chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 39964
Age : 52
Date d'inscription : 20/02/2005

MessageSujet: Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)   Sam 23 Mar - 2:45:39

La dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) est une maladie de la rétine provoquée par une dégénérescence progressive de la macula, partie centrale de la rétine, qui peut apparaitre à partir de l'âge de 50 ans, et plus fréquemment à partir de 65 ans, provoquant un affaiblissement important des capacités visuelles, sans toutefois les anéantir. Les causes précises de cette maladie sont inconnues et aucun remède n'a pour le moment été trouvé.
Les traitements existants permettent seulement de ralentir son évolution.

La Société française d’ophtalmologie (SFO) la définit comme un « ensemble des lésions de la région maculaire, dégénératives, non inflammatoires, acquises, survenant sur un œil auparavant normal, apparaissant après l’âge de cinquante ans et entraînant une altération de la fonction maculaire et de la vision centrale. »


Le drusen est un dépôt rétinien en amas de petites tailles et visualisée sous forme de taches jaunâtres au fond d'œil. Il fait partie du processus normal du vieillissement oculaire.
Chez les patients ayant une DMLA, les drusens sont notablement plus abondants avec un phénomène inflammatoire conduisant à une destruction plus large de la rétine.
Cette dernière stimulerait la sécrétion d'une protéine, le VEGF (en anglais : Vascular endothelial growth factor), induisant la croissance de vaisseaux capillaires fragiles (néovascularisation).
Ces derniers sont responsables, à leur tour, de micro-hémorragies, d'exsudation de liquides pouvant conduire à une fibrose


Facteurs de risque


Il existe plusieurs facteurs de risque liés à la dégénérescence maculaire liée à l'âge :



L'âge : le risque augmente de manière significative à partir de 50 ans ;
Le tabagisme ;
Antécédents familiaux : si frère ou sœur atteint, le risque est multiplié par 4. 20 % des cas seraient familiaux. Plusieurs mutations sont corrélées avec un risque accru de développer la maladie. Les principales se situent sur les gènes CFH, LOC3877153. Une mutation sur le gène codant la protéine C3 du complément4 semble, par ailleurs, entraîner une progression plus rapide de la maladie5. D'autres mutations ont été décrites, avec une influence probablement moindre, comme celle sur le gène codant pour l'apolipoprotéine E6, pour celui de la fraction C2 du complément7 ou sur le SERPING1, codant également pour une enzyme régulatrice du complément8 ;
L'hypertension artérielle augmente le risque d'environ un cinquième ;
L'exposition solaire augmenterait sensiblement le risque ;
Le surpoids est également un facteur de risque reconnu1 ;
L'aspirine


la maladie

La maladie atteint un ou les deux yeux. Le malade se plaint de :


Baisse de la vision que le malade attribue le plus souvent à ses lunettes
Déformation des images
Impossibilité de lire un mot en entier en raison d'un scotome

Il n'existe aucun phénomène douloureux.



diagnostiques

L'interrogatoire clinique
Le test ETDRS (ou celui des anneaux de Landolt) met en évidence une diminution de l'acuité visuelle.
Le test de sensibilité des contrastes doit également montrer une diminution de la sensibilité.
Plus caractéristique de la DMLA, le test des métamorphopsies montre que des lignes droites apparaissent comme ondulées.
Le champ visuel permet de mettre en évidence le développement d'un scotome.
Le fond d'œil, observé à l'aide d'un ophtalmoscope, montre des modifications de la macula : drusen (sous forme de petites taches), foyers d'hypo ou d'hyperpigmentations…
L'angiographie à la fluorescéine met en évidence les néovaisseaux (NV), ou ses conséquences (DSR, hémorragie) et les caractérise (occultes ou visibles).

Les néovaisseaux "visibles" sont ceux mis en évidence par l'angiographie à la fluorescéine ; les néovaisseaux "occultes" sont mal mis en évidence par cet examen, mais bien identifiés par l'angio ICG ainsi que les formes mixtes.

La tomographie en cohérence optique (OCT : en anglais : optical coherence tomography) permet de mesurer l'épaisseur de la rétine et de quantifier l'exsudation liée aux néovaisseaux.



Il existe deux formes : la forme atrophique et la forme exsudative. Elles peuvent toutes deux coexister sur le même œil


Forme atrophique "sèche"

La forme atrophique (ou "sèche") correspond à une atrophie de la macula.
Il n'existe que des traitements préventifs.
Cette forme représente 80 % des DMLA10, et l'évolution vers la dégradation de la vision est, en règle générale, lente.
L'atrophie rétinienne épargne longtemps le centre de la macula.
Des néovaisseaux choroïdiens peuvent apparaître au cours de l'évolution.
L'affection est souvent bilatérale.


Forme exsudative "humide"

Elle représente 20 % des DMLA10.
La forme exsudative (ou "humide") correspond à l'apparition de néovaisseaux choroïdiens (NVC).
Ces derniers sont soit sous-épithéliaux (donc se développant sous l'épithélium pigmentaire) et donc dits "occultes", soit sus-épithéliaux et donc dits "visibles".
Un certain nombre de formes atrophiques évoluent en forme exsudative.
L'évolution est plus rapide que dans les formes sèches.
De nouveaux traitements anti-angiogéniques (anti-VEGF) peuvent stabiliser voire améliorer la vue.


Stades précoces de la dégénérescence maculaire

Soit une hypopigmentation de la rétine associée à des petites taches blanches sur la rétine (Drusen).
Elle représente 3,5 % entre 55 et 64 ans des malvoyances (40 % sur la base des patients avec dégénérescence maculaire).
Il existe un petit risque de formations de néovaisseaux dans 4,7 % des cas.

Soit une hyperpigmentation due à une accumulation de pigments, encore plus rare : 3,7 % entre 35 et 64 ans.
Cette pigmentation est une réaction secondaire à toute réparation de la jonction choriorétinienne.

Les deux sont visibles en faisant un fond de l’œil ou une angiographie et leur apparition exige une surveillance ophtalmologique accrue


Sans traitement, l'atteinte d'un œil se bilatéralise dans un peu moins d'un cas sur deux en cinq ans et le risque de cécité invalidante atteint un peu plus de 10 % dans le même laps de temps1.
Les formes modérées (drusen de petites tailles au fond d'œil) ont cependant un bon pronostic spontané




Traitements


Il n'existe pas de traitement actuellement connu (curatif ou préventif) concernant la DMLA de forme atrophique.
L'arrêt du tabac et la perte de poids sont fortement conseillés, même s'il n'existe pas de preuve sur leur efficacité quant à l'évolution de la maladie.
L'intérêt d'une supplémentation vitaminique reste discutée.
L'intérêt passe peut-être par l'intermédiaire de la diminution du taux sanguin d'homocysteine, une molécule dont la concentration sanguine semble corrélée avec le risque de survenue d'une DMLA.
De même, une adjonction, dès les premiers stades de la maladie, de vitamine C, E, bêta-carotène et zinc, ralentirait sensiblement la progression de la maladie

Le traitement des lésions extrafovéolaires de la DMLA néovasculaire est la photocoagulation par laser argon ou krypton, qui les stabilise une fois sur deux.

Le traitement de référence des lésions rétrofovéolaires de la DMLA néovasculaire est la photothérapie dynamique. Elle n'améliore pas la vision mais stabilise la perte visuelle chez la moitié des patients.
Elle consiste en l'injection intraveineuse de vertéporfine, photosensibilisant, suivie de l'application d'une lumière rouge par laser sur la zone à traiter, permettant une destruction de la néovascularisation.
Elle permet ainsi de ralentir l'évolution de la maladie

La thermothérapie transpupillaire pourrait être utilisée en cas de DMLA exsudative.
Son efficacité serait comparable à la photothérapie dynamique chez les patients avec basse vision.

Le traitement préventif (c'est-à-dire avant tout signe de maladie) par supplémentation en anti-oxydants (vitamines, zinc…) s'est révélé être sans efficacité démontrée.

L'utilisation d'anticorps monoclonaux recombinants, ciblés contre le facteur de croissance endothéliale de type A, a été proposée avec une certaine efficacité pour freiner l'évolution de la forme exsudative de la maladie.
Ce sont essentiellement le pegabtamib de sodium, le ranibizumab et le bevacizumab.
L'obstacle en reste leur coût et leur mode d'administration (injections régulières dans l'œil par voie intra-vitréenne).
Le bevacizumab tend à être largement utilisé dans certains pays essentiellement en raison de son prix réduit, même s'il existe moins d'études directes prouvant son efficacité.
Il semble cependant aussi efficace que le ranibizumab dans cette indication, mais le taux de complications est un peu supérieur.
Le ranibizumab est plus efficace que la vertéporfine mais au prix d'effets indésirables parfois graves (risques inflammatoires et infectieux locaux, accident vasculaire cérébral), justifiant son utilisation en 2e intention, c'est-à-dire après échec d'un premier traitement par vertéporfine21.

Des progrès sont réalisés en laboratoire ou sur les animaux dans plusieurs directions.

Ces recherches sont en cours d'évaluation et pourraient apporter d'ici une ou deux décennies un certain confort chez l'homme :

Pose d'implants électroniques dans la rétine ou le cortex cérébral commandés par une microcaméra;
Utilisation de cellules souches pour régénérer le tissu rétinien
Thérapie génique
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
gigi 2604
moderateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 3801
Age : 71
Date d'inscription : 29/11/2010

MessageSujet: Re: Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)   Dim 19 Avr - 16:43:24

merci pour tous ces précieux renseignements

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: BIOLOGIE , SANTEE, BEAUTEE , BIEN ETRE AU NATUREL-
Sauter vers: