chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 soigner les petits bobos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 39979
Age : 52
Date d'inscription : 20/02/2005

MessageSujet: soigner les petits bobos   Sam 10 Fév - 14:22:13

Bleus, coupures, ampoules... font partie des petits tracas qui polluent le quotidien.
Quels sont les bons gestes ?
Quand le bobo devient-il plus grave ?



Les coupures


Une petite plaie est vite arrivée.
Véritable porte ouverte aux microbes, la plaie doit être nettoyée sous peine de s'infecter.

Voici les gestes essentiels :

Nettoyez soigneusement la plaie soit à l'eau savonneuse soit à l'aide d'un antiseptique.
N'utilisez pas de coton car il risque de s'effilocher dans la plaie.
Assurez-vous d'avoir enlevé tout débris dans la plaie qui pourrait provoquer une infection.
Vérifiez que vous êtes bien à jour dans vos vaccinations, notamment celle contre le tétanos.
Appliquez un pansement afin de mettre la plaie à l'abri de l'infection. L'idéal : les pansements hydrocolloïdes, type seconde peau, qui facilitent la cicatrisation.
Certains intègrent même des antalgiques dans leur composition ! Demandez conseil à votre pharmacien.
Changez le pansement tous les 2-3 jours.
Protégez la plaie du soleil en appliquant de la crème solaire. La cicatrice en sera plus belle.

Consultez si :

Dans les jours qui suivent, la plaie rougit, enfle et reste douloureuse.
C'est le signe d'une infection.
Vous n'êtes pas vacciné contre le tétanos ou si votre dernière injection antitétanique remonte à plus de 10 ans.
La plaie vous semble profonde ou si elle saigne abondamment et sans arrêt.
Stoppez l'hémorragie en comprimant la blessure avec la main.
La taille de la plaie dépasse la paume de votre main.
Elle est située sur le visage ou sur une zone sensible (yeux, organes génitaux, anus…).


Les brûlures

Coup de soleil, plaque électrique encore chaude, cigarettes… les occasions de se brûler ne manquent pas.
Premier réflexe : évaluer la gravité de la lésion.
Autrement dit, il est nécessaire de savoir distinguer une brûlure simple, qui peut être soignée à la maison, d'une lésion plus grave qui nécessiterait une consultation en urgence.

Reconnaître une brûlure


La brûlure simple se manifeste par une rougeur et par la présence éventuelle de petites cloques.
Attention, l'étendue de la lésion ne doit pas dépasser plus de la moitié de la paume de la main.
Et même si la brûlure vous paraît bénigne, ne la prenez pas à la légère. Celle-ci présente un double risque : l'infection mais aussi la chaleur conservée par la peau qui peut continuer à faire des dégâts sous l'épiderme.
Appliquez immédiatement la loi des 10-15 : faîtes ruisseler de l'eau de 10-15°C à 10-15 cm au dessus de la plaie.
N'aspergez pas directement la brûlure. Cessez au bout de 5 min ou à la disparition de la douleur, sous peine de provoquer une hypothermie.
Appliquez, en couches généreuses, de la pommade hydratante et apaisante de type Biafine pour limiter les tiraillements de la peau. Renouveler l'opération régulièrement (2-3 heures).
Si la brûlure présente des cloques, ne percez pas !
Elles protègent la peau de l'infection.
Couvrez la brûlure à l'aide un pansement.
Ne suivez aucune recette de grand-mère.
Le beurre, l'huile, les pommes de terre et autres blancs d'œufs sont au mieux inutiles, au pire ils peuvent provoquer une infection.
Ne mettez pas de glaçons, ni d'antiseptiques qui risquent d'aggraver les lésions.

La brûlure est grave et nécessite une consultation d'urgence si :

Elle est plus grande que la paume de la main.
Elle est située au visage, au cou, au thorax, sur les mains ou au périnée (anus, organes génitaux).
Elle continue, après quelques jours, à faire mal, qu'elle gonfle ou rougit.
Vous souffrez de maux de tête, de vomissements ou de fièvre.


Les ecchymoses


Une chute, un coup et c'est le bleu assuré.
Sous l'effet du choc, les vaisseaux sanguins se rompent et le sang s'épanche.
Si rien n'est fait, ce petit bobo se résorbera de lui-même.
Mais, par souci esthétique, on peut accélérer sa disparition.
Appliquez des glaçons en prenant soin de les envelopper auparavant dans un linge propre.
Le froid limite l'hémorragie et atténue l'œdème.
Consultez si le choc a eu lieu sur la tête et que la victime présente des vertiges, des troubles de la mémoire ou du comportement, signes d'un éventuel traumatisme crânien.


Le saignement de nez



Grand classique chez les enfants, le saignement du nez n'en effraie pas moins les parents.
Pourtant, dans la grande majorité des cas, cette inquiétude est superflue. En effet, le plus souvent, le saignement est la conséquence d'une simple rupture d'un des nombreux vaisseaux sanguins de la cloison nasale.
Rassurez-vous.
La quantité de sang perdue peut être impressionnante (jusqu'à l'équivalent d'un verre !) sans qu'elle soit, pour autant, le signe d'une quelconque gravité.
Faites asseoir la victime qui pourrait ressentir un malaise à la vue du sang. Assurez-vous qu'elle garde la tête légèrement inclinée en avant et qu'elle respire par la bouche.
Pour évacuer les caillots de sang, il faut se moucher des deux côtés.
Puis se pincer le nez pendant 10 min, le temps que le sang coagule.
Consultez si le saignement persiste plus de 30 minutes


Les ampoules


Loin d'être l'apanage des sportifs et des randonneurs, l'ampoule est aussi la plaie des adeptes de chaussures neuves.
Pieds, mains, et même les fesses, l'ampoule s'immisce partout, du moment qu'il y a un frottement.
Bien qu'elle puisse se révéler très handicapante, l'ampoule est une lésion bénigne.
Mais s'y on n'y prête pas attention, elle peut se transformer en crevasse ou s'infecter.
De fait, quelques soins s'imposent :
Ne percez pas l'ampoule !
C'est une barrière naturelle contre les microbes.
Désinfectez-la avec de l'éosine ou de la bétadine.
N'utilisez pas d'alcool !
Appliquez un pansement, de type hydrocolloïde, qui joue le rôle d'une seconde peau sous laquelle se reforme la nouvelle.
Si la cloque est trop grosse, il existe des pansements évidés en leur centre qui transfèrent les points de pression à la périphérie de l'ampoule.
En cas de douleur, préférez le paracétamol à l'aspirine, qui est un anti-coagulant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
 
soigner les petits bobos
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Blessure à la crèche, comment réagir ?
» Cloques à l'entre-jambes
» Ateliers d'anglais pour les petits - à Morestel
» des petits jeux à imprimer
» [Anomalie notée] Trier moi mes petits enfants !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: prevention et gestes qui sauvent-
Sauter vers: