chez Jacotte Mimi et leurs amis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -50%
WiMiUS S27 – Mini projecteur portable rotatif ...
Voir le deal
69.99 €

 

 une plume

Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
jacotte


Féminin Nombre de messages : 46781
Age : 58
Date d'inscription : 20/02/2005

une plume Empty
MessageSujet: une plume   une plume EmptyMar 24 Mai - 15:37:15

L'ensemble des plumes, généralement plusieurs milliers, forme le plumage, dont les fonctions sont de protéger le corps de l'oiseau du milieu ambiant, notamment contre l'eau et le froid, de permettre le vol, de se camoufler.
Mais il a aussi une fonction sociale et reproductive



Une plume se compose d'un axe central, creux à sa base, le calamus qui naît dans l'épiderme et plein dans sa partie principale, le rachis.
Le rachis porte des « barbes », insérées en deux séries de part et d'autre de l'axe dans un seul plan, et enchevêtrées par des « barbules » perpendiculaires qui sont dotés d'innombrables crochets minuscules. L'ensemble des barbes situées du même côté du rachis est appelé vexille.
La vexille externe (visible quand l'aile est repliée) est souvent plus étroite que l'interne.

Lorsque la base inférieure du rachis peut comporter une plume secondaire, celle-ci est appelée hyporachis.

une plume 05820p10


On distingue plusieurs types de plumes :


une plume Plumes10

Les pennes


Les plumes les plus longues des ailes et de la queue sont appelées pennes.
Il existe deux grands groupes de pennes, les rémiges et les rectrices.

Les rémiges sont fixées aux ailes. Les rémiges primaires, prenant appui sur les os des phalanges et du métacarpe, sont les plus longues et participent à la forme générale de l'aile. Les oiseaux actuels en ont de 9 à 11 sur chaque aile. Les rémiges secondaires sont plus courtes et insérées au niveau de l'avant-bras (cubitus). Les oiseaux actuels en ont de 6 (Colibris) à 38 (Albatros) par aile. Certaines espèces (albatros, puffins et certains canards) présentent des rémiges tertiaires, au niveau de l'humérus. Quelques rémiges, plus petites, sont fixées au niveau du 1er doigt. Appelées rémiges bâtardes, ou rémiges polliciales, elles constituent l'alula, et sont déployées surtout dans les phases de vol à basse vitesse.


Les tectrices

Les rectrices sont fixées sur la queue. La plupart des espèces en ont 12

Les plumes tectrices ou plumes de couverture désignent le duvet (formé de plumes légères dont les barbes ne sont pas enchevêtrées) et les plumules ou semi-plumes, qui sont des très petites plumes sur les tarses. Les plumes de duvet sont très abondantes chez certaines espèces (canards, oies...) ; elles sont parfois arrachées par l'oiseau sur son propre corps afin de garnir le nid. Certaines espèces (outardes, hérons, certains passereaux) possèdent des touffes de duvet particulier, dont l'extrémité se désagrège en une poudre utilisée pour l'entretien des plumes (ces espèces ont généralement une glande uropygienne plus réduite que la moyenne)


Les plumes sensitives

Les filoplumes sont réduites à un rachis filiforme porteur de quelques barbes au sommet. Elles sont mêlées aux autres plumes de contour auprès desquelles elles sont implantées et leur base est bien innervée ; elles aident vraisemblablement l'oiseau à mettre ses plumes en place lors de sa toilette.


Les vibrisses ou plumes sétiformes sont des plumes tectrices modifiées, très fines, disposées le plus souvent sur le front et les commissures des yeux et au coin du bec, leur majeure partie (distale) étant dépourvue de barbes et réduite au rachis


Plumes particulières

Les plumes trichoptiles ou néoptiles sont des plumes de couvertures qui ont l'air de cheveux. Les trichoptiles ont un rachis qui se sépare en trois branches. Les termes herls, hackles, sabres, quills, définissent des plumes particulières pour des espèces précises



La croissance des plumes




Premièrement, lorsqu'une plume tombe, une nouvelle la remplace tout de suite.
Elle commence sa croissance par une papille (qui ressemble à un petit pic qui sort de la peau de l'oiseau).
La plume en tant que telle pousse dans une enveloppe protectrice très vascularisée (remplie de nombreux vaisseaux sanguins). Lorsque la croissance est terminée l'enveloppe sèche et l'oiseau la gratte ou l'enlève avec son bec.
Dès lors, il y a une nouvelle plume fait de tissu non vivant. Si une plume en croissance est cassée, il faut tout de suite l'arracher à la base, car elle risque de saigner très longtemps, puisque les oiseaux ont un système de coagulation sanguine déficient.
Une fois la plume arrachée de son fourreau, le saignement arrêtera probablement. Si tel n'est pas le cas, il s'agit de faire des pressions directement au lieu d'origine du saignement.

une plume Xlnhc210
Reconnaitre les plumes

1 La buse 2 La perdrix 3 Pigeon ramier 4 Geai des chênes
5 La bécasse 6 Le moineau 7 Le merle 8 Le pic épichette



On connaît de multiples fonctions du plumage chez les oiseaux modernes.
La fonction d'isolation thermique est la plus évidente mais il joue aussi un rôle primordial dans la communication visuelle tout au long des cycles de vie de l'oiseau. La couche de plumes tectrices protège aussi les oiseaux des chocs mécaniques, de l'humidité et des radiations solaires. En outre, le plumage peut jouer un rôle mimétique vis-à-vis des prédateurs, comme signal de dissuasion (cas du Coucou shikra qui ressemble à l'épervier shikra) ou comme camouflage (cas du plumage dit « cryptique » du Petit-duc africain). Les primaires des oiseaux-mouches produisent des bourdonnements particuliers qui leur servent à communiquer. C'est le cas aussi par exemple du Manakin à ailes blanches dont les sons produits par leur seconde rémige extrêmement modifiée, leur servent lors de la parade amoureuse.

Chez les Strigiformes, le bord des rémiges est pourvu de dentures appelées « sourdines », permettant l'assourdissement du bruit des ailes et un vol très silencieux.


une plume Oiseau10



les femelles de certaines espèces évaluent la teinte du plumage des mâles qu'elles choisissent.
C'est le cas par exemple de la mésange bleue ou du gorge-bleue.
Le mâle de gorge-bleue ne disposant que de peu de plumes réfléchissant l'ultra violet mettra plus de temps à former un couple et aura moins de copulations hors couple.
les femelles cherchent les mâles avec qui elles auront le plus de descendants parce que les plus beaux.
Cependant, certaines les femelles de certaines espèces préfèrent les mâles avec un ornement handicapant. Amotz Zahavi explique, avec sa théorie du handicap, qu'elle choisissent le mâle avec le plus lourd handicap car celui-ci doit avoir de bons gènes pour survivre malgré cela.
Ainsi, pour les espèces du genre Pavo, plus les plumes de queues sont longues, plus le mâle a du succès.


Le rôle thermique intervient aussi bien pour protéger les oiseaux de la chaleur que du froid.
L'oiseau renouvèle son plumage en fonction des saisons par la mue ce qui lui assure une meilleure protection.
Mais il peut aussi changer le degré d'isolation en les ébouriffant comme les mammifères hérissent leurs poils.
De cette manière les plumes emprisonnent plus d'air ce qui augmente le pouvoir isolant.
La sudation n'existe pas chez les oiseaux, les plumes empêcheraient l'évaporation de la sueur

_________________
une plume Je-t-a10



une plume Bougie10

Revenir en haut Aller en bas
https://jacotte26.forumactif.com
 
une plume
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'ai retrouvé ma plume

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: le savez vous?-
Sauter vers: