chez Jacotte Mimi et leurs amis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Disney Lorcana Chapitre 3 : où acheter le ...
Voir le deal

 

 Le viol

Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
jacotte


Féminin Nombre de messages : 46688
Age : 58
Date d'inscription : 20/02/2005

Le viol Empty
MessageSujet: Le viol   Le viol EmptyVen 22 Fév - 14:11:02

Le viol est un acte sexuel imposé par une contrainte physique ou psychologique. C'est une agression sexuelle impliquant spécifiquement une pénétration sexuelle, vaginale, anale ou orale ou pénétration par la main ou un objet.
Le viol constitue un crime dans la plupart des législations; la tromperie ou le dol constituent en général, comme la violence, un élément appréciateur du viol.
Le viol est aujourd'hui désapprouvé dans la plupart des sociétés mais ce n'a pas été toujours le cas et il existe toujours des sociétés où il est toléré, voire non juridiquement défini. Le viol est un crime très fréquent et sa prévention comme sa répression connaissent des difficultés dans tous les pays.


La lutte contre le viol

La lutte contre le viol est récente. Ce sont les féministes américaines qui, dès le début des années 1970, ont été les premières à dénoncer les violences sexuelles. Leurs études ont eu un large écho dans les pays anglo-saxons, puis en France, ou le Collectif féministe contre le viol s'est constitué en 1985. Ce sont les luttes féministes qui ont contribué à faire évoluer les lois.

Le viol en prison

Les prisonniers (homme ou femme) sont particulièrement vulnérables. Aux États-Unis d’Amérique, entre 22 et 25 % des hommes en prison sont victimes de viols. Les détenus condamnés pour viol sont souvent la cible de viol dans les prisons.


Le viol en droit

Dans de nombreux pays, le statut juridique du viol et le traitement que la justice réserve aux victimes a évolué notamment grâce aux féministes.
Les viols échappent dans certains pays à tout contrôle et toute sanction : la législation est souvent imparfaite et parfois inexistante. Seuls 16 pays ont des lois faisant spécifiquement référence aux agressions sexuelles. Mais même avec une législation adéquate, aucun pays n’applique la loi en totalité (UNIFEM, Nations unies, 2003).
Certains États ne considèrent pas que le viol puisse exister entre époux. Alors que certaines civilisations ou religions considèrent que la femme doit être soumise sexuellement à son époux, la législation ou la jurisprudence de certains pays admettent l'accusation de viol d'une femme par son mari. Le viol conjugal est reconnu comme une infraction à part entière dans 51 pays. En France, le « devoir conjugal » a été aboli en 1990 et le viol entre conjoints est condamnable depuis 1992.
La plupart des juridictions considèrent qu'un(e) mineur(e) en dessous d'un certain âge, la majorité sexuelle, ne peut valablement consentir à un rapport sexuel : c'est ainsi qu'en France, la législation interdit les rapports sexuels avec un mineur de moins de 15 ans. Dans d'autres États, la limite d'âge est supérieure comme par exemple dix-huit ans.
Le viol est, dans la plupart des juridictions, un crime défini comme relation sexuelle ou pénétration sans consentement valide des deux parties. Dans certaines juridictions, le viol est défini par une pénétration de l'anus ou du vagin par un pénis, tandis que dans d'autres juridictions, la pénétration que ce soit du vagin ou de l'anus n'ont pas besoin d'un pénis : un doigt ou un godemichet suffisent. Certaines juridictions étendent la définition du viol pour inclure d'autres activités sexuelles sans consentement valide, incluant la fellation, le cunnilingus et la masturbation. L'absence de consentement valide ne signifie pas nécessairement que la victime a explicitement refusé de donner son consentement; généralement le consentement est considéré invalide :
quand le consentement a été obtenu par la force physique, menace ou pression, ou
quand le consentement a été donné par une personne dont l'âge était en dessous de la maturité sexuelle, ou
par une personne intoxiquée par des drogues ou de l'alcool, ou
par une personne mentalement déficiente.
Quand l'acte sexuel implique une personne dont l'âge est en-dessous de la maturité sexuelle, le crime est nommé "viol" même si certaines juridictions utilisent l'expression « acte sexuel non autorisé par la loi » pour éviter le terme puissant de viol.

Législation française

Depuis 1980, la loi française apporte une définition précise du viol, qui est un crime passible de quinze ans de réclusion criminelle. L’ article L.222-23 du Code pénal dispose que : « Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui, par violence, contrainte, menace ou surprise, est un viol ».
C'est la « pénétration sexuelle » qui distingue le viol des autres agressions sexuelles.
« de quelque nature qu’il soit » : ceci désigne toute pénétration sexuelle, qu’elle soit vaginale, anale (sodomie) ou orale (fellation), ou par la main ou des objets.
« commis sur la personne d’autrui » : ceci désigne soit une femme, soit un homme, soit un enfant (fille ou garçon), que la victime soit connue ou inconnue de l’agresseur (ce dernier peut être extérieur à la famille ou lui appartenir).
« par violence, contrainte, menace ou surprise » : ceci désigne les moyens employés par l’agresseur pour imposer sa volonté, au mépris du refus ou de l’âge de la victime. C’est le non-consentement qui caractérise le viol.
La qualité d'ascendant légitime ou de personne ayant autorité constituent des circonstances aggravantes. Toute relation sexuelle est un délit dès lors que la victime est un(e) mineur(e) de moins de 15 ans.
Depuis 1992, la qualité de conjoint est retenue comme circonstance aggravante en cas de violences conjugales, et la jurisprudence reconnaît le viol conjugal.

Selon l'article article L.222-24 du Code pénal, le viol est puni de vingt ans de réclusion criminelle dans les cas où il a été commis :

sur une personne particulière (un mineur de moins de 15 ans, personne particulièrement vulnérable),
par une personne particulière (ascendant légitime, naturel ou adoptif ou par une autre personne ayant autorité sur la victime, personne abusant de son autorité que lui confère ses fonctions),
dans des circonstances particulières (par plusieurs auteurs ou complices, avec usage ou aide d'une arme),
en ayant entraîné une mutilation ou infirmité permanente,
en raison de l'orientation sexuelle de la victime.
La définition comme "pénétration" fait l'objet de contestations car elle exclut du champ du viol les attouchements et les caresses sans pénétration, qui peuvent constituer pour les victimes une atteinte tout aussi grave.

Législation suisse

Selon le Code pénal suisse, le viol, à l'article 190, ne peut être commis que sur une personne de sexe féminin et doit consister en l’acte sexuel au sens strict. La peine est la réclusion pour 10 ans au maximum et de trois ans au moins en cas de circonstances aggravantes. L'article 189 prévoit la même peine et s'applique aux actes analogues à l'acte sexuel, dont le viol masculin tandis que l'article 187 s'applique aux actes commis sur des mineurs de seize ans.
Le viol entre époux est poursuivi d'office depuis le 1er avril 2004 ; auparavant, l'infraction n'était poursuivie que sur plainte.

Statistiques

D'une façon générale, on dispose de peu de données statistiques sur cette criminalité qui n'est étudiée que depuis quelques dizaines d'années. Le Canada et les autres pays qui poursuivent avec le plus de succès les criminels sexuels semblent avoir le plus fort taux de violeurs, tandis que les pays où le viol est généralement ignoré par la société ne tiennent aucun compte de cette criminalité. De même, les chiffres sur les fausses accusations de viols varient beaucoup selon les sources. De 2%, selon les organisations féministes à 80%, selon certaines enquêtes américaines. La seule enquête véritablement sérieuse sur le sujet, date de 1994 aux USA. Eugene J. Kanin aurait aboutit après 9 ans à un chiffre de 41% (avec des variations de 25% à 85% selon la date et le lieu). Cependant ce chiffre n'inclut que les accusations reconnues fausses par les accusateurs eux-mêmes, ce qui laisse à penser que le véritable chiffre pourrait être plus élevé, mais ne concerne que les États-Unis, où les accusations de viol sont nombreuses.
Une proportion élevée de viols ne sont jamais comptabilisés dans les statistiques puisque non juridiquement reconnus dans le pays du crime, et aussi très souvent parce qu'il est difficile pour les victimes de porter l'accusation.


À travers le monde

En moyenne dans le monde, près d’une femme sur cinq sera victime de viol ou de tentative de viol au cours de son existence.
En Arabie saoudite, les auteurs d'un viol sont passibles de la peine de mort. Le 22 novembre 2007, une chiite violée par sept hommes près de Qatif a été condamnée par un tribunal à recevoir 200 coups de fouet et à 6 mois de prison.
En Afrique du Sud, 147 femmes sont violées chaque jour. Le taux de condamnation pour viol reste bas, de 7 % en moyenne. Un tiers du nombre de viols estimés aurait été signalé en 2003.
11,6 % des Canadiennes disent avoir été victimes de violence sexuelle de la part de non-partenaires dans leur vie.
Aux États-Unis, en 2004-2005, 64 080 personnes ont été victimes d'un viol, 51 500 d'une tentative de viol, soit une personne toutes les deux minutes et demi; 50 % viols déclarés ont été commis au domicile de la victime. Seules 41 % des viols sont signalés à la police. Le nombre de viols diminue de façon continue depuis plusieurs années : le taux est passé de 2,8 pour mille personnes de plus de 12 ans en 1979 à environ pour 0,8 mille en 2004. Entre 1993 et 2005, les viols ou tentative de viol ont diminué de 68 % aux États-Unis.
Au Pakistan, le viol doit être attesté par quatre témoins mâles, sans quoi la plaignante peut être poursuivie pour relation extra-conjugale.
En Turquie, 35,6 % des femmes subissent des viols conjugaux parfois, et 16,3% souvent


France

Le viol est un phénomène de société considérable dont l'ampleur commence à être reconnue. On ne dispose de données chiffrées officielles que depuis l'enquête nationale menée en 1999 (ENVEFF)[14]. Selon Amnesty International, 50 000 à 90 000 femmes ont été violées en France.
96 % des auteurs de viol sont de sexe masculin et 91 % des victimes sont de sexe féminin (statistiques concordantes du Ministère de la Justice et du CFCV, Collectif Féministe Contre le Viol). Cependant on ignore le nombre réel de victimes de sexe masculin, les hommes révélant rarement ces crimes.
Selon les statistiques de la permanence téléphonique nationale Viols Femmes Informations :

74 % des viols sont commis par une personne connue de la victime ;
25 % des viols sont commis par un membre de la famille ;
57 % des viols sont commis sur des personnes mineures (filles et garçons) ;
49 % des viols sont commis sans aucune violence physique ;
67 % des viols ont lieu au domicile (de la victime ou de l'agresseur) ;
45 % des viols sont commis de jour.
Les statistiques du Ministère de la Justice ne sont pas révélatrices de l'ampleur du phénomène, puisqu'elles ne prennent en compte que les viols faisant l'objet d'un procès sous cette qualification (il arrive aussi que la justice qualifie un viol, qui est un crime, comme délit d'« agression sexuelle » afin qu'il soit jugé en correctionnelle donc sans jury, et non devant les assises). Or seul 1 viol sur 11 fait l'objet d'une plainte (ENVEFF). Le nombre de plaintes pour viol est en constante augmentation ; il a plus que doublé entre 1985 et 1995, avec un ralentissement de l'augmentation depuis. Cette évolution est attribuée, selon certains, à une augmentation des faits commis, tandis que, pour d'autres, elle révèle plutôt que les femmes portent plainte de plus en plus souvent.

Le viol Silenc10


Le Collectif Féministe Contre le Viol
http://www.cfcv.asso.fr/

sos femmes accueil
http://www.sosfemmes.com/

_________________
Le viol Je-t-a10



Le viol Bougie10

Revenir en haut Aller en bas
https://jacotte26.forumactif.com
Invité
Invité




Le viol Empty
MessageSujet: Re: Le viol   Le viol EmptyDim 20 Avr - 11:59:31

mplxwszqsw au voil et violence pour ses femme qui son en souffrance et qui dois se sentir rejeter sale et mal aimer je leur dis que je suis dans leur douleusr qui dois avoir en eu et chaque femme victime de ses gestes ne dois pas garder cette souffrance il dois en parler car se nes pas leur faute ses celle de cette homme qui leur a fait subir alors briser cette souffrance et parler en.
ps merci jacotte pour se message trés important
Revenir en haut Aller en bas
 
Le viol
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: Discussion Générales-
Sauter vers: