chez Jacotte Mimi et leurs amis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -42%
Acer Chromebook Plus Vero 514 – PC portable ...
Voir le deal
319.99 €

 

 Marie-Galante ( archipel de Guadeloupe )

Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
jacotte


Féminin Nombre de messages : 46788
Age : 58
Date d'inscription : 20/02/2005

Marie-Galante ( archipel de Guadeloupe ) Empty
MessageSujet: Marie-Galante ( archipel de Guadeloupe )   Marie-Galante ( archipel de Guadeloupe ) EmptyDim 31 Mai - 2:08:22

Marie-Galante (l'ile aux cent moulins) fait partie de l'archipel de Guadeloupe; elle se situe à 30 km des côtes de la « Guadeloupe continentale ».
Sa superficie de 158 km² en fait la 4e île des Antilles françaises, juste après la Martinique (1 128 km²), la Basse-Terre (848 km²) et la Grande-Terre (586 km²).
Avant tout agricole, l'île connaît aussi une activité de pêche et s'ouvre petit à petit au tourisme.

Marie-Galante ( archipel de Guadeloupe ) IsRebTPl8LnQqr4


Histoire



Au IIIe siècle, les Arawaks étaient installés sur l'île, qu'ils appelaient Touloukaéra.
Les Caraïbes l'occupèrent au IXe siècle et lui donnèrent pour nom Aïchi ou Aulinagan, terre à coton.
Les populations amérindiennes cultivaient aussi du manioc et avaient appris l'usage des plantes médicinales. Ils vivaient également de la pêche.
On a trouvé dans des grottes et dans les vestiges de leurs villages des céramiques, des pétroglyphes et des objets religieux.
Puis l'île fut baptisée le 3 novembre 1493 Maria Galanda, lors du second voyage de Christophe Colomb, prenant ainsi le nom de sa caravelle qui l'aurait abordée à Anse Ballet.
Une cinquantaine de colons français fut installée en 1648 à proximité du lieu-dit Vieux-Fort, par le gouverneur Charles Houël.
En 1653, un second fort est bâtit à Grand-Bourg.
La population souffrait de conditions de vie difficiles et subit les attaques des Caraïbes jusqu'en 1660, année où un traité de paix fut signé à Basse-Terre entre autochtones et colons.
Pendant cette seconde moitié du XVIIe siècle, les premiers esclaves furent amenés d'Afrique à Marie-Galante pour cultiver les plantations.
En 1671, la population noire constituait 57% des habitants.
Des Hollandais juifs exilés du Brésil s'installèrent aussi, en apportant leurs techniques de la culture de la canne à sucre.
En 1676, une flotte hollandaise enleva la population et pilla ses installations. Après le repeuplement de l'île, ses nouveaux habitants furent attaqués trois autres fois par les Hollandais.
De 1692 à 1816, Anglais et Français se disputèrent l'île à cinq reprises. Au cours de cette période, Marie-Galante fut indépendante de 1792 à 1794.
En 1790, sur 11 500 Galandais, 9 400 étaient des esclaves.
En 1838, un incendie dévasta Grand-Bourg, et en 1843, l'île fut touchée par un tremblement de terre.
Les révoltes d'esclaves et l'intervention des abolitionnistes français aboutirent en 1848.
À Marie-Galante, l'abolition définitive de l'esclavage fut fêtée pendant 3 jours et 3 nuits autour de la mare au punch à l'Habitation Pirogue.
Mais ces événements ne marquèrent pas la fin des violences coloniales.
Lors des élections législatives de 1849, les forces de l'ordre réprimèrent, au morne Rouge, les affranchis qui s'opposaient à la fraude organisée par les grands planteurs.
Il faudra attendre 1920 pour que des descendants d'esclaves deviennent propriétaires d'une sucrerie à Marie-Galante.
En 1865, un cyclone puis le choléra frappèrent l'île et sa population.
En 1902, un second incendie dévasta Grand-Bourg.
Des cyclones touchèrent encore l'île en 1928 et 1995.


Economie et Culture


L'économie coloniale développa sur l'île les cultures du tabac, de l'indigo, du café et du coton. Mais dès le XVIIe siècle, les planteurs ont fait de la canne à sucre une très importante source de revenus.
Elle se maintint aux XIXe siècle et XXe siècle, s'adaptant à l'abolition de l'esclavage et à la grande crise sucrière.

De cette culture de la canne, Marie-Galante a hérité un surnom : l'île aux cent moulins.
On dénombrait en 1818 un peu plus d'une centaine de moulins, qui permettaient de broyer la canne.
Le jus qui en était tiré était transformé en sucre ou en rhum.
Les moulins étaient originellement actionnés par des bœufs, puis des moulins à vent apparurent à partir de 1780, à leur tour concurrencés par des moulins à vapeur à partir de 1883.

Le XIXe siècle vit disparaître l'organisation économique de l'Ancien Régime. Progressivement, toutes les petites sucreries furent restructurées en usines sucrières.
En 1885, 5 sites regroupaient l'activité.
En 1931, 18 distilleries et 4 usines à sucre étaient en production. Les grandes plantations ont fait place à de petites exploitations agricoles, organisées au XXe siècle autour de coopératives.
Mais l'agriculture est soumise dans toutes les Antilles françaises à une forte concurrence internationale.
En ce début de XXIe siècle, une sucrerie (usine de Grande Anse) et trois distilleries (Bellevue, Bielle, Poisson) subsistent à Marie-Galante.
Le rhum blanc agricole qui y est produit fait l'objet d'une appellation d'origine. Il est classé AOC (59°).
La production sucrière biologique pourrait aussi être un nouvel axe de développement, mais le contexte actuel d'arrêt des subventions européennes rend incertain l'avenir agricole et donc économique de Marie-Galante et de ses habitants.

De l'ancienne économie, on peut encore voir de nombreux vestiges.
Cette richesse historique est mise en valeur : quelques 70 tours dont 2 moulins restaurés (Moulin de Bézard), habitations coloniales et anciennes sucreries (Habitation Murat).
Un réseau de sentiers permet aux randonneurs de découvrir l'île et sa population.

Ainsi Marie-Galante connaît-elle à son tour, comme les autres îles de Guadeloupe, la mutation économique que permet l'activité touristique.
Mais le développement de ces services s'appuie ici sur une politique de conservation de la nature et du patrimoine, qu'il soit précolombien, colonial ou contemporain. Les Marie-Galantais préservent ainsi un style de vie pittoresque alliant modernité et authenticité.
Alors que l'île dispose de plages parmi les plus réputées de l'archipel, l'industrie hôtelière y est discrète.
En revanche, des artistes internationaux s'y retrouvent chaque année à l'occasion du Festival Terre de Blues au cours du week-end de la Pentecôte.



Marie-Galante ( archipel de Guadeloupe ) EGFp8RduaKnJVIq
Le moulin de Bézard

_________________
Marie-Galante ( archipel de Guadeloupe ) Je-t-a10



Marie-Galante ( archipel de Guadeloupe ) Bougie10

Revenir en haut Aller en bas
https://jacotte26.forumactif.com
 
Marie-Galante ( archipel de Guadeloupe )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Feroce d'avocat (Guadeloupe)
» bon anniversaire Marie
» alphabets complet divers
» la maladie de charcot
» MARIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: decouverte des regions et lieux a visites-
Sauter vers: