chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 l 'ENA ( École Nationale d'Administration )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 39974
Age : 52
Date d'inscription : 20/02/2005

MessageSujet: l 'ENA ( École Nationale d'Administration )   Sam 12 Jan - 16:48:56

L'École nationale d'administration (ENA) est une grande école française créée en 1945 pour « démocratiser » l'accès à la haute fonction publique de l'État.
Elle est chargée aujourd'hui d'assurer la sélection et la formation initiale et continue de hauts fonctionnaires français et internationaux, offrant à ses anciens élèves un accès aux postes de direction et d'encadrement de la fonction publique française.

L'ENA accueille chaque année à Strasbourg 80 à 100 élèves en formation initiale auxquels il faut rajouter un tiers d'étrangers, une soixantaine d'élèves de masters et mastère spécialisé ainsi qu'une petite centaine d'élèves étrangers dans le cadre des cycles internationaux. À ces promotions, il faut ajouter des sessions courtes de formation continue à Paris.
Les anciens élèves de l'école sont appelés « énarques ».

Au cours de la Ve République, les énarques ont joué un rôle central dans la vie politique française (trois présidents de la République, sept Premiers ministres, de nombreux ministres, une grande majorité de préfets, etc.).




Avant 1945, l'État n'assurait pas une formation unique pour les fonctionnaires responsables de sa haute administration.
En effet, si le système du concours - considéré alors comme la seule garantie d'un recrutement impartial et fondé sur le mérite - était déjà généralisé depuis la fin du XIXe siècle, chaque corps ou ministère organisait son propre concours, sans considération pour l'homogénéité de la haute fonction publique.
Certains risques de corporatisme ou de népotisme en résultaient.

En 1848 déjà, le ministre de l'Instruction publique Lazare Carnot avait eu l'idée de créer une École d'administration, chargée de la formation des administrateurs gouvernementaux.
Un décret de création sera rédigé (décret du 8 mars 1848), mais l'école, installée dans l'ancien bâtiment du Collège du Plessis, sera fermée quelques mois après son inauguration, lorsque Carnot quitta son poste de ministre.

À partir de 1936 et consécutivement à l'arrivée au pouvoir du Front populaire et de son ministre de l'éducation nationale Jean Zay, l'idée de créer une unique école de sélection et de formation des hauts fonctionnaires voit à nouveau le jour.
Elle se heurtera à un vote défavorable du Sénat.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, deux projets aux apparences similaires mais aux objectifs opposés émergent.
L'École des cadres d'Uriage, créée par Vichy en 1940, a pour objectif l'instauration d'une nouvelle aristocratie basée sur le sens du service de l'État.
S'éloignant de l'idéologie vichyste, elle sera finalement dissoute par Pierre Laval en décembre 1942.
Le second projet, qui est quant à lui conduit peu après la libération par Michel Debré et Emmanuel Monick, aboutira à la création de l'ENA.


L'École nationale d'administration (ENA) a été créée par l'ordonnance no 45-2283 du 9 octobre 19453 par le Gouvernement provisoire de la République française, alors présidé par le Général de Gaulle.
Cette décision, qui devait profondément bouleverser la structure même de l'administration publique française, avait été préparée par la Mission provisoire de réforme de l'administration, placée auprès du chef du gouvernement et dirigée par Maurice Thorez, vice-président du Conseil et secrétaire général du Parti communiste français.
Après la démission du Général de Gaulle de la présidence du Conseil le 20 janvier 1946, c'est Maurice Thorez qui va réussir à mener à bien la réforme administrative et l'élaboration du statut de la fonction publique, en se préoccupant d'assurer d'abord la naissance de l'École nationale d'administration créée avant son entrée au Conseil.
Michel Debré, maître des requêtes au Conseil d'État et commissaire de la République à Angers, animait cette mission de création de l'école.
Il a assuré provisoirement la direction de l'école.



Soixante années d'implantation parisienne


L’École s'établit d'abord dans les murs de l'Hôtel de La Meilleraye, au 56 rue des Saints-Pères, à Paris.
Le bâtiment, exproprié en 1945 au bénéfice de la Fondation nationale des sciences politiques, verra s'y succéder trente-quatre promotions d'élèves (de la promotion France combattante jusqu'à la promotion Pierre Mendès France).

L'hôtel de Feydeau de Brou, situé au 13 rue de l'Université, a été occupé par le Service hydrographique et océanographique de la marine jusqu'en 1971, date de sa décentralisation à Brest.
L'hôtel a alors été restauré et les élèves de la promotion Michel de l'Hospital s'y sont installés en 1978.
En avril 2007, cet hôtel particulier a été rebaptisé « Bâtiment René Rémond » par le nouveau propriétaire des murs (la Fondation nationale des sciences politiques).

En 2002, l'ENA a absorbé l'Institut international d'administration publique (IIAP), établissement issu de l'École nationale de la France d'outre-mer, et utilise ses anciens locaux au 2 avenue de l'Observatoire (VIe arrondissement).


Déménagement à Strasbourg


Sous l'impulsion d'Édith Cresson, il est décidé en 1991 de déménager l'école à Strasbourg, au 1, rue Sainte-Marguerite.
Avant d'accueillir l’ENA, Commanderie Saint-Jean, construite au XIVe siècle, fut successivement un lieu de commerce et de diplomatie, un hôpital puis, entre 1740 et 1989, une prison.

Pendant 10 ans, les activités de l'école se sont organisées sur trois sites (rue des Saints-Pères, rue de l'Université et rue Sainte-Marguerite).
La promotion Simone Veil, soixante-deuxième promotion de l'ENA, fut la première à effectuer l'ensemble de sa scolarité à Strasbourg.

Le déménagement à Strasbourg représente un rapprochement symbolique de l'école des institutions européennes et permet une collaboration avec l'autre grande école du service public implantée à Strasbourg, l'Institut national des études territoriales (INET) .

Actuellement, le nouveau site de l'avenue de l'Observatoire à Paris, dans les anciens locaux de l'École nationale de la France d'outre-mer, accueille depuis fin janvier 2007 toutes les activités parisiennes de l'ENA (le service des cycles courts et la direction des relations internationales) tandis que tous les autres services de l'école sont concentrés à Strasbourg.
Les cours des élèves en formation permanente dans des cycles pédagogiques de moins d'un mois ont donc encore lieu à Paris.

Depuis son déménagement à Strasbourg, l'ENA se fait également appeler École européenne de gouvernance.
En 2009, selon une étude effectuée par Mines ParisTech, l'ENA était au niveau mondial la dixième institution d'enseignement supérieur en termes d'anciens élèves présidents de l'un des 500 plus grands groupes mondiaux



Formation initiale sur concours


Pour assurer le recrutement de ses élèves, l'ENA organise tous les ans trois concours réservés aux ressortissants de l'Union européenne et un concours international :

un concours externe accessible à tous les candidats titulaires au minimum d'un diplôme de deuxième cycle (licence ou équivalent) ;
un concours interne réservé aux agents de la fonction publique ayant au moins quatre années de service effectifs ;
un troisième concours ouvert aux candidats ayant au moins huit ans d'expérience professionnelle en dehors de la fonction publique (élus et salariés du secteur privé).
un recrutement international ouvert aux candidats étrangers fonctionnaires, agents public ou, dans certains cas limités, étudiants se destinant à des fonctions publiques dans leur pays.

Le taux de sélectivité est élevé, puisque 7,9 % des candidats présents à la première épreuve ont été reçus.
En 2009, 40 % des reçus étaient des femmes




Cursus

L'ENA dispense à ses élèves une formation interministérielle d'une durée de 24 mois.
La nouvelle scolarité, entrée en vigueur le 1er janvier 2010, comporte de manière alternée des périodes de stages et d'études.

La scolarité est divisée en trois modules :

module « Europe » ; 27 semaines, dont un stage de 17 semaines dans le monde des institutions européennes et internationales ;
module « Territoire » ; 33 semaines de formation commune avec les élèves administrateurs de l'Institut national des études territoriales (INET)), dont un stage de 22 semaines dans une préfecture ou une administration territoriale ;
module « Gestion et management publics » ; 27 semaines, dont un stage de 15 semaines en entreprise.




Débouchés


Les élèves de l'ENA intègrent à leur sortie de l'école différents corps de la fonction publique d'État, en fonction de leur classement.
Les premiers choisissent généralement les "grands" corps d'inspection et de contrôle, à savoir la Cour des comptes (4 élèves en 2010), l'Inspection générale des Finances (4 élèves en 2010), le Conseil d'État (4 élèves en 2010), l'Inspection générale des affaires sociales (3 élèves en 2010) ou l'Inspection générale de l'administration (2 élèves en 2010).

D'autres élèves, en principe bien classés également, intègrent le Quai d'Orsay en tant que conseillers des affaires étrangères (5 élèves en 2010).

Près de la moitié de la promotion intègre le corps des administrateurs civils ; parmi ceux-là, certains sont directement placés en position de détachement dans le corps des sous-préfets.
Les autres élèves rejoignent les corps des conseillers de tribunal administratif et de cour administrative d'appel ou celui des Chambres régionales des comptes.
Quelques élèves rejoignent la Mairie de Paris en tant qu'administrateurs.

Les élèves issus du concours interne conservent leur indice.
Par rapport aux externes, ils commencent ou poursuivent leur carrière de haut fonctionnaire en moyenne comme un élève issu du concours ENA externe avec 6 ans d'ancienneté.
De nombreux internes, appartenant à des corps de catégorie A+ avant d'entrer à l'ENA, disposent d'un échelon équivalent aux échelons les plus élevés des premiers grades des corps de sortie de l'ENA.

Les élèves issus du troisième concours commencent leur carrière dans la haute fonction publique comme un élève issu du concours ENA externe avec 4 ans de reprise forfaitaire d'ancienneté.



Le coût de la scolarité par élève, en diminution de 10 % entre 2005 et 2006, s'est élevé en 2006 à 56 303 €5 par élève en formation initiale (sur l'ensemble de la scolarité de 27 mois), soit environ 25 000 € par an.
La scolarité étant gratuite pour les élèves, ce montant est pris en charge par l'école.
À titre de comparaison, le coût moyen d'un étudiant dans l'enseignement supérieur français était estimé en 2005 à 9 280 € par étudiant et par an (7 210 € pour un étudiant de l'université et 13 560 € pour un étudiant en classes préparatoires).

Comme dans beaucoup d'autres écoles de la fonction publique française, les élèves de l'ENA sont rémunérés pendant leur scolarité.
Ils perçoivent un salaire de 1 370 euros nets par mois pour ceux issus du concours externe, et de 2 100 euros au minimum pour les élèves issus du concours interne.
Les élèves s'engagent en contrepartie à travailler pour l'État pendant dix ans, faute de quoi ils devront rembourser les sommes perçues.



Mastère spécialisé et masters


L'ENA organise également des formations diplômantes de l'enseignement supérieur, en partenariat avec d'autres grandes écoles ou universités.
Une centaine d'élèves était concerné par ces formations en 2006

Mastère spécialisé en gestion des risques sur les territoires (MGR)


Accrédité par la Conférence des grandes écoles, le mastère spécialisé en gestion des risques sur les territoires dispensé par l’École nationale d’administration (ENA) est une extension à Strasbourg du mastère (MS) délivré par l'EISTI.

Ce mastère spécialisé 3e cycle est par ailleurs reconnu comme valeur professionnelle par son inscription au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) inscrit au JO du 13 novembre 2009.
Il forme des risk managers possédant une vaste culture du risque.

Ce cursus comprend 320 heures réparties en 8 modules :

méthodes et outils (module 1) ;
risques urbains (module 2) ;
droit, économie et risques (module 3) ;
gestion de crise et communication (module 4) ;
sécurité publique (module 5) ;
santé publique (module 6) ;
risques naturels (module 7) ;
risques technologiques et sécurité de l'information (module 8).

Suivies d'un stage de mise en application et/ou d'une thèse professionnelle d'une durée équivalente à 850 heures.

Une description de ce mastère est disponible sur le site de l'ENA

Les étudiants et anciens étudiants de ce mastère sont regroupés au sein du cercle « ENA-Risk », cercle de réflexion et de recherche sur la gestion des risques.
La liste des élèves et anciens élèves est consultable sur le site de l'ENA


Master européen de gouvernance et d'administration (MEGA)


Il s'agit d'un programme franco-allemand créé au moment du quarantième anniversaire du Traité de l'Élysée avec le soutien de Jacques Chirac et de Gerhard Schröder.
Cette formation continue est ouverte à des fonctionnaires français et allemands en exercice, mais aussi à des fonctionnaires d'autres pays européens et aux cadres du secteur privé.

Le MEGA est piloté par l'ENA,
l'Université Paris-I Panthéon-Sorbonne et l'Université de Potsdam.
Il est placé en France sous l'égide du ministère de la Fonction publique français (DGAFP) et en Allemagne sous celle du ministère fédéral de l'Intérieur (BMI).
Sont également partenaires le Centre d'études européennes de Strasbourg (CEES), l'institut d'études politiques de Paris (Sciences Po Paris), l'université de Strasbourg, l'université Humboldt de Berlin et l'institut universitaire européen de Florence.

La formation est sanctionnée par deux diplômes : le master en droit, mention droit public, spécialité gouvernance et administration européennes de l'université Paris I, et le « Master of European Governance and Administration » délivré par l'université de Potsdam.
La première promotion, inaugurée en 2006 par le ministre français de la Fonction publique et le ministre fédéral allemand de l'Intérieur, est la promotion Pont de l'Europe-Europabrücke.
La deuxième promotion s'appelle Jean-Claude Juncker.
La troisième promotion s'appelle Javier Solana.

Les conditions d'admission au MEGA sont spécifiques :

être titulaire d’une maîtrise,
être capable de suivre des cours en français et en allemand,
avoir entre 25 et 35 ans,
avoir au moins 2 ans d’expérience professionnelle.


Master en gestion publique

Ce master à finalité professionnelle en science politique spécialité gestion publique est délivré par l'Université Paris-Dauphine.
Il s'adresse aux étudiants, fonctionnaires et cadres du secteur privé confrontés à la gestion, au management public.
Associant l'expertise et les enseignements de l'ENA sur les problématiques du secteur public, ce master dispose d'une formation managériale d'entreprise dispensée par Paris-Dauphine.
Tout au long de la scolarité les stagiaires bénéficient de conférences et d'exposés caractérisés par la mixité des intervenants : hauts fonctionnaires, consultants, enseignants et chercheurs de l’université.


Master en management des organisations et des politiques publiques (MOPP)


Ce master spécialité « Management des organisations et des politiques publiques » est une formation de haut niveau sur le management des organisations publiques (en particulier État, collectivités territoriales, établissements publics et entreprises publiques chargées d’une mission de service public) et de leurs politiques.
Cette formation est issue du partenariat de cinq institutions prestigieuses : Mines ParisTech, Université de Paris-X Nanterre, Centre de recherche en gestion de l'École polytechnique, École supérieure de commerce de Paris (ESCP Europe), École nationale d'administration (ENA).


Master en administration publique

Accessible aux anciens élèves des cycles internationaux de longue durée, l'objectif de ce master est de permettre aux élèves étrangers de valoriser leur cursus à l'ENA par un approfondissement de leurs connaissances.


Cycles internationaux



Cycle international d'administration publique (CIAP - 7 mois) : ce cycle offre la possibilité à une trentaine de hauts fonctionnaires confirmés de suivre un cycle de perfectionnement dans leur spécialité pendant sept mois.
Cycle des hautes études européennes (CHEE - 7 mois) : ce cycle est ouvert à des hauts fonctionnaires, parlementaires, journalistes, universitaires, syndicalistes, dirigeants et cadres d'entreprises souhaitant se familiariser avec les questions européennes et plus spécifiquement avec les positions françaises sur ces questions.
Cycle international court (CIC - 9 mois) : le CIC permet à une trentaine de hauts fonctionnaires étrangers d'acquérir des savoir-faire utiles pour entrer en contact avec l'administration française.
Cycle international long (CIL - 18 mois) : ce cycle réunit trente élèves étrangers, fonctionnaires dans leur pays d'origine ou intéressés par une carrière dans la fonction publique. Ils sont intégrés chaque année à la promotion qui est donc constituée par les élèves français issus des trois concours et par les élèves du CIL. L'ENA souhaite qu'il n'y ait plus de distinction faite entre les élèves français et les CIL pendant leur scolarité.



Formation permanente


Destinées aux cadres supérieurs de la fonction publique, les sessions de formation permanente concernent 2500 personnes par an.
Elles se sont diversifiées et visent à privilégier l'interministérialité par la confrontation d'expériences différentes et la mise en commun de savoir-faire utiles à la modernisation de la fonction publique.

Cycle d'accompagnement à la mobilité professionnelle (destiné aux administrateurs civils et aux assistants parlementaires)
Cycle d'intégration des officiers (CIO) : l'école organise un cycle de formation de trois mois spécifique à l'attention d'une dizaine officiers admis à intégrer différents corps de sortie de l'ENA, administrateurs civils, corps préfectoral, inspections... au sein des administrations de l'État.
Cycle de perfectionnement des collaborateurs parlementaires : les assistants parlementaires de l'Assemblée nationale, du Sénat, et du Parlement européen ont la possibilité de se former à l'ENA, grâce à un cycle de perfectionnement extensif de 6 mois qui leur est réservé.
Séminaires de gestion publique (16 demi-journées par séminaire) : ces séminaires s'adressent aux responsables des services de l'État, des collectivités territoriales et des établissements publics, aux cadres des entreprises publiques et organismes privés en relation avec l'administration centrale et les collectivités territoriales et aux diplomates étrangers en poste à Paris.
Formations thématiques : Action publique et institutions, pratique de l'interministérialité, gestion et management publics, développer ses compétences, Union européenne, relations internationales, économie et finances publiques, gestion des risques etc.

Une session sur la déontologie a été créée en 2009



divers


L'ENA dispose à Strasbourg d'une bibliothèque contenant près de 40 000 ouvrages.
Elle est accessible aux élèves et aux anciens élèves.
Cette bibliothèque est par ailleurs un Centre de documentation européenne (tout comme celle de l'Institut d'études politiques de Paris ou de l'Université libre de Bruxelles), et reçoit à ce titre la documentation officielle européenne.
l'ENA dispose en outre d'une antenne documentaire à Paris constituée de 5 000 ouvrages et d'une centaine de titres de périodiques.





Son budget annuel de fonctionnement s'est élevé en 2006 à 41,685 millions d'euros22. La part du financement de l'État dans ce budget s'élève à 74 %.
Pour répondre à son objectif de démocratisation de l'accès à la haute fonction publique, l'ENA consacre près du quart de son budget à la rémunération des candidats au concours interne (183 élèves des cycles préparatoires aux concours administratifs étaient concernés en 2007) ainsi qu'au financement partiel de douze centres de préparation au concours.



Depuis sa création il y a 60 ans, l'ENA a formé 5 600 hauts fonctionnaires français et 2 600 étrangers.
Les différentes promotions de l'ENA portent un nom spécifique en hommage à un personnage, un événement ou un concept.
La photo de chacune d'entre elles est affichée sur les murs de l'école.



L'Association des anciens élèves de l'école nationale d'administration (AAEENA) est la plus ancienne et la plus importante des associations d'anciens élèves de l'ENA. Elle diffuse une revue mensuelle, L'ENA hors les murs ainsi que l'annuaire des anciens élèves (en vente libre) et participe à l'animation de manifestations en lien avec la vie des anciens élèves en organisant des conférences, des colloques etc.
Elle se charge par ailleurs d'aider les anciens élèves dans leurs recherches d'emplois, en éditant tous les mois le bulletin du service carrière, qui contient une liste de poste à pourvoir dans et hors de l'administration, et en proposant des services personnalisés tels que des bilans de compétences.
Outre l'AAEENA, il existe de nombreuses associations regroupant des élèves selon leurs origines géographiques (comme l'Association québécoise des anciens élèves de l'ENA), selon le concours obtenu (telle l'Association des élèves et anciens élèves issus du 3e concours de l'ENA), selon le programme suivi (Association des anciens élèves allemands du cycle étranger de l'ENA), ou encore selon d'autres critères (Agir pour la réforme de l'école)



L'ENA est un établissement public à caractère administratif placé sous la tutelle du Premier ministre, exercée en son nom par la Direction générale de l'administration et de la fonction publique.
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
 
l 'ENA ( École Nationale d'Administration )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» l 'ENA ( École Nationale d'Administration )
» ÉCOLE DE LA MÉTEOROLOGIE
» École nationale des sous-officiers d'active
» ECOLE NATIONALE D’ADMINISTRATION: COURS DE LANGUE DE BOIS
» Faute d'avions, pas de brevet para pour les élèves de l’École d'administration militaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: le savez vous?-
Sauter vers: