chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Ces animaux qui nous surpassent

Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
jacotte

Féminin Nombre de messages : 42212
Age : 53
Date d'inscription : 20/02/2005

Ces animaux qui nous surpassent Empty
MessageSujet: Ces animaux qui nous surpassent   Ces animaux qui nous surpassent EmptyMar 20 Fév - 0:03:14

Les athlètes les plus rapides, les plus performants, les plus forts, font pâle figure à côté de certains animaux. Lesquels ? Dans quelles disciplines ? D'où vient leur forme athlétique ? L'homme peut-il rivaliser ?

A la course : le sprint
Sur les courtes distances, les animaux nous laissent loin derrière. Quand les meilleurs humains atteignent difficilement 9 secondes 77 sur 100 m, soit 36,8 km/h, ils sont allègrement battus par de nombreuses bestioles.
Par exemple, l'autruche court sans problème à 70 km/h grâce à ses pattes puissantes et ses genoux flexibles et souples. Le zèbre au galop, flirte avec les 65 km/h. Même l'éléphant atteint 40 km/h sur de courtes distances ! L'homme est également battu par plus petit que lui : un lapin prend la fuite à 38 km/h !
Le guépard : un physique de sprinteur


Mais le recordman du sprint, c'est le guépard et ses 110 km/h. Cependant, il ne peut maintenir cette vitesse que sur 400 mètres maximum, soit moins de 20 s. Et une fois l'exploit accompli, il doit reprendre son souffle pendant au moins une demi-heure.
Il faut dire que ce mammifère est taillé pour le sprint. Grâce à ses muscles puissants, il parcourt 8 mètres en une foulée et accomplit 4 foulées à la seconde. Ses pattes sont moins arrondies et plus solides que la plupart des félins : le guépard peut ainsi prendre des virages serrés. D'autant que sa longue queue lui sert de contrepoids et lui permet de changer brusquement de direction dans sa course.
Ses griffes ne se rétractent pas complètement, ce qui lui permet d'adhérer au sol. De larges narines, de grands poumons, un gros cœur, un foie et des glandes surrénales imposants favorisent de rapides réactions physiques. De plus, sa colonne vertébrale fonctionne comme un ressort pour les pattes arrière, ce qui permet au guépard de réaliser une distance supplémentaire à chaque pas. Enfin, les traînées noires sous chaque œil améliorent sa vision en minimisant la lumière du soleil (qui se réfléchit près de ses yeux).
Mais... si l'on rapporte la taille de l'animal à l'échelle humaine, le guépard est largement détrôné : c'est le lézard à collier le plus rapide, avec 415 km/h (18 en réalité) !

Le fond

Papillons de nuit, oiseaux migrateurs, grenouilles, antilopes, chameaux, chiens... tous sont naturellement doués pour l'endurance. Chacun de ces animaux possède son propre mécanisme d'adaptation à l'effort long.
Pour les courses de demi fond, la grande gagnante est l'Antilope qui approche les 90 km/h, pendant un peu plus d'1 mn, et peut maintenir 48 km/h sur 1/4 d'heure. L'homme, lui, court 5000 m en un peu moins de 13 minutes, soit une vitesse d'environ 23 km/h.

L'antilope vainqueur des moyennes distances

D'où vient la forme de l'antilope ? D'une part, elle est doté d'une VO2max hallucinante (volume d'oxygène inspiré à l'effort), de près de 380 ml/kg/mn, alors qu'un athlète confirmé monte péniblement à 70 ! De plus, son organisme est conçu pour la course : musculature concentrée près du corps, jambes fines et légères, adaptation aux courses longues... certes le guépard va vite, mais s'il laisse 10 mètres d'avance à l'antilope, il laisse s'envoler son déjeuner !
Enfin, la tête de la gazelle est munie de son propre système de refroidissement. Des centaines de petites artères se trouvent près des voies respiratoires. L'air inspiré par l'animal refroidit sa paroi nasale, ce qui a pour effet de rafraîchir le sang acheminé par les petites artères. Ensuite, ces dernières se rassemblent en un seul vaisseau sanguin qui irrigue directement le cerveau. Sans un tel système, la gazelle ne pourrait tout simplement pas survivre.
Le chameau, recordman de l'endurance
Par contre, il n'est pas sûr du tout que cette belle mécanique tienne sur les très longues distances. Car le véritable champion de l'endurance, c'est le chameau. Capable de parcourir 170 kilomètres d'une traite en pleine chaleur, et de recommencer le lendemain, de ne se nourrir que de 2 kilos d'herbe pendant 3 semaines et ne pas boire pendant une semaine, cet animal semble inusable.
Normal : il est taillé pour l'endurance. Il possède un estomac à 4 poches qui stocke jusqu'à 50 kilos d'aliments et 136 litres d'eau, une bosse "garde manger", un épurateur dans le foie, une fourrure isolante, des paupières étanches… Bref, inutile d'espérer rivaliser avec ce champion. On raconte souvent l'histoire d'une course d'un jour entre un chameau et un cheval. Le cheval a certes gagné. Mais il est mort le lendemain.
Bien sûr, nous n'avons considéré ici que les "terriens", les oiseaux migrateurs étant eux aussi de véritables champions d'endurance. Ils sont par exemple capables de doubler leur poids en stockant de la graisse quand arrive la saison du grand voyage. Et de parcourir des dizaines de milliers de kilomètres. C'est le cas de l'albatros fuligineux qui vole sur plus de 30 000 km en 80 jours.

les mammiferes les plus rapide
Guépard 110 km/h
Antilopes de 80 à 90 km/h
Lion 80 km/h
Lièvre 73 km/h
Zèbre 65 km/h
Lévrier 65 km/h
Girafe 50 km/h
Eléphant 40 km/h

Au saut : la hauteur

A l'épreuve du saut en hauteur, le meilleur est le puma qui peut atteindre 4 à 5 m de haut, et sans élan. Soit facilement 2 m de plus que le meilleur des sauteurs humains, qui détient l'impressionnant record de 2 m 45. Certains affirment même avoir mesuré un saut de 12 m de haut grâce à des empreintes dans la neige !
Un exploit possible grâce à ses membres postérieurs, nettement plus longs que ses membres antérieurs et grâce à la présence de systèmes musculaires, tendineux ou articulaires de stockage de l'énergie élastique, qui fonctionnent sur le même principe que les ressorts.
Le puma n'est pas le seul à dépasser l'homme : tigre, lion, bouquetin et antilopes bondissent à plus de 3 m 50. Quant à la gerboise, petit mammifère de 15 cm de long, elle bondit elle aussi à près de 2 m 50 !
L'exploit de la puce
Mais cela n'est rien à côté de l'exploit réalisé par la puce. En effet, cet insecte de 1 à 8 mm de long est capable de sauter 34 cm, soit près de 340 fois sa propre taille ! A échelle humaine, elle arriverait presque en haut de 2 tours Eiffel mises l'une sur l'autre ! Le tout avec une accélération cinquante fois supérieur à celle de la navette spatiale, ce qui représente une force de gravité de 140 G, alors qu'un pilote de chasse supporte difficilement plus de 6 G.
Il faut dire que l'insecte possède une paire de pattes adaptée au saut. Entre son thorax et ses pattes arrière se trouve une masse élastique formée de résiline. La résiline est extrêmement élastique, au point qu'elle détrône le meilleur caoutchouc synthétique du monde, le polybutadiène. Elle peut être étirée encore et encore, elle reprendra systématiquement sa forme initiale sans perdre son étonnante propriété. Chez la puce, elle agit comme un puissant ressort qui se décompresserait brutalement, permettant des bonds incroyables.
Mais il ne suffit pas de sauter haut : il faut aussi savoir atterrir. La puce possède pour cela des "sacs à air", situés dans les pattes, se gonflent comme des ballons. Ce mécanisme lui permet de ralentir une fois la piste en vue. Par ailleurs, le corps de l'insecte est doté de nombreux poils faisant office de capteurs. Tout déplacement d'air renseigne la puce sur la position de sa cible, et elle calcule ainsi précisément la trajectoire de son saut. Bref, elle saute haut et atterrit sur ses pattes.

les mammiferes meilleurs sauteurs an hauteur

Puma 5 m
Tigre 4 m
Lion 3,80 m
Bouquetin 3,70 m
Kangourou 3,50 m
Gerboise 2,50 m
Lièvre 2,10 m
Chat 1,80 m

Le saut en longueur

Au saut en hauteur, l'homme est détrôné par l'animal. Au saut en longueur aussi !
Le champion, cette fois encore, c'est l'antilope, la springbok plus exactement. Elle fait des bonds de 15 m, alors que le meilleur humain ne saute "qu'à" 8,95 m.
Le kangourou gris lui aussi se défend bien. Ses puissantes pattes arrière, articulées en Z, lui servent de ressort et lui permettent de faire des bonds aussi longs qu'un autobus : 12 m. Sa queue est grande et puissante, elle sert de balancier pendant les sauts.
Mais il y a encore meilleur. Certaines espèces utilisent le saut comme moyen de locomotion principal, et la physionomie de leurs membres en est transformée : pattes arrières longues, articulées et musclées. Par exemple, à échelle humaine, la grenouille australienne, qui saute 4 à 5 m en réalité, ferait des bonds de 178 m.
La sauterelle peut également se déplacer rapidement, en sautant. Ses performances ? Des bonds de 1,20 m de long grâce à des pattes arrière au fémur élargi et musclé. Pour faire aussi bien, nous devrions pouvoir sauter 50 fois notre taille.

les mammiferes qui sautent le plus loin

Springbok 15 m
Panthère des neiges 15 m
Kangourou 13 m
Puma 12 m

_________________
Ces animaux qui nous surpassent Je-t-a10
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
jacotte
administratrice
jacotte

Féminin Nombre de messages : 42212
Age : 53
Date d'inscription : 20/02/2005

Ces animaux qui nous surpassent Empty
MessageSujet: Re: Ces animaux qui nous surpassent   Ces animaux qui nous surpassent EmptyMar 20 Fév - 0:16:01

Dans l'eau : la nage

Dans l'eau, les performances humaines, là encore, sont loin derrière celles des animaux. L'homme atteint 8 km/h… mais sur 50 m seulement. Sur 64 km ; soit la traversée de la Manche, il n'atteint "que" 3,4 km/h. Cela paraît peu à côté des 110 km/h du voilier en fuite.
Normal : l'homme n'est pas adapté au milieu aquatique. Poissons et mammifères marins possèdent en effet un corps fusiforme (forme hydrodynamique), qui favorise la pénétration dans l'eau, en minimisant les turbulences. Ils sont également munis de nageoires qui permettent de les propulser efficacement. De plus, le voilier est capable, à pleine vitesse, de rabattre sa nageoire dorsale pour réduire encore sa résistance à l'eau.
Autres bolides des mers : le requin mako, lui, va tout de même à 74 km/h. Quant au thon, c'est un bon nageur au long cours : il peut voyager à 70 km/h sur de très longues distances.
Côté mammifère, l'orque est le mammifère marin le plus rapide et atteint 64 km/h sur de faibles distances Enfin, même la tortue luth, un animal pourtant réputé pour sa lenteur, va plus vite que nous : 36 km/h !
Enfin, si l'on rapportait la performance du dragon d'eau des philippines (11 km/h) à échelle humaine, il filerait à 198 km/h ! Il ne nage pas vraiment mais court sur l'eau. Dressé sur ses pattes arrière, ses longs doigts répartissent son poids sur une grande surface, et sa rapidité l'empêche de couler.

les meilleurs nageurs

Voilier 110 km/h
Requin mako 74 km/h
Thon 70 km/h
Orque 55 km/h
Dauphin 44 km/h
Otarie 40 km/h
Phoque 39 km/h
Tortue-luth 36 km/h


la plongée

Les meilleurs apnéistes peuvent tenir plus de 8 minutes sous l'eau, sans bouger (8 minutes et 58 secondes exactement pour le record d'apnée statique), et plus de 4 minutes en nageant. Ils sont également capable de descendre à 172 m de profondeur, tirés par une gueuse, à 108 m à la force des palmes. Voyons de quoi sont capables les mammifères marins
Le cachalot par exemple. On en a retrouvé un entortillé dans un câble à plus de 1000 m de fond. Certains scientifiques pensent mêmes que ces animaux peuvent descendre à 2500 voire 3000 m. Facile pour eux puisqu'ils restent sans problème près de 90 minutes sans reprendre leur souffle.
Comment descendre si profond ? Quand il plonge, le cachalot abaisse la température de la graisse contenue dans sa tête en faisant pénétrer de l'eau par son conduit nasal. L'huile devient solide et favorise la descente. Pour remonter, il lui suffit de chasser l'eau.
D'autres mammifères marins sont capables de performances exceptionnelles : l'éléphant de mer descend à près de 900 m, le phoque à près de 600, pendant 50 minutes sans respirer. Quel est leur secret ?

Secrets d'apnéistes

Lorsque le phoque s'immerge, son rythme cardiaque ralentit. Il peut passer de 120 battements par minute à la surface, contre 4 en apnée. Ce qui a pour effet de diminuer la consommation d'O2 par le cœur lui-même et de limiter la consommation des autres organes. Certaines artères se contractent, de manière à irriguer préférentiellement les organes vitaux et nécessaires à la plongée (cœur, rétine, moelle épinière).
Il semblerait que la rate du phoque joue le rôle de réservoir de globules rouges chargés d'oxygène, qu'elle diffuserait dans le sang au cours de la plongée. De plus, le sang du phoque est constitué de 60 % d'hémoglobine contre 35 à 40 % chez l'être humain. Il peut stocker jusqu'à 25, 9 l d' O2 alors que l'homme n'en stocke que 1, 95 l.
Mais attention, certains chercheurs affirment que l'accident de décompression guette aussi les géants…
Chez les oiseaux, le manchot empereur plonge à 265 m sous l'eau, et ce pendant 18 minutes. Ils sont équipés de sacs à air spéciaux qui protègent leurs poumons contre les effets de la pression

les meilleurs plongeurs






Cachalot 3000 m , 90 minutes
Elephant de mer près de 900 m
Phoque 600 m, 50 minutes
Rorqual 500 m
Manchot empereur 265 m, 18 minutes
Morse 70 m, 10 minutes

En force

A l'épreuve d'haltérophilie, aucun être sur Terre ne rivalise avec l'éléphant : il est capable de soulever 300 kg avec sa trompe. Il faut dire qu'elle ne compte pas moins de 30 000 muscles, à comparer aux 500 muscles de l'être humain. Le pachyderme peut aussi porter sur son dos jusqu'à 25 % de son poids. Or, il pèse en général environ 5 tonnes… Numériquement, c'est donc l'éléphant le champion:
Mais en proportion, l'homme le bat : le meilleur haltérophile peut soulever trois fois son poids, soit 260 kg. Il est lui-même dépassé par le gorille, qui, avec un poids de 300 kg peut techniquement soulever un poids supérieur à 1 tonne.

Quelle force, ces insectes !

Cependant, c'est chez les insectes qu'on trouve les records de poids porté. La fourmi, par exemple, a la capacité de soulever cinquante fois son poids. Si l'homme était capable de cet exploit, il pourrait tenir à bout de bras trois tonnes ! Le hanneton, lui, peut déplacer 80 g, c'est à dire 400 fois son poids et il peut même soulever 100 g (auquel cas il ne peut plus bouger).
Enfin, champion des champions, le scarabée rhinocéros qui pèse 0,25 g supporte sur son dos et déplace 850 fois son propre poids. S'il avait la taille d'un humain, il soulèverait 60 tonnes ! L'homme quant à lui ne peut déplacer que 17 fois son poids et encore, pas en portant cette charge, mais en la tirant.

_________________
Ces animaux qui nous surpassent Je-t-a10
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
di-angelo



Masculin Nombre de messages : 15
Age : 52
Date d'inscription : 18/02/2007

Ces animaux qui nous surpassent Empty
MessageSujet: Re: Ces animaux qui nous surpassent   Ces animaux qui nous surpassent EmptyDim 25 Fév - 20:08:49

moi aussi je cour vite avec mes 80kg je ris
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Ces animaux qui nous surpassent Empty
MessageSujet: Re: Ces animaux qui nous surpassent   Ces animaux qui nous surpassent Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Ces animaux qui nous surpassent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: le savez vous?-
Sauter vers: