chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bourges (18)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 39972
Age : 52
Date d'inscription : 20/02/2005

MessageSujet: Bourges (18)   Sam 17 Mai - 16:36:47

Bourges est une commune française, préfecture du département du Cher et faisant parti de la région Centre.
Elle est aussi la capitale du Berry, ancienne province s'étendant aux départements de l'Indre et du Cher.
Ses habitants sont appelés les Berruyers.


Marais de l'Yèvre et de la Voiselle



Héraldique


Blasonnement des armes traditionnelles de la ville Bourges :

« D'azur, à trois moutons passants d'argent, à la bordure engrêlée de gueules, au chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or. »
— Malte-Brun, la France illustrée (1882)

Il existe une variante :

« D'azur à trois moutons d'argent, accornés de sable, accolés de gueules et clarinés d'or, à la bordure engrêlée de gueules; au chef cousu d'azur, chargé de trois fleurs de lis d'or. »




Histoire

Bourges doit son nom au peuple gaulois des Bituriges Cubes.


Antiquité

Dans l'Antiquité, elle se nommait Avaricum "la ville des eaux" (le nom celte étant Avaric qui se retrouve aussi dans le nom de la rivière Yèvre). Durant la guerre des Gaules, César en fit le siège, qui dura de long mois. Partout ailleurs en Gaule, Vercingétorix avait mis en place une politique de la terre brûlée : aucune ville, aucune ferme ne devait servir à l'approvisionnement des légions romaines. Cependant, les habitants d'Avaricum le supplièrent d'épargner leur cité, mettant en avant la sûreté de leur ville protégée par des défenses naturelles (car située sur une butte entourée d'une rivière et de marais) et par une puissante muraille au sud. De cette muraille, lui revenait la nomination de Ville rouge, au même titre que Le Mans. César réussit à prendre la cité en affamant ses combattants et en repoussant l'armée de secours de Vercingétorix. Des 40 000 hommes, femmes et enfants enfermés dans ses murs, seuls 800 en réchappèrent.
Une fois la ville conquise, elle est reconstruite dans le style romain avec un plan carré et de nombreux complexes monumentaux : oppidum, porte monumentale, aqueducs, thermes et amphithéâtre. De nombreuses villas furent bâties et la ville va atteindre une taille supérieure à celle du Moyen Âge.
Par la suite, pendant les invasions barbares, la ville se replie sur elle-même et une enceinte gallo-romaine est construite avec les restes des bâtiments officiels démantelés.



L'ancien archevêché - musée des Meilleurs Ouvriers de France



Moyen Âge

La période mérovingienne ne laisse que peu de trace.

En revanche, la période carolingienne est plus faste à en juger par les traces qu’elle laissa, bien que mal connue. De nombreux édifices sont construits signe d’une réorganisation sociale, politique et religieuse. De cette époque date la construction d’un hôtel-Dieu et de la première cathédrale de Bourges, à l’emplacement de l’actuelle, par Raoul de Turenne. De cet édifice subsiste une crypte mérovingienne sous le chœur de l’édifice actuel. On assiste aussi à la construction d’un palais sous l’actuelle préfecture. De nombreuses abbayes vont être fondées avec l’appui du pouvoir royal comme celle de Saint-Ambroix. Une première vague d’églises va être construite telle que l'église Saint-Paul.
Puis au XIIe siècle, Bourges était le chef-lieu d'une vicomté, jusqu'à ce que le dernier vicomte de Bourges, Eudes d'Arpin en 1101 vende ses fiefs pour 60 000 sous-or au roi de France afin de financer sa croisade. Bourges entre de ce fait dans le domaines royaux, propriétés propre de la couronne. L’archevêque Aimoin constitue en 1038 une association diocésaine regroupant tous les hommes de plus de quinze ans, qui prêtent serment de défendre la Paix de Dieu . Bien que peu efficace, elle est est relayée au XIIe siècle par une commune diocésaine (dès avant 1108), qui elle a une certaine efficacité : sa milice contraint en 1149 Renaud de Graçay à abandonner le château de Saint-Palais
Durant ce siècle la ville connaît un nouvel âge d'or, autour du chantier de la cathédrale, et la construction d’une nouvelle enceinte sous l'impulsion du roi Phillipe Auguste. En effet, la ville est un centre religieux important, même si elle ne possède pas de centre de pèlerinage. De nombreux prélats se succèdent, dont certains vont connaître de brillantes carrières qui les mèneront même jusqu'au siège de Saint-Pierre. L'influence des familles locales qui sont devenues très proches du roi, tels les de La Châtre et les de Sully pour ne citer qu'eux, va concourir à la volonté de réaliser un édifice exceptionnel grâce à la puissance tant économique que politique des archevêques de Bourges. Le déclic vient par une nuit de tempête : la cathédrale foudroyée est en feu. Elle venait d'être reconstruite et n'était même pas encore achevée. Les décideurs hésitent, mais peut-être par rivalité avec l'archevêque de Bourges, Henri de Sully, frère du constructeur de Notre-Dame de Paris décide en 1192, décident l'édification d'une nouvelle cathédrale sur un plan unique et original. Cette cathédrale constituera un manifeste visible de la puissance de l'église berruyère, mais aussi de la monarchie capétienne (les Anglais sont tout proches). De 1192 jusqu'au milieu du XVe siècle ce chantier démesuré va monopoliser toute la ville.
Au XIVe siècle la ville devient la capitale du duché de Berry, qui est donné en apanage à Jean de Berry, troisième fils du roi de France Jean le Bon, et frère du roi Charles V. Ce grand seigneur, fils, frère, et oncle de roi, pair de France, va développer dans sa capitale une cour fastueuse. Il va attirer dans la ville de nombreux artistes parmi les plus brillants de son temps. Ces grands chantiers vont profondément marquer la ville. Son plus grand ouvrage sera la construction d'un palais ducal (grand palais) bâti sur les restes de la muraille gallo-romaine, et en continuité des restes d'un palais plus ancien appelé le petit palais (ancien palais des vicomtes de bourges dont la construction primitive remonterait à Pépin le Bref). Ce palais sera rattaché par une galerie (galerie du cerf) à la Sainte-Chapelle (ou chapelle palatine). De ces édifices ne subsistent que deux des salles d'apparat du grand palais (actuel conseil général), le petit palais méconnaissable sous une façade replaquée au XIXe siècle (actuelle préfecture). La sainte chapelle a été complètement détruite ; certaines de ces verrières furent néanmoins placées dans les vitraux de l'église basse de la cathédrale. D'autre éléments montrent l'importance que joua ce prince mécène pour Bourges, ainsi l'on peut citer comme autre réalisation : le vitrail central de la façade principale de la cathédrale (grand housteau), le célèbre manuscrit des très riches heures du duc de Berry, l'horloge astronomique situé à l'origine sur le jubé de la cathédrale (la première de France).
Le dauphin, futur Charles VII de France, ayant trouvé refuge à Bourges, va utiliser l'administration mise en place par son grand oncle, le duc de Berry, pour pouvoir reprendre le contrôle de son royaume (hôtel des monnaies, cour de justice, siège épiscopale). Son fils futur Louis XI naîtra d'ailleurs dans le palais des archevêques en 1423. Charles VII y promulgua la Pragmatique Sanction en 1438.
Jacques Cœur, fils d'un marchand drapier, sera l'un des habitants les plus illustres de cette époque. D'abord travaillant avec son père comme fournisseur de la cour ducale, il va connaître une ascension fulgurante. Il épouse la fille du prévôt de Bourges, Macée de Léodepart, puis va participer à la fabrication des monnaies (ce qui lui vaudra quelques déboires), puis il devient grand argentier c’est-à-dire fournisseur de la cour royale, il va ainsi développer un réseau commercial international grâce à l'établissement d'un réseau de comptoirs et d'une flotte commerciale. Mais sa fortune devient trop grande ; elle va éveiller les jalousies, et le conduire à sa perte. Traduit et condamné par la justice royale, il devient un homme traqué. Homme ruiné, il va trouver refuge auprès du pape Nicolas V. Tous les biens sont confisqués et vendus au profit du roi, et il meurt en exil en 1456. La trace la plus marquante qu'il a laissée dans la ville est la construction d'un hôtel particulier encore existant aujourd'hui, le palais Jacques-Cœur. Bourges est également le siège d'un archevêché, dont relèvent les diocèses d'Albi, de Cahors, de Clermont, de Mende, du Puy-en-Velay, de Rodez, de Saint-Flour et de Tulle. Le diocèse fut l'un des tous premiers à être fondé par saint Ursin lors des premières campagnes d'évangélisation de la Gaule vers le IVe siècle. De ce fait le diocèse obtint des privilèges et les archevêques de Bourges devinrent primat des Aquitaines et Patriarche de l'église romaine. Dès le Moyen Âge ces prérogatives furent contestées notamment par les archevêques de Bordeaux, et actuellement ne constitue plus qu'un titre honorifique.
Les quatre « prud'hommes » administrent la ville, puis sont remplacés en 1474 par un maire et 12 échevins. Le 22 juillet 1487, le Grand incendie de Bourges, encore appelé Grand incendie de la Madeleine, détruisit le tiers de la ville et marqua le début du déclin de la capitale du Berry.

Renaissance

La nouvelle du massacre de la Saint-Barthélemy atteint Bourges le 26 août, et le massacre des protestants y dure jusqu’au 11 septembre.
En 1585, son gouverneur La Chatre se rallie à la Ligue dès son lancement.



Le jardin des Prés Fichaux


Du XVIIe siècle à la Révolution française

Au XVIIe siècle, la ville connaît un nouveau sursaut lié à deux évènements majeurs, la contre réforme d’abord, dont les jésuites vont être les principaux réalisateurs et qui va se matérialiser à Bourges par la construction d’un de leurs lycées. Et deuxièmement la présence puis son rôle en tant que gouverneur du Berry du futur prince de Condé. Nouvelles idées et influence politique transforment la ville. La cité encore médiévale s’ouvre, les murailles sont détruites, de nombreux édifices public sont bâtis (hôpital général, carmel) ou réaménagés (Hôtel-Dieu, hôtel des échevins). Deux hommes jouent un rôle fondamental : un architecte, Le juge, qui réalise la plupart de ces chantiers et l’archevêque Michel Phélyppeaux de la Vrillère, grand courtisan, dont la famille est l’une des plus riches de France qui fait construire un palais archiépiscopal, des jardins à la française signés Le Notre et un grand séminaire.
La vocation militaire de Bourges commença lorsqu'un régiment de Dragon y fut cantonné sous le règne de Louis XIV. Bourges et ses environs comptent désormais de nombreuses activités liées à la défense, notamment la soufflerie hypersonique du Subdray, les établissements MBDA (ex-Aérospatiale), l'Établissement d'expérimentation technique de Bourges (essais de tirs). Ce dernier établissement est le successeur de l'Ecole d'artillerie, implantée à Bourges en 1839 à la suite d'un lobbying intensif de la part des élus locaux.


Monuments

Bourges est classée Ville d'Art et d'Histoire.


La cathédrale Saint-Etienne



La cathédrale Saint-Étienne de Bourges fait partie du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1992.
Palais Jacques-Cœur
* Du 1er janvier au 30 juin 2008, l'entrée au palais Jacques Cœur est gratuite.
Musée Maurice-Estève, dans l'ancien hôtel des échevins
Les marais de l'Yèvre et de la Voiselle, jardins familiaux et cultures maraîchères ont été classés en 2003 sur la Liste des monuments naturels et des sites.
Les vestiges des remparts gallo-romains.
Les restes du palais du duc Jean de Berry (aujourd'hui préfecture)
La place Gordaine et ses maisons à pans de bois (XIVe siècle)
La grange des dîmes (XIIe siècle) - rue Molière, près de la cathédrale
Le palais archiépiscopal (XVIIe siècle) - ancien hôtel de ville - et son jardin à la française (jardin de l'archevêché) attribué à Le Nôtre.
Le canal de Berry et les rives de l'Auron
L'hôtel Cujas, qui abrite le Musée du Berry
L'Hôtel Lallemant, exemple de la première Renaissance française.

Culture

Chaque année depuis 1977, se tient dans la ville un festival musical et culturel, qui dure environ une semaine et se déroule généralement en avril, le Printemps de Bourges.

La ville a accueilli également une des premières Maisons de la Culture créées par André Malraux. Celle-ci fut inaugurée en 1964 par André Malraux et le général de Gaulle.



La Maison de la Culture

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
lasorciere

avatar

Féminin Nombre de messages : 154
Age : 51
Date d'inscription : 08/04/2009

MessageSujet: super   Mer 8 Avr - 22:34:48

Super reportage sur ma ville ,en plus Printemps de Bourges qui aura lieu du 20 avril au 26 avril

Le site :
www.printemps-bourges.com
Bon site
Et surtout en été la ville lumière,tout sur l'historique de Bourges .
Revenir en haut Aller en bas
http://birette18.skyrock.com
 
Bourges (18)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exposition féline de Bourges les 24 et 25 novembre
» Au bureau - Bourges
» Projet école Montessori à Bourges
» Baptêmes de l'air et pilotage : 6-7 avril : Bourges
» Body Taekwondo à Bourges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: decouverte des regions et lieux a visites-
Sauter vers: