chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Barrage des Trois-Gorges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 39972
Age : 52
Date d'inscription : 20/02/2005

MessageSujet: Barrage des Trois-Gorges   Mar 26 Nov - 2:13:29




Le barrage des Trois-Gorges est un barrage hydraulique situé au cœur de la Chine, sur le Yangtsé, dans la province du Hubei. Il a été mis en production par étapes de 2006 à 2009.
C'est le plus grand barrage hydraulique ainsi que la plus grande centrale hydro-électrique au monde


Le barrage des Trois-Gorges est situé à Sandouping, près de Yichang, dans la province du Hubei en Chine, à la limite de la région montagneuse du Haut-Yangzi et de la plaine du Moyen-Yangzi, en aval des Trois Gorges et à 38 km en amont du barrage de Gezhouba, là où le fleuve a un débit de 14 300 m3⋅s-.

La décision de construire le barrage a été prise à l'Assemblée Populaire en 1992, avec un nombre record d'abstentions et d'oppositions au projet.
Le chantier a démarré en 1994 et en 2000, le fleuve Yangzi Jiang est dévié, alors que le barrage monte jusqu’à 80 mètres de haut.


C'est un barrage poids, long de 2 335 mètres et haut d'environ 140 mètres.

Le niveau maximum d'eau du réservoir par rapport à la mer est de 175 ou 185 m ; sa construction a nécessité vingt-sept millions de m3 de béton.
Le barrage est constitué de plusieurs parties avec d'ouest en est :
un tronçon usine hydro-électrique avec quatorze turbo-générateurs d'une puissance unitaire de 700 MW ;
un tronçon déversoir ;
une deuxième usine hydro-électrique avec douze turbo-générateurs d'une puissance unitaire de 700 MW ;
la partie dédiée à la navigation avec son ascenseur à bateau et sa cascade d'écluses ;
une troisième usine hydro-électrique composée de six turbo-générateurs d'une puissance unitaire de 700 MW et de deux groupes de 50 MW chacun.


son histoire


Le premier projet sur le site du barrage des Trois-Gorges remonte à 1919, date à laquelle Sun Yat-sen fit une première proposition. Cependant, la guerre civile faisant rage dans le pays, le projet fut abandonné.
En 1944, une étude fut confiée à un membre du bureau de l'agriculture des États-Unis, mais ce second projet fut abandonné en 1947, officiellement pour des raisons financières, mais en réalité à cause des évènements liés à la révolution et à la prise de pouvoir par les communistes.
En 1949, la République populaire de Chine, dirigée par Mao Zedong, relança le débat sur la construction d'un barrage aux Trois Gorges, en réponse à des inondations meurtrières. L'urgence du projet se fit ressentir une nouvelle fois lorsque d'autres inondations causèrent la mort de 30 000 personnes et en laissèrent 19 millions d'autres sans abris en 1954.
Le projet a continué avec les soviétiques jusqu'à la rupture des relations. De ce fait, les études se sont succédé ensuite sans discontinuer à partir de 1955.
L'année 1979 marqua un tournant dans le projet, car cette année-là le ministère des Eaux approuva officiellement le choix fait en 1959 du futur site du barrage des Trois Gorges.
Avec le développement de la Chine au début des années 1980, le projet ressurgit.
Les Américains sont venus pour participer au projet. Mais le Conseil d'État, en 1989, accorde un délai de 5 ans. Après la reprise en main autoritaire qui suivit la répression des manifestations de la place Tian'anmen, le premier ministre chinois Li Peng, ingénieur de formation, pousse à la construction du barrage.
La décision finale est prise le 3 avril 1992, par 1 767 voix pour, 177 contre et 664 abstentions par le Congrès national du peuple. Mais cette adoption avec seulement deux tiers des suffrages, ce qui est rarissime dans les institutions de la Chine communiste traduit les oppositions internes au projet. Les délais sont à la mesure de l'œuvre entreprise.
Les travaux ont été inaugurés en 1994 par le président Jiang Zemin et le 1er ministre Li Peng. La Chine investit 24,5 milliards de dollars dans ce projet.
Le jeudi 18 mai 2006, l'introduction à la bourse de Shanghai des titres de la société China Yangtze Power Co, véhicule en Bourse du barrage, s'est achevée sur une hausse de presque 44 %9.
Le samedi 20 mai 2006, Li Yong'an (directeur général de la société de construction du barrage) annonça aux chinois que le barrage était bien terminé.
Le barrage ne sera, toutefois, pleinement opérationnel qu'en 200910, après l'installation et la mise en marche des 26 turbines servant à la production d'électricité. À cette date s'acheva la dernière des 3 phases de travaux :
De 1993 à 1997 - Travaux préparatoires, dont la dérivation du fleuve.
De 1998 à 2003 - Construction et mise en service des premiers groupes, atteinte du niveau 153 m.
De 2004 à 2009 - Finition et mise en eau jusqu'au niveau 175 m.
Le 2 mars 2009, 2 000 personnes auraient manifesté à Jiangnan en bloquant les voies d'accès et en affrontant la police. Cette manifestation étant due à l'indemnité jugée trop basse pour les relogements. Selon les chiffres officiels, plus de 1,4 million de personnes ont dû être évacuées afin de permettre la réalisation du barrage.
Le 2 août 2010 la presse annonce que des quantités importantes de déchets s'accumulent dans le barrage, au point que les portes d'écoulement du barrage pourraient s'en trouver obstruées. Cette accumulation est due au fait que certaines localités voisines du lac de retenue ne disposent pas de système de traitement des déchets et que ces derniers sont déversés directement dans le lac






Ecluse à bateaux



Actuellement, seuls les navires de moins de 3000 tonnes pouvaient remonter le fleuve.

Cette situation va changer grâce à un système d'écluse à cinq niveaux qui permet à des bateaux atteignant 10 000 tonnes de franchir les 120 mètres de dénivelé du barrage.
Chaque caisson de l’écluse mesurera 208 mètres de long et 34 mètres de large avec une hauteur d’eau minimale de
5 mètres permettant à ces navires de se rendre jusqu’à Chongking.


Ascenseur à bateaux


Cet élévateur de navires soulèvera les bateaux de moins de 3 000 tonnes jusqu'au bassin de retenue.
C’est en fait un compartiment étanche de 120 mètres de long, 18 mètres de large et 133 mètres de haut.

Ainsi grâce à l’ascenseur et le système d’écluse, la navigation sur le Yangtsé sera possible de six à neuf mois par année.



Usines hydroélectriques


Les 26 générateurs de 700 MW3 (fournis par l'allemand Voith, l'autrichen Andritz et le français Alstom) et les huit générateurs (6 x 700 MW, 2 x 50 MW, construction achevée en 2011) de la centrale ont une puissance installée de 22500 mégawatts4, soit 10 % de la capacité installée en Chine (ou 6 fois la capacité des centrales hydroélectriques du Rhône ou encore l'équivalent d'une vingtaine de tranches de centrales nucléaires).
La hauteur de chute est d'environ 90 m


Le courant alternatif est produit par un générateur appelé alternateur. Celui-ci se compose de deux parties. Au centre se trouve le rotor.
C’est un ensemble d’électro-aimants qui comme son nom l’indique est mis en rotation par une turbine (sorte d’hélice).
Ce rotor tourne à l’intérieur de bobines électriques appelées stator car fixe. Une tension alternative sera alors produite aux bornes de ces bobines. L’ensemble "turbine + alternateur" est appelé groupe turboalternateur.


La première usine est constituée de douze groupes turboalternateurs et s’étend sur 584 mètres.

La seconde est la plus importante, elle mesure 644 mètres et possède quatorze turbines.


Ces turbines sont de type Francis caractéristiques des centrales de moyenne chute (30 à 200 m). Elles utilisent principalement la pression de l’eau.
Leur diamètre est égal à 25 mètres.
Elles ont une fréquence de rotation de 100 à 600 tours/min et une puissance de 700 MW.


Déversoir



Il se situe entre les deux centrales hydroélectriques et s’étend sur 483 mètres.
Il permet de réguler le débit du fleuve et ainsi de lutter contre les crues.
Cela grâce à la construction de 23 ouvertures dans la partie basse (située à 90 m de hauteur) et 22 vannes installées dans la partie haute (158 mètres de hauteur).







La construction du barrage des Trois-Gorges a suscité une vaste polémique, tant en Chine avec l'opposition de nombreux scientifiques que dans le monde.
La Banque mondiale a refusé d'y participer, doutant de la fiabilité du barrage.
L'écrivaine chinoise Dai Qing a qualifié le barrage de « farce ridicule et néfaste qui va hanter les dirigeants chinois ».
Les associations écologiques dénoncent le risque pour 75 millions de personnes qui vivent en aval de l'ouvrage


Arguments défavorables à la construction du barrage


Écologiques


En amont :

Inondation de 600 km2 de terres agricoles et de forêts.

En aval :

Blocage du transport sédimentaire naturel par sédimentation dans le réservoir, entraînant :
d'importants changements dans la faune et la flore,
l'érosion, le creusement de son lit par le fleuve : depuis la mise en route du chantier, les rives du fleuve se sont érodées de 4 km2 par an en certains lieux,
la réduction de l’apport sédimentaire risque de faire reculer le delta du fleuve. Depuis la mise en eau du barrage, le dépôt annuel d'alluvion dans l'estuaire a diminué d'un tiers.
Modification du régime hydrologique et des crues hivernales entraînant :
la remontée des nappes salées plus à l’intérieur du delta, problème qui nécessitera un drainage pour évacuer le sel,
l'exploitation et l'artificialisation des vastes lacs actuels de déversement des crues du fleuve, d’où la réduction de la zone d'habitat de nombreuses espèces d'oiseaux (grue de Sibérie).
Altération de l'habitat du dauphin de Chine. En 2006, l'espèce est considérée comme éteinte.
Multiplication anormale des mauvaises herbes aquatiques et des algues, reconnue par l'agence officielle chinoise Xinhua.
Assèchement des zones humides et par conséquent appauvrissement de la biodiversité.


Impacts sur la population


Déplacements de plus de 1,8 million d'habitants sans aide de l'État (précédent record de 300 000 habitants en Chine du Nord battu) avec l'engloutissement de 1300 sites historiques et archéologiques, de plusieurs villes et de nombreux villages.
40 % des personnes déplacées sont des citadins, relogés pour moitié dans de nouveaux quartiers en ville dans des appartements dont les immeubles ont été construits à la va-vite, alors que la plupart du temps, ils étaient logés dans de petites maisons.
60 % sont des paysans relogés pour moitié au-dessus du réservoir avec des parcelles de la même superficie de 600 m2, mais dans des conditions de culture différentes : sols minces, en pente et à une altitude comprise entre 300 et 1 000 m. Ceci impliquant que leur agriculture traditionnelle, l'agrumiculture ne sera plus possible.
Par endroits, disparition de sites archéologiques qui doivent être réaménagés plus haut.
Risque pour 75 millions de personnes vivant en aval en cas de rupture du barrage, notamment pour les villes de Changsha et de Wuhan, qui comptent 9 millions d'habitants.
Ce barrage ne résout que très partiellement le problème de l'approvisionnement électrique de la Chine. Sa production annuelle de 85 TWh correspond à peu près à 3 % de la consommation nationale, alors que les plans originaux devaient en couvrir 10 %


Arguments favorables à la construction du barrage


Lutte plus efficace contre les crues du fleuve, en aval, qui pouvaient dépasser 100 000 m3/s, atteindre une cote de 17 mètres au-dessus du niveau de la plaine (29 mètres au centre de Wuhan en septembre 1998), avec en plus un argument humanitaire de sécurisation des nombreuses populations habituellement touchées par les crues (50 à 80 millions d’habitants) et causant chaque année de nombreux morts.
Les crues de l'automne 1998 ont causé la mort de plusieurs milliers de personnes.
Fourniture d'énergie hydroélectrique, l'équivalent de 20 tranches de centrales nucléaires, de 50 millions de tonnes de charbon par an, soit 10 % des besoins en énergie du pays.
La construction finale couvrira en fin de compte 3 % des besoins du pays.
Essor de la navigation en amont du fleuve : les cargos (jusqu'à 10 000 t) pourront remonter vers le bassin du Sichuan en passant l'obstacle naturel actuel des Gorges.
Développement économique d'une région intérieure, jusqu'à présent le boum économique favorisait plutôt les régions côtières.
Développement de la pêche dans le réservoir.
Développement du tourisme en été et non plus seulement lors de la saison sèche.
Meilleure maîtrise de la qualité générale de l'eau.
Transfert d'une partie des eaux du Yangzi Jiang vers la plaine de la Chine du Nord qui souffre d'une sècheresse endémique par un simple canal de dérivation capable si besoin d'apporter annuellement 40 km3 d'eau, soit l'équivalent annuel du Rhône.
Ce transfert permettrait d'éviter la construction de 3 petits barrages initialement prévus. En fait, la nouvelle dérivation permettra l'alimentation toute l'année, du barrage du lac Han qui apporte déjà annuellement, par un canal, 20 km3/an à la plaine du nord, sauf lors des saisons sèches.
Il permet de créer dans la société chinoise un consensus qui peut s'identifier à ce grand projet hydraulique.
La propagande agit dans ce sens, lorsqu'elle emmène toute la jeunesse voir le barrage. En effet, tous les écoliers dès l'âge de 12 ans sont emmenés par leur école visiter le barrage.
Ces visites sont financées par l'État.


Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
 
Barrage des Trois-Gorges
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Barrage des Trois-Gorges
» Soupe aux trois légumineuses -Louise
» Se bricoler un composteur avec trois fois rien
» Mignardises aux trois chocolats et à la chantilly
» Atelier Educatif Le Coffret Magique a trois Rivieres!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: decouverte des regions et lieux a visites-
Sauter vers: