chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
jacotte
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 39971
Age : 52
Date d'inscription : 20/02/2005

MessageSujet: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Ven 12 Juil - 20:46:03

La SNCF évoque un problème d'aiguillage. 
Un train Corail Intercités a déraillé, vendredi 12 juillet, à Brétigny-sur-Orge (Essonne), faisant "de nombreuses victimes", selon la préfecture. 


D'après Le Parisien.fr, il y aurait au moins quatre morts et dix personnes "en état d'urgence absolue"


Le train arrivait de Paris à destination de Limoges, lorsqu'il s'est couché sur la voie, en pleine gare. 


Selon France 3 Ile-de-France, le train transportait "au moins 400 personnes"


Selon la SNCF, plus aucun train n'arrive ni part de la gare d'Austerlitz à Paris. 
La SNCF précise que les "circulations sont fortement perturbées" et que des "déviations sont en cours de réflexion", notamment sur le RER C. 
"On a déclenché le plan 'nombreuses victimes', le plan rouge", a indiqué la préfecture de l'Essonne, sans plus de détails. Député de l'Essonne, Michel Pouzol a expliqué qu'il s'agissait d'un incident spectaculaire, le train s'étant séparé en deux.

francetvinfo
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
jacotte
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 39971
Age : 52
Date d'inscription : 20/02/2005

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Ven 12 Juil - 20:49:06

Quatre des sept voitures du train qui transportait 350 passagers, toutes situées à l'arrière du convoi, se sont couchées. 
Les secours dénombrent déjà 4 morts officiellement, 10 personnes en état «d'urgence absolue» et 60 blessés.

De nombreuses personnes sont encore coincées dans les rames immobilisées.
Des passagers ont été électrocutés et écrasés.

Un plan rouge a été décrété par les pompiers de l’Essonne et une cellule de crise a été mise en place à la SNCF


[b style="margin: 0px; padding: 0px; font-family: Arial, Verdana, Helvetica, sans-serif; font-size: 15px; line-height: 22px; background-color: rgb(255, 255, 255);"]Un témoin raconte les scènes d'horreur.[/b] El Mehdi Bazgua, 19 ans, habite dans le Val de Marne.
 Il rentrait de chez ses parents à Arpajon (Essonne), où il a pris le RER C.
 Il était arrêté en gare de Brétigny et regardait par la fenêtre de son train au moment des faits.

"J'ai entendu un gros bruit. Un nuage de sable a tout recouvert. J'ai vu des cailloux, des fils à terre. Puis la poussière s'est dissipé. J'ai cru à un train de marchandise. On a vu les premiers blessés. Après un moment de panique, tout le monde est descendu du RER"

"J'ai vu un homme à peine conscient, le crâne ouvert. Beaucoup souffrent de coupures. Beaucoup de passagers du train étaient bloqués sous celui-ci. Un agent de la SNCF m'a dit qu'un homme était coupé en deux"

"Beaucoup de passagers du RER pleuraient. Je suis choqué à vie. Certains filmaient la scène. Un blessé s'est énervé contre eux. Nous avons été évacués par la police"




le parisien
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Ven 12 Juil - 21:12:01

Un train déraille à Brétigny (Essonne),au moins 7 morts et 12 blessés

Un train Intercités a déraillé ce vendredi vers 17h à Brétigny-sur-Orge dans l'Essonne.

L'accident aurait fait 7 morts et de nombreuses personnes seraient encore coincées à l'intérieur.

Un train Intercités,Paris-Limoges qui circulait sur le tracé de la ligne du RER C,a déraillé vendredi vers 17h dans l'Essonne,à Brétigny-sur-Orge.

"On a déclenché le plan rouge",a indiqué  la préfecture.

Le ministre de l'Intérieur,Manuel Valls,a annonce à 18h au moins 7 morts.

Le train se serait couché,laissant des victimes écrasées et électrocutées.

D'autres wagons couchés comporteraient des passagers sans doute incarcérés à l'intérieur.

Un bilan qui risque d'être lourd

Selon le maire PS de Brétigny,Bernard Decaux,sur place et interrogé par le Parisien,"trois rames sont enchevêtrées les unes derrière les autres devant la gare et une quatrième couchée un peu plus loin vers le sud.

Je n'ai aucune idée du bilan.

On me dit juste qu'il risque d'être très lourd,il y a des gens blessés par le ballast".



















midi libre

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Sam 13 Juil - 16:17:57

la piste de la défaillance de l'aiguillage privilégiée

La défaillance d'une pièce d'un aiguillage était samedi la piste privilégiée pour expliquer le déraillement la veille du Paris-Limoges qui a tué au moins six personnes à Brétigny-sur-Orge (Essonne),une des pires catastrophes ferroviaires récentes en France.



A la mi-journée,même si elles restaient prudentes avant que les trois voitures qui se sont couchées ne soient enlevées des voies,les autorités laissaient entendre que le bilan pourrait ne plus beaucoup évoluer.

Outre les six décès,neuf personnes sont gravement blessées et pour deux d'entre elles le pronostic vital est engagé,a précisé le Samu.

Les autopsies,destinées à identifier les voyageurs tués,ont commencé samedi.

Au lendemain du choc né de la vision des scènes d'horreur rapportées par les voyageurs et les témoins,vient le temps des premières explications de la SNCF qui privilégie la thèse de la défaillance d'une pièce d'acier de dix kilogrammes dans le système d'aiguillage.

"L'éclisse",sorte d'agrafe qui relie deux rails,"s'est désolidarisée,elle s'est détachée,elle est sortie de son logement",a détaillé Pierre Izard,directeur général des infrastructures de la SNCF.

Elle "est venue se loger au centre de l'aiguillage et,à cet endroit,elle a empêché le passage normal des roues du train et elle aurait provoqué le déraillement du train".

Immédiatement après l'accident,des témoignages de voyageurs semblaient d'ailleurs mettre en cause l'aiguillage,situé à 200 mètres en amont de la gare.

La SNCF a annoncé le contrôle des 5.000 pièces semblables de son réseau.

"La désolidarisation de cette éclisse du rail est l'objet même" des enquêtes judiciaire et techniques en cours,a déclaré le patron de la SNCF,Guillaume Pepy.

"La SNCF se considère comme responsable.

Elle est responsable de la vie de ses clients."

Son ministre de tutelle,Frédéric Cuvillier,a cité l'obsolescence des infrastructures ferroviaires françaises: "le constat est sévère avec une dégradation ces dernières années,faute de moyens consacrés aux lignes classiques."

La réaction du conducteur saluée

"On a privilégié le TGV au lieu de penser au réseau secondaire,les lignes qui rendent service.

Pepy doit en tirer toutes les conséquences",a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'association des voyageurs-usagers du chemin de fer (Avuc),Willy Colin,fustigeant des "trains poubelles".

L'aiguillage a pourtant fait l'objet d'un contrôle de sécurité le 4 juillet,selon la SNCF.

Une demi-heure avant la catastrophe,un autre train est passé,sans qu'aucune anomalie ne soit relevée.

Quant aux wagons et à la locomotive,ils étaient "à jour de toute vérification".

Les autres pistes semblent écartées,notamment celle d'une fragilisation de la structure liée à des travaux récents dans la zone et surtout celle de l'erreur humaine.

Le train,qui transportait 385 voyageurs,roulait à 137 km/heure,soit sous les 150 km/h autorisés.

Comme M. Pepy la veille,M. Cuvillier a rendu hommage au conducteur,qui a déclenché "l'alerte immédiatement,ce qui a évité la collision avec un train qui venait dans le sens inverse et qui aurait à quelques secondes près percuté les voitures qui déraillaient".

Selon une source syndicale,cet homme,"légèrement choqué psychologiquement",est rentré samedi matin chez lui,accompagné d'un cheminot.

Tous,voyageurs rescapés comme témoins,s'accordaient à décrire la violence inouïe de la catastrophe qui s'est déroulée sur "plusieurs centaines de mètres".

Des morceaux de ballast ont été retrouvés dans la ville,a raconté le maire PS de Brétigny,Bernard Decaux.

Le toit de la gare et un quai de béton ont été défoncés par le train,des voyageurs ont été éjectés,d'autres ont évoqué des "images de guerre","un jeu de massacre","un film catastrophe"...

Le 2 juin 2008,la collision entre un TER et un car scolaire à Allinges (Haute-Savoie) avait causé la mort de sept collégiens.

La plus grave catastrophe ferroviaire de ces 25 dernières années a eu lieu le 27 juin 1988,lorsque la collision de deux trains de banlieue sur les voies souterraines de la gare de Lyon à Paris a fait 56 morts.

L'accident de Brétigny-sur-Orge a des conséquences sur le trafic.

Certains tronçons du RER C,emprunté en moyenne par 540.000 Franciliens par jour,vont être perturbés plusieurs jours.

Samedi,la gare d'Austerlitz était toujours partiellement paralysée en pleine période de départs en vacances.

Une minute de silence a été observée à midi dans l'ensemble des gares de France.



















yahoo actualites

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Sam 13 Juil - 16:28:26

Les 6 morts de Brétigny sont 4 hommes et 2 femmes de 19 à 82 ans

Les six personnes tuées vendredi dans l'accident ferroviaire de Brétigny dans l'Essonne sont quatre hommes et deux femmes,âgés de 19 à 82 ans,a annoncé samedi la préfecture de l'Essonne.



Parmi elles,figure un couple d'octogénaires qui serait originaire de Brétigny-sur-Orge,ainsi que trois hommes de 19,23 et 60 ans et une jeune femme dont l'âge n'a pas été précisé.

Certaines seraient originaires d'Etampes dans l'Essonne et d'autres du Limousin,destination du train.

Ces victimes sont toutefois "en cours d'identification formelle" par la police judiciaire de Versailles,selon une autre source proche de l'enquête,qui ajoute que certaines des victimes étaient sans doute dans le train et d'autres sur le quai.

9 personnes sont gravement blessées

A la mi-journée,même si elles restaient prudentes avant que les trois voitures du Paris-Limoges qui se sont couchées ne soient enlevées des voies de la gare de Brétigny-sur-Orge,les autorités laissaient entendre que le bilan pourrait ne plus beaucoup évoluer.

Outre les décès,neuf personnes sont gravement blessées,dont deux ont un pronostic vital engagé,d'après le Samu de Paris.

Les neuf blessés très graves,"des polytraumatisés,ont été évacués par hélicoptère" vendredi soir.

Les blessures les plus graves sont liées soit à l'écrasement du train (les victimes ont dû être désincarcérées) soit à la projection hors de la voiture alors que le train roulait à grande vitesse.




















midi libre

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Sam 13 Juil - 21:18:50

Brétigny-sur-Orge: les accusations de pillage démenties en masse

Contrairement à ce qu'affirmait le syndicat de police Alliance,il n'y aurait pas eu de tentatives de pillage sur les voyageurs et secouristes en marge de la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge.

C'est en tout cas ce qu'affirment le Samu,la Croix-Rouge et les autorités

Des jeunes ont-ils voulu profiter de la confusion à Brétigny-sur-Orge pour piller voyageurs et secouristes?

La rumeur a enflé sur les réseaux sociaux et a vite été relayée par les médias,après le déraillement du Paris-Limoges vendredi soir.

Pourtant,aucune vidéo ni enregistrement sonore ne sont venus étayer cette information.

Seul le syndicat policier Alliance dit avoir constaté des individus se présenter sur les lieux du drame "pour dépouiller les victimes et notamment les premiers cadavres".

Mais depuis,l'accusation a été battue en brêche par bon nombre de témoins sur place.

À commencer par les secouristes de la Croix-Rouge.

"Nos équipiers n'ont rencontré aucun problème avec des badauds.

Il n'y a pas eu d'agressions,nous avons travaillé de façon tout à fait normale",a notamment affirmé le directeur de la communication de la Croix-Rouge,Jean-François Riffaud.

Même son de cloche du côté du Samu de Paris.

Le chef de service Pierre Carli,a juré n'avoir pas eu connaissance d'éventuels caillassage ou pillage,dont ses équipes auraient été victimes,tout en notant que la zone d'intervention était étendue.

Un seul incident recensé

Sur i-Télé,le ministre des Transports Frédéric Cuvillier a déclaré quant à lui n'avoir pas eu connaissance "de victimes dépouillées",faisant simplement état "d'actes isolés",d'une personne interpellée pour le vol de mlkjh et de "pompiers qui par petits groupes ont été accueillis de façon un peu rude".

Il s'agit d'un adolescent de 16 ans de Brétigny selon une source judiciaire,qui confirme cette tentative: un petit groupe de jeunes qui ne voulait pas s'éloigner de la zone de l'accident,a pris à partie les médecins du Samu,provoquant une bousculade au cours de laquelle le téléphone d'un des médecins est tombé et a été volé.

Le sous-préfet d'Etampes,Ghyslain Chatel,a précisé qu'il n'y avait pas eu d'autres interpellations et démenti que les secours aient fait l'objet de jets de projectiles,à l'exception d'un camion de pompiers,qui n'aurait pas été touché.

De même,la mairie PS de Brétigny-sur-Orge a qualifié la rumeur de pillage "d'information non fondée".

Les politiques s'enflamment

Malgré le manque de vérifications, plusieurs hommes politiques se sont insurgés sur les réseaux sociaux ou par communiqué contre "les pilleurs".

Le délégué général de l'UMP,Eric Ciotti a ainsi dénoncé "des agressions barbares" contre les victimes et les secouristes,tandis que le député UMP Lionnel Luca s'en prenait sur Twitter à "des attitudes scandaleuses de voyous charognards".

Le FN,lui a pointé des "comportements abjects et immoraux".

Du côté du PS,le député de l'Essonne,Jérôme Guedj a qualifié les prétendus pilleurs de "sombres crétins".

Un comportement "inexcusable",selon lui.

















l'express

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Sam 13 Juil - 23:37:03

Accident de Brétigny : le dégagement des voies commence

Le bilan de 6 morts est définitif.







Un couple d'octogénaires,2 jeunes hommes de 20 et 23 ans,une jeune femme de 27 ans et un sexagénaire ont perdu la vie.

Le préfet de l'Essonne,Michel Fuzeau l'a confirmé samedi 13 juillet au soir après le levage d'une première voiture : le bilan de six morts est définitif dans l'accident ferroviaire à Brétigny-sur-Orge.

Aucune nouvelle victime n'a été découverte samedi après le levage d'une première voiture.

"Nous venons d'assister à la levée de doutes.

Nous sommes maintenant assurés qu'il n'y a pas de victimes supplémentaires" et le bilan "devient définitif avec six décédés.

Il n' y a plus que 16 blessés hospitalisés ce soir",a-t-il indiqué.

Le détachement d'une pièce reliant deux rails reste la piste privilégiée pour expliquer le déraillement vendredi du Paris-Limoges qui a tué au six personnes,quatre hommes et deux femmes,à Brétigny-sur-Orge en Essonne une des pires catastrophes ferroviaires récentes en France.

Samedi entre 18 heures et 20 heures,une grue de 700 tonnes,acheminée depuis la Belgique,a soulevé la voiture la plus abîmée,sous laquelle aucune victime n'était coincée.

Son bras passe par-dessus le toit de la gare pour lui permettre d'atteindre les voitures couchées du train.

Dans la soirée,quatre voitures devaient être relevées,dont trois,très abîmées.

Cette opération pourrait se poursuivre toute la journée dimanche "et peut-être plus".

Parallèlement,la remise en état de la voie et de la caténaire va "durer plusieurs jours",a ajouté Guillaume Pepy,le président de la SNCF prévenant qu'aucun train ne circulerait "en début de semaine prochaine".

Selon des sources proches de l'enquête,les six victimes sont un couple d'octogénaires et deux jeunes hommes de 20 et 23 ans originaires de l'Essonne ainsi qu'une jeune femme de 27 ans et un sexagénaire originaires du Limousin.

16 personnes hospitalisées

"La confirmation de l'identification est en cours",a déclaré le préfet de l'Essonne,Michel Fuzeau,selon qui 16 personnes étaient hospitalisées samedi soir.

Le pronostic vital de deux blessés est engagé.

Certaines victimes étaient sans doute dans le train et d'autres sur le quai de la gare quand le train a déraillé.

Au lendemain du choc est venu le temps des premières explications.

La SNCF privilégie la thèse de la défaillance d'une pièce d'acier de dix kilogrammes dans le système d'aiguillage.

"L'éclisse",sorte d'agrafe qui relie deux rails,"s'est désolidarisée,elle s'est détachée,elle est sortie de son logement",a déclaré Pierre Izard,directeur général des infrastructures de la SNCF.

Elle "est venue se loger au centre de l'aiguillage et,à cet endroit,elle a empêché le passage normal des roues du train et aurait provoqué le déraillement du train",a-t-il ajouté.

Des témoignages de voyageurs semblaient mettre en cause l'aiguillage,situé à 200 mètres en amont de la gare.

La SNCF va contrôler les 5.000 pièces semblables du réseau.

"Les raisons de la désolidarisation de cette éclisse du rail est l'objet même" des enquêtes judiciaire et techniques en cours,a expliqué Guillaume Pepy.

La SNCF se considère comme responsable.

Elle est responsable de la vie de ses clients",a-t-il souligné.

Son ministre de tutelle,Frédéric Cuvillier,a cité l'obsolescence des infrastructures ferroviaires françaises: "Le constat est sévère avec une dégradation ces dernières années,faute de moyens consacrés aux lignes classiques."

"On a privilégié le TGV au lieu de penser au réseau secondaire.

Pepy doit en tirer toutes les conséquences",a déclaré le porte-parole de l'Association des voyageurs usagers des chemins de fer (Avuc),Willy Colin.

L'aiguillage avait fait l'objet d'un contrôle de sécurité le 4 juillet,selon la SNCF.

Une demi-heure avant la catastrophe,un autre train était passé et aucune anomalie n'avait été relevée.

Les voitures et la locomotive étaient "à jour de toute vérification".

Les autres pistes semblent écartées,notamment celle d'une fragilisation de la structure liée à des travaux récents et surtout celle de l'erreur humaine.

Le train,transportant 385 voyageurs,roulait à 137 km/heure,sous les 150 km/h autorisés.

Si le président PS de la région Ile-de-France,Jean-Paul Huchon,n'a pas exclu un acte de malveillance,le ministre de l'Intérieur Manuel Valls ne semblait pas y croire.

"Nous n'avons pas ce sentiment",a répondu Manuel Valls.

"Mais,en m'exprimant sur ce sujet,je donnerais le sentiment de devancer le travail qui va être long concernant cet accident,et les causes de cet accident",a-t-il ajouté.

Le conducteur du train a reçu les hommages de Frédéric Cuvillier pour avoir déclenché "l'alerte immédiatement" évitant la collision avec un train en sens inverse.

Selon une source syndicale,cet homme,"légèrement choqué psychologiquement",est rentré samedi matin chez lui.

Les voyageurs rescapés et les témoins s'accordaient à décrire la violence inouïe de la catastrophe.

Des morceaux de ballast ont été retrouvés dans la ville,a raconté le maire PS de Brétigny,Bernard Decaux.

Le toit de la gare et un quai de béton ont été défoncés,des voyageurs ont été éjectés,d'autres ont évoqué sous le coup de l'émotion des "images de guerre"...

L'accident a des conséquences sur le trafic.

Certains tronçons du RER C seront perturbés pendant plusieurs jours.

Samedi,aucun train n'est parti ni arrivé à Paris-Austerlitz.

















le nouvel observateur

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Dim 14 Juil - 21:48:04

Brétigny: la SNCF confirme la thèse de l'éclisse,photos à l'appui

La SNCF a confirmé dimanche l'hypothèse d'un choc entre le train Paris-Limoges et une éclisse,pièce d'acier d'environ 10 kg,retrouvée coincée dans un aiguillage,deux jours après le déraillement du train qui a tué six personnes en gare de Brétigny-sur-Orge (Essonne).

Des photos de cette éclisse pièce métallique qui relie deux rails fichée dans un aiguillage ont été projetées lors de la troisième conférence de presse de la SNCF depuis le drame.

Les premiers examens menés par la SNCF sur la rame accidentée excluent toute "anomalie mécanique" sur la locomotive et la rame,a détaillé le patron de la SNCF,Guillaume Pepy.

"Cette rame Corail était passée en examen le 29 juin 2013",a-t-il précisé.

L'examen des deux trains qui avaient précédé le Paris-Limoges sur cette ligne n'a pas non plus montré d'anomalie.

Enfin,des traces ont été relevées sur le dernier essieu de la 3e voiture et confirment l'hypothèse,avancée dès samedi,d'un choc avec l'éclisse dans l'aiguillage comme origine du déraillement du Paris-Limoges,qui a tué six personnes vendredi en fin d'après-midi,a ajouté M. Pepy.

Dimanche,180 agents de la SNCF étaient toujours à pied d'oeuvre pour dégager la voie à Brétigny-sur-Orge où la circulation des trains ne reprendra "probablement" pas cette semaine,a estimé le président de la SNCF ce qui va continuer d'affecter la ligne Paris Austerlitz-Limoges-Toulouse comme le réseau du RER C.

La ville a vécu un dimanche au ralenti.

Des lycéens se sont recueillis dans l'après-midi pour rendre hommage à leur surveillant mort dans l'accident.

Quelque 700 agents de la SNCF sont aussi mobilisés depuis dimanche matin pour passer en revue les 5.000 éclisses du même type que celle incriminée dans ce déraillement.

Les missions de sauvetage se sont achevées samedi.

Quatorze personnes étaient toujours hospitalisées dimanche,dont deux étaient toujours entre la vie et la mort selon le préfet de l'Essonne,Michel Fuzeau.

Concernant les travaux de déblayage,l'une des voitures accidentées a pu être remise sur les rails par la grue télescopique de 700 tonnes spécialement acheminée et pourra être évacuée en roulant.

Les travaux étaient en cours pour les trois autres,a ajouté le préfet.

Hollande ne privilégie pas la malveillance

"Nous connaissons les motifs de l'accident,nous n'en connaissons pas les causes",a déclaré Jacques Rapoport patron de Réseau ferré de France (RFF).

L'une des questions est de comprendre pourquoi cette pièce,tenue par quatre boulons,s'est détachée.

Cet aiguillage avait été contrôlé le 4 juillet,selon la SNCF.

Le président Hollande a affirmé ne pas privilégier l'hypothèse d'un acte de malveillance pour expliquer le déraillement.

"On ne doit rien écarter mais ce n'est pas l'hypothèse que,aujourd'hui,je privilégie.

Je pense que nous sommes devant une défaillance matérielle",a-t-il dit lors de son interview du 14 juillet.

La veille,le ministre de l'Intérieur,Manuel Valls,avait également écarté un acte de malveillance,évoqué par le président PS de la région Ile-de-France,Jean-Paul Huchon,qui jugeait "bizarre,curieux" que "les boulons aient tous sauté en même temps".

M. Hollande s'est montré prudent.

"Pour ce que je sais d'ores et déjà,c'est une défaillance matérielle: est-ce qu'elle a été provoquée par un défaut d'entretien ou vétusté?

Cela nous obligera à tirer des conclusions",a-t-il ajouté.

Depuis le drame,la vétusté des infrastructures ferroviaires françaises est soulignée.

"Le constat est sévère avec une dégradation ces dernières années,faute de moyens consacrés aux lignes classiques",a relevé le ministre des Transports,Frédéric Cuvillier.

Même si,sur la ligne Paris Austerlitz-Toulouse,où s'est produit l'accident,près de 70 millions d'euros ont été investis en 2013,soit le double des investissements de 2012,a-t-il précisé au Journal du dimanche.

Les autres pistes semblent écartées,notamment celle d'une fragilisation de la structure liée à des travaux récents et celle de l'erreur humaine.

Le train,transportant 385 voyageurs,roulait à 137 km/h,en-deçà des 150 km/h autorisés.

Outre l'enquête interne lancée par la SNCF,l'enquête judiciaire ouverte par le parquet d'Evry cherche à déterminer d'éventuelles responsabilités pénales ou civiles,tandis que des enquêteurs du Bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT),rattaché au ministère des Transports,se sont rendus sur place dès samedi.



















yahoo actualites

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Sam 20 Juil - 0:23:26

Accident de Brétigny: des passagers veulent porter plainte

L'accident de train à Brétigny qui a couté la vie a six personnes pourrait avoir avoir des suites judiciaires.


Des passagers qui n'ont pas été blessés dans l'accident envisagent de porter plainte.

Une quinzaine d'entre eux aurait déjà pris contact avec un avocat spécialisé dans le transport ferroviaire,Xavier Gruwez.

Ces potentiels plaignants attendent un dédommagement "qui peut être de l'ordre de symbolique",mais comptent bien "apporter leur part de vérité,obtenir une reconnaissance de leur préjudice qui est important sur le plan psychologique et se voir reconnu un statut de victime",a expliqué l'avocat à la radio.

Par ailleurs,selon un rapport de synthèse émanant de la direction centrale des CRS,ces derniers confirmeraient des faits de vol et de caillassage le jour de la catastrophe.


















BFMTV

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Mar 23 Juil - 14:24:55

Catastrophe de Brétigny: conférence de presse du procureur mercredi

Le procureur de la République d'Evry,Eric Lallement tiendra mercredi à 15H00 une conférence de presse au palais de justice relative à l'ouverture d'une information judiciaire à la suite de la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge,le 12 juillet,a-t-il indiqué mardi,dans un communiqué.

Le parquet d'Evry avait annoncé vendredi qu'une information judiciaire devait être ouverte "en milieu de semaine prochaine".

Trois enquêtes ont été lancées pour déterminer l'origine de cet accident: l'une judiciaire sous l'autorité du parquet d?Évry et deux autres,techniques,menées par la SNCF et le Bureau enquête sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT).

Une enquête en flagrance des chefs d'homicide et blessures involontaires a été ouverte immédiatement après le drame par le parquet d'Évry.

Elle a été confiée à la direction centrale de la police judiciaire (PJ) et la direction régionale de la PJ de Versailles.

Six personnes sont mortes dans le déraillement du train Intercités 3657,le 12 juillet en gare de Brétigny-sur-Orge.

Parmi elles,deux passagers originaires du Limousin et quatre habitants de l'Essonne,qui se trouvaient sur le quai au moment du drame.



















yahoo actualites

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Mer 24 Juil - 17:21:52

Ouverture d'une information judiciaire pour homicides et blessures involontaires

Le déraillement du train avait fait six morts...

Le parquet a ouvert une information judiciaire ce mercredi pour homicides et blessures involontaires après le déraillement du Paris-Limoges à Brétigny-sur-Orge le 12 juillet dernier.

















20 minutes

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Lun 29 Juil - 23:16:12

septième victime et première plainte

Le bilan humain dans la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge survenue le 12 juillet s'est alourdi.

Lundi,une sexagénaire qui était hospitalisée en région parisienne,dans un état d'urgence est décédée.




L'accident de Brétigny survenu le 12 juillet a fait sept morts

Une septième personne est décédée à la suite de l'accident du train Paris-Limoges en gare de Brétigny-sur-Orge le 12 juillet,a rapporté lundi de source proche de l'enquête.

Il s'agit d'une femme de 67 ans,qui était hospitalisée en région parisienne,dans un état d'urgence absolue depuis l'accident.

On ignore si elle se trouvait sur le quai ou à bord du train.

Information judiciaire ouverte

Six autres personnes sont décédées dans le déraillement du train Téoz 3657 reliant Paris à Limoges: deux passagers originaires du Limousin et quatre habitants de l'Essonne qui étaient présents sur le quai.

Quatre personnes sont toujours hospitalisées ce lundi,selon la préfecture de l'Essonne.

Mercredi,une information judiciaire a été ouverte pour homicides et blessures involontaires,par le procureur de la République d'Evry,qui a écarté "a priori" l'acte de malveillance.

Le retournement d'une éclisse,pièce d'acier de dix kilos reliant deux rails,semble être à l'origine de l'accident.

L'enquête a été confiée à trois juges d'instruction qui vont se concentrer sur les raisons du basculement de l'éclisse.

Première plainte

Une première plainte pour homicide involontaire a été déposée vendredi par la famille d'une des personnes décédées,apprend-on ce lundi de source judiciaire.

La famille d'un jeune homme de 19 ans,originaire d'Étampes (Essonne) et qui se trouvait sur le quai lors de l'arrivée du train,a déposé plainte contre X pour homicide involontaire.

Une de ses amies avait expliqué,lors d'un rassemblement en hommage à des victimes,que ce Guadeloupéen fou de football,était arrivé en métropole en 2011 pour ses études et vivait depuis à Étampes avec son frère de 23 ans,dont il était très proche.





















BFMTV


_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Mar 30 Juil - 12:10:10

la septième victime est décédée lors d'une intervention chirurgicale

Le décès dimanche matin d'une septième victime de la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge (Essonne) a eu lieu au cours d'une intervention chirurgicale,a annoncé la préfecture de l'Essonne mardi matin dans un communiqué de presse.

"La victime évacuée dans un état grave le 12 juillet dernier est décédée au cours d?une intervention chirurgicale",indique la préfecture.

Dimanche matin,le bilan du déraillement de train du 12 juillet,à Brétigny-sur-Orge,s'est alourdi,avec le décès de cette femme de 66 ans,une passagère,originaire de la Creuse.

Elle se trouvait,depuis l'accident,"dans un état d'urgence absolue",avait précisé lundi à l'AFP une source proche de l'enquête.

Une autopsie doit être prochainement pratiquée pour déterminer les causes exactes de la mort.

"Quatre autres personnes blessées au cours de l'accident sont toujours hospitalisées pour lesquelles aucune sortie n'est prévue avant sept jours",a indiqué encore la préfecture mardi dans son communiqué.

Les six autres personnes décédées à cause du déraillement du train Téoz 3657 reliant Paris à Limoges avaient trouvé la mort le soir même.

Deux de ces victimes se trouvaient dans le train et quatre sur le quai,dont un couple d'octogénaires habitant Brétigny-sur-Orge et deux jeunes hommes originaires d?Etampes (Essonne),âgés de 19 et 23 ans.

Une première plainte pour homicide involontaire a été déposée vendredi contre X par la famille du jeune homme de 19 ans décédé sur le quai.

Mercredi dernier,le parquet d'Évry a ouvert une information judiciaire pour homicides et blessures involontaires.

L'enquête a été confiée à trois juges d'instruction qui vont se concentrer sur les raisons du basculement d'une éclisse,pièce d'acier de dix kilos reliant deux rails,très probablement à l'origine du drame.




















yahoo actualites

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Mar 10 Sep - 22:52:54

Drame de Brétigny : pas moins de 40 anomalies constatées sur l'aiguillage

La justice a relevé une quarantaine d'anomalies "de degrés divers" au niveau de l'aiguillage mis en cause dans la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge survenue le 12 juillet.

Au moins quarante anomalies au niveau de l'aiguillage ont été mises en cause dans l'accident de Brétigny dans l'Essonne.

"Ces anomalies sont de degrés divers",a affirmé mardi le parquet d'Evry.

Pour l'heure,la nature des anomalies n'a pas encore été précisée.

"Il faut attendre les expertises métallurgiques",qui seules pourront éventuellement permettre d'incriminer telle ou telle anomalie comme cause de ce drame qui a fait sept morts,a rappelé le parquet.

Réalisées le 25 juillet,au lendemain de l'ouverture d'une information judiciaire pour homicides et blessures involontaires,par les juges d'instruction en charge du dossier,ces constatations se sont concentrées sur l'aiguillage originellement situé à 200 mètres de la gare,et où une éclisse,pièce d'acier de dix kilos qui maintient deux rails,s'est retournée avant de causer le déraillement du train.

C'est le retournement de cette pièce normalement fixée aux rails par quatre boulons qui constitue "l'origine mécanique" du drame,selon une enquête interne de la SNCF et les premières investigations de la justice.

Information judiciaire pour homicides et blessures involontaires

Selon Le Monde,le collège de trois juges d'Evry en charge de l'instruction a demandé d'élargir leur saisine au chef de "mise en danger de la vie d'autrui" à la suite de ces constatations,ce que le parquet a refusé dans l'immédiat,sans toutefois l'exclure.

Outre l'information judiciaire pour homicides et blessures involontaires,une enquête administrative confiée au Bureau d'enquête sur les accidents de transport terrestre est toujours en cours.

Sept personnes sont mortes et plusieurs dizaines d'autres ont été blessées dans le déraillement du train Téoz 3657 reliant Paris à Limoges,le 12 juillet en gare de Brétigny.

















tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Mer 11 Sep - 23:22:28

Accident de Brétigny: vérification des aiguillages terminée

La campagne de vérification nationale des aiguillages lancée après la catastrophe de Brétigny-sur-Orge (Essonne) le 12 juillet,qui a fait sept morts,n'a pas décelé de risques pour la sécurité,selon la SNCF,qui annonce une seconde opération de contrôle.

"Les premières constatations rendues publiques le 24 juillet sont confirmées.

Les vérifications n'ont pas décelé de situation de nature à engager la sécurité",a affirmé Pierre Izard,directeur de la branche SNCF Infra chargée de l'entretien du réseau,mercredi lors d'une conférence de presse.

Les responsables de la SNCF n'ont pas vraiment réagi aux informations du Monde de mardi,confirmées par une source judiciaire,faisant état d'une quarantaine d'anomalies "de degrés divers" au niveau de l'aiguillage mis en cause à Brétigny.

"Nous n'avons pas cette information",a commenté Pierre Izard,tandis que le président de la SNCF,Guillaume Pépy,indiquait n'avoir "pas accès au dossier judiciaire.

Nous ne sommes pas partie civile".

Les résultats définitifs de la campagne de vérification,qui a porté sur 484.000 attaches et 225.000 boulons fait état de 4% des attaches rail/traverses et 5,1% des boulons resserrées préventivement,et 0,2% des boulons remplacés préventivement.

Immédiatement après l'accident,la SNCF avait mis en cause une éclisse,sorte d'agrafe d'acier maintenant par des boulons deux rails mis bout à bout,qui se serait détachée et bloquée dans l'aiguillage,provoquant le déraillement.

L'entreprise publique avait lancé une campagne de vérification pour inspecter l'ensemble des 5.000 aiguillages et 100.000 éclisses du réseau national.

Depuis le 5 août,une deuxième action a été lancée et concerne 181 aiguillages,parmi les plus sollicités en termes de trafic et de vitesse.

Ils font l'objet d'une visite hebdomadaire,pour "comprendre les phénomènes éventuels de desserrage qui pourraient se produire dans un aiguillage",a-t-il précisé.

Cette ligne "connaît un niveau de circulation très élevé.

Chaque équipement fait l'objet d'un examen précis.

Un aiguillage avait été renouvelé au mois de juin,celui qui est mis en cause était prévu en renouvellement en 2016",a indiqué le président de RFF Jacques Rapoport.

Par ailleurs,la SNCF a annoncé la création d'un réseau d'experts international,et son président Guillaume Pépy proposera au prochain conseil d'administration la publication des rapports annuels sur la sécurité.

Toutefois,Guillaume Pépy ne publiera pas les rapports détaillés pour chaque équipement contrôlé,comme le lui demandait mercredi une association d'usagers,l'AVUC,car cela va "à l'encontre des objectifs (du plan) Vigipirate".

Ouverte douze jours après la catastrophe,l'information judiciaire pour "homicides et blessures involontaires" s'est élargie le 19 août aux personnes qui auraient été psychologiquement choquées lors de la catastrophe.

Mercredi,un article du Figaro fustigeait l'enquête en flagrance diligentée par le parquet d?Évry et faisait état d'un climat "tendu" entre juges et procureur,ce que dément ce dernier.

"Nous sommes dans un dialogue institutionnel normal. Les services de police judiciaire ont remarquablement bien travaillé",a souligné à l'AFP le procureur de la République Éric Lallement.

Le déraillement d'un train Téoz Paris-Limoges le 12 juillet,avait fait sept morts,dont quatre se trouvaient sur le quai.



















yahoo actualites

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Dim 15 Sep - 17:12:53

Accident de train de Brétigny: Un avocat des parties civiles veut déposer plainte pour «assassinat» contre Réseau Ferré de France

Il doit se rendre lundi après-midi à la police judiciaire de Versailles…



Les secours ont oeuvré toute la nuit de vendredi 12 au samedi 13 juillet dans la gare de Brétigny-sur-Orge.

Il a déjà déposé des plaintes pour «sabotage en bande organisée».

Mais il veut aller plus loin et faire monter la pression,dit-il, pour «accélérer l’enquête».

Un des avocats des parties civiles de l’accident ferroviaire de Bretigny-sur-Orge (Essonne),Xavier-Philippe Gruwez, compte déposer «treize plaintes pour tentatives de meurtre aggravé et assassinat» visant Réseau ferré de France (RFF),annonce-t-il à 20 Minutes.

Ces nouvelles plaintes,qui ne préjugent en rien de la décision finale des juges,s’inscrivent dans une logique de pression exercée par les familles des victimes sur la SNCF et sur l’avancée de l’enquête.

La thèse que défendent les parties civiles repose sur le fait que l’accident serait dû à un défaut de maintenance sur une éclisse.

Lequel aurait été favorisé par «une entente entre la SNCF et RFF» qui aurait eu pour conséquence de détériorer le réseau.

«Je poursuis donc mon raisonnement.

Si le sabotage est constitué,cela veut dire qu’il y a eu meurtre avec préméditation.

Finalement,l’éclisse qui a sauté résulte d’un guet-apens,comme si on avait tendu un piège»,soutient Xavier-Philippe Gruwez,auprès de 20 Minutes.

Nouvelles informations sur la maintenance

Ce lundi après-midi,il doit se rendre à la direction régionale de la police judiciaire de Versailles (Yvelines) pour «livrer» des informations aux policiers concernant «la maintenance» et les «cahiers de production».

Il espère faire enregistrer sur procès-verbal ces treize plaintes.

Les policiers peuvent les refuser et renvoyer l’avocat vers les trois juges d’instruction d’Evry qui instruisent déjà une enquête ouverte en juillet pour «homicides et blessures involontaires».

«Les policiers vont devoir tenir compte des informations que je vais leur apporter affirme l’avocat.

Tout citoyen qui a connaissance d’un crime se doit de le dénoncer.

C’est ce que je vais faire.»

Analyses métallurgiques attendues

Les juges en charge de l’affaire ont relevé au moins quarante anomalies,avait révélé cette semaine Le Figaro.

Les résultats des analyses métallurgiques sont attendues avec impatience par les parties civiles.

En fonction des conclusions,le procureur de la république pourrait élargir la saisine des magistrats au chef de «mise en danger de la vie d’autrui».

Au cours d'un point presse,mercredi,la SNCF et RFF avait rappelé que «le vieillissement du réseau la performance mais en aucun cas la sécurité.

L’accident de train de Brétigny le 12 juillet avait fait sept morts et une trentaine de blessés.


















20 minutes

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Lun 16 Sep - 17:27:32

un avocat porte plainte pour "tentative de meurtre aggravé"

Deux mois après le déraillement d'un train en gare de Brétigny-sur-Orge,dans l'Essonne,faisant 7 morts,le 12 juillet,l'avocat d'une partie des victimes vient de porter plainte pout "tentative de meurtre aggravé" et "assassinat".

Il s'explique sur MYTF1News.

MYTF1News : Pour quelles raisons venez-vous de porter plainte pour "tentative de meurtre aggravé" et "assassinat" à l'encontre de Réseau Ferré de France ?

Xavier-Philippe Gruwez,avocat de 21 victimes ou proches de victimesde la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge : J'ai écrit ce matin au magistrat instructeur pour lui indiquer qu'on demandait un complément d'enquête et pour porter plainte pour "tentative de meurtre aggravé" et "assassinat" contre Réseau Ferré de France.

La plainte initiale pour "sabotage en bande organisée" que nous avions déposé était le premier étage nécessaire à l'enquête.

Sur le fond,cette nouvelle plainte,ne vas pas changer le cour de l'enquête.

Cela donne juste une nouvelle coloration aux faits.

Cela va peut-être permettre de mieux comprendre les choses et de se poser les bonnes questions.

MYTF1News : Sur quels éléments vous basez-vous pour déposer une telle plainte ?

X-P Gruwez : Je n'entrerai pas dans les détails maintenant,mais il y a eu plusieurs erreurs au sein de l'organisation de RFF qui ont concouru à la réalisation du dommage.

Il est entendu que c'est si,et seulement si,le sabotage est constitué qu'on pourra parler de tentative de meurtre et assassinat.

Pour se fixer,il nous manque encore un rapport d'expertise judiciaire.

Si ce rapport venait à confirmer sur le plan technique la thèse que l'on défend,à savoir qu'il manquait un ou deux boulons sur l'éclisse et que cela n'a pas été signalé,alors notre plainte sera fondée et il faudra que le procureur se pose les bonnes questions.

Il faut bien comprendre que si le sabotage est constitué,c'est un crime.

Ensuite,s'il y a des morts,et c'est le cas malheureusement,c'est un meurtre qui suit un autre crime,on peut donc parler de meurtre aggravé.

Une éclisse qui se détache,c'est un vrai guet-apens pour le train et donc pour ses passagers,et donc on peut aussi parler d'assassinat.

C'est mon raisonnement.

MYTF1News : Etes-vous satisfait de la façon dont l'enquête avance ?

X-P. Gruwez : Sur cette affaire,il est clair qu'enquêteurs et magistrats effectuent un travail de très grande qualité.

De gros moyens ont été déployés et ils sont très impliqués.

Je trouve même qu'on avance relativement vite pour une telle catastrophe.

MYTF1News : Vous défendez une vingtaine de victimes ou proches de victimes,comment vont-ils aujourd'hui ?

X-P.G. : Ils ne vont pas bien.

Pour ceux qui ont perdu des proches,ils sont atteints.

Ils ne savent pas bien vers qui se tourner et attendent beaucoup de la justice.

Ils souhaitent que l'enquête leur apporte des explications sur ce qui s'est passé et que ça n'arrive plus.





















tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Lun 23 Sep - 11:02:03

Accident de Brétigny: le rapport qui accable la SNCF

Le document interne relance l'hypothèse d'une maintenance défaillante,notamment de l'aiguillage où une éclisse mal fixée a provoqué le déraillement du train



Des équipes de secours près du train déraillé,le 12 juilletà Brétigny-sur-Orge (Essonne).

C'est un document qui relance la piste du problème de maintenance et d'entretien dans la catastrophe ferroviaire du 12 juillet dernier à Brétigny-sur-Orge (Essonne).

Le 22 juillet,Guillaume Pepy,le patron de la SNCF,remettait à la justice un rapport interne,que Le Figaro a consulté,sur les circonstances de l'accident.

Dans une lettre jointe au rapport,le PDG écrit que «cet audit a été réalisé par la direction des audits de sécurité pour le seul compte du président de la SNCF et aux fins de l'enquête en cours».

Dans ce rapport confidentiel de 16 pages,la SNCF note tout d'abord que le train qui a déraillé était composé de sept voitures Corail,qu'il y avait à son bord 385 voyageurs et qu'il mesurait 202 mètres de longueur pour un poids de 419 tonnes.

La partie la plus intéressante se situe page 7 et concerne ce que la SNCF appelle la «traverse jonction double (TJD) immatriculée OT U50 0J013,01-06 n° 11 301».

Il s'agit en fait de l'aiguillage sur lequel la fameuse éclisse (pièce métallique servant à raccorder deux rails),à l'origine du déraillement,était fixée.

«Cette TJD est implantée dans une zone d'installations complexes soumises à de fortes contraintes et sollicitations liées à la densité du plan de voies,à la vitesse de franchissement et à la fréquence des circulations.

Cette TJD a été posée en 1991.

L'échéance de renouvellement d'un appareil de ce type est de l'ordre de 25 ans.

Son remplacement était programmé pour 2016»,écrit la SNCF.

À propos des boulons,le rapport note qu'il y avait quatre trous dans l'éclisse qui s'est retrouvée dans le cœur de l'aiguillage.

Pour les trous 1 (côté Paris) et 2,les boulons avaient récemment rompu,l'un au niveau de la tête,l'autre au niveau du filetage.

«Trou 3: boulon et écrou non présents,trou de l'âme du cœur oxydé.

Les enquêteurs privilégient une absence antérieure de ce boulon depuis une date que les expertises métallurgiques devront pouvoir préciser.

Trou 4: boulon bien en place,a servi de pivot dans la rotation de l'éclisse»,peut-on lire.

Et les experts SNCF de conclure qu'il apparaît du fait de l'oxydation de l'acier «très probable que l'absence du boulon numéro 3 est sensiblement antérieure au déraillement».

Les experts relèvent également des fissures au niveau du rail.

«On constate la présence d'une fissure étoilée autour du trou 4,se propageant jusqu'au trou 3.

Des parties de ces fissures présentent des traces d'oxydation pour lesquelles les expertises métallurgiques devront pouvoir préciser l'ancienneté.»

De plus,sur les quatre trous du joint symétrique de celui qui a causé le déraillement,les experts SNCF ont constaté qu'il y avait deux boulons mal serrés,un boulon absent et un boulon sans écrou.

Quand Guillaume Pepy organise une opération communication le 24 juillet dernier en convoquant la presse,il sait donc qu'il manquait un boulon sur l'éclisse bien avant l'accident,mais il ne le dit pas,invoquant le secret de l'instruction.

Deux jours après le drame,il déclarait pourtant: «Notre rôle à Réseau ferré de France et à la SNCF est d'apporter des informations en toute transparence.»

Lors de la dernière inspection réalisée le 4 juillet dernier,huit jours avant l'accident,aucune anomalie n'avait été signalée.

Lors de son audition par la police judiciaire le 18 juillet,le cheminot qui a inspecté les voies relate sa visite notamment celle de l'aiguillage en cause à Brétigny.

Question des policiers: «Suite à votre examen visuel,avez-vous relevé quelque chose d'anormal ou qui nécessitait d'être signalé?»

Réponse: «Non,je n'ai rien remarqué d'anormal au niveau de cet appareil.»

Question: «S'agissant de cet appareil de voie,y avait-il des mentions faites préalablement à votre examen visuel du 4 juillet 2013 et à l'issue de votre examen,avez-vous consigné dans votre rapport de tournée des observations?»

Réponse: «Il y avait concernant cet appareil de voie une observation qui figurait dans le dossier.

Un défaut de nivellement avait été mis à jour à l'œil nu et ce défaut a été confirmé par des engins de mesure.

Il s'agit d'un défaut avéré depuis de nombreuses années et,tous les deux ou trois mois,les engins de mesure passent pour vérifier le nivellement.»

Si aucun problème n'a été observé le 4 juillet et que d'après les constatations post-accident,il apparaît néanmoins qu'il manquait un boulon à l'éclisse avant le déraillement,cela signifie-t-il que le boulon a disparu entre le 4 juillet et la date de l'accident?

Ou que le boulon n'était pas présent lors de l'inspection de début juillet,autrement dit que le cheminot n'a pas relevé son absence?

Enfin,ce problème de nivellement sur les voies,et ce à l'endroit même de l'accident,a-t-il un lien avec le déraillement?


C'est à ces questions que vont devoir répondre les juges en charge de l'instruction.



















le figaro

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Sam 28 Sep - 12:46:40

Catastrophe de Brétigny: le temps des experts,haro sur la SNCF

La publication d'un rapport interne de la SNCF sur le déraillement du train Paris-Limoges en gare de Brétigny-sur-Orge (Essonne) a suscité de nombreuses critiques contre le groupe ferroviaire mais plus de deux mois après le drame,l'enquête reste suspendue aux premières conclusions des experts.

"A aucun moment,nous n'avons dissimulé quoi que ce soit."

Loué pour sa communication et la gestion de la crise la plus terrible qu'il ait eu à connaître en cinq années passées à la tête de la SNCF,Guillaume Pepy,qui dès le lendemain du drame avait admis la "responsabilité" du groupe,s'est retrouvé pour la première fois sur la défensive après la publication lundi,par Le Figaro,d'extraits d'un rapport rédigé par la direction des audits de sécurité du groupe.

Ce document de 16 pages a été confié à la justice avant même l'ouverture d'une information judiciaire pour homicides et blessures involontaires.

Les enquêteurs de la SNCF y font preuve d'une prudence de sioux quant au scénario du désassemblage de la boulonnerie de la fameuse éclisse qui,en pivotant à 180 degrés en cette fin d'après-midi du 12 juillet,est à "l'origine directe" de l'accident.

Le déraillement du train Téoz 3657 reliant Paris à Limoges a fait sept morts et plusieurs dizaines de blessés.

Leurs constatations suscitent néanmoins des interrogations sur l'état de cette pièce métallique de 63 centimètres reliant les rails.

Nud de la polémique,des traces d'oxydation à l'endroit où le troisième boulon (sur quatre au total) était censé serrer l'éclisse aux rails.

Il apparaît "très probable que l'absence du boulon N.3 est sensiblement antérieure au déraillement",écrivent les experts de la SNCF.

En clair,ce boulon était manquant bien avant l'accident.

400 trains par jour

Cette absence est-elle la cause du retournement de l'éclisse et in fine du déraillement

Nul ne peut l'affirmer avec certitude.

Du moins pas avant les premières conclusions des expertises métallurgiques qui ne devraient pas être connues avant au moins un mois.

Il n'en reste pas moins que ce boulon manquant,additionné à d'autres constatations troublantes du rapport pose pour le profane la question de la maintenance et des contrôles des installations ferroviaires de Brétigny-sur-Orge,situées au cur d'une zone soumise "à de fortes contraintes et sollicitations liées à la densité du plan de voies,à la vitesse de franchissement et à la fréquence des circulations" avec 400 trains qui y passent tous les jours.

Cela,alors que la SNCF a toujours assuré que rien d'anormal n'avait été détecté lors de la dernière inspection visuelle en date du 4 juillet.

Une version corroborée du moins jusqu'à présent par les déclarations du responsable qui a réalisé ladite inspection,lors de son audition le 18 juillet par les policiers: "non je n'ai rien remarqué d'anormal au niveau de cet appareil

Il me semble qu'il ne manquait aucun boulon".

Nul doute que ces questions seront abordées lors de la réunion des familles des victimes prévue samedi après-midi à Paris en présence du procureur d'Évry et de Philippe Cèbe,coordonnateur national du dispositif d'aide aux victimes de l'accident.

La SNCF,elle,renvoie vers les enquêtes en cours.

D'une part celle,technique,du bureau enquête sur les accidents de transports terrestres (BEA-TT),qui dépend du ministère des Transports,et d'autre part l'enquête judiciaire.

Malgré son opération "transparence",nourrie par la publication de rapports internes pourtant versés au dossier d'instruction,la SNCF elle,a dégringolé à l'avant-dernière place du dernier baromètre Posternak-Ifop sur l'image des entreprises.




















yahoo actualites

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Dim 29 Sep - 0:21:56

Brétigny : les victimes pourront être indemnisées et aller au pénal

La convention signée samedi notamment par Réseau ferré de France,la SNCF,Axa,en tant qu'assureur du groupe ferroviaire,et les associations d'usagers précise que les victimes de la catastrophe de Brétigny pourront bénéficier d'une indemnisation même si elles se portent partie civile au pénal.

Ils étaient près de 300,victimes ou proches,à s'être réunis à Paris pour assister à une réunion d'information à Paris.

Et l'une de leur question a trouvé réponse.

Oui,les victimes du déraillement du train Téoz 3657 qui a déraillé le 12 juillet dernier en gare de Brétigny-sur-Orge,alors qu'il reliait Paris à Limoges pourront bénéficier d'une indemnisation même si elles se portent partie civile au pénal.

"Il a été présenté aux victimes une convention dans le cadre de laquelle une indemnisation pourra être proposée",a commenté à l'issue de la réunion l'avocat de la famille d'une des personnes tuées,Thibault de Montbrial.

Il s'est dit satisfait de voir respecté "le principe de l'individualisation du préjudice" mais aussi de constater que "la contrepartie" de l'indemnisation ne sera pas "l'interdiction des victimes de se porter partie civile".

Une convention qui apporte "des garanties"

Ces propositions d'indemnisation,qui seront établies au cas par cas en fonction du préjudice subi,"restent soumises à l'approbation de chaque victime",a expliqué le coordinateur du dispositif d'aide aux victimes de l'accident,Phillipe Cèbe.

Cette convention,signée notamment par Réseau ferré de France (RFF),la SNCF,Axa en tant qu'assureur du groupe ferroviaire,et les associations d'usagers,apporte des "garanties" et les engagements pris seront "vérifiés dans la transparence et la durée",a-t-il assuré.

Mais certains points n'ont pas convaincu.

Notamment concernant l'enquête.

"Je trouve que pour l'instant,il n'y a pas de réponses" sur les raisons du drame,a regretté Jean-Robert Baroux un passager qui se trouvait dans la voiture une du train Téoz 3657 qui a déraillé alors qu'il reliait Paris à Limoges.

"Le procureur de la République a promis que d'ici la fin de l'année 2013 on aurait des éléments techniques pour déterminer les causes" de l'accident,a-t-il cependant ajouté.

Avant cette réunion à huis-clos,à laquelle assistaient notamment le président de SNCF Guillaume Pepy,celui de RFF Jacques Rapoport,le procureur d'Évry Éric Lallement,le ministre des Transports Frédéric Cuvillier et le directeur du Bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) Claude Azam,plusieurs passagers avaient fait part de leur désir de comprendre ce qu'il s'est passé le 12 juillet.

Parmi eux,Manou N'Diaye,qui avait être venu pour "savoir ce qui s'est passé".

Beaucoup de victimes craignent "de ne pas être reconnues comme victimes"

"Beaucoup de questions ne vont pas trouver de réponses",avait estimé, de son côté,le secrétaire général de la Fédération nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs (Fenvac),Stéphane Gicquel.

"Au moins on peut reconnaître à la SNCF de venir rencontrer les victimes",a-t-il ajouté.

Selon lui,"un grand nombre de victimes ont une inquiétude,celle de ne pas être reconnues comme victimes".

Il a rappelé que certaines personnes rencontraient des "difficultés économiques" voire des situations de "détresse morale".

"Ces personnes ont des besoins,la SNCF doit prendre en compte ces besoins",a affirmé Stéphane Gicquel,tout en assurant que les indemnisations,quel que soit leur niveau,n'avaient pas pour but "d'empêcher les personnes d'aller au procès".

La SNCF a fait l'objet de nombreuses critiques après la publication en début de semaine d'un rapport interne au groupe ferroviaire relevant l'absence,dès avant le déraillement,d'un des quatre boulons qui retenaient l'éclisse mise en cause dans l'accident.

Mais l'enquête reste suspendue aux premières conclusions des expertises métallurgiques,qui ne sont pas attendues avant au moins un mois.



















tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Mer 2 Oct - 13:25:23

Catastrophe de Brétigny: la SNCF a versé de l'argent à des victimes

La SNCF a versé des sommes,pouvant aller jusqu'à 50.000 euros,à plusieurs victimes de l'accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge (Essonne),qui a fait sept morts et des dizaines de blessés le 12 juillet,affirme mercredi Aujourd'hui en France/Le Parisien.

D'après le journal,dès le 14 juillet,soit deux jours après la catastrophe,des membres du comité exécutif de la compagnie ferroviaire ont fait le tour des hôpitaux pour offrir une aide financière aux victimes.

Selon une source proche du dossier,citée par le quotidien,"des chèques de 50.000 euros ont été proposés à chaque famille de personnes décédées,50.000 euros aussi pour les victimes hospitalisées plus de deux jours" et "10.000 euros pour celles qui sont restées moins de 48 heures à l'hôpital".

Au total entre 40 et 50 victimes ou proches des victimes se sont vu proposer de l'argent,précise Le Parisien.

Ce procédé figure même dans la convention nationale d'indemnisation qui a été soumise samedi aux victimes de l'accident lors d'une réunion à Paris.

Selon le document cité par le quotidien,il est écrit en page six : "La proposition d'indemnisation définitive devra tenir compte des sommes versées à la victime au titre de l'accident à l'exclusion des sommes déjà versées par la SNCF au titre des aides de première urgence qui n'ont pas donné lieu à établissement de quittance subrogative".

Interrogée par Le Parisien,la SNCF reconnaît le versement de chèques,sans détailler les montants,et rappelle que,dans ce type de drames,les sommes que doivent débourser les familles,notamment pour les obsèques peuvent être importantes.




















yahoo actualites

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Mar 8 Oct - 19:03:12

Après Brétigny,la SNCF prévoit un plan sécurité de 410 millions d'euros

Avec Réseau ferré de France,la société des chemins de fer français va investir davantage dans le renouvellement des aiguillages.

La SNCF et le Réseau ferré de France (RFF) ont annoncé mardi un investissement de 410 millions d'euros,sur la période 2014-2017,pour renforcer la sécurité des aiguillages et du réseau,après le déraillement d'un train à Brétigny-sur-Orge (Essonne) le 12 juillet.

RFF,qui va investir 350 millions d'euros,consacrera une partie de son budget d'investissement,qui devrait s'élever en 2014 à 5,5 milliards d'euros,au plan "Vigirail".

La SNCF,via sa branche Infra,en charge notamment de la maintenance du réseau pour RFF,va investir 60 millions d'euros.

Ainsi,dans le cadre de ce plan,500 aiguillages devraient être renouvelés annuellement au lieu de 300 actuellement.

La technologie sera améliorée,tant pour la surveillance des installations que la traçabilité des opérations de maintenance,mais aussi pour renouveler les formations.

Une plateforme sera mise en place pour recevoir et traiter les anomalies signalées par les agents et clients,et les référentiels de maintenance seront simplifiés.

Accélérer la modernisation technologique

"Vigirail est un programme pluriannuel,au moins pour quatre ans,qui vise à l' amélioration de la sécurité des aiguillages et du réseau",a indiqué Guillaume Pepy,président de la SNCF,mardi lors d'une conférence de presse.

"Le fil rouge est d'accélérer la modernisation technologique",a commenté Jacques Rapoport,président de RFF.

"Dans les années qui viennent,nos pratiques de maintenance vont radicalement évoluer",a-t-il ajouté.

Il a rappelé que "l'accident de Brétigny est survenu dans un contexte où des décisions politiques fortes en faveur du réseau existant avaient été prises".

"La sécurité n'est pas négociable.

Elle ne fait et ne fera l'objet d'aucune économie humaine",a par ailleurs insisté Guillaume Pepy,réagissant à des reproches de la CGT Cheminots qui a accusé jeudi dernier l'entreprise de rogner sur les effectifs dédiés à la maintenance.

Dans le cadre de ce plan Vigirail,il dit vouloir "miser sur les compétences humaines,sur la formation".

Deux mille recrutements ont été menés au sein de la SNCF Infra en 2013,contre une moyenne annuelle inférieure à 1 000 pour la décennie précédente.

"Les effectifs de la SNCF Infra sont en croissance depuis 2011",selon SNCF et RFF.

Les effectifs affectés à l'infrastructure après la réforme ferroviaire,qui doit être présentée mercredi en conseil des ministres avant d'être débattue au Parlement,et mise en place en janvier 2015,"seront débattus dans le plan stratégique du gestionnaire d'infrastructure".



















le parisien

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Lun 25 Nov - 16:44:55

Catastrophe de Brétigny: la SNCF livre de nouvelles explications

La compagnie ferroviaire a remis un rapport de 78 pages à la justice,synthétisant l'ensemble des analyses pouvant expliquer les défaillances techniques qui ont provoqué la mort de 7 voyageurs le 12 juillet 2013.



Le train renversé le jour de la catastrophe,le 12 juillet 2013.

Plus de quatre mois après la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge,qui a fait sept morts et 61 blessés l'enquête se poursuit.

La SNCF vient de remettre un rapport de 78 pages à la justice synthétisant l'ensemble de ses analyses pour expliquer les défaillances techniques qui ont conduit à l'accident,révèlent Les Echos.

Parmi cette somme d'informations,les éléments les plus nouveaux sont les hypothèses avancées pour expliquer comment une éclisse,pièce métallique qui fixe l'aiguillage aux rails,a pu pivoter de 180° au moment du passage du train,provoquant le déraillement des voitures.

Un évènement encore jamais constaté sur les voies,selon la SNCF.

Une mise en examen de la SNCF inévitable?

L'éclisse ne tenait plus que par un boulon au lieu de quatre après le déraillement.

Quelques secondes avant l'accident,il y en avait seulement trois.

L'un est tombé,l'autre a été cisaillé au passage du train,et le quatrième "était certainement manquant" indique le rapport,retranscrit par Les Echos.

Y aurait-il eu un défaut de surveillance de cette zone?

Selon le rapport,toutes les opérations de contrôle prévues depuis le début de l'année ont eu lieu,et les problèmes signalés lors de ces contrôles ont tous été corrigés par la suite.

La dernière opération a eu lieu le 4 juillet,soit huit jours avant la catastrophe.

Ce jour-là,l'agent n'a rien signalé.

La justice devra donc enquêter puis décider si il y a eu un manquement dans la surveillance lors de ce contrôle.

Mais d'ores et déjà,selon les experts,une mise en examen de la SNCF et de Réseau ferré de France,le gestionnaire du réseau,semble inévitable.

Selon le quotidien économique,la compagnie ferroviaire s'y prépare déjà.

















BFMTV

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Mer 8 Jan - 15:30:22

Accident de Brétigny : l'enquête accable la SNCF

Le dossier regorge d'exemples de négligences dans la gestion de la SNCF et de Réseau ferré de France (RFF).



L'accident avait fait 7 morts

L'enquête sur la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge (Essonne) pointe une série de dysfonctionnements dans la gestion de la SNCF et de Réseau ferré de France (RFF),affirme RTL mercredi 8 janvier.

Matériel trop vétuste,maintenance légère et aléatoire : le dossier regorge d'exemples de négligences,selon la radio.

Plusieurs techniciens de RFF ont par exemple raconté qu'il était assez fréquent qu'un boulon ou une vis manque à l'appel,sans que cela ne suscite beaucoup d'inquiétude.

Les juges s'intéressent également à un pont routier construit à proximité de la gare de Brétigny-sur-Orge peu avant l'accident. Les travaux auraient pu conduire les rails à se séparer légèrement les uns des autres au fil des jours.

Eclisse

L'accident,l'une des pires catastrophes ferroviaires survenues en France depuis une vingtaine d'années,avait fait sept morts et des dizaines de blessés.

Dès le lendemain,Guillaume Pepy avait évoqué l'hypothèse d'un choc entre les roues du train et une éclisse,sorte d'agrafe métallique qui relie deux rails dans un aiguillage.

Cette éclisse se serait désolidarisée des rails,se logeant au milieu de l'aiguillage et provoquant le déraillement.

Douze jours après le drame,une information judiciaire pour homicides et blessures involontaires était ouverte par le parquet d'Evry pour déterminer les raisons du basculement de l'éclisse.

Après cette catastrophe,la SNCF et Réseau ferré de France (RFF) ont annoncé un investissement de 410 millions d'euros sur la période 2014-2017 pour renforcer la sécurité du réseau.





















le nouvel observateur

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   Ven 10 Jan - 15:22:55

Une fissure dans un rail à l'origine de l'accident de Brétigny

Le bureau d'enquêtes met en cause la qualité des surveillances visuelles et le boulonnage des voies dans le déraillement du train,qui a fait sept morts en juillet dernier.



Le train Paris-Limoges a deraillé vendredi 12 juillet 2013 en gare de Brétigny-sur-Orge,dans l'Essonne.

Les travaux de dégagement des voies des wagons accidentés ont pris fin lundi 15 juillet 2013


Six mois après le déraillement d'un train en gare de Brétigny-sur-Orge (Essonne),qui a fait sept morts,le bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) a remis,vendredi 10 janvier,son premier rapport d'étape.

Une fissure dans un rail est à l'origine de l'accident,conclut le BEA.

Dans son rapport,il retrace l'enchaînement des défaillances techniques qui a mené à l'accident du train Intercités numéro 3657 à destination de Limoges.

A 150m de la gare de Brétigny,le troisième wagon du train a butté entre une éclisse,sorte d'agrafe métallique qui relie deux rails dans un aiguillage.

"Cette éclisse,qui a pivoté sur l'un de ses boulons d'attache,a fonctionné comme un tremplin pour le train,provocant son déraillement",rapporte "le Monde",qui a pu consulter le rapport.

La SNCF et la RFF,le gestionnaire du réseau,avaient déjà jugé que ce morceau de métal était la principale raison de l'accident.

Cependant,les deux entreprises,qui assument la responsabilité de l'accident,étaient incapables d'expliquer comment cette éclisse avait pu se détacher,puisque normalement fixée par quatre boulons.

Selon l'enquête du BEA,trois des quatre boulons qui maintenaient l'éclisse étaient manquants.

Celle-ci a ainsi pivoté autour du quatrième boulon.

Une tournée de surveillance,huit jours avant l'accident,n'avait pas détecté d'anomalie.

Les surveillances et le boulonnage mis en cause

Le premier boulon a "a priori" cédé avant la tournée de surveillance effectuée par des cheminots le 4 juillet 2013,les autres boulons n'ont cédé l'un en se dévissant,les deux autres par rupture de leur tête que quelques jours avant l'accident,entre le 4 et le 12 juillet.

"Le désassemblage est très vraisemblablement la conséquence d'une fissuration qui s'était développée depuis plusieurs mois dans l'âme de l'extrémité du rail du cœur de traversée incriminé,jusqu'à ce qu'un morceau s'en détache,entraînant des efforts anormaux dans le troisième boulon du joint éclissé considéré.

Sous ces efforts,la tête de ce boulon a rompu",indique le BEA cité par "Le Monde".

Le BEA ne fait pas état de défaut de maintenance,mais met en cause notamment la qualité des tournées visuelles de surveillance et le boulonnage sur les voies.

Selon le bureau d'enquêtes,"la moindre attention accordée aux anomalies affectant la boulonnerie par rapport à d'autres défauts des appareils de voie qui sont considérés comme plus critiques a pu contribuer à ce que l'absence de l'un des boulons ne soit pas détectée".

Le BEA précise que tous les défauts n'étaient pas détectables à l'oeil nu,et met en cause à la fois la fiabilité des tournées visuelles de surveillance,notamment pour tous les boulons,mais aussi la robustesse de ces éléments boulonnés entre eux,à savoir la qualité du montage et la maintenance.

Le BEA,qui a également vocation à émettre des recommandations,préconise donc l'amélioration des ces différents points.

Ces premières constatations des enquêteurs techniques du BEA restent à approfondir et compléter,en particulier avec le résultat de l'expertise métallurgique en cours,diligentée dans le cadre de l'enquête judiciaire,menée en parallèle par des juges d'instruction d'Evry.

La SNCF "mettra sur la table tout ce qu'elle sait"

Il s'agit des premières conclusions de l'enquête technique menée sur les causes du déraillement le 12 juillet 2013 en gare de Brétigny-sur-Orge,du train Intercités numéro 3657,parti de Paris à destination de Limoges.

Ce premier rapport d'étape a vocation a être transmis à la justice,et sera publié sur le site internet du BEAT,qui devrait également émettre des recommandations,sur l'entretien des voies notamment.

La SNCF a simplement indiqué avoir "produit et mis sur la table tout ce qu'elle savait",et précisé ne pas faire de commentaire.

Deux autres enquêtes avaient été lancées.

Une enquête interne a été menée par la SNCF et le gestionnaire d'infrastructure Réseau ferré de France (RFF),qui ont remis leurs conclusions à la justice et les ont publiées.

L'enquête judiciaire est menée par des juges d'instruction d'Évry dans le cadre d'une information judiciaire pour homicides et blessures involontaires,dont le but est de déterminer les responsabilités.

Les parties civiles sont toujours en attente des expertises métallurgiques qui devraient permettre une meilleure compréhension des mécanismes qui ont permis le déboulonnage de l'éclisse incriminée.

"Les rapports les plus importants sont ceux des experts judiciaires",a souligné Me Thibaut de Montbrial,avocat d'une des parties civiles.

"Néanmoins,celui du BEA-TT peut apporter un éclairage tant au niveau des responsabilités qui incombent à la SNCF et RFF sur la maintenance des voies que sur son organisation sur le terrain" a-t-il ajouté.

"Se réinterroger sur le système de sécurité"

Me Alexandre Varaut,également avocat de parties civiles,a dit "n'avoir qu'une confiance modérée" dans les conclusions du rapport tant il a parfois le sentiment que "les services de l'État se serrent le coudes pour protéger la SNCF".

La SNCF avait rapidement reconnu sa responsabilité dans cet accident.

L'enquête interne menée par la compagnie ferroviaire et RFF a mis en avant des défauts sur une éclisse un boulon manquant,deux boulons desserrés,probablement cassés,et une fissure au coeur du rail qui s'était retournée à 180° et était venue se nicher au cœur de l'aiguillage.

"Il y avait des défauts sur cet équipement,antérieurs au déraillement et qui ont provoqué le déraillement",avait indiqué début octobre le président de RFF,Jacques Rapoport.

Le président de la SNCF,Guillaume Pepy,s'était dit "convaincu que les défauts sur cet équipement étaient à l'origine du déraillement".

Néanmoins,sur les causes précises de ce retournement,la compagnie ferroviaire renvoie régulièrement aux enquêtes de la justice et du BEA.

"A chaque catastrophe dans les transports,c'est toujours l'occasion de se réinterroger sur le système de sécurité",avait commenté Guillaume Pepy.

Le président de la SNCF avait,par ailleurs,précisé qu'il ne fera pas appel si la SNCF était mise en examen.

Le BEA,créé par décret en 2004,mène des enquêtes sur les accidents de transports terrestres décidées en lien avec le ministère des Transports,mais dirigées de manière indépendante.

Cet accident,l'une des pires catastrophes ferroviaires survenues en France depuis une vingtaine d'années,a fait sept morts trois passagers du train et quatre personnes présentes sur le quai et des dizaines de blessés.




















le nouvel observateur

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"   

Revenir en haut Aller en bas
 
Essonne : un train déraille à Brétigny, faisant "de nombreuses victimes"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» 1847 - Train Rouen-Le Havre, PAILLETTE, Tremblement de terre ...
» Procès suite au blocage du train de déchets nucléaires italiens
» Transport ferroviaire. Train et TGV.
» ballade en train en corse RAFFALLE
» BELGIQUE – Un train roule à l'énergie solaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: les Catastrophes-
Sauter vers: