chez Jacotte Mimi et leurs amis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Boîte Avant-Première Star Wars Unlimited ...
Voir le deal

 

 quelques monuments de Paris (75)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




quelques monuments de Paris (75) Empty
MessageSujet: quelques monuments de Paris (75)   quelques monuments de Paris (75) EmptyJeu 13 Déc - 23:41:28

la tour Eiffel

quelques monuments de Paris (75) Effeil10


Juillet 1887-Mars 1889 : Aperçu des différentes étapes de la construction de la tour Eiffel :
18 juillet 1887 : Commencement du montage métallique de la pile n°4

7 décembre 1887 : Montage de la partie inférieure sur les pylônes en charpente

20 mars 1888 : Montage des poutres horizontales sur l'échafaudage du milieu

15 mai 1888 : Montage des piliers au-dessus du premier étage

21 août 1888 : Montage de la deuxième plate-forme

26 décembre 1888 : Montage de la partie supérieure

15 mars 1889 : Montage du campanile

Fin mars 1889 : Vue générale de l'ouvrage achevé.





L'observatoire de la Sorbonne


L'observatoire de la Sorbonne est un ancien observatoire astronomique, situé sur le toit de la Sorbonne (Panthéon-Sorbonne), à Paris (France).

Il comprend une lunette d'observation de 153 mm (diamètre) et 2 300 mm (longueur focale). Cette lunette appartient à la Société astronomique de France (SAF).

Des observations publiques sont organisées les lundis et vendredis.

L'atelier d'optique de la SAF se situe deux étages plus bas.

Il est constitué de deux parties, un atelier d'ébauchage, et un atelier de polissage situé sous la coupole qui abritait jadis une lunette méridienne (l'ouverture de celle-ci est partiellement visible sur la gauche de la photo)



quelques monuments de Paris (75) 450px-11




La basilique du Sacré-Cœur

La basilique du Sacré-Cœur, dite du "Vœu national", située au sommet de la butte Montmartre, surplombant la ville de Paris, est une basilique dont la construction fut décrétée par une loi votée par l'Assemblée nationale le 23 juillet 1873 après la défaite de 1871 pour « expier les crimes des communards », ainsi que pour rendre hommage à la mémoire des nombreux citoyens français qui ont perdu la vie durant la guerre franco-prussienne.
C'est l'architecte Paul Abadie (mort en 1884) qui gagne le concours pour sa construction.


quelques monuments de Paris (75) 455px-10








Notre dame de paris.

quelques monuments de Paris (75) 800px-14



Comme la plupart des cathédrales françaises, Notre-Dame de Paris a un plan en forme de croix latine.

Principales dimensions :

longueur : 130 mètres
largeur : 48 mètres
hauteur sous voûte : 35 mètres
hauteur des tours : 69 mètres
largeur de la façade : 40 mètres.
longueur du chœur: 38 mètres
longueur du transept: 48 mètres
La nef comporte dix travées, le chœur cinq. L’axe de celui-ci est légèrement dévié par rapport à l’axe de la nef. L’abside est semi-circulaire à cinq pans.
La nef est flanquée de doubles collatéraux qui se prolongent par un double déambulatoire, le tout avec chapelle latérales (sauf sur les trois premières travées) et rayonnantes (soit 37 au total). Elle pouvait contenir jusqu’à 3000 personnes.

Construite avant le chœur, la nef relève du premier style gothique, avec voûtes sexpartites, cependant sans alternance de piles fortes et de piles faibles comme on le voit à Sens.

Une messe célébrée à l'intérieur de Notre-Dame de Paris, avec au fond la rosace sud.Le transept, bien identifiable de l’extérieur du monument, ne fait pas saillie par rapport aux collatéraux et aux chapelles latérales.
Il n’a pas de collatéraux.

L’élévation intérieure est à trois niveaux, avec grandes arcades, tribunes et fenêtres hautes.

Les façades nord et sud du transept s’ornent de magnifiques rosaces ornées de vitraux, parmi les plus grandes d’Europe (diamètre : 13 m).





L'ancienne église de la Madeleine


Au XVIIIe siècle, la rue Saint-Honoré franchissait les remparts de Paris par une porte monumentale située approximativement au niveau de l'actuelle rue de Castiglione.
Au-delà de cette porte se développa, à partir du XVIe siècle, un faubourg connu d'abord sous le nom de Culture l'Évêque puis de Ville l'Évêque car il était placé sous la suzeraineté de l'évêque de Paris depuis une concession remontant au roi Dagobert Ier.

Pour desservir ce faubourg, une chapelle, attestée depuis 1238, fut remplacée par une église dédiée à sainte Marie-Madeleine, sainte Marthe et saint Lazare, dont le roi Charles VIII posa la première pierre en 1492.
Elle se situait probablement à l'emplacement de l'actuel n° 8 boulevard Malesherbes.

Devant l'accroissement de la population du faubourg de la Ville l'Évêque, l'église fut agrandie à deux reprises, en 1659 et 1698. Mais après l'annexion du faubourg à la capitale, en 1722, il devint nécessaire d'envisager la construction d'une nouvelle église sur un nouveau site.
Alors qu'on arrêtait, selon le parti proposé par l'architecte Ange-Jacques Gabriel, l'aménagement de la nouvelle place Louis XV, on envisagea de l'édifier dans l'axe transversal de la nouvelle place, à l'extrémité de la future rue Royale, sur un terrain occupé, selon les anciens plans, par l'hôtel de Chevilly.

L'ancienne église fut désaffectée en 1765, vendue en 1767 et démolie en 1801.

quelques monuments de Paris (75) 800px-15.





La Grande Arche

n’est pas exactement dans l’axe historique de Paris, avec lequel elle fait un angle de 6,33°.
La raison est double : d’un point de vue technique d’abord, pour pouvoir installer les fondations de la structure de l’Arche, il a fallu respecter l’autoroute et les lignes ferroviaires existantes, ainsi que le projet de prolongement de la ligne 1 du métro parisien.
D’autre part d’un point de vue symbolique : le choix de cet écart précis répond à celui de l’écart existant de l’axe du palais du Louvre par rapport au même axe historique.

Prévenir Spreckelsen que son projet avait finalement été retenu fut délicat : séjournant alors dans sa maison de campagne située sur une île privée de tous les moyens de communication moderne au Danemark, il fallut envoyer de Paris un représentant français pour l’avertir par bateau.


quelques monuments de Paris (75) 800px-16




Le concours pour un nouvel Opéra

Apollon, la Poésie et la Musique d'Aimé Millet, groupe placé au sommet de l'Opéra et supportant le paratonnerreAu retour d'une série de voyages d'étude en Grèce, en Turquie et de nouveau à Rome (où il fut pensionnaire de l'Académie de France en 1849), Charles Garnier va remporter un succès inattendu.

Napoléon III est visé lors d'un attentat, le 14 janvier 1858, rue Le Peletier où se situe la salle d'Opéra du moment.
Des anarchistes italiens, dirigés par Felice Orsini, jettent plusieurs « machines infernales » dans le cortège et la foule qui l'entoure.
Le couple impérial est miraculeusement épargné mais se retrouve au milieu de huit morts et de près de cent-cinquante blessés.

quelques monuments de Paris (75) 800px-17.


La construction d'une nouvelle salle est décidée par l'empereur, au lendemain même du drame, pour la construction de ce qui deviendra le nouveau lieu d'apparat de la haute société parisienne, puis déclare le projet comme étant d'utilité publique par arrêté impérial daté du 29 septembre 1860.


Pour certains historiens, Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc semble à l'origine de l'idée d'un concours, craignant l'attribution du projet et la direction du chantier à Charles Rohault de Fleury, architecte ordinaire de l'opéra et donc logiquement destiné à réaliser cette nouvelle commande.
Selon l'avis d'autres spécialistes, ce sont Napoléon III et surtout son épouse, l'impératrice Eugénie, qui souhaitent écarter Rohault de Fleury pour que Viollet-le-Duc, leur favori, en soit lui-même chargé.

Toujours est-il que le concours pour l'édification d'une « Académie impériale de musique et de danse », largement ouvert et international, est donc organisé et annoncé dans un second arrêté du 29 décembre de la même année 1860.
L'usage voulait jusque-là que l'on fasse directement appel à un architecte désigné. Haussmann propose, en cette occasion, un site peu commode et plutôt mal adapté à ce type de programme.

Jeune architecte n'ayant pas encore fait ses preuves - ou si peu, Charles Garnier décide d'affronter ses pairs en participant au concours et de tenter de se distinguer parmi cent-soixante et onze concurrents.
L'événement est tel que tous les Parisiens et de nombreux provinciaux suivent de très près le déroulement de la compétition.
Officiels, presse et grand public y vont de leur propre commentaire et attendent impatiemment le résultat.


Charles Garnier (1825-1898) est Premier Grand Prix de Rome en 1848. Secondé de confrères et amis de l'École des Beaux-Arts, pour partie d'entre eux également lauréats de la même distinction, il rend un projet dont les châssis portent le numéro 38 et une devise - les projets devant rester anonymes - qui résume assez bien le caractère de son auteur : "J'aspire à beaucoup, j'attends peu "







Métro: Louvre


quelques monuments de Paris (75) 800px-18


Château médiéval, palais des rois de France, musée depuis deux siècles, le palais du Louvre développe son architecture sur plus de 800 années d'histoire.
Fondé en 1793 par la République française, le musée du Louvre constitue, avec l'Ashmolean Museum (1683), le musée de Dresde (1744) et le musée du Vatican (1784), l'un des tout premiers musées européens.
Organisées en 7 départements, les collections du Louvre rassemblent des œuvres datant de la naissance des grandes civilisations antiques du bassin méditerranéen jusqu' à la civilisation occidentale du haut Moyen Age à la première moitié du XIXe siècle, affirmant ainsi sa vocation encyclopédique. Le musée du Louvre conserve environ 6 000 peintures européennes réalisées entre la fin du XIIIe siècle et le milieu du XIXe siècle, de genres et de formats très différents -des petits tableaux aux toiles monumentales-, offrant une diversité encyclopédique..




le monument le plus visiter de France est.......


quelques monuments de Paris (75) Eiffel10
Revenir en haut Aller en bas
 
quelques monuments de Paris (75)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» POUR CEUX QUI AIMENT PARIS OU NE CONNAISSENT PAS PARIS
» quelques blagounette
» La SPA en quelques dates
»  quelques réflexions betes
» quelques insolites de l'annee 2005

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: decouverte des regions et lieux a visites-
Sauter vers: