chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Scandale sanitaire : 10 000 femmes enceintes auraient pris de la Dépakine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 39979
Age : 52
Date d'inscription : 20/02/2005

MessageSujet: Scandale sanitaire : 10 000 femmes enceintes auraient pris de la Dépakine   Mer 10 Aoû - 20:34:39

lus de 10 000 femmes auraient pris de la Dépakine, un anti-épileptique accusé notamment de provoquer des malformations chez le foetus, entre 2007 et 2014, affirme le Canard Enchaîné dans son édition de mercredi 10 août.

Le journal satirique précise que ce chiffre figure dans une étude "alarmante" menée conjointement par l'agence du médicament ANSM et la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAMTS).

Présent dans plusieurs spécialités pharmaceutiques dont la Dépakine, le valproate de sodium est sur la sellette depuis plusieurs années à cause de son risque élevé de malformations - de l'ordre de 10% - mais également d'un risque plus élevé de retards intellectuels et/ou de la marche, ainsi que de cas d'autisme, qui peuvent atteindre jusqu'à 40% des enfants exposés.

Utilisée pour traiter l'épilepsie, la Dépakine est commercialisée en France par Sanofi depuis 1967, puis sous forme générique par d'autres laboratoires. Mais le valproate est également prescrit dans les troubles bipolaires, sous d'autres appellations (Dépakote, Dépamide).

Selon le Canard Enchaîné, la première partie de l'étude aurait été communiquée au ministère de la Santé dès la mi-juillet mais "soigneusement cachée aux familles".


30 000 victimes selon l'Apesac

Cette dernière affirmation est démentie par le ministère de la Santé qui précise que "le premier volet" de l'étude sera présenté à l'Association d'aide aux parents d'enfants souffrant du syndrome de l'anticonvulsivant (Apesac) le 24 août prochain.

Il n'a pas commenté les chiffres publiés par le Canard. "Cette réunion a été fixée dès la fin du mois de juillet.

Le ministère étudiera, en lien avec cette association représentative des familles avec laquelle il travaille étroitement, les mesures qu'il apparaîtra nécessaire de mettre en oeuvre", précise le ministère qui ajoute que l'étude et "le plan d'action qui sera établi sur cette base" seront pour leur part rendus publics début septembre.


L'Apesac avait donné l'alerte dès 2014, accusant Sanofi et les autorités sanitaires d'avoir tardé à agir alors que les risques du valproate de sodium sont connus depuis longtemps. Elle évalue à près de 30 000 le nombre des victimes du médicament depuis 1967.

En février dernier, l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) avait pour sa part évalué à 450 le nombre d'enfants nés avec des malformations congénitales entre 2006 et 2014 après avoir été exposés in utero au valproate.


En 2014, avant la mise en place de nouvelles restrictions d'utilisation, 93.000 femmes en âge de procréer prenaient ce médicament en France dont 37 000 pour épilepsie et 56 000 pour des troubles bipolaires.

Suite au rapport de l'Igas, la ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé la création d'une filière pour prendre en charge les enfants victimes.

Elle a également reçu la présidente de l'Apesac pour faire avancer le dossier des indemnisations.






midilibre

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Scandale sanitaire : 10 000 femmes enceintes auraient pris de la Dépakine   Jeu 11 Aoû - 0:43:46

Dépakine: Combien de victimes le médicament antiépileptique va-t-il vraiment faire en France?

Entre 2007 et 2014,10.000 femmes enceintes auraient pris ce médicament antiépileptique pouvant entraîner des malformations du fœtus et des troubles du comportement…


Histoire d’y voir clair,Charles Joseph-Oudin a fini par créer un petit tableau Excel.

« Depuis 1967,je pense que la Dépakine a fait environ 35.000 victimes en France »,assène sur la base de projections,l’avocat chargé de défendre les patientes ayant pris ce médicament antiépileptique au cœur d’une polémique,depuis ce mercredi.

Produite par le laboratoire Sanofi depuis 1967,la Dépakine est en médicament antiépileptique très efficace mais qui peut entraîner,s’il est prescrit à une femme enceinte des risques de malformations sur le fœtus (dans 10 % des cas) et de troubles du comportement chez l’enfant (dans 40 % des cas).

Quand les victimes font des projections

Le Canard enchaîné a révélé,ce mercredi,que ce médicament avait fait l’objet d’un rapport de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) et de la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam).

Selon l’hebdomadaire satirique,ce rapport porte sur une étude qui estime à 10.000 le nombre de femmes enceintes ayant pris de la Dépakine entre 2007 et 2014.

« Sur la base de ce chiffre,on peut calculer le nombre d’enfants victimes,assure Charles Joseph-Oudin.

10.000 femmes sur sept ans,cela correspond à 1.429 enfants nés par an.

Si 10 % sont la cible de malformations et 40 % de troubles du comportement,cela fait 15.000 victimes depuis 1995 quand les premières alertes sont arrivées et même 35.000 depuis la mise sur le marché de ce médicament en 1967… »



Calcul du nombre de victimes de la Dépakine

Un précédent rapport évoquait 450 victimes…

Contactée par 20 Minutes,l’Agence du médicament ne veut pas s’appesantir sur les chiffres pour l’heure.

« Cette étude visait à déterminer le nombre de femmes enceintes ayant pris de la Dépakine entre 2007 et 2014,pas le nombre de victimes,assure l’un des porte-paroles.

L’étude sera communiquée par le ministère de la Santé en septembre.

Et un autre rapport est en cours pour déterminer précisément le nombre d’enfants touchés. »

Ce ne sera pas le premier.

Déjà commandé par Marisol Touraine,la ministre de la Santé,un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) évaluait,lui,en février,« entre 425 et 450 le nombre de cas de naissances d’enfants vivants ou mort-nés exposés in utero au valproate (le composant de la Dépakine) entre 2006 et 2014 qui sont porteurs de malformations congénitales ».

Quoi qu’il en soit exactement,l’Apesac,l’association qui regroupe les victimes,n’a pas attendu pour réclamer la création d’un fonds d’indemnisation.

« Nous travaillons depuis quelque temps avec le ministère de la Santé sur ce sujet,confie Charles Joseph-Oudin qui défend l’Apesac.

Mais le dialogue avec le laboratoire Sanofi est très compliqué… »

























20 minutes

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Scandale sanitaire : 10 000 femmes enceintes auraient pris de la Dépakine   Mer 24 Aoû - 19:16:31

Dépakine: «On a sacrifié l’innocence de mes deux enfants…»

Soignée à la Dépakine pendant ses grossesses,Simone a donné le jour à deux garçons victimes de malformations et de troubles du comportement…


Le long de la plage idyllique de Grèce où Simone a posé ses valises le temps des vacances il y a une flopée de bars et de boîtes de nuit.

Mais ni Joël,16 ans,ni son frère Guillaume,18 ans, n’ont envie d’y aller.

« Ça me désole,confie leur maman.

Mais ils ont toujours été solitaires et ont des gros problèmes relationnels.

Tout ça,c’est la faute de la Dépakine… »

Epileptique,Simone a été soignée avec ce médicament pendant quarante ans.

Mais il a fallu qu’elle attende 2015 pour comprendre qu’il était à l’origine des maux de ses deux enfants.

« Guillaume souffre de malformations et a dû être opéré à plusieurs reprises durant l’enfance.

Et comme Joël,il est touché par des troubles autistiques.

Ce n’est qu’en 2015 que le diagnostic a été posé et qu’on a fait le lien avec la Dépakine.

Comme pour de nombreux autres enfants en France.

La séparation des parents avait bon dos

Ce mercredi,la Direction générale de la Santé a reçu les familles de victimes,regroupées au sein de l’association Apesac,pour leur parler d’une étude réalisée par l’Agence du médicament et la Caisse d’assurance maladie sur le sujet.

Selon cette enquête 14.322 femmes enceintes ont été «exposées» au valproate de sodium la substance active de l'antiépileptique Dépakine,entre 2007 et 2014,soit environ 2 grossesses pour 1.000,indique une étude publiée mercredi par les autorités sanitaires.

Mais les autorités sanitaires reconnaissant sans mal que ce produit,s’il est prescrit à une femme enceinte,peut entraîner des risques de malformations sur le fœtus (10 % des cas) et/ou de troubles du comportement chez l’enfant (dans 40 % des cas).

Guillaume et Joël n’ont été épargnés par aucun des problèmes.

« Ils ont tous les deux eu de gros soucis de concentration lors de leur scolarité.

Dès la maternelle,explique Simone.

Les psys ont toujours mis ça sur le dos de ma séparation avec leur père.

Comme s’ils ne supportaient pas la situation. »

Joël écrivait comme un cochon à cause d’une malformation

Au fond d’elle,Simone savait bien qu’il y avait autre chose.

Guillaume ne parvenait jamais à se concentrer sur le film quand elle l’emmenait au cinéma.

Quant à Joël,il écrivait « comme un cochon » en raison d’une malformation des doigts qui n’a été décelée qu’au bout de quinze ans.

« J’en veux beaucoup à l’Education nationale et surtout aux médecins,poursuit leur maman aujourd’hui âgée de 61 ans.

Quand un enfant va,toutes les semaines,à l’infirmerie,c’est bien qu’il y a un souci. »

Mais c’est surtout le futur qui inquiète,aujourd’hui,Simone.

« On ne sait pas comment tout cela va évoluer dans le temps.

Ils vont être soignés à vie.

Il faudrait déjà commencer par leur faire bénéficier d’un auxiliaire qui les aide pour finir leurs études.

Cela fait quinze ans qu’ils y ont droit ! »

En disant cela,la maman réalise et lâche,émue : « On a sacrifié l’innocence de mes deux enfants. »

Le ministère de la Santé semble avoir pris la mesure du problème.

Il a annoncé la mise en place d’un plan d’actions pour la rentrée et œuvre pour la création d’un fonds d’indemnisation.

« Il est temps que Sanofi assume ses responsabilités »,conclut Simone.






















20 minutes

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Scandale sanitaire : 10 000 femmes enceintes auraient pris de la Dépakine   Lun 29 Aoû - 16:48:45

Dépakine : un député propose une taxe pour indemniser les victimes

Le député Gérard Bapt (PS) propose de taxer les produits de santé pris en charge par la Sécurité sociale pour indemniser les victimes de la Dépakine.

Selon lui,la responsabilité de Sanofi n’est pas établie


Le député socialiste de Haute-Garonne Gérard Bapt a proposé lundi 29 août de créer une nouvelle taxe sur les produits de santé pour alimenter le fonds d'indemnisation des victimes de la Dépakine,un antiépileptique à l'origine de malformations congénitales.

La création du fonds devrait être votée au Parlement d'ici à la fin de l'année.

Pour le député,la responsabilité de Sanofi n'est pas établie.

Une taxe sur tous les produits de santé

Le rapporteur du budget de la Sécurité sociale annonce au journal Les Echos son intention de déposer un amendement au projet de loi de financement de la "Sécu" pour 2017 : "Cette “flat tax” de 0,1 % ou 0,2 % serait perçue sur tous les produits de santé pris en charge par la Sécurité sociale,et pas seulement les médicaments,parce que,par exemple,les prothèses mammaires PIP étaient elles aussi remboursées."

Selon Gérard Bart,la taxe pourrait rapporter de 33 millions à 66 millions d'euros.

30 000 à 50 000 personnes

Le montant des indemnisations promises par le ministère de la Santé risque d'être élevé.

L'association de défense des victimes,Apesac,estime en effet que 30 000 à 50 000 personnes auraient subi des séquelles.

Les familles pourront faire expertiser gratuitement le lien de causalité entre la souffrance de leur enfant et le médicament pris par la mère pendant sa grossesse.

La Dépakine est commercialisée depuis 1967.

La notice de ce médicament mentionnait explicitement dès 2006 des risques de malformations congénitales.

Entre 2007 et 2014,seules 60 % des grossesses sous Dépakine ont abouti à des naissances d'enfants vivants.























sud ouest

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Scandale sanitaire : 10 000 femmes enceintes auraient pris de la Dépakine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Scandale sanitaire : 10 000 femmes enceintes auraient pris de la Dépakine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quick face au scandale
» Métiers de femmes
» SCANDALE A L'ONE
» Le pire cauchemar des femmes? Devenir chauve!
» MONSIEUR LE DG: enlevez le mépris de l'agent d'exécution

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: BIOLOGIE , SANTEE, BEAUTEE , BIEN ETRE AU NATUREL-
Sauter vers: