chez Jacotte Mimi et leurs amis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -36%
Friteuse sans huile Philips Airfryer Série 3000
Voir le deal
69.99 €

 

 Amiens (80)

Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
jacotte


Féminin Nombre de messages : 46788
Age : 58
Date d'inscription : 20/02/2005

Amiens (80) Empty
MessageSujet: Amiens (80)   Amiens (80) EmptyJeu 11 Oct - 22:44:55

Amiens est une commune française, chef-lieu du département de la Somme et la préfecture de la région Picardie.
Ses 136 234 habitants s'appellent les Amiénois

Symboles de la ville

Le blasonnement d'Amiens est :

« De gueules au lierre d'argent, au chef d'azur semé de fleurs de lis d'or. »
Sa devise est

« Liliis tenaci vimine jungor » : un lien puissant m'unit au lis.

Amiens (80) 120px-11


En 1991, un logo a été conçu par la nouvelle municipalité formée autour de Gilles de Robien (élu maire en 1989). Le logo représente une fleur de lis et une feuille de lierre placées côte à côte de couleur rouge sur un fond gris ou blanc (selon l'utilisation).

Amiens (80) 120px-10


Histoire

Antiquité

Avant l'arrivée des Romains, la région est occupée par un peuple gaulois : les Ambiani. On connaît très peu de choses sur la ville gauloise en raison du peu de fouilles effectuées.
Dès leur arrivée en Gaule, les Romains reconnaissent le caractère stratégique de la cité. Son nom en latin est Samarobriva, qui signifie en gaulois « Pont (briva) sur la Somme (Samara) ». Dans son ouvrage De Bello Gallico (La guerre des Gaules), Jules César a séjourné à Samarobriva de l'automne -54 au printemps -53. Il y a convoqué deux fois un concilium Galliae.
La ville se développe au Ier siècle alors que l'empereur romain Claude Ier décide de conquérir la Bretagne (Grande-Bretagne actuelle). La construction de nouvelles routes en Gaule belgique et la situation favorable de Samarobriva sur la Somme renforce l'importance de la cité. Samarobriva devient un point de passage de l'axe romain Lyon-Boulogne et le principal nœud routier de la Gaule du nord.

Amiens (80) Amiens10
mairie


On y construit :

un vaste forum (320 m x 125 m, de l'actuel hôtel-de-ville à l'actuel palais de justice) ;
des thermes romains (actuellement rue de Beauvais, face à l'église St-Germain) ;
un amphithéâtre de 15 000 places (aujourd'hui à l'emplacement de l'hôtel-de-ville).
Le plan de la ville est orthogonal, les rues se coupant à angle droit pour former des insulae.
En 287, saint Firmin devient le premier évêque d'Amiens, et prêche le christianisme dans la ville. Il est décapité le 25 septembre 303.
Durant l'hiver 338-339, saint Martin, alors soldat romain en garnison à Amiens, partage son manteau avec un pauvre (une plaque commémore cet événement sur le mur nord du palais de justice actuel).
Au Bas-Empire (IVe siècle), l'amphithéâtre est transformé en forteresse : le Castillon. La surface de l'enceinte est d'environ 20 hectares, ce qui fait d'Amiens la plus grande forteresse du nord de la Gaule.
La prospérité de la cité la désigne aux premiers assauts des barbares, Alains, Vandales, Burgondes, qui s'emparent successivement d'Amiens.

Moyen Âge

Au Ve siècle arrivent les Francs sous la conduite de Clodion le Chevelu. Mérovée y est élu roi par ses compagnons d'armes et élevé sur le pavois en signe du pouvoir qui lui est conféré.
859 : la ville est pillée par les Normands.
882 : nouvelle attaque des Normands qui prennent la ville et incendient la cathédrale.
Si Amiens bénéficie, vers 1095, d'une ébauche d'organisation municipale, la commune n'est réellement constituée qu'en 1113, alors que d'autres villes de la région (Beauvais, Cambrai, Laon, Noyon, Saint-Quentin) l'ont devancée sur le terrain des libertés municipales. Le dimanche des Rameaux 1115, le roi Louis VI le Gros est présent à Amiens, pour soutenir l'évêque Geoffroi et les habitants contre le comte Enguerrand de Boves qui refuse de reconnaître l'institution de la charte des libertés communales.
Réuni à la couronne en 1185, puis donné à la Bourgogne par le Traité d'Arras (1435), Amiens est acquise par Louis XI en 1477.
En 1218, La foudre détruit les archives de l'évêché et celles du chapitre, et anéantit la cathédrale qui avait été reconstruite après l'invasion des Normands.
En 1597, les Espagnols attaquent par surprise grâce à une technique proche du Cheval de Troie et s'emparent de la cité. Après 6 mois de siège, Henri IV reprend la cité, mettant fin à son autonomie de gestion.


Amiens (80) 200px-10
Le beffroi d'Amiens




Époques moderne et contemporaine

Amiens est réputée au XVIIIe et XIXe siècle pour ses textiles dont le célèbre velours d'Amiens. La famille Cosserat est alors une des plus grandes familles de l'industrie textile amiénoise.
Le 25 mars 1802, le Royaume-Uni et la France signent à la mairie d'Amiens un traité de paix qui met un point final à la deuxième coalition européenne contre la France.
Durant le XIXe siècle siècle, Amiens tire profit du développement de l'industrie. La ville s'étend et se modernise. Les remparts sont démontés pour laisser place à de larges boulevards qui ceinturent le centre-ville. Sur les parcelles des Hospices d'Amiens, éloignés des faubourgs de Saint-Honoré et Saint-Acheul, nait le quartier Henriville. La rue de la République est créé est devient la rue du pouvoir et du savoir, avec l'érection de la bibliothèque municipale et du musée de Picardie, ainsi que l'installation de la Préfecture.
La première ligne de chemin de fer passant par Amiens est construite en 1848 : elle permet de relier la ville à Boulogne-sur-Mer. Certains anciens fossés jouxtant les remparts sont utilisés pour le passage de voies de chemin de fer. Ce progrès modifie la géographie de la ville, qui tourne désormais le dos à la Somme, à l'instar de l'Hôtel de ville qui transfert son entrée de la place au fil, vers l'actuelle rue des Trois cailloux.
En 1849, comme dans toutes les communes de France, la population masculine majeure peut, pour la première fois, aller voter grâce à l'instauration du suffrage universel.
Pendant la guerre franco-allemande de 1870, la Somme est envahie par les Prussiens, et Amiens occupée, tandis que la citadelle résiste quelques jours de plus.
En 1906, la CGT y tient un congrès historique, qui élabore la Charte d'Amiens.
Amiens connaît des dégâts lors des deux guerres mondiales. Ville de l'immédiat arrière-front en 1914-1918, la ville subit une courte occupation en septembre 1914. De 93 000 habitants à l'entrée en guerre, la population passe à 110 000 pendant le conflit du fait de la présence des troupes alliées. Population et industries subissent de lourdes privations (gaz, charbon, pain…), qui engendrent plusieurs grèves, 25 rien que pour l'année 1917. Face aux bombardements réguliers, la municipalité met en place dès 1915 la protection des monuments historiques, comme la cathédrale. Fin mars 1918, une vague de bombardements intense détruit la gare du Nord, les Nouvelles Galeries et la Halle aux blés, entraîne l'évacuation de la population, et de la municipalité qui se réfugie à Neufchâtel-en-Bray. À la fin de la Première Guerre mondiale, on dénombre 7 000 maisons détruites et 3000 endommagées, auxquelles s'ajoutent les pillages
Un plan de reconstruction est engagé par Louis Duthoit, remplacé en 1921. L'État rejette en 1924 la demande de la municipalité de dommages de guerre. Une reconstruction moins ambitieuse débute en 1925, dont témoignent quelques façades art déco.
La reconstruction du centre-ville, déjà fortement touché en 1918, n'est pas terminée, que la ville est à nouveau rasé par les nombreux bombardements de la Seconde Guerre mondiale, en 1940. Le quartier bourgeois d'Henriville, le pittoresque quartier populaire de Saint-Leu, aujourd'hui réhabilité, et la cathédrale sont heureusement épargnés. En 1942, les premiers plans de reconstruction sont échafaudés par les gradés allemands, et par Pierre Duffau. En 1944, l'aviation britannique vise la prison lors de l'opération Jéricho, puis les voies ferrées. Amiens sort du conflit détruite à 60 %.
La ville est reconstruite sur les plans de Pierre Dufau, alors que le quartier de la gare est conçu par Auguste Perret.
Dans les années 1970, la ville achète peu à peu les maisons du quartier Saint-Leu et le rénove dans les années 1980. Dans les années 1990, au pied de la cathédrale est édifiée l’université de Picardie, et le parc Saint-Pierre réaménagé. Ces quinze dernières années, la ville s'est également développée à travers le quartier de la Vallée des vignes.
Aujourd'hui (2006), un nouveau plan d'aménagement du quartier de la gare vient d'être officialisé

a voir


Amiens (80) Kathe10
Notre-Dame d'Amiens
Le Beffroi
Le Cirque municipal
La Tour Perret
L'Église Saint-Leu
L'église St-Germain
Les vestiges de l'Hôtel-Dieu
Les moulins Passe avant et Passe arrière
La façade Renaissance de la Maison du Sagittaire.
Le Logis du Roy
La Citadelle
L'Hôtel de ville
Le Palais de Justice
Le quartier Henriville, dont l'hôtel Acloque
La maison de Jules Verne
L'horloge Dewailly
Ancienne Maison des Assurances
Le monastère des Visitandines
La Place Saint-Denis
L'Hôtel Bouctot-Vagniez
L'Église Saint-Honoré
Galerie du Vitrail

Amiens (80) 250px-10
Canal dans le quartier Saint-Leu

_________________
Amiens (80) Je-t-a10



Amiens (80) Bougie10

Revenir en haut Aller en bas
https://jacotte26.forumactif.com
 
Amiens (80)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Angèle - BROL TOUR - Zénith Amiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: decouverte des regions et lieux a visites-
Sauter vers: