chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Ambroise Paré

Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
jacotte

Féminin Nombre de messages : 42713
Age : 53
Date d'inscription : 20/02/2005

Ambroise Paré Empty
MessageSujet: Ambroise Paré   Ambroise Paré I_icon_minitimeMar 30 Oct - 23:01:43

Ambroise Paré, né vers 1510 au Bourg-Hersent, près de Laval et mort le 20 décembre 1590 à Paris, fut un chirurgien et anatomiste français.

Ambroise Paré 250px-10



Ambroise Paré est le chirurgien des champs de bataille, le père de la chirurgie moderne.
Il est l'inventeur de nombreux instruments.
L’usage nouveau des armes à feu conduit à de nouvelles plaies que l’on cautérise au fer rouge ou à l’huile bouillante au risque de tuer le blessé.
Il met au point la ligature des artères, qu'il substitue à la cautérisation, dans les amputations.
Je le pansay, Dieu le guarist (en français moyen)
Je le pansai et Dieu le guérit.
Tout le monde connaît cette expression mais beaucoup moins son auteur.


Origine


Il est né en 1509 à Laval en Mayenne (plus précisément à Bourg-Hersent, près d'Avesnières).
Son père était très probablement barbier, qui, mécontent des leçons d'un chapelain inefficace, place son fils comme marmiton chez la comtesse de Laval.
Il est donc privé de grec et de latin, et devient apprenti chez le barbier du comte.
Curieux et adroit, il coupe le poil, arrange les perruques et va ici et là panser les ulcères.
Paré commença ensuite son apprentissage chez un barbier d'Angers ou de Vitré, et le continua à Paris, près de son frère.

Son père eut quatre enfants :

Jean Paré, qui fut barbier-chirurgien à Vitré, en Bretagne X. Paré, qui alla s’établir aussi coffretier à Paris, rue de la Huchette
Anne Paré, laquelle épousa Claude Viart, chirurgien juré à Paris (morte le 19 septembre 1581)
Ambroise.



Chirurgien

En 1529, il rentre comme compagnon chirurgien à l'Hôtel-dieu et déclare : « Ce n'est rien de feuilleter les livres de gazouiller, de caqueter en chaire de la chirurgie, si la main ne met en usage ce que la raison ordonne ». Durant trois années, Paré côtoie « tout ce qui peut être d'altération et maladies au corps humain ».
Il observe malades et cadavres et enrichit son savoir anatomique.
À la fin de ses études, il choisit, sans doute pour des raisons financières, de s'attacher au service du duc René de Montjean , colonel général d'infanterie.
Il devient maître barbier-chirurgien en 1536.


Les champs de bataille

Accompagnant le duc, il reçoit le baptême du feu en 1537 à la bataille du Pas de Suse.
Il y pratique la première désarticulation du coude et découvre que la poudre des arquebuses n'empoisonne pas les blessures comme on le croyait.
Il voit des scènes atroces et tente avec succès d'adoucir les méthodes de guérison trop brutales qui consistent par exemple à cautériser les plaies à l'huile bouillante.
À la mort de Montjean, Ambroise Paré est de retour à Paris ; il se marie et entre au service du comte de Rohan.

En 1542, il assiste au siège de Perpignan, alors occupée par les Espagnols.
Les tentatives de Rohan pour reprendre la ville échouent, mais Paré, lui, continue d'élaborer de nouvelles techniques chirurgicales.
Le maréchal de Brissac ayant reçu une balle dans l'épaule, il a l'idée de replacer le blessé dans la position initiale au moment de l'impact pour récupérer la balle perdue.

La campagne achevée, il se met à la rédaction du récit de ses voyages qu'il souhaite faire paraître en français. Mais il lui faut le soutien du roi face à la faculté de médecine pour voir aboutir son projet ; en 1545 il publie la Méthode de traiter les plaies faites par les arquebuts et autres bastons à feu, et celles qui sont faites par la poudre à canon puis un Traité sur l'accouchement et l'anatomie.

Au siège de Danvilliers, il doit amputer l'un des gentilshommes de l'armée du comte de Rohan.
Plutôt que d'appliquer le fer rouge pour éviter l'hémorragie, il tente sa nouvelle méthode et ligature les artères du blessé, qui se rétablira.
À la mort de Rohan, tué près de Nancy, Paré entre au service de Antoine de Bourbon, roi de Navarre puis à celui de Henri II de France, qui l'admit au nombre de ses chirurgiens ordinaires aux cotés de Nicolas Lavernot , Jean d'Amboise et Jean Fromager .
Désormais, la carrière de Paré sera intimement liée au destin des souverains de son pays.
Il participa à plusieurs campagnes militaires aux côtés du Roi.

En 1557, au siège de St Quentin en Picardie, il note que les asticots d'une certaine mouche aident à la cicatrisation des plaies de blessés.
l'Asticothérapie est aujourd'hui développée ou redécouverte, utile contre les souches nosocomiales de bactéries notamment.


Chirurgien du roi

C'est après avoir brillamment guéri François de Lorraine, duc de Guise, en 1551 que Paré fut nommé Premier Chirurgien du Roi.

En 1553 il est prisonnier au siège de Hesdin (Vieil Hesdin avant sa destruction par Charles Quint).
Cherchant une reconnaissance officielle, Paré décide d'obtenir le titre de docteur en chirurgie ; ses "confrères" tentent de s'y opposer mais l'appui du roi est le plus fort et il reçoit le titre tant convoité le 8 décembre 1554, sans avoir eu à passer les épreuves de latin.

À 45 ans il est chirurgien barbier dans une échope ; les barbiers-chirurgiens ont fondé la Confrérie de Saint-Côme.
Il a acquis une grande expérience pendant la guerre d'Italie et sur les autres champs de bataille.
Ses Œuvres sont le résultat de 40 ans de pratique.

En 1561 et 1562, il publie deux autres ouvrages dont son Anatomie universelle du corps humain.
Il devient premier chirurgien auprès du roi Charles IX. Paré est renvoyé au secours des armées, d'abord à Rouen, puis à Dreux et au Havre.
Les guerres de religion opposant catholiques et protestants ont repris de plus belle, ensanglantant le pays pour les trente années à venir.
De 1564 à 1566, Paré accompagne Charles IX en visite à travers la France et en profite pour débusquer de nouvelles pistes de recherches.

La plus grande innovation est de ligaturer ou de panser avec un mélange de jaune d'œuf, d'huile et de térébenthine plutôt que de brûler les plaies.
Il jure de ne plus brûler aussi cruellement les pauvres blessés. C'est entre Charles IX et Ambroise Paré qu'aura lieu cet échange verbal :

«— J'espère bien que tu vas mieux soigner les rois que les pauvres ?
— Non Sire, c'est impossible.
— Et pourquoi ?
— Parce que je soigne les pauvres comme des rois »
À la Saint-Barthélemy, il est protégé par la famille des Guise.
Ferme dans ses convictions huguenotes, il aurait, dit-on, répondu au roi qui tentait de le convaincre d’abjurer :
« Par la lumière de Dieu, Sire, je crois qu'il vous souvient m’avoir promis de ne me commander jamais quatre choses, savoir : de rentrer dans le ventre de ma mère, de me trouer à un jeu de bataille, de quitter votre service et d’aller à la messe. »

Veuf en 1573 avec un enfant, il se remarie aussitôt et aura 6 autres enfants, le dernier à 73 ans.
Un de ses petit-fils est François Hédelin. Couronné en 1574, Henri III de France le garde auprès de lui en tant que premier chirurgien.


Publications

Ambroise Paré suspend alors ses voyages pour se consacrer à la rédaction de ses ouvrages.
Autodidacte ne sachant ni le grec ni le latin, il publia à dessein ses ouvrages en français, avec les encouragements de la cour et de ses illustres contemporains, dont Pierre de Ronsard.
Ce dernier lui adressa deux poèmes, placés en tête du volume de ses œuvres en 1575.
« Je n'ay voulu escrire en autre langaige que le vulgaire de nostre nation, ne voulant estre de ces curieux, et par trop supersticieux, qui veulent cabaliser les arts et les serrer soubs les loix de quelque langue particulière » explique Paré dans son avis au lecteur.
Étienne Gourmelen, doyen de la Faculté de médecine, entouré de médecins qui auraient dû soutenir Paré, tentèrent de s'opposer à la mise en vente du livre, prétextant qu'il contenait des choses abominables, contraires à la bonne morale.
L'affaire fut menée devant le Parlement, sans succès et le livre fut distribué et mis en vente sans modifications.

Il meurt à Paris en 1590 sans voir l'entrée d'Henri IV de France dans la ville.
Il sera enterré lors de grandes funérailles à l'église Saint-André-des-Arts de Paris.

_________________
Ambroise Paré Je-t-a10
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
 
Ambroise Paré
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: grands personnages-
Sauter vers: