chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 5 maladies qui mobilisent la recherche

Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
jacotte

Féminin Nombre de messages : 42844
Age : 53
Date d'inscription : 20/02/2005

5 maladies qui mobilisent la recherche Empty
MessageSujet: 5 maladies qui mobilisent la recherche   5 maladies qui mobilisent la recherche I_icon_minitimeLun 21 Avr - 14:29:27

La maladie d'Alzheimer

Ça commence par un oubli, puis un deuxième, puis un blanc de plusieurs minutes.
La maladie d'Alzheimer est un mal qui frappe le système nerveux humain.
25 millions de personnes dans le monde souffrent de cette maladie neurodégénérative qui altère la mémoire. La France compte plus de 800 000 malades ; en 2020, ce sera 1 million.
Le Président Nicolas Sarkozy en a fait son chemin de bataille en lançant le plan Alzheimer le 1er février dernier. Point sur la recherche d'un vaccin ou d'un nouveau traitement.

Une origine que les chercheurs ignorent toujours

La perte de mémoire des malades ainsi que la baisse d'aptitude à l'apprentissage s'expliquent par la présence de deux protéines dans deux régions du cerveau : l'APP pour amyeloid protein precursor et tau.
Elles agissent sur les cellules nerveuses responsables des mécanismes de mémorisation et d'apprentissage situées dans le cortex entorhinal et le gyrus denté de l'hippocampe, des parties du cerveau

5 maladies qui mobilisent la recherche Alzhei10


Par l'utilisation de biomarqueurs, les chercheurs ont décelé une forte concentration de ces protéines dans le cerveau de malades d'Alzheimer.
L'APP produit une petite molécule, le peptide béta amyéloïde.
Hautement toxique, il provoque la dégénérescence des cellules nerveuses.
Résultat : le cerveau présente des plaques séniles.
Quant à la protéine tau, elle se concentre dans les neurones et forme des fibres gélatineuses dues à l'amyéloïde ce qui entrave toute communication neuronale.
C'est la dégénérescence fibrillaire.

En dix ans, les scientifiques ont mis au jour tous les mécanismes induits par ces protéines.
Des traitements ont pu être élaborés à élaborer pour couper cours à cette cascade de réactions.
Mais les chercheurs ignorent toujours la cause d'accumulation anormale de ces deux protéines.
L'équipe du Professeur Thierry Fréboug du laboratoire de Génétique au CHU de Rouen a observé chez les patients atteints de la forme héréditaire de la maladie, la présence de trois copies du gène codant pour la protéine APP. Quant à ceux qui possèdent uniquement deux gènes de l'APP, les mutations génétiques responsables de ce dérèglement de fonctionnement ne sont pas encore décelées, ni encore moins comprises.

Un vaccin à améliorer

"A l'heure actuelle, plus de 1 500 molécules sont en cours de développement dans les laboratoires dont une quarantaine sont déjà à un stade avancé" énonce Catherine Lassalle, directrice des Affaires
Scientifiques du LEEM (les entreprises du médicament) au micro du Docteur Ducardonnet pour radio Alzheimer. L'objectif de ces futurs médicaments est d'agir à différents endroits ciblés de la cascade de réactions ; mais également de prévenir et ralentir la progression de la maladie.

Quant au vaccin, le Professeur Dubois, neurologue à la Pitié Salptérière, se veut optimiste en émettant l'hypothèse d'une mise au point d'ici 5 à 10 ans.
"Plusieurs vaccins sont d'ores et déjà testés et mieux supportés" avance-t-il au Docteur Ducardonnet "d'ailleurs ce ne sont pas à proprement parler des vaccins mais des immunothérapies actives car on traite une personne déjà malade".
L'objectif de ce traitement est de détruire l'APP et plus particulièrement le peptide béta amyéloide.
En injectant cette molécule dans le sang du patient, le système immunitaire va répondre en synthétisant des anticorps qui vont la détruire dans tous le corps y compris le cerveau.
"Sur les modèles animaliers, ça marche très bien ; mais chez l'homme nous constatons l'apparition d'une méningo-encéphalite (inflammation du cerveau).
Le médicament est trop puissant." ponctue le Professeur Dubois.

5 maladies qui mobilisent la recherche Alzhei11

_________________
5 maladies qui mobilisent la recherche Je-t-a10
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
jacotte
administratrice
jacotte

Féminin Nombre de messages : 42844
Age : 53
Date d'inscription : 20/02/2005

5 maladies qui mobilisent la recherche Empty
MessageSujet: La maladie de Parkinson   5 maladies qui mobilisent la recherche I_icon_minitimeLun 21 Avr - 14:34:16

La maladie de Parkinson

Les tremblements caractérisent la maladie de Parkinson, une maladie neurodégénérative à l'instar de la maladie d'Alzheimer ou de Huntington.
Pourtant ces mouvements ne sont que la face émergée du mal qui ronge le cerveau des malades.
Chaque geste du quotidien devient difficile : attraper une tasse, s'habiller seul…
Tous les mouvements volontaires sont irrémédiablement ralentis.

Des neurones défectueux

Le cerveau est différencié en régions qui ont toutes une fonction bien établie : la mémoire, la douleur, le plaisir, la logique, etc.
Ne vous êtes-vous jamais demandé comment vous arrivez à lever le bras ou à écrire ?

Tous nos mouvements sont contrôlés par des mécanismes nerveux placés sous l'égide de cellules nerveuses : les neurones dopaminergiques.
Ces cellules possèdent un neurotransmetteur, une molécule chimique, responsable de la communication de l'information entre neurones, la dopamine.
A quoi sert-elle ? Cette molécule n'est autre que le précurseur d'une autre famille de neuromédiateur : les catécholamines.
L'adrénaline, celle qui fait palpiter notre cœur, et la noradrénaline, en sont les représentants et surtout les substances chimiques impliquées dans les mouvements, en excitant ou inhibant les muscles des organes.
Dans la maladie de Parkinson, ces neurones riches en dopamine dysfonctionnement d'où les tremblements.
Actuellement, les traitements médicamenteux permettent d'amoindrir les symptômes; l'ultime recours étant l'intervention chirurgicale pour des cas plus sévères.
Des implants d'électrodes pallient la défiscience des neurones.

5 maladies qui mobilisent la recherche Parkin10


Le fer comme responsable

Depuis des années, les chercheurs suspectent un ion comme fauteur de trouble, le fer.
En laboratoire, ils ont eu recours à des chélates de fer, c'est-à-dire, des molécules capables d'emprisonner l'ion cible et de l'éliminer.
Sur des souris atteintes de la maladie de Parkinson, l'injection de ces chélates de fer atténue considérablement les symptômes.
Mais chez l'homme, encore faut-il savoir où se répartit le fer ?

Une équipe de chercheurs du CNRS, de l'ERSF mais aussi de l'université de Séville coordonnée par Richard Ortega a eu recours à une nouvelle technologie : la nano sonde à rayons X développée au Synchrotron de Grenoble.
Cette imagerie fine permet de visualiser tous les composés chimiques présents dans les cellules.
Ici les scientifiques se sont focalisés sur les neurones à dopamine et la répartition du fer.

Les résultats publiés dans PlosOne en octobre 2007 indiquent la création de complexes fer-dopamine.
Tout porte à croire que la dopamine agit comme un capteur de fer, augmentant ainsi sa concentration dans les cellules nerveuses.
Ces complexes sont hautement toxiques et empêchent le bon fonctionnement des neurones dopaminergiques ; d'ailleurs les petites vésicules de ces cellules chez les malades sont pauvres en neurotransmetteur. Par conséquent, l'information ne circule plus correctement.
Cette découverte ouvre de grandes perspectives pour le traitement des tremblements.

_________________
5 maladies qui mobilisent la recherche Je-t-a10


Dernière édition par jacotte le Lun 21 Avr - 14:38:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
jacotte
administratrice
jacotte

Féminin Nombre de messages : 42844
Age : 53
Date d'inscription : 20/02/2005

5 maladies qui mobilisent la recherche Empty
MessageSujet: Re: 5 maladies qui mobilisent la recherche   5 maladies qui mobilisent la recherche I_icon_minitimeLun 21 Avr - 14:37:36

La mucoviscidose

6 000 Français vivent avec la mucoviscidose, une maladie génétique qui obstrue les voies respiratoires et cause des troubles digestifs.
A l'heure actuelle, sans une greffe de poumons, l'espérance de vie n'excède pas les 24 voire 25 ans.
La recherche travaille sur les origines de cette maladie et les moyens d'annihiler les symptômes hautement handicapants.

1 500 mutations décelées sur un gène

Difficultés à respirer, fragilité maximale face aux infections.
Le responsable ? Le gène CFTR, Cystic Fibrosis Transmembrane Conductance Regulator.
Cette séquence d'ADN code pour la protéine CFTR, molécule chargée de réhydrater le mucus et de le rendre plus fluide pour faciliter l'expectoration.

Les personnes atteintes de mucoviscidose possèdent une protéine CFTR anormale, incapable de remplir son rôle. Conséquence : le mucus est trop visqueux pour être éliminé par les voies naturelles telles que la toux ou en se mouchant.
Ainsi toutes les bactéries pénétrant dans les bronches ne peuvent plus être évacuées entraînant de facto des infections graves.

Seules des mutations génétiques répondent à ce dysfonctionnement.
Les chercheurs en ont révélées pas moins de 1 500 différentes, d'où la difficulté accrue de mettre au point un traitement efficace.

Une thérapie protéique prometteuse

Deux moyens de combattre la maladie sont activement développés par les scientifiques :

- La thérapie génique où le gène muté est remplacé par un gène CFTR sain via des vecteurs.
Et toute la difficulté réside à ce niveau : trouver des transporteurs capables de viser les cellules cibles, tout en évitant des effets secondaires, dixit les Virades de l'Espoir.


- La thérapie protéique cherche à directement agir sur la protéine CFTR anormale et à la rendre opérationnelle. En moins d'un an, deux études donnent une lueur d'espoir aux malades.

Deux médicaments aptes à réduire les symptômes

En 2007, l'équipe d'Aleksander Edelman, directeur de recherches au CNRS au sein de l'Unité "Centre de recherche croissance et signalisation" associé à Isabelle Semet-Gaudelus et l'équipe de l'Institut de génétique et microbiologie de Paris 11, s'est penchée sur la mutation Y122X.
Elle est essentiellement présente dans la population réunionnaise.
Ils ont constaté que les patients ayant reçu pendant 15 jours une intraveineuse de gentamicine, un antibiotique courant, présentaient une nette amélioration de la respiration.
Problème : le traitement provoque de vifs effets secondaires tels qu'une infection rénale et une surdité.
L'équipe travaille sur d'autres molécules telles que l'amikacine et la PTC124.

L'autre bonne nouvelle vient des USA et du laboratoire pharmaceutique Vertex.
Le 31 mars dernier, il annonce à l'Assemblée Générale de la fondation américaine de la mucoviscidose les premiers résultats positifs de la molécule VX-770 sur les personnes souffrant de la mutation G551D.
Ce produit agit sur la protéine CFTR et l'active afin qu'elle remplisse son rôle.
Vingt volontaires ont suivi un traitement oral de 14 jours. Résultat : une meilleure respiration et de bons niveaux de chlorure de sodium dans la sueur.
L'expérimentation continue.

_________________
5 maladies qui mobilisent la recherche Je-t-a10
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
jacotte
administratrice
jacotte

Féminin Nombre de messages : 42844
Age : 53
Date d'inscription : 20/02/2005

5 maladies qui mobilisent la recherche Empty
MessageSujet: Re: 5 maladies qui mobilisent la recherche   5 maladies qui mobilisent la recherche I_icon_minitimeLun 21 Avr - 14:40:19

Le Chikungunya

2005, la psychose s'empare de l'Île de la Réunion.
Le Chikungunya frappe fort ; les malades se comptent par milliers.
Cette maladie est loin de concerner uniquement les îles ; à cause du réchauffement climatique, l'insecte porteur du virus dans l'océan Indien "Aedes Albopictus" s'adapte au climat méditerranéen.
L'Italie dénombre 200 personnes contaminées en septembre 2007.

Symptômes de la maladie de "l'homme courbé"

70 à 99% des cas d'infection au Chikungunya se manifestent par une atteinte des articulations des membres supérieurs et inférieurs : poignet, genou, cheville et plus rarement les épaules et les hanches.
Cette polyarthrite aiguë extrêmement douloureuse se développe dans un délai de 2 à 10 jours.
Cette forme invalidante s'accompagne généralement d'une forte fièvre, de douleurs musculaires et de violents maux de tête.
Des cas sévères ont été aussi répertoriés en Asie où les malades présentaient des hémorragies.
Selon L'Institut Pasteur, certains patients réunionnais ont développé des inflammations du cerveau, les méningo-encéphalites, et d'autres troubles graves neurologiques.
Les personnes les plus fragiles sont les plus atteintes, à savoir les nouveaux-nés et les personnes âgées.

Des traitements d'appoint

Actuellement les symptômes sont soignés à coup d'anti-inflammatoires et d'anti-douleurs.
Le seul moyen de lutter contre le Chikungunya est la prévention.
S'habiller avec des vêtements longs, utiliser des répulsifs contre les moustiques et vaporiser des produits létaux comme les insecticides pour tuer les vecteurs de la maladie dans la végétation et autour des habitations.
En 2006, le Centre National de Référence des Arbovirus à l'Institut Pasteur à Lyon place une douzaine d'équipes sur le problème du Chikungunya. Objectif : mettre au point un vaccin efficace contre les différentes souches du virus.
En 2006, le séquençage, c'est-à-dire le déchiffrage exact du code génétique, de plusieurs souches virales ayant été impliquées dans l'épidémie dans l'Océan Indien est réalisé.
L'équipe d'Olivier Schwartz de l'Unité Virus et Immunité à l'Institut Pasteur ont mis au jour les cellules cibles de ce virus. Publiés dans PLoS Pathogens de juin 2007, les résultats de cette étude indiquent qu'in vitro le virus ne se multiplie pas dans les cellules sanguines circulantes comme les lymphocytes, mais touche les cellules immunitaires de notre organisme, à savoir les macrophages.
Leur rôle ne serait plus alors de combattre la maladie mais au contraire d'inoculer le virus aux tissus où ces cellules se trouvent.
Outre les macrophages, d'autres cellules dites adhérentes servant aux jointures intercellulaires sont aussi la cible de ce virus. Reste maintenant aux chercheurs à déterminer le mode d'entrée et de réplication du virus dans ces cellules pour mettre au point un traitement efficace.
Le but : empêcher l'infection des cellules cibles.

_________________
5 maladies qui mobilisent la recherche Je-t-a10
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
jacotte
administratrice
jacotte

Féminin Nombre de messages : 42844
Age : 53
Date d'inscription : 20/02/2005

5 maladies qui mobilisent la recherche Empty
MessageSujet: Re: 5 maladies qui mobilisent la recherche   5 maladies qui mobilisent la recherche I_icon_minitimeLun 21 Avr - 14:42:20

La paludisme

Les globe-trotters connaissent bien le traitement préventif anti-palu à prendre avant, pendant et au retour de voyages tropicaux.
Au programme : des troubles digestives et des nausées.
Mais ces désagréments ne sont rien comparés aux dégâts que provoque cette maladie dans le monde.
D'après l'Institut Pasteur, 40% de la population mondiale serait exposés à ce parasite, 500 millions de cas cliniques seraient recensés de par le monde, 1 enfant meurt toutes les 30 secondes.
Un fléau sur lequel travaillent de nombreux laboratoires et une lueur d'espoir quant à l'élaboration d'un vaccin est palpable au sein de la communauté scientifique.

Un parasite virulent et sournois

Son nom : Anophèle, son rôle : inoculer le parasite Plasmodium à un maximum d'humains.
Cet insecte a choisi pour lieu de villégiature, les eaux saumâtres tropicales.
En piquant l'homme, le moustique libère le parasite qui atteint le foie en moins d'une demi-heure et infecte les cellules hépatiques, les hépatocytes.
A ce niveau, Plasmodium se réplique en grand nombre puis colonise la circulation sanguine. Les cellules sanguines, les hématies, infectées sont littéralement détruites.

Conséquence : l'hémorragie provoque une forte anémie et la libération d'hémozoïne, une protéine du parasite, qui perturbe le bon fonctionnement de l'hypothalamus, une partie du cerveau responsable de la régulation de notre température.
De fortes fièvres apparaissent jusqu'à ce que le parasite atteigne le cerveau.
La mort est quasi systématique à ce stade de développement.

Un vaccin possible

Les médicaments anti-paludiques et l'utilisation de forts répulsifs contre les moustiques sont les seuls moyens de se prémunir contre ce parasite.
Seul hic : certains parasites Plasmodium y deviennent résistants.
Le laboratoire de Parasitologie Bio-Médicale de l'Institut Pasteur en association avec l'Institut Pasteur de Dakar et l'IRD vient de mettre au point un candidat vaccin anti-paludisme, le MSP3, qui montre des résultats cliniques encourageants

L'étude publiée dans PLoS Medecine en novembre 2007 indique que le MSP3 agirait comme un antigène de la souche parasitaire Plasmodium falciparum.
En inoculant cet antigène, notre système immunitaire produirait des anticorps de celui-ci, c'est-à-dire des cellules destructrices de cet antigène.
Cette vaccination permettrait de combattre directement le parasite en question dès son entrée dans l'organisme. MSP3 a été testé comme 5 autres souches d'antigène sur 247 volontaires sénégalais pendant 14 ans.
Conclusion : seuls les anticorps anti-MSP3 permettent une réelle protection contre le paludisme.
La deuxième phase de test est en ce moment en cours en Tanzanie et au Burkina-Faso.

_________________
5 maladies qui mobilisent la recherche Je-t-a10
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
Contenu sponsorisé




5 maladies qui mobilisent la recherche Empty
MessageSujet: Re: 5 maladies qui mobilisent la recherche   5 maladies qui mobilisent la recherche I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
5 maladies qui mobilisent la recherche
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 5 maladies qui mobilisent la recherche
» Recherche SWATCH de fap MAC qui ressemble au fap CS !
» Recherche un T-shirt de la ZM-FN
» Le dépistage de maladies génétiques rares : sujet de mémoire orthophonique
» A la recherche du sal perdu... Sauvons nos gowaps!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: BIOLOGIE , SANTEE, BEAUTEE , BIEN ETRE AU NATUREL-
Sauter vers: