chez Jacotte Mimi et leurs amis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion

 

 L'alcoolisme

Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
jacotte


Féminin Nombre de messages : 46688
Age : 58
Date d'inscription : 20/02/2005

L'alcoolisme Empty
MessageSujet: L'alcoolisme   L'alcoolisme EmptyDim 2 Déc - 0:00:54

L'alcoolisme est la dépendance à l'alcool (éthanol) contenu dans les boissons alcoolisées.
Cette pathologie chronique est caractérisée par la perte de contrôle de la consommation d'alcool, la présence d'une dépendance physique (pharmacodépendance, syndrome de sevrage) et d'une tolérance (nécessité d'augmenter les doses car le corps s'habitue).
L'alcoolisme, considéré comme une dépendance, est à l'origine de dommages physiques, psychiques et sociaux.
La progression dans le temps est l'une des caractéristiques majeures de cette addiction.
L'usage sans dommage précède le mésusage (avec usage nocif et usage à risque) sans dépendance puis enfin la dépendance.
L'alcool est une substance psychoactive à l'origine d'une dépendance mais est également une substance toxique induisant des effets néfastes sur la santé.
L'abstinence est souvent prônée afin de stopper l'évolution de la dépendance et de revenir à une vie normale.
On distingue deux grandes formes d'alcoolisme parmi différents types :
une consommation continue de boissons peu alcoolisées ; cette forme ne s'accompagne en général pas d'un sentiment de culpabilité, la personne considère qu'elle a une consommation « normale » ;
une consommation fréquente de boissons très alcoolisées ; cette forme s'accompagne d'un fort sentiment de culpabilité, la personne nie avoir un problème.
La seule façon d'enrayer sa progression serait une abstinence totale.
Le sevrage peut être effectué lors d'une cure en hôpital (il existe des services spécialisés en alcoologie).
Si le sevrage est trop brutal, il peut survenir un delirium tremens, avec hallucinations et tremblements, pouvant conduire au décès.
De nombreuses associations peuvent aider le malade alcoolique, abstinent ou non. Ces associations sont souvent des MAB (mouvements d'anciens buveurs).

Problèmes de santé induits par l'alcool

à court terme

ivresse aiguë : état d'ébriété, ralentissement des réflexes, état d'euphorie ou, au contraire, de tristesse, mauvaise appréciation des situations, troubles de l'équilibre, vasodilatation, jusqu'au coma éthylique ; cette situation peut amener au décès
gastrite
reflux gastro œsophagien
hépatite aiguë alcoolique
nausées, vomissements

à moyen et long terme


système nerveux : neuropathie alcoolique, névrite optique rétro bulbaire, encéphalopathie hépatique, démences alcooliques (Korsakoff, marchiava bignami, Wernicke)
foie : cirrhose avec insuffisance hépatocellulaire, cancer
pancréas : pancréatite aiguë ou chronique, insuffisance pancréatique exocrine (mal digestion) et endocrine (diabète)
système cardiovasculaire : hypertension artérielle, cardiopathie, hypertension portale avec varices gastriques et œsophagiennes, insuffisance veineuse
cancers des voies aérodigestives supérieures : langue, cavum, lèvres, œsophage, estomac
Conclusions de Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) : Une femme consommant 50g alcool par jour (5 pintes de bière, 5 verres de vin) augmente son risque de développer un cancer du sein de 50%. Pour 18g/jour (2 verres) son risque se voit augmenté de 7%.

Modifications biologiques liées à l'alcoolisme chronique

Atteinte hépatique : cytolyse hépatique, macrocytose, augmentation des gamma-GT, insuffisance hépatocellulaire : hypoalbuminémie, baisse des facteurs de la coagulation, thrombopénie.
atteinte pancréatique : augmentation des enzymes amylase et lipase, insuffisance pancréatique exocrine et endocrine
hyper triglycéridémie
carences vitaminiques (groupe B)

Le syndrome de sevrage alcoolique

Il survient 6 à 12 heures après la dernière prise d'alcool et évolue spontanément vers la guérison en une semaine.
Dans les formes mineures, on note, de façon plus ou moins associée, des nausées, des céphalées, une agitation, des trémulations, une tachycardie, une hypertension artérielle, des sueurs, une fièvre, des symptômes anxieux et dépressifs, des troubles de la concentration.
Dans les formes sévères, il y a des crises convulsives avec ou sans hallucinations.
La forme la plus sévère des complications est le delirium tremens qui peut être mortelle en l'absence de traitement.
Ces formes sévères peuvent être inaugurées par des troubles visuels, auditifs et sensitifs, favorisés par des stimuli sensoriels (gène de la lumière, du bruit, démangeaisons), des idées délirantes et hallucinatoires.
Les éléments qui permettent de détecter les formes sévères, permettant ainsi un repérage dans le but d'une meilleure prise en charge, sont: la consommation prolongée de quantités importantes en alcool, des antécédents de crises convulsives et de délirium trémens, la nécessité de boire rapidement de l'alcool après le réveil afin de soulager les formes débutantes de sevrage.
L'administration de benzodiazépine reste le traitement de choix pour prévenir le delirium tremens



Alcool et grossesse

Le principal risque lié à l'alcool durant la grossesse est le syndrome d'alcoolisation fœtale.


Statistiques

L'alcoolisme touche en France 5 millions de personnes(soit plus de 7 800 personnes pour 100 000 habitants), dont 600 000 femmes ; d'après une étude récente, chaque Français a consommé en moyenne 9,3 litres d'alcool en 2003. En France, on estime que 20% des accidents du travail sont imputables à l'alcool et 10% des salariés ont une consommation problématique d'alcool.
Ces statistiques sont particulièrement sujettes à caution : l'évaluation rigoureuse est très difficile en raison d'une dénégation quasi-constante des faits.
Il cause environ 750 000 morts par an dans le monde (environ 12 pour 100 000 habitants), dont 45 000 en France[5] (73 pour 100 000 habitants) :

23 000 décès directs
11 000 cancers des lèvres, de la bouche, du pharynx et du larynx,
9 000 cirrhoses,
2 500 par alcoolodépendance,
22 000 morts indirectes (troubles mentaux, maladies cardiovasculaires, accidents...).
Tous les ans, 5 000 à 7 000 bébés naissent en France avec des malformations graves en raison de l'alcoolisation de la mère; dans le Pas-de-Calais, cela représente 1 naissance sur 3 000.
En France, on peut considérer que l'alcoolisme est la troisième cause de mortalité après l'obésité et le tabac, et devant les maladies infectieuses et les accidents de la route.
Les risques de cirrhose du foie et d'accident sont bien connus de la majorité des Français, mais il n'en est pas de même des risques de cancers et de maladies cardio-vasculaires.
Pour les maladies cardio-vasculaires, les études scientifiques montrent qu'une consommation modérée (un verre par jour) diminue le risque cardio-vasculaire, mais qu'une consommation de plus de trois verres l'augmente rapidement.
l'excès d'alcool crée également des carences en vitamines, ce qui diminue la résistance aux maladies.
L'association alcool – tabac est un facteur d'aggravation du risque, qui devient alors supérieur à la somme des risques de l'alcool et du tabac pris séparément.

site a visiter

ANPAA Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie

http://internet.anpaa.asso.fr/index_flash.html

_________________
L'alcoolisme Je-t-a10



L'alcoolisme Bougie10

Revenir en haut Aller en bas
https://jacotte26.forumactif.com
 
L'alcoolisme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: Discussion Générales-
Sauter vers: