chez Jacotte Mimi et leurs amis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Display Star Wars Unlimited Ombres de la Galaxie : où l’acheter ?
Voir le deal

 

 Les animaux parlent

Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
jacotte


Féminin Nombre de messages : 46763
Age : 58
Date d'inscription : 20/02/2005

Les animaux parlent Empty
MessageSujet: Les animaux parlent   Les animaux parlent EmptyMar 5 Mai - 23:20:35

Rugir, bêler, miauler, chanter (pour les oiseaux), aboyer, hennir, siffler (pour les dauphins), beugler, babiller (pour le chimpanzé) sont-ils des synonymes de parler ?
On pourrait imaginer que les animaux aient leur propre mode de pensée et de communication...
Cependant, il est préférable de ne pas s’attendre à tenir une conversation avec un chien d’ici demain !



Au fait, qu’est ce que le langage ? Existe-t-il un langage animal ?

Il s’agit de la faculté propre à l’homme d’exprimer sa pensée et de communiquer au moyen d’un système de signes vocaux ou graphiques constitutifs d’une langue.
Le langage permet de concrétiser des concepts abstraits, ou d’aborder des sujets présents, passés ou futurs... cette définition du mot nous indique que les animaux n’ont pas de langage.

Mais ils communiquent pourtant...

Communiquer et parler sont deux notions bien distinctes.
La parole est liée au langage explicité ci-dessus, tandis que la communication suggère l’établissement d’une relation entre deux êtres afin de transmettre une information.
C’est plutôt dans ce schéma que se situent les animaux.
En effet, la plupart d’entre eux transmettent des messages à leurs congénères, souvent limités aux questions d’ordre vital (message de défense du territoire ou de nourriture face à un intrus) ou sexuel.
En fait, pour les animaux, l’appellation “code de signaux” semble plus appropriée que celle de langage.

Et s’ils ne parlent pas, comment communiquent-ils ?

La transmission d’un message peut emprunter diverses formes.

Dans ce domaine, on observe parfois des similitudes entre les animaux et les hommes...
Par exemple, quand un mâle veut montrer à une femelle que la période de reproduction est entamée, il va parader ou libérer certaines odeurs spécifiques... un peu comme un jeune homme qui fait la cour à une demoiselle et met du parfum !

Si un ennemi apparaît, certains animaux adoptent des postures étranges pour décourager l’intrus et l’impressionner.
Ainsi, les chiens montrent les crocs, le poil du chat se hérisse et l’homme met les poings en avant.
Les postures peuvent aussi montrer si l’animal est soumis ou dominant.
Dans un autre registre, pour marquer son territoire, l’animal déversera ses excréments à l’endroit qui est le sien...
Ici, heureusement, il n’y a pas de réelle ressemblance avec l’homme.
Les signes font aussi partie intégrante de la communication animale.
Les abeilles éclaireuses, par exemple, font des danses très précises pour informer leurs collègues butineuses du lieu où se trouvent de belles fleurs propices à la production de miel.
Cependant, là encore, il ne s’agit pas d’un langage mais simplement d’un code de signaux.
De plus, les butineuses ne répondent pas aux signes des éclaireuses.
Les signaux utilisés par les animaux sont très variés.
Ils peuvent aussi être tactiles, comme les jeux d’antennes des fourmis ou le frottement de nez des petits mammifères, voire visuels pour les oiseaux et les mammifères (le loup remue ses oreilles et le taureau gratte le sol avec ses cornes).

Des sons précis

Les sons constituent le mode de transmission privilégié des informations. Les animaux ne les ont pas appris, mais les connaissent de façon innée.
L’absence d’apprentissage, propre au langage, est une autre raison de ne pas parler de langage.
Prenons l’exemple du chat : content, il ronronne ; en colère ou face à un ennemi, il crache (pchittttttt) ; affamé, il miaule.
Ces miaulements sont différents selon la teneur du message qu’il souhaite transmettre et sont propres à chaque chat.
Cependant, leurs causes sont toutes liées à l’instinct, de survie pour se nourrir, sexuel pour se reproduire ou de défense face à un ennemi.
Notons qu’un dictionnaire français moyen contient près de 30 000 mots, alors que peu d’animaux utilisent plus de 12 cris différents.
On peut donc considérer que la communication animale est principalement fondée sur des signaux chimiques (phéromones), auditifs (chants, cris), visuels (coloration, mimiques, gestes) ou encore électriques.

Perroquet, perroquet, perroquet...

Quid du perroquet qui nous imite si bien?

Et bien, justement, il n’est qu’un imitateur, certes doué, mais un imitateur quand même !
Il ne fait que reproduire les sons qu’il entend, sans en comprendre le sens.
L’un d’eux a même réussi a imiter parfaitement le son d’un bouchon qui saute en mettant sa patte dans sa bouche... son maître venait de le faire devant lui.

Les plus “intelligents” de la classe...

L’abeille, le dauphin et le chimpanzé sont tout particulièrement évolués en matière de communication au sein de leur groupe.

Revenons à nos abeilles...

L’éclaireuse part à la recherche de fleurs. Une fois celles-ci trouvées, elle revient à la ruche et exécute des danses.
Si c’est une ronde, l’abeille indique que la source de victuailles n’est pas loin, sans plus de précisions.
La danse frétillante, en huit, indique l’abondance et l’éloignement de la trouvaille.
Les butineuses, suite à cette danse, filent à l’endroit indiqué mais ceci n’est pas une véritable réponse, juste une réaction au signal précédent (la danse).... les abeilles ne disent pas encore merci !

Les dauphins communiquent entre eux par émissions sonores. Ces sons peuvent atteindre une fréquence de 280 kHz.
Les singes, pour leur part, utilisent une vingtaine de cris et autant de mimiques faciales et gestes corporels pour communiquer.

Et le meilleur ami de l’homme ?

Le chien dispose d’une palette variée pour s’exprimer : aboiements de joie, gémissements et grognements de colère, pleurnichements sont autant de façons de communiquer des sentiments.
Son mode d’expression comporte également des mimiques très expressives... les oreilles dressées indiquent une grande attention, mais pointées vers l’avant elles sont signe d’alerte... babines retroussées et grognements sourds servent à effrayer un ennemi... et lorsque cela cesse, votre gentil toutou va attaquer.
Lorsque le chien est tiraillé entre la peur et l’envie d’agresser, il adopte un plissement du nez et du front significatif qui relève les babines et laisse voir ses crocs.
Il adopte notamment cette attitude pour défendre son maître.

N’oublions pas la queue !

Médor la garde immobile... c’est qu’il est inquiet.
Celle-ci est frétillante... il exprime sa joie.
Ramassée entre ses pattes... la crainte l’accapare.
Il sait aussi faire part de ses désirs... si, si, sans blague !
Il demande pardon après une bêtise en rampant vers vous, s’assied à vos côtés et vous tend la patte.

Enfin, il fait le mort, s’allonge sur le dos en signe de soumission pour obtenir la clémence du chien avec lequel il se battait et contre qui il a perdu.

Malgré toutes ces expressions ce n’est pas demain la veille que votre chien vous dira bonjour le matin au réveil... sauf si vous êtes mal réveillé !


L’exception qui confirme la règle : les vervets parlants

Ces petits singes possèdent 3 ou 4 “mots” différents pour désigner les divers prédateurs aux autres membres de la troupe.
Lorsqu’une sentinelle perchée en haut d’un arbre aperçoit un aigle au loin, elle lance un cri d’alarme... et tous les vervets nichés dans des branches hautes dégringolent précipitamment, tandis que ceux qui sont au sol se mettent à couvert.
Un autre son décrit la panthère et provoque l’effet inverse.
En cas d’alerte au python, ils sont tous à l’affût afin de repérer ce prédateur lent mais dangereux.
Ces “mots” ne sont pas innés.
Prenons pour preuve les nombreuses erreurs de direction des jeunes singes, qui n’ont pas encore appris et ne comprennent donc pas la signification de ces cris.
De plus, les cris signalant les différents prédateurs ne sont pas les mêmes selon les troupes de vervets.
Malgré des expériences assez concluantes pour apprendre aux singes à communiquer avec le langage des sourds et muets, ils n’ont jamais essayé de l’apprendre à leurs congénères ou à leur descendance... ce qui s’explique par la plus simple des raisons : ils n’en ont pas besoin car leurs moyens de communication actuels suffisent à leur survie.
De plus, singularité anatomique, les singes ne possèdent ni les structures nerveuses ni la configuration du larynx propres à prononcer les mots humains.


Quelques cris d'animaux...

Le chien aboie
Le chat miaule
La poule caquète
Les abeilles bourdonnent
Le cheval hennit
L’âne brait
Le cochon grogne
Le serpent siffle
Le mouton bèle
Le léopard feule
Le lion et la panthère rugissent
Le loup hurle
Le cerf brame
La vache beugle
La souris chicote
Le pigeon roucoule
La pie jacasse

_________________
Les animaux parlent Je-t-a10



Les animaux parlent Bougie10

Revenir en haut Aller en bas
https://jacotte26.forumactif.com
 
Les animaux parlent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi... les singes ne parlent-ils pas ?
» A CEUX QUI PARLENT SUR LEUR PORTABLE ET CONDUISENT!!!!!
» 4 peres parlent de la réussite de leurs fils
» Circulation des animaux
» animaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: NATURE, ANIMAUX & VEGETATIONS-
Sauter vers: