chez Jacotte Mimi et leurs amis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -21%
Drone Dji Mini 2 SE Gris
Voir le deal
219.99 €

 

 STENDHAL

Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
jacotte


Féminin Nombre de messages : 46789
Age : 58
Date d'inscription : 20/02/2005

STENDHAL Empty
MessageSujet: STENDHAL   STENDHAL EmptyMer 21 Fév - 23:36:39

Artiste et écrivain Francais Né le 23 janvier 1783 Décédé le 23 mars 1842


Stendhal, de son vrai nom, Henri Beyle est né à Grenoble le 23 Janvier 1783 dans une famille honorable de la cité.
Son père, Chérubin Beyle, est avocat au Parlement et son grand père maternel, Henri Gagnon est un médecin très estimé.
A sept ans, Henri Beyle, perd sa mère.
Enfant très sensible, il se révolte alors contre son père, contre sa tante et contre son précepteur, l’Abbé Raillane et participe passionnément aux évènements de la Révolution dont Grenoble fut le berceau.
Il trouve refuge chez son grand père maternel, le bon Docteur Gagnon, qui saura lui parler et lui donner une bonne éducation.
Henri Beyle acquiert à l’Ecole Centrale de Grenoble une solide instruction et en 1799, il part à Paris, pensant un moment se présenter à l’Ecole Polytechnique.
Mais finalement avec l’aide de son cousin, le Comte Pierre Daru, Secrétaire Général à la guerre, il commence en 1800 une carrière militaire et rejoint l’Armée d’Italie.

L’Italie le charme et notamment Milan qui l’enchante immédiatement et restera pour lui «la beauté parfaite» mais l’armée l’ennuie et il démissionne en 1802, pensant entamer une carrière d’auteur dramatique.
En 1806, toujours grâce à son cousin Daru, le futur Stendhal reprend du service dans l’intendance et exerce ses fonctions en Allemagne, en Autriche, devient Conseiller d’Etat, mène une vie de dandy , participe aux campagnes de Russie et de Saxe et tombe avec Napoléon en Avril 1814, retrouvant ainsi sa liberté. Stendhal s’installe alors à Milan où il demeurera sept ans et compose en 1814 son premier livre sous le titre «Vies de Haydn, de Mozart et de Métastase», sous le pseudonyme de Louis César Alexandre Bombet.

Il voyage en Italie et fréquente assidûment la Scala qui, à l’époque est le temple de la musique mais aussi le lieu de réunion de l’intelligentsia milanaise, les loges servant de salons.
Il publie en 1817 deux livres l’Histoire de la peinture en Italie et sous le pseudonyme de Stendhal Rome, Naples et Florence.
Mais en 1821 après une déception amoureuse causée par Matilde Viscontini-Dembowski et devenu suspect à la Police autrichienne, il doit quitter Milan et regagner Paris, ce qu’il fait en juin 1822.

L’héritage de son père ayant disparu, Stendhal est ruiné et doit parvenir à vivre de sa plume.
Il fréquente alors les salons célèbres et connaît une vie amoureuse intense et agitée.
Il publie De l’Amour en 1822, sorte de journal de sa passion pour Matilde, La vie de Rossini en 1823, Racine et Shakespeare en 1823-1825, il tient une chronique musicale et picturale dans «le Journal de Paris».
A 43 ans, Stendhal devient romancier et publie un roman d’analyse Armance (1827), Promenades dans Rome en 1829, puis revenant au roman d’analyse, il donne à la fin de 1830, son premier chef d’œuvre, Le Rouge et le Noir.

La Révolution de Juillet fait de lui un Consul de France en Italie, d’abord nommé à Trieste l’autrichienne qui le refuse, il est ensuite nommé en 1831 à Civitavecchia où il trouve un climat plus serein mais éprouve également un profond ennui, malgré la proximité de Rome.
Il entreprend durant cette période de grands livres inachevés Une position sociale (1832), Souvenirs d’égotisme, Lucien Leuwen (1834-35), Vie de Henry Brulard (1835-36).
Il obtient un congé de trois ans en France et retrouve le milieu parisien qui le stimule, Chroniques italiennes, Mémoires d’un touriste (1838), il conçoit en 1838 La Chartreuse de Parme qui paraîtra le 6 Avril 1839, L’abbesse de Castro (1839). En 1839, il est obligé de rejoindre son poste et va reprendre ses œuvres dont Lamiel.

Sa santé se détériore, le 15 Mars 1841, il est victime d’une première attaque d’apoplexie à la suite de laquelle il est autorisé à retourner à Paris pour se faire soigner.
Le 22 Mars 1842, à dix neuf heures, sur le trottoir de la Rue neuve des Capucines, Stendhal a une seconde attaque et meurt dans la nuit.
Son cousin et exécuteur testamentaire, Romain Colomb le fait inhumer au cimetière Montmartre.

Le génie de Stendhal ne sera reconnu que beaucoup plus tard, comme il l’avait lui même prévu : «Je mets un billet à la loterie dont le gros lot se réduit à ceci: être lu en 1935».
Stendhal, qui s’affirmait milanais, est encore lu et très apprécié au XXI ème siècle.

_________________
STENDHAL Je-t-a10



STENDHAL Bougie10

Revenir en haut Aller en bas
https://jacotte26.forumactif.com
 
STENDHAL
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» citation de Stendhal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: grands personnages-
Sauter vers: