chez Jacotte Mimi et leurs amis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -14%
Console Sony PS5 Slim Edition Standard Blanc et Noir
Voir le deal
474.99 €

 

 (témoignage) En prison depuis dix ans l’un des évadés de Moulins dépeint son «enfer»

Aller en bas 
AuteurMessage
mimi
administratrice
mimi


Féminin Nombre de messages : 44587
Age : 59
Date d'inscription : 26/07/2007

(témoignage) En prison depuis dix ans l’un des évadés de Moulins dépeint son «enfer» Empty
MessageSujet: (témoignage) En prison depuis dix ans l’un des évadés de Moulins dépeint son «enfer»   (témoignage) En prison depuis dix ans l’un des évadés de Moulins dépeint son «enfer» EmptySam 3 Nov - 9:32:34

Détenu depuis dix ans,El Hadj Omar Top,jugé en avril 2013 par la cour d’assises du Rhône pour s’être évadé avec explosifs et otages de la prison de Moulins en 2009,raconte dans un livre son quotidien fait de transferts répétés et de mises à l’isolement,entre révolte et rêves de rédemption.

(témoignage) En prison depuis dix ans l’un des évadés de Moulins dépeint son «enfer» Image10

C’est pour échapper à sa «condition de bête fauve» que cet ancien malfaiteur de 34 ans,jugé en avril 2013 par la cour d’assises du Rhône pour s’être évadé avec explosifs et otages avant d’être repris 36 heures plus tard,s’est lancé dans l’écriture de «Condamné à vivre»,qui vient de paraître chez Flammarion.

De Fresnes à Clairvaux en passant par Bois-d’Arcy, Lannemezan ou Villefranche-sur-Saône,il dépeint en plus de 300 pages la dizaine de prisons où il a séjourné depuis son incarcération,fin 2002,pour la «tentative d’homicide» d’un policier.

Enclin à l’évasion,aux agressions contre les gardiens et à la confection de pics à glace artisanaux,Top insiste sur ses nombreux passages au quartier disciplinaire et surtout à l’isolement,«prison dans la prison» où il se sent réduit à l’état «de détritus».

«Posez-vous la question: être traité comme un objet usagé,y survivrais-je?

Simple à savoir.

Prenez une couverture et restez une journée entière,nuit comprise,allongé dans une décharge», écrit le prisonnier,classé parmi les quelques centaines de «détenus particulièrement signalés» de France.

«Au cachot,j’ai entendu des braqueurs pleurer,j’ai vu des terroristes gémir de douleur,des jeunes se pendre,boire de l’eau de Javel...»,poursuit-il, évoquant «une torture blanche» où l’absence de contacts humains «rend fou»,plus sûrement que la faim,le manque de lumière et les bruits incessants.

«Omar le tigre» tombe amoureux

Au-delà de ce témoignage rare sur l’isolement, dispositif dont l’usage abusif a valu à la France une condamnation par la Cour européenne des droits de l’homme en 2009,El Hadj Omar Top décrit la grande diversité des conditions de détention,de centrale en maison d’arrêt.

«Gamelle pire que le vomi» et rats à Fresnes,dans le Val-de-Marne,contre «prison exemplaire» à Bois-d’Arcy,dans les Yvelines,avec ses douches propres et son gymnase.

Quiétude et vue sur le pic du Midi à Lannemezan, dans les Pyrénées,contre cellules «pas plus larges qu’une tombe» à Clairvaux,centrale ultrasécurisée dans l’Aube.

Au fil de son tour de France pénitentiaire,on voit le détenu s’endurcir à cette «école» où «tout le monde médite plusieurs crimes en secret», organisant des tournois d’"ultimate fighting» en pleine promenade et traquant les «balances» qu’il faudra rouer de coups.

Lorsqu’il raconte son évasion début 2009 de la centrale de Moulins-Yzeure,dans l’Allier,un poème résume son état d’esprit: «Omar le Tigre» s’y brosse en «honnête prédateur,qui fait son job de chasseur»,prêt à «déchiqueter» plutôt que de «pourrir en détention».

Insoumis et violent,le prisonnier réussit pourtant à s’assagir le temps de mener à bien une licence de mathématiques,saluant les «hommes merveilleux» qui l’ont formé entre deux séjours au mitard,et découvrant sa propre soif de connaissance.

Surtout,il aspire à se «construire en homme» depuis son mariage avec Clara,visiteuse de prison qui lui a donné fin 2011 un enfant conçu au parloir.

Jusque là indifférent à la justice,dont il disait «ne rien attendre»,Top cherchera parmi ses jurés lyonnais,en avril prochain,«des hommes et des femmes pour croire encore» en lui.





















le progres

_________________


(témoignage) En prison depuis dix ans l’un des évadés de Moulins dépeint son «enfer» 100721102809395527
(témoignage) En prison depuis dix ans l’un des évadés de Moulins dépeint son «enfer» Mimi1010


(témoignage) En prison depuis dix ans l’un des évadés de Moulins dépeint son «enfer» Bandeau_08012136311



Revenir en haut Aller en bas
https://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
mimi


Féminin Nombre de messages : 44587
Age : 59
Date d'inscription : 26/07/2007

(témoignage) En prison depuis dix ans l’un des évadés de Moulins dépeint son «enfer» Empty
MessageSujet: Re: (témoignage) En prison depuis dix ans l’un des évadés de Moulins dépeint son «enfer»   (témoignage) En prison depuis dix ans l’un des évadés de Moulins dépeint son «enfer» EmptyJeu 18 Avr - 20:52:32

Évasion de la prison de Moulins : quinze ans de réclusion pour les auteurs

En février 2009,Christophe Khider et Omar Top El Hadj se sont évadés usant d'explosifs et prenant la fuite avec deux surveillants en otages.

Les deux auteurs de l'évasion à l'explosif de la centrale de Moulins en 2009 ont été condamnés jeudi à 15 ans de réclusion criminelle par les assises du Rhône,à l'issue de trois semaines d'un procès sur lequel a plané l'évasion de Redoine Faïd,samedi près de Lille.

Après plus de cinq heures de délibéré,la cour s'est montrée plus clémente que le ministère public qui avait requis de 20 à 22 ans de réclusion à l'encontre de Christophe Khider,principal accusé,et de 18 à 20 ans pour son complice,Omar Top El Hadj.

Dans son réquisitoire,mardi,l'avocate générale Jacqueline Dufournet avait incité les jurés à ne pas se laisser influencer par l'évasion,dans des conditions similaires,du dangereux braqueur,Redoine Faïd,toujours en cavale.

Elle avait appelé à ce que ce procès ne se transforme pas en "procès de la prison",comme ont tenté de faire parfois violemment,les deux principaux accusés.

"Ce n'est pas parce qu'un individu s'évade qu'il faut que tous les autres en subissent les conséquences.

Parce que les conséquences sont trop lourdes pour eux",avait lancé la magistrate.

Mais,avait-elle souligné,"la société ne peut accepter qu'il n'y ait pas une répression sévère de ces actes d'évasion".

Lors d'un parloir famille,le 15 février 2009,Christophe Khider et Omar Top avaient fait exploser deux portes blindées et pris la fuite avec deux surveillants en otages,libérés dans la soirée.

Ils avaient été interpellés dans le Val-de-Marne,après 36 heures de cavale,au terme d'une course poursuite avec la police,au cours de laquelle Khider avait été sérieusement blessé.

Des peines de 5 ans de prison ont par ailleurs été infligées à la compagne de Khider,Sylvie Piciotti et à sa complice Nadia Kabouche,qui avait introduit dans cette centrale,considéré comme la plus sécuritaire d'Europe,explosifs,arme et munitions scotchés dans son dos,à l'insu des surveillants.

Des conditions de détention pointées du doigt

Cette femme de 32 ans,compagne d'un autre détenu,Eugène Baeb,également condamné à 5 ans de prison pour complicité,était en effet dispensée de passer sous le portique car elle portait des broches métalliques dans le dos.

"Il y a deux femmes en prison depuis quatre ans,l'une par amour et l'autre... par bêtise",avait résumé mercredi la défense de Khider,Me Bernard Ripert.

Évoquant les conditions de détention de son client "pas meilleures" que "celles d'un camp de concentration",le belliqueux avocat avait assuré que ce dernier "était prêt à mourir pour s'évader,mais il n'était pas prêt à tuer".

Alors qu'il dissertait depuis près d'une heure,jeudi,"pour tout reprendre à zéro",Omar Top a été enjoint par le président de la cour à "synthétiser" en "cinq minutes".

"Tu me donnes cinq minutes et après tu me fais faire 20 piges",s'est exclamé l'accusé,aussitôt expulsé de la salle sous les clameurs de ses proches.

Au début du procès,l'ex-directeur de la centrale Bruno Fenayon avait justifié sa décision de laisser sortir les preneurs d'otages,pour éviter un "carnage".

"On n'est pas préparé à ces scènes de guerre et malgré tous les reproches faits dans le rapport de l'inspection pénitentiaire,j'ai l'impression d'avoir sauvé des vies car ça aurait pu être un carnage",avait déclaré Bruno Fenayon,partie civile,qui souffre depuis de "crises d'angoisse".














le parisien

_________________


(témoignage) En prison depuis dix ans l’un des évadés de Moulins dépeint son «enfer» 100721102809395527
(témoignage) En prison depuis dix ans l’un des évadés de Moulins dépeint son «enfer» Mimi1010


(témoignage) En prison depuis dix ans l’un des évadés de Moulins dépeint son «enfer» Bandeau_08012136311



Revenir en haut Aller en bas
https://jacotte26.forumactif.com
 
(témoignage) En prison depuis dix ans l’un des évadés de Moulins dépeint son «enfer»
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» je vous laisse le choix entre l'enfer belge et l'enfer français.
» Le témoignage exceptionnel du seul déporté volontaire à Auschwitz
» Les Évadés (film, 1994)
» sa maison lui fait vivre l’enfer à Nimes
» L'enfer en Australie : une touriste hollandaise torturée et violée plus de 60 fois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: Discussion Générales-
Sauter vers: