chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fusillade de la rue des Rosiers dans le quartier du Marais à Paris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 39974
Age : 52
Date d'inscription : 20/02/2005

MessageSujet: Fusillade de la rue des Rosiers dans le quartier du Marais à Paris   Sam 10 Nov - 20:23:48

La Fusillade de la rue des Rosiers est un attentat, très probablement antisémite, perpétré le 9 août 1982 à 13h10 contre le restaurant Goldenberg, 7 rue des Rosiers dans le quartier du Marais à Paris. Bilan : six morts et vingt-deux blessés


L'attentat  

C'est à l'heure de la pause déjeuner, le lundi 9 août 1982, qu'un groupe de cinq hommes armés et cagoulés font irruption dans le restaurant de Jo Goldenberg, en plein Marais, et lancent une grenade.
À cette heure d’affluence, une cinquantaine de clients se trouvent à table.
Une fusillade éclate : c'est un bain de sang.
Après l’explosion, le commando traverse le quartier, surnommé le Pletzl (où vit une forte communauté juive), en tirant dans la foule.
En moins de trois minutes, l’attentat fait six morts et vingt-deux blessés.
Les images de la tragédie, symbole du terrorisme antisémite, sont diffusées et commentées partout dans le monde.


Auteurs présumés

Aucune organisation n'a revendiqué l'attentat.
Les services de police et de renseignements chargés de l'enquête ont soupçonné le Fatah, Conseil révolutionnaire d’Abou Nidal - un groupe palestinien dissident de l’OLP.
Il n’y a, en 2007, encore aucune preuve tangible. L’instruction, menée par le juge anti-terroriste Jean-Louis Bruguière, piétine.


En marge de l'attentat

En réaction à la fusillade, le président de la république François Mitterrand annonce qu'il confie la direction de l'enquête à la cellule antiterroriste de l'Elysée.
La cellule est dirigée par le patron du GIGN, Christian Prouteau, et son adjoint est le Capitaine Paul Barril.
Le 28 août 1982, Barril interpelle les poseurs supposés de la bombe de la rue des Rosiers : des nationalistes irlandais.
C'est le début de l'affaire des Irlandais de Vincennes - dans laquelle Paul Barril est soupçonné d'avoir apporté lui-même les pièces à conviction, armes, explosifs et documents compromettants.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Fusillade de la rue des Rosiers dans le quartier du Marais à Paris   Mer 4 Mar - 10:55:21

Attentat de la rue des Rosiers : 32 ans après,3 suspects identifiés

Le 9 août 1982,5 hommes avaient ouvert le feu dans le quartier du Marais à Paris,et jeté des grenades dans le restaurant juif Goldenberg,faisant 6 morts et 22 blessés.



Le 11 août 1982 devant le restaurant Goldenberg rue des Rosiers

Trois hommes suspectés d'être les auteurs de l'attentat de la rue des Rosiers,à Paris,le 9 août 1982,ont été identifiés.

Un commando de cinq hommes avait ouvert le feu rue des Rosiers,dans le quartier du Marais à Paris,et jeté des grenades dans le restaurant juif Goldenberg,faisant 6 morts et 22 blessés.

Cet attentat non-revendiqué,la plus grave attaque antisémite en France depuis la Libération avait été attribué au groupe Abou Nidal.

Les trois suspects vivent en Norvège,Palestine et Jordanie,selon la radio.

"Ça donne sens à la justice",réagit Alain Jakubowicz,le président de la Licra.

"Aucun criminel,aucun terroriste ne peut se cacher.

Où qu'il soit,il est susceptible d'être arrêté jusqu'à la fin de ses jours

Au-delà de cette affaire,c'est un message envoyé aux terroristes mais également aux victimes pour garder foi en la justice".






















le nouvel observateur

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
jacotte
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 39974
Age : 52
Date d'inscription : 20/02/2005

MessageSujet: Re: Fusillade de la rue des Rosiers dans le quartier du Marais à Paris   Mer 17 Juin - 20:25:25

le cerveau présumé interpellé en Jordanie



Trois mois après qu'un mandat d'arrêt a été délivré contre lui, le cerveau présumé de l'attentat de la rue des Rosiers qui avait fait 6 morts en 1982 à Paris a été interpellé en Jordanie le 1er juin.

Le cerveau présumé de l'attentat de la rue des Rosiers qui avait fait 6 morts en 1982 à Paris a été interpellé en Jordanie le 1er juin, trois mois après qu'un mandat d'arrêt a été délivré contre lui.

Il a été interpellé et le processus de demande d'extradition le concernant est en cours, a indiqué une source judiciaire à Paris. Zouhair Mouhamad Hassan Khalid al-Abassi, alias "Amjad Atta", 62 ans, fait partie des trois personnes visées par un mandat d'arrêt international délivré fin février par le juge Marc Trévidic, plus de 32 ans après les faits.


L'engin avait explosé au milieu d'une cinquantaine de clients




Il est soupçonné d'avoir supervisé l'attaque. Les autres mandats concernent deux membres présumés du commando, Mahmoud Khader Abed Adra, alias "Hicham Harb", 59 ans, qui vit aujourd'hui à Ramallah en Cisjordanie, et Walid Abdulrahman Abou Zayed, alias "Souhail Othman", 56 ans, qui vit en Norvège.

Le 9 août 1982 à la mi-journée, une grenade avait été jetée dans le restaurant de Jo Goldenberg, situé dans le quartier juif du centre de Paris, au coeur du Marais (IVe arrondissement).

L'engin avait explosé au milieu d'une cinquantaine de clients. Deux tueurs étaient ensuite entrés, ouvrant le feu.


Composé de trois à cinq hommes armés, selon une source proche du dossier, le commando avait ensuite remonté la rue, vidant en direction des passants les chargeurs de leurs pistolets-mitrailleurs "WZ-63", de fabrication polonaise.

Bilan de cette attaque de trois minutes: six morts et 22 blessés. Une opération attribuée à un groupe palestinien dissident de l'OLP, le Fatah-Conseil révolutionnaire (Fatah-CR) d'Abou Nidal, décédé en 2002 dans des circonstances mystérieuses. M. al-Abassi est considéré comme le numéro 3 du "comité des opérations spéciales" du Fatah-CR, un comité dirigé par Abou Nizar, le bras droit d'Abou Nidal.


Quelqu'un sera présent dans le box

Conseil de Manuel Hezkia, fils d'André Hezkia, victime de l'attentat, Me Martine Bouccara a exprimé sa satisfaction à la nouvelle de cette interpellation.

"Cette nouvelle avancée judiciaire ne peut que réjouir les parties civiles car elle nous rapproche enfin concrètement d'un procès", a-t-elle déclaré.

"Les victimes se félicitent de cette avancée majeure, parce que cela veut dire que quelqu'un sera présent dans le box lors du procès", a pour sa part commenté Me David Père, avocat de l'Association français des victimes de terrorisme (AFVT) et de proches de victimes.

"Mais cela souligne l'inaction des deux autres Etats dans lesquels résident les deux autres suspects, l'Autorité palestinienne et la Norvège", a-t-il ajouté.

Il a indiqué que, selon ses informations, la Norvège n'a pas répondu à ce jour à la demande adressée par la justice française. "Nous déplorons ce silence", a-t-il expliqué.

Interrogé par l'AFP début mars, le conseil de Walid Abdulrahman Abou Zayed, Ole-Martin Meland, avait indiqué que son client contestait son implication dans l'attentat et assurait qu'il "n'était pas là-bas" au moment des faits.

L'enquête sur l'attentat avait longtemps piétiné sans connaître d'avancée notable, hormis la découverte d'une des armes de l'attentat dans un bosquet du bois de Boulogne, à Paris.

Ce sont finalement des témoignages anonymes qui ont permis l'identification des trois suspects, des anciens du groupe d'Abou Nidal, après un travail de longue haleine d'un enquêteur de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), selon une source judiciaire.

L'enquête concernant un autre attentat, celui perpétré devant la synagogue de la rue Copernic (XVIe arrondissement) le 3 octobre 1980, a également connu récemment un rebondissement majeur avec la remise aux autorités française, en novembre 2014, de l'auteur présumé, le Libano-Canadien Hassan Diab.

Ce jour-là, une charge explosive avait été placée devant le temple de l'Union libérale israélite mais s'était déclenchée avant la fin de l'office, auquel assistaient environ 300 fidèles.

Elle avait causé la mort de quatre personnes.

Il s'agissait du premier attentat mortel visant la communauté juive de France depuis la Libération.


midi libre

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Fusillade de la rue des Rosiers dans le quartier du Marais à Paris   Jeu 10 Sep - 20:05:59

Sur les traces de l'un des auteurs présumés de l'attentat de la rue des Rosiers

Nizar Hamada,contre lequel un mandat d'arrêt international vient d'être lancé,mène aujourd'hui une vie tranquille en Jordanie.




Montage avec,à gauche,la photo de Nizar Tawfiq Mussa Hamada,issue de son profil LinkedIn,et à droite,le portrait-robot de l'un des terroristes réalisé par les enquêteurs français, en 1982

Trente-trois ans après le drame,la justice française n'a pas renoncé à retrouver les membres du commando ayant perpétré l'attentat de la rue des Rosiers.

Cet été,le juge antiterroriste Marc Trévidic a lancé un quatrième mandat d'arrêt international,après les trois délivrés fin février contre d'anciens membres du groupe terroriste Abou Nidal.

Ce dernier mandat concerne un citoyen jordanien d'origine palestinienne,Nizar Tawfiq Mussa Hamada,âgé de 54 ans et vivant à Amman,en Jordanie.

Selon les éléments recueillis par les enquêteurs,Nizar Hamada pourrait être l'un des quatre hommes qui,le 9 août 1982,à l'heure du déjeuner,ont jeté une grenade et ouvert le feu sur les clients et le personnel du restaurant Jo Goldenberg,situé rue des Rosiers dans le Marais,en plein cœur du vieux quartier juif de Paris.

Six personnes sont tuées dans la fusillade,vingt-deux grièvement blessées.

Cet attentat antisémite,le plus grave commis en France depuis 1945,n'a jamais été revendiqué.

Très vite,la piste moyen-orientale est retenue comme l'une des plus sérieuses.

En ce mois d'août 1982,la guerre fait rage au Liban,où l'armée israélienne a lancé une opération militaire visant à déloger de Beyrouth l'OLP et son chef Yasser Arafat.

L'attentat contre le restaurant juif parisien pourrait avoir été la réponse d'un groupe palestinien clandestin aux Israéliens.

Une enquête relancée au début des années 2000

Mais l'enquête piétine,s'enlise même.

A part quelques douilles de pistolet mitrailleur retrouvées sur le trottoir et les portraits-robots des auteurs présumés de la tuerie,les enquêteurs ne disposent guère d'indices.

Il faut attendre le milieu des années 2000 pour que l'enquête soit relancée.

Après la mort de leur chef,Abou Nidal,d'anciens membres du groupe terroriste détenus dans des prisons de plusieurs pays arabes commencent à parler.

Certains acceptent de témoigner de manière anonyme,dans le cadre de commissions rogatoires internationales lancées par les juges d'instruction français.

La rédaction de France Télévisions a pu avoir accès à certains procès-verbaux de ces interrogatoires,dont l'un désigne Nizar Hamada comme membre du commando de la rue des Rosiers.

Des messages sur sa page Facebook

Qui est ce quinquagénaire jordano-palestinien qui vit aujourd'hui paisiblement à Amman,la capitale jordanienne ?


Comme plus d'un milliard et demi d'habitants de la planète,Nizar Hamada a ouvert une page Facebook,point d'entrée de l'enquête menée par francetv info.



Capture écran du profil Facebook de Nizar Hamada.

Il a réagi,le 1er septembre,à l'annonce du mandat d'arrêt international lancé contre lui.



Capture écran d'un statut Facebook posté par Nizar Hamada,le 1er septembre 2015.

"Je suis Nizar Hamada,je fais l'objet d'une convocation judiciaire.

Je ne peux pas en dire plus car le Mossad sioniste (les services secrets israéliens) est à l'affût",écrit-il.

Puis,après quelques jours durant lesquels sa page Facebook demeure silencieuse,Nizar Hamada envoie un nouveau message.

"Mes chers amis,après une absence,j'ai besoin d'un peu de temps pour organiser les détails de ce qu'il s'est passé.

Je remercie tous ceux qui sont à mes côtés."

Pour le reste,le quinquagénaire utilise sa page Facebook comme monsieur Tout-le-monde.

Il y expose volontiers des photos de famille.



Capture écran d'une photo de Nizar Hamada,en famille,postée sur Facebook en mars 2014.



Capture écran d'une photo de Nizar Hamada,en famille,postée sur Facebook en mai 2015.

Un "trou noir" dans sa vie professionnelle

Qui est vraiment Nizar Hamada ?


L'examen attentif de son compte Facebook et d'autres réseaux sociaux sur lesquels s'est inscrit ce Jordanien permet de reconstituer une partie de son parcours.

Né en 1961 à Askar,un camp de réfugiés palestiniens de la banlieue de Naplouse,Nizar Hamada vit aujourd'hui à Amman,où il a fondé une famille.

Sur sa page Facebook,il indique avoir travaillé pour une agence de l'ONU dans la capitale jordanienne,le United Nations Development Program (UNDP).

Il n'a pas été possible d'obtenir confirmation de cette information auprès du bureau de l'UNDP à Amman,malgré une demande écrite adressée par la rédaction de France Télévisions.

Quelles ont été les fonctions de Hamada au sein de cette agence ?

Il ne le précise pas.

Son parcours professionnel n'est,du reste,pas très clair.

En témoignent les deux CV que l'homme a publiés sur Internet,via les réseaux sociaux professionnels LinkedIn et Bayt.



















francetvinfo

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Fusillade de la rue des Rosiers dans le quartier du Marais à Paris   Mer 10 Fév - 12:53:35

Attentat rue des Rosiers à Paris: la Jordanie rejette l'extradition de deux suspects

La justice jordanienne a rejeté l'extradition vers la France de deux suspects,dont le cerveau présumé,de l'attentat contre un restaurant juif de la rue des Rosiers,à Paris.




L'attaque meurtrière avait provoqué la mort de six morts en 1982,selon une information communiqué ce mercredi par plusieurs sources judiciaires.

L'extradition du cerveau présumé,le Jordanien d'origine palestinienne Souhair Mouhamed Hassan Khalid al-Abassi,a été refusée parce qu'un accord entre la France et la Jordanie n'était pas entré en vigueur au moment de la comparution du suspect devant la justice jordanienne.

La Jordanie ne remettra pas non plus un deuxième suspect,Nizar Tawfiq Mussa Hamada,en raison du dépassement du délai de prescription,a-t-on ajouté de mêmes sources.
























francetvinfo

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fusillade de la rue des Rosiers dans le quartier du Marais à Paris   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fusillade de la rue des Rosiers dans le quartier du Marais à Paris
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fusillade de la rue des Rosiers dans le quartier du Marais à Paris
» Envie de jouer au flag football dans le quartier ?
» #drame - Une fusillade a eu lieu ce matin dans les locaux de Charlie Hebdo !
» Signalement des problèmes dans le quartier - Application So Net
» La récup ennemie de la SV ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: les Catastrophes-
Sauter vers: