à cinq pétales, qui sont devenus à la mode, pour leur aspect plus naturel, depuis quelques décennies sous le nom de « roses botaniques ».Les rosiers cultivés sont le résultat de plusieurs siècles de transformations d'abord empiriques, puis, dès la fin du XVIIIe siècle, méthodiques, en particulier par l'hybridation. Les variétés sont innombrables, on estime à plus de 3000 le nombre de cultivars disponibles actuellement dans le monde.

la rose 0803071025082557146

Étymologie

Le mot « rose », daté en français du début du XIIe siècle est dérivé du latin rosa, rosae (substantif féminin) qui désignait aussi bien la fleur que le rosier lui-même. Ce terme, apparenté au grec rhodon, aurait été emprunté à une langue orientale. Il est tentant de rapprocher « rose» de « rosée », pourtant cette rencontre, source d'inspiration inépuisable pour les poètes, est fortuite en français. En effet « rosée » dérive, par l'intermédiaire du bas-latin rosata, du latin ros, roris (substantif masculin), peut-être apparenté au grec drosos, venant d'une autre racine indo-européenne

Espèces

Les espèces botaniques de rosiers, qui appartiennent au genre Rosa, sont au nombre de 100 à 200 selon les divers auteurs et se répartissent en quatre sous-genres : Plathyrhodon, Hesperhodos, Hulthemia (parfois considéré comme un genre distinct) et Eurosa. Ce dernier est lui-même subdivisé en onze sections : Pimpinellifoliae (rosiers pimprenelle), Gallicanae (rosiers galliques), Caninae, Carolinae, Gymnocarpae, Cinnamomeae (rosiers cannelle), Chinenses, Banksianae, Laevigatae, Bracteatae et Synstylae.Seules une douzaine d'espèces, et leurs taxons dérivés (variétés, formes), ont été utilisées pour créer la plupart des rosiers cultivés, généralement à fleurs dites « doubles » ou « pleines », aux très nombreux pétales. De plus en plus de formes naturelles sont cultivées dans les jardins, ce sont les « roses botaniques », dont la forme simple, semblable à l'églantine, et la rusticité s'accorde bien avec la tendance vers un jardin plus « sauvage ». Les rosiéristes modernes cherchent à exploiter la diversité du genre Rosa pour introduire dans leurs obtentions des gènes particuliers, par exemple de résistance au froid ou à certaines maladies.

Classes de roses

Les spécialistes distinguent généralement les « roses anciennes » des « roses modernes ».

Les premières sont généralement les variétés datant d'avant 1867, dont beaucoup ont été perdues. Parmi celles qui sont encore cultivées figurent :

des « roses galliques » (Rosa gallica), surtout ‘Officinalis’ et ‘Cardinal de Richelieu’,
des « roses à cent feuilles » (Rosa centifolia), surtout « pompon rose » (‘Pompon de Meaux’) et « pompon rouge » (‘Pompon de Bourgogne’),
des rosiers mousseux qui sont des mutations stériles de centifolia (ou de rosiers de Damas) comme ‘Salet’ ou ‘Mousseline’,
les « rosiers de Damas » (Rosa damascena), hybrides naturels apparus en Asie Mineure, de Rosa gallica × Rosa phœnicia, avec la ‘Rose de Puteaux’ cultivée pour ses pétales séchés et la ‘Rose de Recht’, très répandue en Angleterre,
quelques « rosiers de Portland », comme ‘Jacques Cartier’,
les « Noisettes », ou « thé noisette », surtout ‘Gloire de Dijon’, ‘Rêve d'or’ et ‘Madame Alfred Carrière’
quelques « Bourbon » : ‘Louise Odier’ et surtout ‘Souvenir de la Malmaison’,
les « rosiers blancs » : Rosa ×alba, la rose d'York, Rosa alba semiplena, ‘Cuisse de nymphe émue’ et ‘Pompon blanc parfait’.
En 1867, la création de ‘La France’, la première hybride de thé (dérivée des roses importées de Chine avec les cargaisons de thé) marque le début des « roses modernes » que sont les rosiers « à grandes fleurs », les « floribunda » et les « rosiers anglais ».

la rose 0803071032102557214

Antiquité

Les roses sont cultivées en Chine et en Perse depuis 5000 ans et en Grèce depuis l'âge du bronze.
Hérodote a rapporté que le roi Midas, au VIe siècle av. J.-C., quand il a été chassé de Lydie par les armées perses, a emporté ses roses dans son exil en Macédoine. Et le naturaliste grec, Théophraste, décrit une rose à nombreux pétales, une forme de rosa canina, cultivée dans les jardins. Il décrit des roses rouges, roses et blanches, et note l'intensité du parfum de la rose de Cyrène.
Pline l'Ancien dans son Histoire naturelle décrit 20 sortes de rosiers nommés par le nom de leur lieu de provenance. Il les décrit, ce qui permet des suggestions d'identification:

la rose de Præneste semble être Rosa gallica versicolor,
la rose de Campanie est une forme de Rosa ×alba semiplena,
la rose de Tachys est une forme de rosa damascena,
la rose de Milet rouge à une dizaine de pétales est une variété de Rosa gallica,
la rose de Pangée est une autre Rosa gallica,
la rose d'Alabande est une Rosa ×alba,
la rose d'automne ressemble à Rosa sempervirens,
Spinolea est Rosa pimpinellifolia "Myriacantha".
Rosa gallica officinalis est alors la source de l'essence de rose que les Romains utilisaient en grande quantité ainsi que les pétales. Ils confectionnaient des couronnes et des guirlandes de pétales, ils en jonchaient le sol, en remplissaient des coussins. Lors des banquets, si une rose était suspendue, hommage à Harpocrate, dieu du silence, les invités devaient garder secrètes les paroles échangées « sous la rose ».Ils en utilisaient de telles quantité que la culture de la rose devint localement une activité économiquement importante et que Rome importait aussi par bateau des roses d'Égypte (dont c'était la plus importante exportation vers Rome), de Carthage et de Cyrénaïque (l'actuelle Libye).
Ainsi du VIe siècle av. J.-C. au IIe siècle durant toute cette période de domination grecque puis latine, les roses ont circulé de Perse en Angleterre, de Grèce en Égypte.
Sur le Moyen Âge, il y a peu d'informations : au VIe siècle, les couvents cultivaient des roses, le roi Childebert Ier avait une roseraie (des roses de Paradis d'après l'évêque Fortunat) dans son domaine vers Saint-Germain-des-Prés, et au VIIIe siècle dans son Capitulaire De Villis, Charlemagne cite les roses parmi les plantes à cultiver. Au XIIe siècle à la veille des croisades, Albert le Grand note comme rosiers cultivés Rosa rubiginosa, Rosa canina, Rosa arvensis et Rosa ×alba.

_________________
la rose Je-t-a10



la rose Bougie10

Revenir en haut Aller en bas
https://jacotte26.forumactif.com
jacotte
administratrice
jacotte


Féminin Nombre de messages : 46838
Age : 58
Date d'inscription : 20/02/2005

la rose Empty
MessageSujet: Re: la rose   la rose I_icon_minitimeVen 7 Mar - 22:42:44

Les nouveaux rosiers

Thibaud IV, comte de Champagne et roi de Navarre revient en 1240 d'une croisade qui ne lui a pas permis d'atteindre les Lieux Saints, mais il rapporte Rosa gallica officinalis qu'il fait cultiver à Provins, d'où son nom de « rose de Provins ».
Puis ce sont les rosiers de Damas qui sont rapportées des croisades. Ils sont de deux sortes, les précoces, hybrides de Rosa gallica x Rosa phœnicia et les tardifs, hybrides de Rosa gallica x Rosa moschata
À la fin du XVIe siècle, d'une part Rosa fœtida vient de Perse en Europe, et d'autre part les rosiers d'Europe arrivent en Amérique du Nord où existent Rosa virginania, Rosa carolina et Rosa setigera. Jusque-là les mutations et les hybridations sont spontanées. Ainsi, au XVIIe siècle, une mutation de Rosa gallica fait apparaitre les « roses à cent feuilles », Rosa centifolia, dont une mutation au XVIIIe siècle donne les « rosiers mousseux » (Rosa moschata).
Dans l'Histoire générale des plantes de John Gerard, publiée en 1633, ne sont mentionnées que 18 sortes de roses, rouges, roses et blanches (Rosa ×alba) et jusqu'à la fin du XVIIIe siècle il n'existait en Europe et dans le pourtour méditerranéen qu'une trentaine d'espèces.
En 1781, arrive en Europe la Rosa chinensis ou ‘Old blush’, puis la forme rouge ‘Bengal rose’. Ce ne sont pas des espèces sauvages, mais des roses déjà cultivées dans les jardins de Chine, sélections de Rosa chinensis ou hybrides de Rosa chinensis x Rosa gigantea auxquelles va s'ajouter un Rosa chinensis jaune, ‘Park's Yellow Tea-scented China’ en 1824. Leur croisement avec les rosiers d'Europe va faire apparaitre des centaines de roses nouvelles.
C'est la duchesse de Portland qui obtient le premier croisement avec un rosier de Chine rouge : les « rosiers Portland » sont nés. Dans le même temps, en Louisiane, le croisement d'un rosier musqué et d'un rosier de Chine donné par Louis Claude Noisette est à l'origine des « rosiers Noisette » (‘Blush Noisette’, ‘Madame Alfred Carrière’). Et à la Réunion le croisement du Rosa chinensis ‘Old blush’ et d'une rose de Damas tardive ‘Quatre Saisons’ signe l'arrivée des « rosiers Bourbon » (‘Zéphirine Drouhin’, ‘Souvenir de la Malmaison’).
Entre 1803 et 1814, Joséphine de Beauharnais envoie des botanistes à travers le monde pour enrichir la collection de sa roseraie de la Malmaison qui rassemble plus de 242 variétés dont 167 roses galliques. Malgré le blocus, le pépiniériste John Kennedy traversait la Manche pour la fournir en roses. Sa roseraie comprenait des gallica, des moschata et des damascena, mais aussi des chinensis et de nouvelles espèces. Les collections de la Malmaison ont été un trésor pour les pépiniéristes français. Leur catalogue de 1791 comportait 25 espèces, celui de 1829 en comptait 2562 dont beaucoup sans grand intérêt ont rapidement disparu.Au XIXe siècle, le croisement des rosiers de Chine, de Bourbon, Portland et Noisette permet la création des rosiers « modernes ». En 1858, a lieu, grâce au pasteur Hole, un passionné des roses, la première exposition nationale des roses d'Angleterre. En 1867, Jean-Baptiste Guillot crée ‘La France’, le premier buisson à grandes fleurs ou « hybride de thé ».
Dans le même temps, de rosa multiflora, rosier liane rapporté du Japon au XVIIIe siècle, sont créés par hybridation les nombreux rosiers buissons à fleurs groupées, les « floribunda ».
La « Société française des roses » est fondée à Lyon en 1886. Elle édite encore sa revue, Les amis des roses.
Le XXe siècle voit la gloire des rosiers buissons à grandes fleurs avec les créations de Georges Delbard, de Meilland (‘Peace’ ou ‘Madame Meilland’), de Griffith Buck. Puis David Austin, en croisant les galliques et les Damas à des roses modernes crée les « roses anglaises » qui allient les caractères des roses anciennes à la « floribundité » des roses modernes.

la rose 0803071034152557227
Mousseux ancien

La rose dans l'histoire

C'est surtout par sa valeur symbolique que la rose a laissé son parfum dans l'Histoire. Quelques exemples :
Chez les Grecs, la rose était la fleur d'Aphrodite, déesse de l'amour et d'Aurora, la déesse aux doigts de roses.
Les Romains rattachent la rose à Vénus. La rose aurait été blanche, mais rougie accidentellement quand Cupidon renversa son verre de vin sur elle.
Il paraît que la première nuit d'amour entre Cléopâtre et Marc Antoine se serait déroulée sur un lit de pétales de roses de quarante-cinq centimètres d'épaisseur.
Dans le Cantique des cantiques, la rose symbolise Israël et dans le livre des Parsis, le rose naît sans épines et n'en est armée qu'après l'apparition du génie du mal sur terre.
Vers l'an 400, Rosa ×alba devient l'emblème de la Vierge, ce qui est à l'origine de la dévotion catholique du Rosaire.
Quand en 1187, Saladin reprend Jérusalem aux Croisés, il fait purifier la mosquée d'Omar par de l'eau de rose amenée par une caravane de 500 chameaux. Et en 1453 Mehmed II purifia aussi à l'eau de rose l'église byzantine de Constantinople avant de la convertir en mosquée.
La guerre des Deux-Roses de 1453 à 1485 : elle opposa Rosa ×alba, rose blanche de la maison d'York et rosa Gallica, rose rouge de la maison de Lancastre, d'où après le mariage d'Henri VII Tudor et Élisabeth d'York, l'emblème de la rose Tudor rouge à cœur blanc et plus tard la création du rosier ‘York et Lancaster’. La rose est aujourd'hui encore la fleur symbolique de l'Angleterre.
Les rosières, jeunes filles vertueuses et pures, étaient à l'origine couronnées de roses
Les Rose-Croix, société secrète mystique ayant pour emblème une rose rouge fixée au centre d'une croix.
La "Rose blanche de Finlande", ordre national finlandais créé en 1919 pour récompenser les services rendus au pays.
La Rose blanche, mouvement d'opposition à Hitler dont les fondateurs furent guillotinés en 1943.
Plus récemment, la rose rouge, associée par François Mitterrand au Parti socialiste français. Ce symbole a également été adopté par d'autres partis politiques européens comme le parti travailliste au Royaume-Uni et le PSOE en Espagne.
En novembre 2003, la rose est le symbole du mouvement non-violent de la « révolution des Roses » en Géorgie.

la rose 0803071037262557258
Rose 'Bimbo'


La rose dans le langage des fleurs

La rose rouge est également la fleur des amoureux, elle symbolise l'amour et les noces de rose symbolisent les 17 ans de mariage dans le folklore français.

En plus de sa couleur, la quantité exprime une symbolique. Pour un nombre de roses inférieure à 10, il est de coutume d’offrir des roses par nombre impair surtout à des fins esthétiques. Au delà et suivant le nombre, le bouquet de roses peut porter un message particulier :

1 rose permet de dévoiler son amour en toute simplicité,
12 roses permet de remercier sa bien aimée,
24 roses pour être galant,
36 roses pour déclarer son amour (bouquets de fiancailles),
101 roses peuvent s'offrir pour exprimer la passion et l'amour sans retenue.
Pour un bouquet de fiancailles, il est d'usage et raffiné de sélectionner des roses ayant les têtes légèrement courbées.

La rose, emblème national

La rose est la fleur nationale de plusieurs pays : Angleterre (rose Tudor), Bulgarie, États-Unis, Finlande (rose blanche), Irak, Maldives, Roumanie.
La rose a aussi été choisie comme emblème officiel par plusieurs États des États-Unis : Géorgie (Rosa laevigata), Iowa (Rosa arkansana), New York, Dakota du Nord (Rosa blanda ou arkansana), Oklahoma.

La rose dans les expressions et locutions françaises

« Être frais comme une rose » : avoir un joli teint, l'air reposé
« Ne pas sentir la rose » : sentir mauvais
« Envoyer sur les roses » : éconduire
« Découvrir le pot aux roses » : découvrir la vérité
« Un histoire à l'eau de rose » : une histoire mièvre
« Il n'y a pas de rose sans épines » : tout plaisir comporte sa part de peine
« Jeter des roses » (à quelqu'un) : complimenter

Industrie de la rose

L'essence de rose est obtenue soit par distillation, procédé qui permet d'utiliser le résidu sous forme d'eau de rose, soit par enfleurage, technique consistant à capter l'essence grâce à de la graisse, dont on extraira ensuite la « concrète », puis l’« absolue ».Les deux espèces les plus cultivées pour cet usage sont Rosa damascena, ou rose de Damas, et Rosa centifolia, longtemps cultivée à Grasse sous le nom de « rose de mai ». Il faut cependant savoir qu'aujourd'hui on dispose de nombreuses « copies » synthétiques qui permettent de se passer d'essences naturelles.

la rose 0803071044122557320
'Burnaby'


La rose en médecine

Sirop rosat, sucre rosat, miel rosat étaient très utilisés au Moyen Âge pour soigner les maux de tête et les lourdeurs d'estomac. Et l'eau de rose s'utilisait en onguent et en collyre. Jusqu'au XVIIIe siècle on a beaucoup utilisé les collyres à l'eau de rose. Et aussi le sirop à la rose, les compresses de pétales de roses, les décoctions de roses rouges, le vinaigre de roses en cas de migraines, le miel de rose pour les maux de gorge et les aphtes

La rose en parfumerie

Depuis l'Antiquité, la parfumerie a toujours fait un grand usage de la rose, soit en soliflore (la rose constitue l'essentiel du parfum), soit comme note de cœur associée à d'autres essences dans les parfums dits floraux, et plus généralement dans près de la moitié des parfums féminins.
L'eau de rose est connue pour son pouvoir adoucissant, en particulier pour les soins du visage et de nombreux produits de beauté utilisent de la rose, à la fois pour son parfum et son effet adoucissant : crèmes démaquillantes, masques, crèmes, lotions, huile essentielle dans les huiles de massage, eau de rose pour les bains, comme lotion ou pour parfumer l'eau des ablutions.
L'eau de rose est aussi utilisée pour purifier les mosquées en particulier si elles ont été souillées par les chrétiens.

la rose 0803071043242557313
'Baccara'


La rose en cuisine

Les pétales de roses peuvent parfumer du sucre, un thé, être la base de liqueurs, de confitures, l'eau de rose peut servir à parfumer des gâteaux, des bonbons. Les cuisines du pourtour de la Méditerranée et de l'Orient, arabe, perse, turque mais aussi indienne, utilisent beaucoup la rose.

L'eau de rose parfume gâteaux et friandises, des spécialités comme les loukoums à la rose sont très renommées.

Les pétales servent de base à de nombreuses préparations :

bonbons à la rose,
confiture de rose,
eau de rose,
gelée de rose,
miel à la rose,
pétales de rose cristallisés.
En France, la capitale de la confiserie à la rose est Provins, dont les principales spécialités sont la confiture de pétales de rose, le miel à la rose de Provins, les bonbons à la rose. En Iran, la récolte des pétales de rose a lieu tous les ans à la même époque à Qamsar, à proximité de Kashan.


la rose 0803071042172557302
Rose ‘Cajun Sunrise’

_________________
la rose Je-t-a10



la rose Bougie10

Revenir en haut Aller en bas
https://jacotte26.forumactif.com
 
la rose
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la vie en rose
» La Rose
» rose
» naissance d'une rose
» Rose trémière

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: le savez vous?-
Sauter vers: