chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des militaires tués par balle à Montauban

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Dim 8 Juil - 22:12:21

Merah: l'audio des négociations diffusé



Mohamed Merah

TF1 diffuse en ce moment,pour la première fois,des extraits audio des discussions entre Mohamed Merah et les policiers pendant les 32 heures du siège de son appartement toulousain qui s'est achevé par la mort du tueur au scooter le 22 mars.

Dans ces extraits diffusés dans l'émission Sept à Huit,Merah affirme être prêt à poursuivre sa folie meurtrière,assure être en liens avec al-Qaida et le grand banditisme,et explique comment il a trompé la vigilance de la DCRI qui le surveillait.

Le 21 mars vers 3 heures du matin,les policiers du Raid tentent de prendre d'assaut l'appartement du "tueur au scooter".

Ils sont accueillis par un feu nourri.

Mais le contact s'établit ensuite et les discussions avec Merah montrent toute sa détermination.

"Je suis quelqu'un de déterminé,je n'ai pas fait ça pour me laisser faire attraper,t'as vu.

Là,on négocie tu vois,on est en train de négocier, après,en dehors des négociations,n'oublie pas que j'ai les armes à la main,je sais ce qui va se passer,je sais comment vous opérez pour intervenir",dit-il au négociateur,selon cet enregistrement diffusé dans l'émission Sept à Huit.

"Je sais que vous risquez de m'abattre,c'est un risque que je prends.

Donc voilà,sachez qu'en face de vous,vous avez un homme qui n'a pas peur de la mort.

Moi la mort,je l'aime comme vous vous aimez la vie",ajoute-t-il.

Dans ces quatre heures et demi d'enregistrement que la chaîne assure détenir,Merah fait part également de ses contacts avec "ses frères" d'al-Qaida au Pakistan,ses actions à venir mais aussi du style de vie qu'il avait adopté: "Ca fait partie de la ruse,tu vois",explique-t-il au négociateur.

Mohamed Merah a assassiné trois parachutistes à Toulouse et Montauban,puis trois enfants et un père de famille juifs.

















le figaro

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Dim 8 Juil - 23:43:42

Froide,posée,la voix d'un Merah déterminé et sans remords

De sa détermination à poursuivre sa folie meurtrière et de son absence totale de remords, Mohamed Merah n'a rien caché durant les 32 heures du siège de son appartement toulousain,selon les extraits des négociations diffusées dimanche par TF1.

Derrière la pointe d'accent méridional du "tueur au scooter" qui a froidement abattu sept personnes les dix jours précédents,le ton est calme,posé, déterminé.

Amusé même quand il explique qu'il ne peut faire cuire son repas,son micro-ondes étant criblé de balles.

Il s'exprime clairement,malgré quelques tics de langage ("T'as vu","voilà").

La diffusion de cet enregistrement dans l'émission Sept à Huit a suscité la colère de l'Intérieur, Manuel Valls regrettant qu'"aucune précaution n'ait été prise pour respecter les familles des victimes".

L'Inspection générale de la police nationale (IGPN),la "police des polices",va mener une enquête administrative sur la diffusion de ces enregistrements audio,a annoncé le ministère de l'Intérieur à l'AFP.

Cette enquête administrative aura notamment pour objet de vérifier si ces enregistrements ont été fournis par des policiers.

"J'ai les armes à la main"

Les proches des victimes de Mohamed Merah ont de leur côté annoncé qu'elles allaient saisir la justice en urgence pour obtenir l'interdiction de la diffusion sur internet de ces enregistrements,a annoncé l'un de leurs avocats,Me Samia Maktouf.

Le 21 mars,le contact est établi après l'échec de l'assaut initial du Raid,vers 03h00.

"Je suis quelqu'un de déterminé,je n'ai pas fait ça pour me laisser faire attraper,t'as vu.

Là,on négocie tu vois,on est en train de négocier, après,en dehors des négociations,n'oublie pas que j'ai les armes à la main,je sais ce qui va se passer,je sais comment vous opérez pour intervenir."

"Donc voilà,sachez qu'en face de vous,vous avez un homme qui n'a pas peur de la mort,moi la mort,je l'aime comme vous vous aimez la vie."

Dans ces quatre heures et demie d'échanges que la chaîne assure détenir,Merah raconte ses contacts avec Al Qaïda,décrit les actions qu'il envisageait ou le style de vie "fashion" qu'il avait adopté: "ça fait partie de la ruse,tu vois.

" Car "la guerre est une ruse".

Ce négociateur,"Hassan",est l'agent de la DCRI qui l'a rencontré de retour de son voyage au Pakistan quelques mois auparavant.

Il lui explique les assassinats de trois parachutistes à Toulouse et Montauban puis de trois enfants et d'un père de famille juifs.

"Mon but dans ces attentats,c'était de tuer en priorité des militaires parce que ces militaires-là sont engagés en Afghanistan,et tous leurs alliés t'as vu,que ce soit de la police,de la gendarmerie, de la police nationale,de tout",dit-il.

"Au hasard"

Il raconte comment ayant raté une cible,un autre militaire,il s'est rabattu sur l'école juive Ozar Hatorah.

Il dit: "J'ai repris le scooter et je suis passé comme ça,ce n'était pas prémédité,enfin si, je comptais le faire,t'as vu,mais le matin en me réveillant c'était pas mon objectif."

Merah raconte ses périples en Afghanistan et au Pakistan.

"Tu crois que je vais faire du tourisme au Pakistan et en Afghanistan?

Qui t'as vu faire du tourisme dans ces pays-là ?",ironise-t-il dans sa discussion avec "Hassan".

"J'ai fait plusieurs pays afin de trouver les frères.

Quand je les ai trouvés,c'est quand j'ai été au Pakistan.

Je les ai pas trouvés avant,l'Afghanistan non plus, je les avais pas trouvés.

Je les ai trouvés au Pakistan",ajoute-t-il.

Merah expliquera qu'il était prêt à de nouveaux carnages.

Il savait qu'un jour "ça allait être vraiment chaud pour moi,qu'il y allait avoir des barrages,tout ça.

" Alors,"j'aurais tout fait au culot,je serais entré dans les commissariats,j'aurais abattu le policier qui est à l'accueil,j'aurais abattu des gens dans la rue,des gendarmes qui circulent en voiture,aux feux rouges,j'aurais mis des guet-apens."

"J'allais faire tout au hasard et sans aucune préparation",ajoute-t-il.

Dans la nuit du 21 au 22 mars,Merah dit qu'il ne se rendra pas.

Les négociateurs ne lui permettent pas de parler à sa mère.

Il mourra dans l'assaut du Raid douze heures plus tard.

De l'avis Me Laure Bergès-Kuntz interrogée par l'AFP,l'avocate de Loïc Liber,le parachutiste grièvement blessé par Merah,cet enregistrement est "conforme à l'image du fanatique religieux qui est prêt à mourir pour la religion".

















yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Lun 9 Juil - 0:26:27

TF1 diffuse les enregistrements de Merah - Valls fait part de ses regrets

Dans l'émission Sept à huit,la rédaction de TF1 a diffusé ce soir ce qu'elle a affirmé être les enregistrements des négociations de Mohamed Merah qui a tué sept personnes en mars à Toulouse et à Montauban avec des policiers.

Une diffusion faite "sans respecter les victimes" selon le ministre de l'Intérieur.

La police des polices a été saisie.




TF1 a reconstitué l'appartement de Mohamed Merah dans Sept à huit.Copie d'écran

"On m'a proposé de faire des bombes,j'ai pas voulu.

Les produits qu'il faut pour faire des bombes, c'est assez surveillé en France.

Je leur ai dit "entraînez-moi avec des pistolets ".


Au fur et à mesure des négociations,il se fait plus déterminé,il explique qu'il a "les armes à la main" :

"Je sais que vous risquez de m'abattre,c'est un risque que je prends.

Donc voilà,sachez qu'en face de vous,vous avez un homme qui n'a pas peur de la mort.

Moi la mort,je l'aime comme vous vous aimez la vie."


Parmi les quatre heures d'enregistrement que la chaîne détient,il fait le détail de ses voyages,de sa formation aussi.

Il est passé par Israël,l'Afghanistan ou le Pakistan et il raconte qu'il a eu du mal à gagner la confiance des "frères".

Il rentre dans le détail,explique qu'on lui a proposé des attaques en Amérique,au Canada.

"Et moi je leur ai dit que comme j'étais français, c'était plus facile et plus simple d'attaquer la France..."

Il se moque aussi des enquêteurs en rappelant leur avoir dit que lorsqu'il avait été convoqué de retour de ces pays,il avait répondu y avoir fait du tourisme: "Tu crois que je vais faire du tourisme au Pakistan et en Afghanistan?

Qui t'as vu faire du tourisme là-bas?

Quand tu m'as convoqué,quand j'étais dans vos bureaux,j'étais en contact avec eux.

Je les avais trouvés".

Et il lance au policier qui l'a cru: "C'est l'une des plus grandes erreurs de ta carrière" avant d'ajouter,"La guerre est une ruse".

Il poursuit en racontant comment il essayait de brouiller les pistes :

"J'allais en boîte,je m'habillais d'une certaine façon qui montre que j'ai pas le profil de quelqu'un qui fait partie d'Al-Qaïda.

J'avais fait une vraie coupe fashion,t'as vu,la crête,les cheveux longs...

Ça faisait partie de la ruse."


A la fin de l'extrait diffusé,Merah qui semblait vouloir se rendre annoncera qu'il a changé d'avis.

La suite,on la connait.

La police des polices saisie par le ministère de l'Intérieur

Dans un communiqué,Manuel Valls,s'est étonné de la diffusion de ces enregistrements,"au moment même où la justice est saisie,aucune précaution n'a été prise pour respecter les familles des victimes".

Et il s'interroge "sur les moyens par lesquels le diffuseur a pu se procurer le dit enregistrement".

Un peu plus tard,le ministère de l'Intérieur annonce que "le Directeur général de la police nationale avait saisi l'IGPN pour une enquête administrative."


















france info

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Lun 9 Juil - 0:57:31

Merah: la production assume

"Nous avons agi en responsabilité" en diffusant un "document à forte valeur d'information",a assuré Emmanuel Chain,producteur de l'émission Sept à Huit sur TF1,critiquée pour avoir dévoilé ce soir des enregistrements audio entre Mohamed Merah et des policiers.

"Nous avons beaucoup réfléchi,décidé de diffuser ce document qui a une forte valeur d'information

On apprend comment Merah s'est formé avec al-Qaida, sa détermination,on apprend beaucoup de choses,il a été très contextualisé",a déclaré Emmanuel Chain à la radio RTL.

Le ministre de l'Intérieur,Manuel Valls, a "regretté" cette diffusion,critiquant l'absence de précaution prise par l'émission de TF1 "pour respecter les familles des victimes",qui ont elles aussi exprimé leur indignation ainsi que leur intention de faire interdire la diffusion sur internet.

"Nous l'avons fait en responsabilité,en pensant en permanence aussi à l'émotion que pourrait susciter sa diffusion auprès des familles de victimes et en décidant de ne pas diffuser tous les propos qui auraient pu heurter leur sensibilité",a assuré M. Chain.

"L'enregistrement que nous avons dure plus de quatre heures,et nous avons décidé de ne diffuser que les extraits qui avaient valeur d'information", ajoute le producteur de Sept à Huit,estimant que c'est "un document qui apporte un éclairage important,intéressant,sur une affaire qui a beaucoup marqué les esprits".

















le figaro

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Lun 9 Juil - 1:06:14

La colère des proches des victimes de Mohamed Merah



Les familles se disent «scandalisées» après la diffusion des extraits des conversations entre l'assassin de leurs proches et les policiers.

Une enquête pour violation du secret de l'instruction a été lancée.


Les familles des victimes de Mohamed Merah ont exprimé leur fureur dimanche soir,«scandalisées» d'avoir pris connaissance par TF1 d'extraits des conversations entre l'assassin de leurs proches et les policiers lors du siège des 21 et 22 mars.

«Cette diffusion est scandaleuse car elle donne la parole en dernier à Mohamed Merah,une parole mensongère et manipulatrice»,a dit Me Patrick Klugman,qui représente les familles des trois enfants et du père de famille juifs assassinés le 19 mars à l'école Ozar Hatorah de Toulouse.

«Comment est-il possible qu'un média aussi important que TF1,ne serait-ce que par humanité,ne prévienne pas les familles,je trouve cela regrettable»,a déclaré son confrère toulousain Me Simon Cohen.

«Le testament de Merah,ce sont ses crimes,pas ses paroles et nous ferons le nécessaire pour que cette diffusion ne se propage pas»,a ajouté Me Klugman.

Les familles vont saisir en urgence la justice pour interdire sur le net la diffusion de ces bandes enregistrées durant les 32 heures du siège du «tueur au scooter».

«Je viens de voir sur internet que TF1 est en possession de 4h30 d'enregistrements!

Vous vous rendez compte un peu,alors que mes avocates,on leur a refusé cette possibilité,on leur a dit de faire une demande par écrit et elle les auront sous huit jours»,s'est indigné sur RTL Albert Chennouf,père d'un des trois parachutistes tombés sous les balles de Mohamed Merah.

«Il y en a assez! Il faut qu'on respecte un peu les victimes et leurs parents!

Je pense la prochaine étape c'est les images de la tuerie»,s'est-il indigné.

«A ce rythme,ce sont les vidéos des tueries qui se retrouveront sur la toile et l'atteinte sera alors irrémédiable»,s'est indignée son avocate Me Samia Maktouf.


















le figaro

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Lun 9 Juil - 12:38:09

Merah: Catherine Nayl (TF1) se justifie

Les enregistrements entre Mohamed Merah et les policiers lors du siège de son appartement diffusés par TF1 contenaient des "informations très importantes",a déclaré aujourd'hui la directrice de l'information du groupe,Catherine Nayl,pour justifier leur diffusion.

Ces extraits contenaient "des informations très importantes sur la façon dont les hommes du raid ont négocié jusqu'au bout pour que Mohamed Merah se rende",a-t-elle assuré.

"Nous l'avons fait en conscience parfaite de ce que cela pouvait avoir comme valeur informative".
















le figaro

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Lun 9 Juil - 16:03:34

Enregistrements de Merah : plainte des parties civiles contre TF1

Les parties civiles portent plainte contre TF1 pour "recel du secret de l'instruction" après la diffusion des enregistrements de la discussion entre Mohamed Merah et les négociateurs du Raid.

C’est ce que révèle au "Nouvel Observateur" Albert Chennouf,le père d’un des militaires abattus à Montauban par le djihadiste toulousain.

"Je viens d’avoir mon avocate,elle m’a informé d’un dépôt de plainte collectif,avec tous les avocats des parties civiles",précise le père du parachutiste qui se dit "plus choqué par la méthode que par le fond de l’enregistrement : nous n’avons rien appris que nous ne savions déjà mais je suis indigné qu’une chaîne de télévision puisse avoir en sa possession des documents que mes avocates ne pourront avoir que sous une dizaine de jours !".

TF1 a diffusé dimanche soir dans l'émission "Sept à huit" des extraits de la conversation entre Mohamed Merah et les policiers du Raid.

Le CSA a,par ailleurs,déconseillé aux autres chaînes d'information de diffuser ces extraits.

Les familles des victimes de Mohamed Merah se sont dites "scandalisées" par cette diffusion.




















yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Lun 9 Juil - 16:09:30

Merah : la bande sonore était placée sous scellés

Placé sous scellés et consultable uniquement au palais de justice de Paris, l'enregistrement diffusé dimanche soir par TF1 a sans doute «fuité» entre jeudi et dimanche,plus vraisemblablement avant le week-end.

Qui a livré à TF1 l'enregistrement de Mohamed Merah, diffusé dimanche soir?

Cette bande fait,selon nos informations,l'objet de mesures de protection exceptionnelles.

Une retranscription figure de longue date au dossier,mais le son originel,qui fait partie des pièces de la procédure,est soumis à un accès restreint.

Des experts ont achevé récemment leurs travaux sur cette bande.

Et l'ont renvoyée aux juges d'instruction qui œuvrent en cosaisine.

Ceux-ci,en milieu de semaine dernière,ont informé les avocats concernés qu'aucune copie ne serait délivrée,justement pour empêcher la divulgation de cette pièce placée sous scellés et consultable uniquement au palais de justice de Paris auprès du grand public.

Une décision qui a fait l'unanimité.

La fuite a donc sans doute eu lieu entre jeudi et dimanche,plus vraisemblablement avant le week-end.

Une enquête pour violation du secret de l'instruction

Les parties civiles se sont immédiatement indignées de la diffusion d'extraits audio par TF1,à l'instar de Me Patrick Klugman,conseil des familles des trois enfants et du père de famille juifs assassinés le 19 mars à l'école Ozar Hatorah de Toulouse: «La parole de Mohamed Merah n'est rien d'autre que de la propagande.

Il commente ses crimes,en fait l'apologie,professe son théorème salafiste et ment pour protéger on ne sait qui.»

Indignation,aussi,d'avoir été mises devant le fait accompli: «TF1 aurait pu prendre la peine de nous prévenir et de présenter le document autrement,avec,par exemple,un grand témoin sur le plateau»,tempête Me Simon Cohen,l'un des pénalistes les plus réputés de Toulouse.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour violation du secret de l'instruction,confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN),la «police des polices», parallèlement chargée par le ministère de l'Intérieur d'une enquête administrative.

Les sources potentielles des journalistes de TF1 sont peu nombreuses: qui a jugé opportun de transmettre une bande hautement protégée à la presse?

Faut-il y voir un contre-feu avant que l'avocate algérienne du père de Mohamed Merah ne produise,en principe jeudi prochain,la «preuve» que ce dernier a été sciemment «assassiné» par la police?

«C'est une affaire d'État,ajoute Me Cohen.

Il est positif que Manuel Valls se soit exprimé.

Mais j'aurais aussi voulu entendre le garde des Sceaux.»


















le figaro

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Lun 9 Juil - 20:19:50

L'affaire Merah et la violation du secret de l'instruction

Visant à protéger l'enquête et la présomption d'innocence des mis en cause,le secret de l'instruction est régulièrement enfreint.

Le secret de l'instruction,considéré comme une protection de l'enquête et de la présomption d'innocence des mis en cause,est régulièrement enfreint et sa suppression avait même été envisagée dans un rapport remis en 2009 à la précédente majorité.

Après la diffusion dimanche par TF1 d'extraits des enregistrements audio entre Mohamed Merah et les policiers lors du siège de son appartement,le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour violation du secret de l'instruction.

Une autre enquête avait été ouverte fin juin après une plainte de la famille d'une victime de Merah déplorant que les vidéos des tueries aient été visionnées notamment par des journalistes.

L'article 11 du code de procédure pénale précise que "la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète" et que "toute personne qui concourt à cette procédure est tenue au secret professionnel".

Cela concerne policiers,magistrats,greffiers, avocats,mais ni les prévenus ni les parties civiles.

La violation de cette règle est passible d'un an de prison et 15 000 euros d'amende (article 226-13 du code pénal).

Cette peine peut être portée à 5 ans de prison et 75 000 euros d'amende si les informations sont divulguées à "des personnes que l'on sait susceptibles d'être impliquées" dans l'affaire ou "dans le dessein d'entraver" l'enquête (art 434-7-2).

Journalistes poursuivis

Les journalistes peuvent être poursuivis pour "recel de violation du secret de l'instruction",mais les procédures aboutissent rarement,soulignent deux avocats spécialistes du droit de la presse,Richard Malka et Yves Baudelot.

"La jurisprudence,en particulier sous l'impulsion de la CEDH (Cour européenne des droits de l'homme), considère que le droit à l'information prime", souligne Me Malka.

Le terme de recel signifie la possession de documents,et non de simples informations par le journaliste,et il doit préalablement être établi qu'il y a bien eu violation du secret de l'instruction,précise Me Baudelot.

Il peut être établi qu'il y a eu violation du secret de l'instruction si la source est identifiée,ou s'il ne fait aucun doute que le média détient le document (s'il a reproduit une photocopie d'un P-V ou autre document d'instruction,ou en a cité de larges extraits).

"Savoir si la liberté d'informer prime se discute au cas par cas",ajoute Me Baudelot.

Le rapport Léger,remis en 2009 à la précédente majorité,avait préconisé la suppression du secret de l'instruction mais le maintien d'un secret professionel pour les magistrats dans le cadre d'une réforme de la procédure pénale,mais celle-ci a été de facto enterrée.


















yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mar 10 Juil - 12:50:40

Enregistrements de Mohamed Merah: ce que l'on a appris de nouveau

Les extraits des conversations tenues pendant le siège diffusés par TF1 et retranscrits par Le Monde donnent des informations inédites sur le parcours et les actes de l'auteur présumé des tueries de Toulouse et Montauban.



TF1 a diffusé,dimanche 8 juillet,dans son émission Sept à huit,des extraits des longues conversations qu’ont eues les policiers et Mohamed Merah pendant le siège de l’appartement de ce dernier les 21 et 22 mars à Toulouse.

Une diffusion qui a entraîné une vive réaction des familles des victimes du tueur,qui se sont dites «scandalisées»,tandis que le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a estimé qu’«aucune précaution n'a été prise pour respecter les familles des victimes» et s’est interrogé «sur les moyens par lesquels le diffuseur a pu se procurer le dit enregistrement».

Le présentateur de l’émission Harry Roselmack a répondu à la polémique en affirmant que «ce document a une forte valeur ajoutée» et «donne des informations,des confirmations».

Même argument chez Emmanuel Chain,le producteur de l’émission,qui parle de «document à forte valeur ajoutée»,ou Catherine Nayl,la directrice de l’information du groupe,qui a estimé que ses journalistes n’avaient fait que leur métier et que le document diffusé contenait «des informations très importantes»,des «informations nouvelles».

Les extraits sont à prendre avec précaution, d’abord parce que tout ce que Merah y affirme n’est pas forcément vrai.

Ensuite parce qu’ils ne rendent pas compte de l’intégralité des échanges et qu’il n’est pas à exclure que les documents aient été fournis par un membre de la police,d’où l’ouverture d’une enquête de l’Inspection générale de la police nationale (IGNP) pour violation du secret de l’instruction.

Mais les extraits choisis par TF1 contiennent plusieurs informations qui n’étaient pas disponibles au grand public avant cela,et que le document donne des détails inédits sur le déroulement des faits et le parcours de Merah,de même que l’article publié lundi par Le Monde,qui a également eu accès aux retranscriptions du même enregistrement.

Comment Merah s’est procuré de l’argent

Les extraits de TF1 répondent en partie à une question que beaucoup se posaient: comment Mohamed Merah a-t-il financé les préparatifs des tueries et le matériel utilisé pour les accomplir?

L’intéressé dévoile un passage jusqu’ici inconnu de son parcours.

Mohamed Merah: «Je sais plutôt bien conduire en voiture,et on me payait pour aller d’un point à un autre

Donc moi j’étais payé par des personnes du banditisme en les déplaçant à droite à gauche.

Et si je croise la police,mon travail c’était de les semer très rapidement et voilà.»

Le Monde apporte plus de détails sur cet épisode:

Mohamed Merah: «J’ai réussi à faire quelque chose qui m’a rapporté au moins,facile,un peu plus de 10.000 euros d’un coup.

ils ne connaissaient pas mon intention,pourquoi je faisais ça.»

D’autres attaques prévues

Mohamed Merah a commis trois attaques avant de se faire encercler dans son appartement,mais on savait qu’il avait planifié ou au moins fait des repérages en vue de commettre d’autres tueries,notamment Grande Rue Nazareth,devant l'école-collège Saint-Thomas d'Aquin.

Les enregistrements dévoilent d’autres cibles potentielles

Mohamed Merah: «J’avais plusieurs personnes dont je savais où ils habitaient.

Je comptais opérer chez eux,t’as vu.

Et à partir de là je savais que ça allait être vraiment chaud pour moi,qu’il y allait avoir des barrages,tout ça,et à ce moment-là,dès que j’aurais fait toutes ces opérations,j’aurais tout fait au culot,je serais entré dans les commissariats, j’aurais abattu le policier qui est à l’accueil, j’aurais abattu des gens dans la rue,des gendarmes qui circulent en voiture,aux feux rouges,j’aurais mis des guets-apens.

J’allais faire tout au hasard et sans aucune préparation.

Crois-moi que je t’avais ciblé Hassan [l'agent de la DCRI qui avait rencontré Merah à plusieurs reprises].

Allah a fait que ce n’est pas moi qui sera la cause de ta mort,peut-être que ce sera quelqu’un d’autre, peut-être que tu mourras d’une autre façon,t’as vu.

Mais mon but c’était de t’appeler,de te dire que j’avais le nom,tout ça,te le donner,te faire un travail pour que tu viennes à moi,et t’en aurais pris une en pleine tête.»

Le Monde rapporte un autre extrait,absent de l’émission de TF1,où Merah explique qu’il avait également «repéré une maison juive où il y avait beaucoup d’habitants dedans» et la «synagogue à Bagatelle»,une cité de Toulouse.

L’attaque improvisée contre le collège Ozar-Hatorah

On savait déjà que Merah n’avait pas réussi à tuer un autre militaire et qu’il avait alors improvisé son attaque contre le collègre juif Ozar-Hatorah, le 19 mars.

Un élément confirmé par l’enregistrement de TF1, mais avec une nuance: s'il n’avait pas prévu l’attaque pour ce jour-là,le collège était bien sur sa «liste».

Mohamed Merah: «J’étais en guet-apens,il le militaire qu’il voulait abattre devait sortir,je devais moi apparaître devant lui et le tuer à travers le pare-brise.

Mais il a ouvert le portail de la résidence de loin,ce qui a fait que quand il est arrivé près du portail,il n’a pas attendu,il est sorti directement.

C’est à ce moment là que j’ai raté ma cible.

Et à partir de là,j’ai repris le scooter et je suis passé comme ça,ce n’était pas prémédité,enfin si, je comptais le faire,t’as vu.

Mais le matin en me réveillant ce n’était pas mon objectif.

Je suis passé devant la synagogue…»

Ses liens avec al-Qaida et sa formation

Les différents voyages de Mohamed Merah et son entraînement au Pakistan étaient connus depuis le début de l'affaire ou presque.

Mais là encore,des détails inédits sont révélés par les documents de TF1.

Mohamed Merah: «On m’a proposé de faire les bombes,je n’ai pas voulu.

Je leur ai dit que voilà,les produits qu’il faut pour faire les bombes c’est surveillé en France, que je risquais de me faire arrêter avant même d’avoir quelque chose.

Après voilà moi je leur ai dit "entrainez-moi que avec les pistolets".

Y’a des Français,y’a des Chinois,y’a des Tadjiks, des Afghans,des Pakistanais,des Américains,des Allemands,des Espagnols.

Il y a de tout.

J’ai croisé toutes sortes de personnes.

J’ai mis environ une dizaine de jours pour trouver les frères.

Le temps que je les rejoigne,parce que quand je suis arrivé là-bas,je n’avais pas le droit de sortir,je suis resté dans une pièce,je devais attendre.

Ils ne savent pas qui je suis,d’où je sors,c’est pas n’importe qui qui rentre dans le groupe d’al-Qaida,j’ai gagné leur confiance,j’ai acheté mon arme,je me suis équipé,et j’ai toutes sortes de frères qui sont venus,des frères qui s’occupent de renvoyer des frères dans d’autres pays.

On m’a proposé des attaques en Amérique,au Canada, etc.

et moi je leur ai dit que comme j’étais Français, c’est plus facile pour moi et plus simple d’attaquer la France.»

L’agent de la DCRI: «Ils t’avaient demandé de tuer des personnes,de cibler des personnes en France?

C’est quoi,des personnes en particulier,connues,des institutions,c’est quoi?»

Mohamed Merah: «Ouais c’était des personnes connues,c’était des personnes importantes,tuer certains diplomates,certaines personnes tout ça, t’as vu.

Comme l’ambassadeur de l’Inde,ou l’ambassadrice,je sais plus si c’était une femme parce qu’à un moment on m’a parlé d’une femme.

Certains ambassadeurs,certains journalistes je crois,pas des journalistes,des chefs de presse de certains pays t’as vu.

Voilà,des personnes comme ça.»

Les négociations pour obtenir sa reddition

Catherine Nayl souligne,pour justifier la diffusion des extraits par sa chaîne,qu’ils prouvent que «jusqu'au bout du raid,les négociateurs ont essayé d'arrêter Mohamed Merah,et de l'arrêter vivant».

Après le raid des policiers,une polémique était effectivement née autour de la durée du siège (32 heures) et de l’incapacité des policiers à capturer Merah vivant.

Les documents de TF1 révèlent les efforts de l’agent de la DCRI qui l’avait interrogé quelques mois plus tôt pour tenter de l’amener à une reddition pacifique.

Mohamed Merah: «Je sais ce qui va se passer, je sais comment vous opérez pour intervenir,je sais que vous risquez de m’abattre,c’est un risque que je prends.

Donc voilà,sachez qu’en face de vous,vous avez un homme qui n’a pas peur de la mort.

Moi la mort,je l’aime comme vous aimez la vie.»

L’agent de la DCRI: «Maintenant qu’est-ce que tu veux faire?»

Mohammed Merah: «J’ai envie de me rendre mais il y aura rien,c’est flou.»

L’agent de la DCRI: «Pourquoi c’est flou?

Il y aura rien.

Tu sais,regarde,on a été réglos.

Ils sont venus me chercher,je suis venu pour toi

Tu sais que l’autre fois on s’est rencontrés,on a tissé des liens.

Ici il n’y a que des professionnels,quand ils apportent leur promesse,ils la tiennent.»

Mohamed Merah: «Je connais le système français,je sais ce que je risque.

Je vais prendre la peine maximale,trente ans de réclusion criminelle avec sûrement vingt-deux ans de sûreté.

Voilà,je peux me dire aussi que j’ai rien à perdre.

Si je me rends,ça aura servi à quoi tout ce que j’ai fait?»

L’agent de la DCRI: «Pour moi la seconde solution est la meilleure hein.

Que tu te rendes comme ça au moins qu’on puisse en parler,et voilà.»

Comment il a trompé les renseignements français

La nature exacte de la relation entre Mohamed Merah et les services de renseignements français faisait l’objet de nombreuses interrogations.

Certains ont même émis l’hypothèse selon laquelle il aurait ait servi d’informateur de la DGSE qui l’aurait fait rentrer en Israël.

Début juin,l’avocate algérienne du père de Merah affirmait détenir deux vidéos prouvant cette hypothèse.

Les enregistrements ne mettent pas totalement fin à cette théorie,mais ils apportent plusieurs éléments sur la relation entre Merah et le renseignement français.

Les extraits diffusés par TF1 montrent Merah expliquant comment il a volontairement trompé les policiers en adoptant un style «fashion»,et s’étonnant que ses voyages n’aient pas plus attiré leurs soupçons.

Mohamed Merah: «Tu crois que je vais faire du tourisme au Pakistan et en Afghanistan?

Qui t’as vu faire du tourisme dans ces pays-là?»


L’agent de la DCRI: «Toi tu me l’as dit.»

Mohamed Merah: «"Al harbe khoudaa",tu sais ce que ça veut dire?

Ca veut dire la guerre est une ruse.

J’ai fait plusieurs pays afin de trouver les frères.

Quand je les ai trouvés,c’est quand j’ai été au Pakistan.

Quand tu m’avais convoqué,quand j’étais dans vos bureaux,j’étais en contact avec eux,je les avais trouvés et tout.

Ca je crois que c’est l’une des plus grandes erreurs de ta carrière.»

Oui je vais en boîte,je m’habillais d’une certaine façon qui montre que j’ai pas le profil de quelqu’un qui fait partie d’al-Qaida.

J’avais fait une vraie coupe fashion,t’as vu, j’avais fait la crête,les cheveux longs,en arrière, dégradé espagnol sur le côté,tribal.

J’avais fait tout ça,j’avais fait blond,ça fait partie de la ruse tu vois.»

Les retranscriptions diffusées par Le Monde montrent Mohamed Merah se moquant des policiers et de leur incapacité à prévenir ses attaques.

Mohamed Merah: «Je me suis même fait arrêter par les juifs en Israël,par les militaires irakiens à Mossoul,par les soldats algériens dans les montagnes de Boumerdès ou des montagnes collées à la région de la Kabylie où il y a tous les frères qui opèrent.

Je me suis fait arrêter en Afghanistan.

Vous vous êtes complètement loupés parce que j’ai pu faire trois attaques,tuer plus de sept personnes et en blesser plusieurs.

Si vous auriez été un peu plus malins,vous auriez appelé des cyber-policiers.

C’est pour ça j’ai vite trouvé des armes et vite attaqué.»

L’agent de la DCRI lui-même avoue à Merah qu’il n’a rien vu venir dans les extraits publiés par Le Monde.

L’agent de la DCRI: «On reprend la discussion qu’on a eue en novembre,et là bon,sur de bonnes bases quoi,avec un peu de sincérité.

Parce que bon,tu m’as bien roulé dans la farine, hein,avoue-le.

T’as été bon sur ce coup-là.

On va se faire engueuler.

On savait pas grand-chose de toi

On se connait depuis un petit moment quand-même.

Peut-être que tu t’es foutu de ma gueule au mois de novembre,quand on s’est reçu.»

Mohamed Merah: «Ecoute t’es mon ennemi tu vois?

On combat face à face,tu vois,calibre à la main.»















slate



_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mar 10 Juil - 17:22:49

Un frère de Merah accuse sa famille d'être à l'origine de sa radicalisation

Abdelghani Merah,l'aîné de la fratrie,estime que sa famille,notamment son frère Abdelkader,est la "source principale" du radicalisme du tueur de Toulouse.

"La source principale du radicalisme de Mohamed Merah,c'est la famille".

Dans une vidéo mise en ligne sur le site Internet du magazine Le Point,Abdelghani Merah,35 ans,se montre très critique envers sa famille pour expliquer les raisons qui ont conduit son frère à commettre des actes terroristes au nom de l'islam.

L'aîné de la fratrie,qui s'exprimait lors d'une rencontre avec le président du Conseil représentatif des institutions juives de France Richard Prasquier,cible notamment une personne : son autre frère Abdelkader.

"Mohamed est un martyr,pas de la religion mais de Kader: diminutif d'Abdelkader),insiste-t-il.

Unique suspect mis en examen notamment pour complicité d'assassinats et écroué,Abdelkader,29 ans,"a une grosse responsabilité",estime Abdelghani.

Selon Abdelghani,Mohamed "a mis les deux pieds dedans après son premier voyage au Pakistan".

"Après qu'il a eu le courage de passer à l'acte, pas le courage mais la folie plutôt,il a été victime de ces gens qui sont en train de mettre la haine entre juifs et les arabes",conclut Abdelghani Merah.



















tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mer 11 Juil - 15:29:40

Merah : une information judiciaire ouverte contre X

Cette procédure survient après la diffusion sur TF1 d'enregistrements audio effectués pendant l'assaut de l'appartement du "tueur au scooter".



Le parquet de Paris a ouvert mercredi 11 juillet une information judiciaire contre X,notamment pour "violation du secret de l'instruction",après la diffusion par TF1 d'enregistrements audio entre Mohamed Merah et les policiers,a révélé une source judiciaire.

L'instruction portera également sur les qualifications de "violation du secret professionnel" et recel,a précisé la source.

Le parquet avait ouvert dans un premier temps, dimanche,une enquête préliminaire après la diffusion de ces enregistrements avant d'ouvrir une information judiciaire,cadre procédural jugé plus approprié avec la désignation d'un juge d'instruction.

L'Inspection générale de la police nationale (IGPN),la "police des polices" chargée de l'enquête,avait tenté sans succès lundi de récupérer auprès de la société de production Éléphant et Cie les enregistrements audio dans le cadre d'une demande de remise volontaire.

La société avait refusé de les lui donner.

TF1 détient une bande de 4h30 d'enregistrements

La diffusion par TF1 des extraits de discussions entre le "tueur au scooter" et la police qui l'assiégeait a suscité la colère des familles des victimes.

La chaîne s'est justifiée en mettant en avant leur caractère informatif.

TF1 a diffusé pour la première fois,dans son émission Sept à Huit,une partie des enregistrements audio où l'on entend le "tueur au scooter" dialoguer avec des policiers les 21 et 22 mars et expliquer d'un ton posé,calme,ses crimes comme ses projets criminels à venir.

La chaîne a affirmé disposer d'une bande de quatre heures et demie d'enregistrements. Le siège avait duré 32 heures et s'était terminé par la mort de Mohamed Merah.













le nouvel observateur

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Jeu 12 Juil - 17:14:16

Le frère aîné de Merah : "Je hais l'antisémitisme"

Dans un entretien croisé avec le président du Crif publié dans Le Point,Abdelghani Merah,l'aîné de la fratrie,marié à une petite-fille de déportée, raconte comment il se bat contre l'antisémitisme depuis de nombreuses années.

Il y a quelques jours,dans une interview publiée sur le site internet du magazine Le Point, Abdelghani Merah avait accusé sa propre famille,et notamment son frère Abdelkader,d'être à l'origine de la radicalisation de Mohamed Merah (lire notre article : "Un frère de Merah accuse sa famille d'être à l'origine de sa radicalisation").

Dans la suite de cet entretien,qui a eu lieu sous forme de dialogue avec Richard Prasquier,le président du Crif,Abdelghani Merah raconte Abdelkader mis en examen pour complicité des crimes de Mohamed,"profondément antisémite",avait essayé de le poignarder en 2003.

"Tout ça parce que j'assumais les origines juives de ma femme petite-fille de déportée.

Cela fait dix-huit ans que je me bats contre l'antisémitisme,pour monter qu'il n'y a aucune différence entre nous",explique Abdelghani.

"Dans cette tragédie,vous êtes un espoir.

Vos déclarations montrent qu'il n'y a pas de fatalité du mal",lui répond Richard Prasquier.

"Encadrer les imams"

Le président du Crif se dit convaincu que l'antisémitisme "est le fait d'une minorité,mais que cela ne rassure pas pour autant.

Dans toute l'histoire du siècle précédent,ce sont des minorités idéologiques qui ont été porteuses des idées les plus meurtrières,à l'exemple du nazisme".

Abdelghani Merah,qui se dit également "beaucoup touché" par la souffrance des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale,estime qu"'il faudrait encadrer la parole des imams qui,en réalité n'en sont pas vraiment : ils vont dans les quartiers et prêchent la haine de tout ce qui n'est pas musulman".


















tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Jeu 12 Juil - 20:31:36

L'avocate algérienne de Merah temporise

L'avocate algérienne du père de Mohamed Merah, auteur de sept meurtres en France,a déclaré aujourd'hui à Alger qu'elle ne remettrait pas "pour le moment" à la justice française des vidéos en sa possession qui auraient été tournées par le tueur durant son siège par le Raid.

"Je vais mettre les vidéos de côté pour le moment et les remettrai en temps opportun.

Nous avons suffisamment d'éléments dans le dossier et nous en remettrons de nouveaux à la justice française lors de mon déplacement en France ce soir",a déclaré Me Zahia Mokhtari.
















le figaro

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Ven 13 Juil - 2:20:29

Nouvelle reculade de l'avocate du père de Merah



Zahia Mokhtari,l'avocate algérienne du père de Mohamed Merah,le 11 juin à Paris.

Malgré ses promesses,Me Mokhtari ne veut plus remettre de vidéos à la justice française.

Nouveau rebondissement dans l'affaire Merah.

Me Zahia Mokhtari,l'avocate algérienne du père de tueur de Toulouse,ne remettra pas à la justice française,comme elle l'avait pourtant annoncé,les deux vidéos de 20 minutes dont elle prétend être en possession,ces mystérieux documents prouvant,selon elle,que le «tueur au scooter» était manipulé.

«Nous avons pris cette décision suite à la diffusion par TF1 des enregistrements des négociations entre la police et Mohamed Merah.

Nous respectons les déclarations du ministre français de l'Intérieur Manuel Valls selon lequel il est important de préserver les familles des victimes,a argumenté l'avocate lors d'une conférence de presse donnée cet après-midi à Alger.

Les vidéos que nous avons peuvent heurter la sensibilité de la famille Merah et les familles des victimes,mais aussi les Algériens et les musulmans.

C'est la raison pour laquelle nous avons décidé de mettre temporairement ces vidéos de côté.»

L'avocate a reconnu par ailleurs que d'un point de vue juridique,ces vidéos ne sont pas des preuves suffisamment solides.

«Notre seul objectif est d'aider la justice à faire la lumière sur cette affaire.

Nous avons d'autres preuves montrant que Mohamed Merah a été assassiné dans un cadre illégal»,a-t-elle ajouté sans vouloir en dire plus sur ces preuves mais en se demandant pourquoi «le parquet de Paris n'a pas demandé à les voir».

Me Zahia Mokhtari a aussi avancé que la remise des vidéos,dont la traduction avait déjà été donnée par un journal arabophone algérien,n'était pas souhaitable maintenant.

«Cela ne ferait que compliquer les relations avec la France et nous ne voulons pas de cela.

Car nous avons remarqué que l'affaire avait été politisée.»

«Une cerise sur le gâteau»

Ce revirement survient après le tollé provoqué par la diffusion sur TF1 d'enregistrements audio où l'on entend Mohamed Merah expliquer ses crimes d'un ton posé lors d'une discussion avec les policiers durant le siège.

«Nous ne voulons pas que la justice décide de mettre de côté ces vidéos sachant qu'elles sont en contradiction avec ce qui a été diffusé par la chaîne française»,a expliqué l'avocate,en précisant que la défense les garderait pour plus tard «comme une cerise sur le gâteau».

Selon une transcription des vidéos qu'aurait enregistrées Mohamed Merah,transcription publiée le 12 juin par un journal algérien,le tueur de Toulouse aurait affirmé avoir découvert durant le siège de son appartement qu'un homme qu'il croyait être son ami était en réalité un agent des services français qui l'aurait manipulé…

Mohamed Merah a été tué le 22 mars par le Raid, lors de l'assaut de son appartement,après avoir abattu entre le 11 et le 19 mars trois militaires d'origine maghrébine et quatre personnes de confession juive,dont trois enfants.

La justice française a décidé d'ouvrir une enquête judiciaire pour violation du secret de l'instruction après la diffusion par TF1d'enregistrements audio.

L'Inspection générale de la police nationale (IGPN),la police des polices,a été chargée de mener une enquête administrative.















le figaro

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Dim 15 Juil - 16:49:41



Affaire Merah: les familles des victimes déplorent de n'avoir pas été conviées au défilé

Les familles des trois militaires tués par Mohamed Merah à Toulouse et Montauban les 11 et 15 mars déplorent ne pas avoir été conviées au défilé du 14 juillet,soulignant que leurs enfants avaient été "assassinés par un terroriste sur le sol français",a indiqué l'un d'eux dimanche dans un communiqué.

"Nous ne comprenons pas pourquoi le gouvernement ne nous a pas conviés au défilé du 14 juillet,au même titre que les autres familles endeuillées par la perte de leurs proches qui étaient présentes", indique ce communiqué adressé à l'AFP par Albert Chennouf,père d'Abel Chennouf,un des deux militaires tués le 15 mars à Montauban.

M. Chennouf assure que la famille de l'autre victime du 17e Régiment de génie parachutiste tuée à Montauban,Mohamed Legouade,et celle du militaire tué quatre jours plus tôt à Toulouse,Imad Ibn Ziaten,sont solidaires de sa démarche.

L'avocate d'un quatrième militaire grièvement blessé à Montauban,Loïc Liber,désormais tétraplégique,n'a pu être jointe,a-t-il précisé.

"Y a-t-il alors une différence entre nos enfants assassinés par un terroriste sur le sol français et des soldats morts sur le sol afghan ?",demandent les auteurs.

Les familles on "senti un traitement de deux poids deux mesures",ajoutent-ils.

M. Chennouf a regretté à plusieurs reprises que les militaires victimes de Merah "ne soient pas considérés comme morts pour la France mais morts en service,alors qu'ils étaient visés parce qu'ils représentaient la République".

La famille d'Imad Ibn Ziaten a demandé que le maréchal des logis-chef du 1er Régiment du train parachutiste (RTP) reçoive la Légion d'honneur à titre posthume et soit reconnu comme "victime de guerre".

"Nous déplorons vivement cette amnésie,cette disparité nous touche et on s'interroge surtout lors de cette journée chargée d'émotion et de symbole d'unité national" conclut le communiqué des familles.

"Nous souffrons du matin au soir,nous nous sentons oubliés,mis à l'écart" a déclaré M. Chennouf dimanche en commentant son initiative.

Le tueur au scooter Mohamed Merah avait tué trois enfants et un enseignant juifs dans une école de Toulouse le 19 mars,après avoir abattu trois parachutistes à Toulouse et à Montauban les jours précédents.

Il s'en était suivi un siège de 32 heures de son appartement par le Raid,au cours duquel Mohammed Merah avait été tué le 22 mars.

















yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Dim 15 Juil - 22:43:07

14 juillet : l'amertume des proches des militaires tués par Merah

Le père d'un des militaires tués par Mohamed Merah déplore,au nom des familles, qu'aucun des proches n'ait été invité au défilé du 14 juillet à Paris.



Les échanges entre Mohammed Merah et les policers du Raid nous permettent d'en savoir un peu plus sur la personnalité de ce jeune tueur de 25 ans,mais aussi sur son itinéraire.

"Nous souffrons du matin au soir,nous nous sentons oubliés,mis à l'écart" a déclaré Albert Chennouf dimanche,en commentant son initiative.

Se faisant le porte-parole des familles des trois militaires tués par Mohamed Merah à Toulouse et Montauban les 11 et 15 mars,ce père de l'une des victimes a lancé un appel au gouvernement.

Par le biais d'un communiqué,il a déploré le fait qu'aucun des proches n'ait été invité au défilé du 14 juillet à Paris.

"Nous ne comprenons pas pourquoi le gouvernement ne nous a pas conviés au défilé du 14 juillet,au même titre que les autres familles endeuillées par la perte de leurs proches qui étaient présentes", indique ce communiqué signé d'Albert Chennouf,père d'Abel Chennouf,un des deux militaires tués le 15 mars à Montauban.

Il assure que la famille de l'autre victime du 17e Régiment de génie parachutiste tuée à Montauban, Mohamed Legouade,et celle du militaire tué quatre jours plus tôt à Toulouse,Imad Ibn Ziaten,sont solidaires de sa démarche.

L'avocate d'un quatrième militaire grièvement blessé à Montauban,Loïc Liber,désormais tétraplégique,n'a pu être jointe,a-t-il précisé.

"Deux poids deux mesures"

"Y a-t-il alors une différence entre nos enfants assassinés par un terroriste sur le sol français et des soldats morts sur le sol afghan ?",demandent les auteurs.

Les familles on "senti un traitement de deux poids deux mesures",ajoutent-ils.

Albert Chennouf a regretté à plusieurs reprises que les militaires victimes de Merah "ne soient pas considérés comme morts pour la France mais morts en service,alors qu'ils étaient visés parce qu'ils représentaient la République".

La famille d'Imad Ibn Ziaten a demandé que le maréchal des logis-chef du 1er Régiment du train parachutiste (RTP) reçoive la Légion d'honneur à titre posthume et soit reconnu comme "victime de guerre".

"Nous déplorons vivement cette amnésie,cette disparité nous touche et on s'interroge surtout lors de cette journée chargée d'émotion et de symbole d'unité national" conclut le communiqué des familles.

Le tueur au scooter Mohamed Merah avait tué trois enfants et un enseignant juifs dans une école de Toulouse le 19 mars,après avoir abattu trois parachutistes à Toulouse et à Montauban les jours précédents.

Il s'en était suivi un siège de 32 heures de son appartement par le Raid,au cours duquel Mohammed Merah avait été tué le 22 mars.

















tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mar 17 Juil - 2:38:44

Dans ses "choix de victimes",Merah poursuivait "un but précis"

Mohamed Merah expliquait poursuivre "un but précis" dans le choix de ses victimes,selon ses conversations avec la police lors du siège de son appartement les 21 et 22 mars,échanges dont Libération publie 173 pages mardi sur son site internet.

Dans son édition papier,le quotidien explique avoir eu accès aux retranscriptions de quatre heures de ces conversations,qui s'étalent entre 07H34 et 22H44 le mercredi 21 mars,et dont il a expurgé les "passages les plus abjects".

TF1 avait déjà diffusé le 8 juillet les enregistrements des principaux passages de ces conversations.

"J'avais un but précis.

Dans mes choix de victimes",affirme le tueur à son interlocuteur de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

"J'aurais jamais tué des enfants si vous aurez pas tué nos enfants",poursuit-il.

"Je tue les militaires en France parce qu'en Afghanistan,ils tuent mes frères.

Je tue des juifs en France,parce que ces mêmes juifs-là euh tuent des innocents en Palestine", poursuit Merah.

"Si j'aurais tué des civils (sic),la population française aurait dit que,heu voilà,c'est un fou d'Al-Qaïda,c'est juste un terroriste."

Quand son interlocuteur le pousse à se confier, Merah,avoue que son premier meurtre,celui d'un parachutiste commis le 11 mars à Toulouse, fut "éprouvant".

Mais il dit avoir eu le "coeur apaisé" après la deuxième tuerie le 15 mars à Montauban où il a abattu deux autres militaires et en a très grièvement blessé un troisième.

"Et,comme il était apaisé,je voulais refaire ça à chaque fois et de récidiver dans mes opérations,je me sentais de mieux en mieux",poursuit-il.

Mohamed Merah abattra encore trois élèves et un père de famille le 19 mars dans une école juive de Toulouse,avant d'être tué par la police le 22 mars à l'issue du siège de son domicile.

Arrêté à plusieurs reprises

Merah date par ailleurs sa conversion à l'islam au 18 février 2008.

Il purgeait alors une peine de 18 mois de prison quand il est extrait de sa cellule par les gendarmes pour une autre affaire.

"C'est là que j'ai invoqué Allah en arrivant à la gendarmerie,je lui ai demandé de m'aider.

J'ai vu que les gendarmes étaient à côté de leurs pompes

Ça a été une preuve d'Allah",dit-il.

"Depuis ce jour-là,le 18 février 2008,je me suis converti sérieusement à la religion et j'ai toujours été assidu dans mes prières",affirme le tueur.

Libéré fin 2009,il part en mai 2010 en Algérie pour tenter de rejoindre des moudjahidine,mais "c'était vraiment difficile de les trouver à cause des intrusions qu'il y a eues dans le groupe."

Il dit avoir eu ensuite le projet de s'engager "à la Légion étrangère pour aller en Afghanistan et retourner mon arme contre les légionnaires et rejoindre les talibans."

Incapable de faire aboutir ce projet,il part ensuite en Syrie "pour trouver directement mes frères",et passe ensuite au Liban,en Turquie.

"Bon,je sais que c'est pas là-bas qu'il faut chercher,mais comme ça j'ai plein de visas dans mon passeport et si je me fais serrer,eh ben je serai crédible en disant que je suis un touriste", explique-t-il.

Il dit avoir été arrêté "par les soldats algériens en plein maquis","par les soldats américains à Kandahar en Afghanistan",puis "à Mossoul".

Il dit s'être également rendu en Palestine,au Tadjikistan.

De retour en France,il demande un visa pour le Pakistan.

"Ils m'ont donné le visa et à partir de là ça a été très,très,très,très,très,très facile pour les trouver",poursuit-il,en indiquant avoir "rejoint les frères dans le Waziristan,dans les zones tribales,à Miran Shah",où il reçoit un entraînement aux armes.

















yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mar 17 Juil - 15:50:17

Merah : enquête après la publication de retranscriptions de conversations

Cette enquête préliminaire a été ouverte mardi après la publication sur le site de Libération de 173 pages de retranscriptions des conversations entre le "tueur au scooter" et un agent de la DCRI.



Mohamed Merah à 18 ans.

Le parquet de Paris a ouvert mardi une enquête préliminaire,notamment pour violation du secret de l'instruction et recel,après la publication par libération.fr,de retranscriptions de conversations entre Mohamed Merah et la police.

Cette enquête,confiée à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP),a aussi été ouverte pour violation du secret professionnel et recel de ce délit et au vu de l'article 38 de la loi de 1881 sur la liberté de la presse,qui interdit la publication d'actes de procédure.

La colère des familles des victimes

Le site internet de Libération a publié mardi 173 pages de retranscriptions des conversations entre le "tueur au scooter" et un agent de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), enregistrées le 21 mars lors du siège de l'appartement toulousain de Merah.

TF1 avait déjà diffusé le 8 juillet les enregistrements audio des principaux passages de ces échanges.

Le parquet de Paris a ouvert mercredi dernier une information judiciaire contre X,notamment pour "violation du secret de l'instruction","violation du secret professionnel" et recel.

L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) est chargée de cette instruction.

La diffusion par TF1 des extraits de discussions entre le "tueur au scooter" et la police qui l'assiégeait a suscité la colère des familles des victimes,la chaîne se justifiant en mettant en avant leur valeur informative.

Après avoir abattu trois militaires les 11 et 15 mars à Toulouse et Montauban,Mohamed Merah a tué trois élèves et un père de famille le 19 mars dans une école juive de Toulouse.

Il a été abattu par la police le 22 mars à l'issue du siège de son domicile.

















tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mar 17 Juil - 19:59:55

Affaire Merah : le secret-défense bientôt levé ?

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a transmis mardi des documents policiers sur Mohamed Merah à la commission du secret de la Défense nationale.

Cette dernière doit lui donner un avis sur leur éventuelle déclassification.




Le document diffusé dans Sept à huit a entraîné de vives critiques notamment celles des proches des victimes de Mohamed Merah.

Le parquet de paris a lancé une enquête préliminaire pour violation du secret de l'instruction.


Objectif : faire "toute la lumière" sur le dossier Merah.

Le ministre de l'Intérieur a transmis mardi à la Commission consultative du secret de la défense nationale les documents classifiés concernant l'affaire du "tueur au scooter" en vue de la levée du secret-défense.

Manuel Valls avait promis le 12 juillet devant la commission des lois de l'Assemblée nationale de faire en sorte que ces documents puissent être transmis aux juges concernés.

Ces documents secret-défense sont notamment susceptibles d'éclairer les liens entre la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et Mohamed Merah,avant que ce dernier ne tue sept personnes en mars à Toulouse et Montauban.

La Commission consultative du secret de la défense nationale donne un avis sur la déclassification et il est d'usage que le gouvernement suive ses conclusions.

"C'est à la justice et à elle seule qu'il revient d'établir les faits,de déterminer les enchaînements et de répondre aux questions des victimes ou de leurs familles",avait expliqué le ministre,qui a lancé une enquête interne à son arrivée place Beauvau.

Les enregistrements publiés dans Libé

L'ancien patron de la DCRI Bernard Squarcini, limogé par le nouveau pouvoir de gauche,a nié que Mohamed Merah ait été un indicateur de son service.

Depuis,les familles des victimes et Manuel Valls se sont dits choqués par la diffusion,par TF1, d'enregistrements de conversations entre Mohamed Merah et des policiers lors du siège de son domicile,qui s'est achevé par la mort du jeune homme.

L'intégralité de ces enregistrements,qui représentent 200 pages,a été également publiée mardi par le Libération.

Le quotidien estime que ces documents révèlent l'amateurisme des services de renseignement.

"Une évaluation sereine et sérieuse du renseignement français devient urgente",écrit-il.

Le parquet de Paris a ouvert mercredi dernier une information judiciaire contre X,notamment pour "violation du secret de l'instruction","violation du secret professionnel" et recel.

L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) est chargée de cette instruction.

Un avocat des parties civiles a estimé que ces documents avaient pu être diffusés par des policiers voulant démontrer que les relations entre Mohamed Merah et la DCRI n'avaient rien de trouble.

Dans les enregistrements,les propos de l'officier traitant du jeune "djihadiste" laisse penser que Mohamed Merah a réussi a berner la DCRI sur le but de ses voyages au Pakistan et en Afghanistan, notamment.












tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Lun 30 Juil - 11:39:31

Affaire Merah: au coeur de la négociation de crise

Les transcriptions des plus de quatre heures d'échanges entre l'auteur des tueries de Toulouse et de Montauban et ses deux interlocuteurs donnent un aperçu inédit du travail des négociateurs de crise et des techniques qu'ils utilisent.

«Un négociateur qu’est-ce qu’il fait?

Il négocie,il trouve une solution jusqu’à que le forcené se rende ou trouve une solution.

Vrai ou faux?»

Voilà le métier de négociateur de la police résumé en quelques mots,qui auraient pu être ceux d’un formateur des forces d’élite pendant un cours de négociation de crise.

Ils ont été prononcés par Mohamed Merah,l’auteur des tueries de Toulouse et de Montauban,au cours des longues heures de discussion qu’il a eues avec deux membres de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et du Raid (l'unité d'intervention d'élite de la police) qui ont tenté, sans succès,d’obtenir sa reddition,alors que le jeune homme était encerclé dans son appartement,le 21 mars 2012.

La publication par Libération de la quasi-totalité de ces échanges (un document de 65.000 mots) offre justement un aperçu inédit du travail habituellement entouré de secret de ces négociateurs que le grand public a plutôt l’habitude de voir dans les films hollywoodiens.

Des techniques développées depuis 40 ans

Les forces de police américaines ont commencé à travailler à la mise au point de techniques standardisées de négociation dans les années 1970 après l’assassinat des athlètes israéliens aux JO de Munich en 1972 un évènement qui est à l’origine de nombreux développements dans le domaine de l’intervention de crise à travers le monde,et notamment de la création du Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) en France.

L’objectif était de donner aux policiers les meilleures chances de mettre fin à des situations de prises d’otages de manière pacifique et en évitant la perte de vies humaines.

Les experts du FBI de l’académie de Quantico se sont rapidement rendu compte que 90% des incidents étaient en fait des situations de crise sans otages [PDF],et ont adapté leurs techniques pour pouvoir répondre à un éventail de situations plus large impliquant des suspects barricadés,des menaces de suicide, des disputes conjugales qui tournent mal etc.

En France,il a fallu attendre la fin des années 1980 pour voir les unités d’élites commencer à intégrer cet aspect dans leur formation,avec d’abord des stages dans les unités d’élite étrangères qui utilisaient les techniques de négociation comme l’Escadron spécial d’intervention (ESI) belge ou le FBI.

La formation du GIGN

Mais cela ne veut pas dire que la psychologie était absente du travail des forces d’intervention françaises.

«La négociation a toujours été présente de manière intuitive et instinctive dans les interventions du GIGN,explique un négociateur en activité de cette unité de la gendarmerie.

Avant,celui qui le sentait prenait la parole.»

Que ce soit au Raid ou au GIGN,les premières formations «en interne» datent du milieu des années 1990,et s’inspirent en grande partie des techniques développées dans les pays anglo-saxons,basées sur la négociation commerciale et la psychologie et enrichies en permanence par les retours d’expérience.

Aujourd’hui,le GIGN dispose d’une cellule nationale de négociation qui compte trois négociateurs permanents et une douzaine de négociateurs répartis dans ses sections opérationnelles.

La cellule coordonne également un réseau de 180 négociateurs régionaux,des gendarmes «ordinaires» qui ont choisi de suivre une formation spécifique d’une semaine et qui mettent à profit cette compétence au quotidien dans des locales et moins sensibles.

Comme toute formation professionnelle reconnue par l’Etat,elle a sa fiche descriptive.

Les compétences acquises?

«Analyser les personnalités psychologiquement et physiquement» et «faire cesser la crise en préservant les vies humaines».

Mais comme le montrent les échanges avec Mohamed Merah,connaître la théorie et la mettre en pratique en temps réel avec le poids de la pression sont deux choses bien différentes.

Etablir le contact

Pas de négociation sans moyen de communication: il faut d’abord établir le contact avec le sujet.

Pour ce faire,le Raid a jeté sur le balcon de Merah un talkie-walkie en échange d’un Colt 45 utilisé lors des attaques du terroriste.

Un moyen de communication classique dans de telles circonstances,utilisé notamment quand il est impossible de se servir des lignes téléphoniques existantes,et qui permet à «plusieurs personnes d’écouter en même temps» les échanges souligne Robert Paturel,ancien négociateur et instructeur au Raid pendant 20 ans.

Merah,qui est obligé de sortir au moins à deux reprises sur son balcon pour récupérer un talkie-walkie ou une nouvelle batterie,ne semble pas satisfait de ce mode de communisation:

«Franchement,au lieu d’envoyer des talkie-walkie à chaque fois là,pourquoi vous envoyez pas un téléphone mlkjh bloqué à une certaine ligne ou un téléphone qui a pas de crédit de communication?»

Réponse pas franchement convaincante du négociateur de la DRCI:

«On n’a pas eu l’occasion d’en trouver et bon là pour l’instant le,le canal passe bien,ben on continue comme ça.

Attends en plus ça coûte cher un téléphone,faut en trouver un,faut trouver la puce et tout,faut le recharger.

Et puis c’est pas bon pour les oreilles,c’est pas bon pour les oreilles.

Moi je te jure,à force de téléphoner j’ai mal au, j’ai mal à la tête en fin de journée.»

Créer un lien

Une fois le contact établi et avant même de rentrer dans le vif du sujet avec le suspect,il faut créer un lien avec la personne encerclée en passant quand c’est possible par «les yeux,le cœur et la voix», explique Robert Paturel.

La manière de communiquer avec la personne a une importance primordiale.

«Le ton de voix du négociateur et son intonation sont au moins aussi importants que le contenu de la communication»,explique Gregory M. Vecchi, formateur en négociation de crise du FBI,dans un document académique.

«Il y a des gens qui possèdent des qualités intrinsèques et un physique qui facilitent les négociations,une bonne gueule,une voix,etc», confirme Robert Paturel,même si dans la grande majorité des situations,les négociateurs n’ont pas leur interlocuteur en face d’eux.

L’écoute active

Toute personne dans une situation de crise a un besoin d’être entendue et comprise.

En partant de ce constat,le but du négociateur est de montrer à son interlocuteur qu’il est à l’écoute: c’est «l’écoute active»,le principe de base de la négociation de crise.

Les deux policiers répètent à 10 reprises «je comprends» au fil de leurs discussions avec Merah, et celui du Raid,qui semble connaître par cœur toute la théorie de la négociation,devine:

«On comprend que tu veuilles parler,que t’aies besoin de parler parce que je pense que ça fait un certain moment que t’es tout seul hein».

Les policiers ont d’autres techniques,plus subtiles,pour faire comprendre qu’ils écoutent attentivement.

Répéter les propos de la personne,ou mieux encore les paraphraser,en font partie.

Essayer de mettre des mots sur ce que ressent l’interlocuteur tend à désamorcer les émotions trop vives,ennemies jurées du négociateur.

«Un sujet en crise a du mal à verbaliser ce qu’il ressent,il pousse parfois des cris incompréhensibles,confirme Robert Paturel.

Le fait de répéter ce qu’il vient de dire en utilisant d’autres termes lui montre qu’on a bien compris.»

Le négociateur du Raid applique encore une fois la théorie à la lettre.

Quand Merah lui explique au début des échanges qu’il ne compte pas se rendre tout de suite («A quoi ça sert que je me rende de suite alors que ça fait à peine cinq minutes que je parle avec vous?

T’attends pas à ce que je me rende dans 5 minutes ou une demi-heure»),il tente de reformuler sa position:

«Je comprends ce que tu veux me dire,en gros tu veux me dire que c’est toi,c’est ta décision et ta décision pleine et entière,c’est bien ça?»

Différence de métier

Pour chaque situation de crise,les unités d’élite mettent en place une stratégie de négociation en prenant en compte de nombreux facteurs.

Si on ne connaît pas dans les détails celle décidée par le Raid lors de son opération à Toulouse,on saisit tout de même bien tout au long des échanges une différence d’approche entre les deux policiers, sans doute liée à leurs métiers respectifs.

Le membre de la DCRI,dont le travail habituel est par définition la recherche de renseignements, conduit ses échanges à la manière d’un interrogatoire pour soutirer un maximum d’informations à Merah,sans utiliser autant les techniques qui figurent dans les manuels de négociation que son collègue du Raid,négociateur de métier qui appartient à une unité spécialisée dans ce type de situations sous haute tension.

L’homme de la DCRI,qui avait déjà interrogé Merah en novembre 2011 quand celui-ci rentrait de ses voyages,tente tout de même d’établir un lien avec son interlocuteur:

«Non,je parlais comme ça en tant que muslimin toi et moi.

Tu sais que voilà,euh,j’ai une mère,t’as une mère également et toujours les mères se soucient des enfants et de,les actes,tu dois comprendre,c’est comme ça que je voulais dire entre,entre…»

Une tentative qui ne porte pas vraiment ses fruits.

«Quoi tu te dis musulman?»lui répond Merah, apparemment pas convaincu,avant de lui lancer plus tard «et moi je suis cosmonaute».

«Jouer sur la fibre musulmane n’était pas forcément la bonne formule parce que les deux hommes ne sont pas dans le même camp»,analyse Robert Paturel.

Question ouvertre ou interrogatoire

Le type de question que chacun choisit de poser est une autre indication de la différence de méthode entre les deux négociateurs.

Vecchi,le formateur en négociation de l’académie du FBI,explique dans son étude sur l'apprentissage des techniques que «les questions ouvertes encouragent le sujet à élaborer sa ou ses réponses dans le but de diminuer l’émotion et de ramener la personne en crise à un niveau plus rationnel».

Ces questions ouvertes commencent généralement par «quoi»,«quand» ou «dis-en moi plus à propos de…»,tandis que les questions en «pourquoi» sont à proscrire car perçues comme trop interrogatrices.

Au cours des échanges,l’homme de la DCRI prononcera 41 fois le mot «pourquoi»,contre seulement trois pour celui du Raid,qui préfère en revanche les questions ouvertes du type «comment tu te sens?» ou «dis-moi comment tu es?».

Gagner du temps

C’est l’autre grande technique de la négociation de crise: gagner du temps.

Bruce A. Wind,membre de l’unité de négociation de la police de Seattle,écrivait dans le magazine mensuel du FBI en 1995:

«L’allié le plus important d’un négociateur dans toute situation est le temps.

Même s’il peut sembler que rien ne se passe parce que le suspect ne négocie pas,il n’en est rien.

Les négociateurs appellent cela “l’inactivité dynamique”.

Du moment que le temps passe sans qu’il n’arrive rien à personne,les négociateurs progressent.»

Si le temps est l’allié du négociateur,celui-ci doit composer avec les pressions extérieures, surtout dans une situation médiatisée en temps réel.

La présence sur place du ministre de l’Intérieur à Toulouse pendant la durée du siège de l'appartement de Merah en dit long sur la nécessité politique d’un dénouement rapide.

Malgré tout,les négociateurs ont pris leur mal en patience et ont occupé le suspect en alimentant sans arrêt la discussion et en trouvant des sujets de conversation.

Les nombreuses questions du négociateur de la DCRI à Merah ont donc une double fonction: tenter d’obtenir des informations,mais aussi faire passer le temps et apaiser.

Une stratégie qui a semblé porter ses fruits jusqu’à la fin,comme le souligne Robert Paturel:

«Ils [les négociateurs] ne voulaient pas rompre le contact avec lui,ils savaient qu’en le laissant seul avec ses réflexions il allait se radicaliser.

Quand j’ai vu qu’il verbalisait et ventilait ses émotions,j’ai vraiment cru qu’on allait vers une reddition.

Normalement,un terroriste ne raconte pas sa vie,il donne ses revendications,un point c’est tout.

Merah n’est pas sûr d’aller au sacrifice ultime, c’est pour ça que les négociateurs essayent de le faire parler un maximum,pour qu’il relativise ce qu’il est en train de faire,qu’il revienne à la raison.»

Volatilité

Mais la situation se retourne totalement quand Merah retire sa promesse dans les ultimes minutes de la conversation et déclare qu’il ne se rendra pas.

Il affirme même à ses interlocuteurs qu’il les a manipulés et que c’est lui qui a gagné du temps:

«Depuis ce matin quand je vous ai demandé du temps, c’était surtout pour reprendre de l’énergie parce que je n’avais pas dormi j’étais très fatigué.

Et pendant que vous me tiriez dessus,y a des moments où presque je m’endormais,t’as vu.

En partie c’était pour reprendre de l’énergie,et être prêt à un éventuel affrontement.»

Un dénouement qui vient rappeler l’extrême volatilité d’une telle situation.

«On ne peut jamais prévoir l’aboutissement d’une négociation,confie Robert Paturel.

On croit parfois tenir la personne et elle se suicide alors qu’on avait réussi à la calmer.»

Au terme d’un siège de 30 heures,le suspect n’a finalement pas été arrêté vivant,et les premières critiques sur la durée de l’opération pour un résultat décevant se faisaient entendre.

Les deux négociateurs,eux,avaient sans doute déjà commencé à se repasser dans leur tête le film de ce face-à-face interminable et de ces moments où ils pensaient être à deux doigts de parvenir à leurs fins.

Grégoire Fleurot

Toutes les citations de Merah et des négociateurs sont tirées du document publié par Libération,dont nous avons juste corrigé quelques fautes de grammaire,mais en conservant le style oral.


















slate

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mer 1 Aoû - 13:27:21

Affaire Merah : avis favorable de déclassification de documents secret-défense

Manuel Vallas avait promis de faire en sorte que les documents classifiés puissent être transmis aux juges afin de faire "toute la lumière" sur ce dossier.

La commission consultative du secret de la défense nationale a rendu un avis favorable à la levée partielle du secret sur les documents classifiés par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) qui concernent le tueur de Toulouse,Mohamed Merah.

Le ministre de l'intérieur,Manuel Valls qui avait formulé cette demande le 17 juillet,transmettra dans les jours à venir au juge d'instruction les pièces déclassifiées de ce dossier.

Selon nos informations,toute la partie qui concerne le travail de surveillance mené par la DCRI,avant les tueries,sur Mohamed Merah,ses déplacements,sa vie,ses relations,ses activités,sera versée.

En revanche,les pièces susceptibles de dévoiler l'identité de personnes agissant pour le compte de la DCRI,restent classifiées.

UNE QUESTION : POURQUOI MERAH N'A PAS ÉTÉ CONSIDÉRÉ COMME "DANGEREUX" ?

Parallèlement à l'enquête judicaire ouverte après les tueries de mars à Toulouse et à Montauban,le ministre de l'intérieur a ordonné une enquête administrative interne à la direction générale de la police nationale (DGPN) et à la DCRI dont les conclusions sont attendues fin septembre.

Dans une lettre adressée le 30 juillet aux deux fonctionnaires de l'inspection générale de la police nationale (IGPN) chargés de rédiger ces conclusions,M. Valls fixe le cadre de leur mission.

Le ministre rappelle que les actes terroristes commis les 11,15 et 19 mars par le jeune toulousain "constituent une forme d'échec pour les services chargés de détecter et de prévenir le terrorisme".

Les deux fonctionnaires,un contrôleur général et un inspecteur général,ont toute latitude pour finaliser leur mission.

"Vous étendrez vos réflexions,si nécessaire,aux autres services ou directions qui auraient eu à connaître de cette affaire",précise le ministre, notamment la Direction générale des services extérieurs (DGSE) qui relève du ministère de la défense et chargé du renseignement à l'étranger.

Il demande par ailleurs aux deux fonctionnaires d'analyser "les relations fonctionnelles qui doivent s'établir entre renseignement intérieur et information générale",les deux composantes du renseignement policier en France.

DYSFONCTIONNEMENTS ENTRE LES DIFFÉRENTS SERVICES

Dans cette affaire,une question centrale reste à ce jour sans réponse : pourquoi,après avoir interrogé Mohamed Merah en novembre 2011,les services du renseignement ont estimé qu'il n'était pas "dangereux" ?

Quelle qu'en soit la raison,pour le ministre de l'intérieur,ce raté qui a coûté la vie à sept personnes dont trois enfants,illustre a minima des dysfonctionnements entre les différents services chargés du renseignement français.

Aussi,dans sa missive du 30 juillet,le ministre demande aux deux fonctionnaires de l'IGPN de proposer "les axes d'amélioration notamment pour un pilotage plus efficient des services territoriaux appelés à traiter le renseignement,les modalités de coopération entre ces services et la qualité des liaisons avec les échelons centraux de façon à en tirer les conséquences administratives et organisationnelles".

En clair,mais sans le dire explicitement,le ministre considère que dans l'affaire Merah,la direction zonale du renseignement intérieur de Toulouse n'a pas suffisamment alerté sa direction centrale.

Selon l'entourage de M. Valls,une forme de "routine" s'est instaurée dans la manière dont les services ont eu à traiter ce jeune homme.

Une "routine" dont les services doivent se protéger,d'autant que la DCRI comptabilise quelques dizaines de Mohamed Merah dans ses dossiers.



















m société

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Jeu 2 Aoû - 14:04:41

Les voisins de Merah se mobilisent pour obtenir réparation



Une femme ouvre une fenêtre de l'immeuble où s'était retranché Mohamed Merah pendant le raid,le 1er août 2012 à Toulouse

La mairie de Toulouse a assuré jeudi matin que plusieurs aides avaient déjà été versées...

Les anciens voisins de Mohamed Merah sont sortis de leur silence mercredi à Toulouse pour obtenir réparation des dommages causés par l'assaut du Raid dans leur immeuble et mettre fin à un parcours du combattant de plus de quatre mois entre administrations,assurances et syndic.

Regroupés en un «Comité 17»,une quinzaine de voisins du tueur ont raconté à la presse les affres endurées pour obtenir le remboursement des travaux de colmatage des impacts de balles dans les murs ou dans les voitures garées dans la rue,le remplacement d'une porte crevée par les projectiles ou encore la prise en charge des soins psychologiques.

Malgré les promesses de diligence faites à l'époque,ces voisins vivant dans la même cage d'escalier que Merah au 17 rue du Sergent-Vigné ou dans la même rue ont décrit les atermoiements d'administrations et d'assurances se renvoyant la balle.

Ils réclament un interlocuteur unique.

Indemnisations en cours

En réaction,la mairie de Toulouse a garanti ce jeudi que des aides financières allaient être versés,et que certains voisins avaient déjà reçu une indemnisation.

Invité sur Europe 1 jeudi matin,Romain Cujives, conseiller municipal de Toulouse,l'a assuré: «Nous prenons l’engagement,d’avancer certaines sommes pour des travaux ou pour louer des voitures.

Nous avons déjà commencé à le faire.

Sept personnes ont déjà reçu une aide financière.»

«Le véritable problème,c’est qu’on est face à un événement exceptionnel,a poursuivi le conseiller municipal.

Aucune assurance,aucune mairie n’est préparée à un événement comme celui-là.

Ce que nous demandons à l’Etat,c’est de redire de façon très officielle aux assurances que l’Etat couvrira.»

Selon Europe 1,le ministère de la Justice a reçu 21 demandes d’indemnisations.

Quatre ont été traitées,et quatre sont en cours.

«Maintenant je veux juste partir de Toulouse»

En attendant,les voisins de Merah témoignent de leur détresse.

Locataire du 3e étage de l'immeuble,Coumba Ba,26 ans,dit payer de sa poche les 60 euros déboursés chaque semaine depuis mi-avril pour les séances chez le psychologue pour sa fille de 4 ans et demi.

«Ca devait être pris en charge,mais finalement j'ai dû faire avec mes moyens,et maintenant je veux juste partir de Toulouse».

Leonie,une serveuse de 22 ans,relate n'avoir tiré que 500 euros de sa voiture criblée de balles et avoir dû en acheter une nouvelle.

«Notre colère vient aussi du fait qu'on doive se battre pour chaque détail»,renchérit Florence,41 ans,qui a vu le plancher de son appartement juste en-dessous de celui de Merah détruit.

Quatre familles ont déjà quitté l'immeuble, rapporte le concierge,et d'autres cherchent à vendre.

Mais,témoigne une habitante de 23 ans,«quand ils voient que c'est l'immeuble de Merah,certains acheteurs ne prennent même pas la peine de monter».















20 minutes

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Lun 6 Aoû - 15:55:22

Affaire Merah: Les assureurs d'accord pour avancer les frais des voisins



L'immeuble où habitait Mohamed Merah à Toulouse,le 1er août 2012

Les fissures et impacts de balle laissées par l'assaut du Raid coûtent cher aux voisins du tueur au scooter...

Les assureurs sont parvenus à un accord de principe avec le ministère de la Justice pour avancer aux voisins de Mohamed Merah les frais occasionnés par l'assaut des forces de l'ordre dans le logement du tueur de Toulouse,a indiqué lundi leur fédération, la FFSA.

«La proposition que nous avons faite aux pouvoirs publics est que nos membres avancent les frais,et se fassent rembourser ensuite par le ministère»,a expliqué à l'AFP un porte-parole de la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA), confirmant une information du JDD la veille.

La plus grande partie des sinistres doit être remboursée par l'Etat,via un fonds spécial du ministère de la Justice,puisque les dommages sont la conséquence de l'intervention du Raid.

Cette indemnisation peut prendre du temps,car il faut disposer des procès-verbaux des enquêteurs pour l'établir.

Or ces PV sont couverts par le secret d'une instruction qui peut durer plusieurs mois.

«Il faut respecter le secret de l'instruction»

Cet accord permettra aux voisins,dont les contrats d'assurance ne couvrent pas ce type de dégâts, d'être indemnisés plus rapidement,directement par les assureurs.

Il doit cependant encore être approuvé formellement par les pouvoirs publics.

«Il faut respecter la procédure et le secret de l'instruction,mais cela ne nous empêche pas de régler concrètement les problèmes avec du bon sens»,avait déclaré Bernard Spitz,président de la FFSA,dans le JDD dimanche.

Mohamed Merah est tombé sous les balles de la police le 22 mars lors de l'assaut des forces de l'ordre,après un siège de 32 heures de son appartement du 17,rue Sergent Vigné à Toulouse.

Le siège et l'assaut ont provoqué de nombreux dégâts,à la fois dans l'immeuble,notamment des impacts de balles et des fissures,mais aussi sur les véhicules garés à proximité.












20 minutes

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mer 8 Aoû - 22:10:52

Merah : les documents de la DCRI "insuffisants" pour connaître la vérité



Les échanges entre Mohammed Merah et les policers du Raid nous permettent d'en savoir un peu plus sur la personnalité de ce jeune tueur de 25 ans,mais aussi sur son itinéraire.

Deux avocats de familles des victimes de Merah estiment les documents de la DCRI déclassifiés "insuffisants" pour connaître la vérité sur les tueries.

Ils demandent la déclassification "des documents d'autres services".


"Les familles des victimes se félicitent de la déclassification des documents de la DCRI qui apportent des éléments capitaux mais restent toutefois insuffisants à la manifestation de la vérité" sur les tueries de Toulouse et Montauban, ont déclaré à l'AFP Samia Maktouf et Jean Tamalet, les avocats de familles des victimes de Mohamed Merah.

Selon Me Maktouf,avocate d'Abel Chennouf,père de l'une des victimes,"on ne connaîtra pas la vérité tant que les rapports de la DGSE ne sont pas eux-même déclassifiés".

"Les documents ouvrent de nouvelles portes et posent de nouvelles questions",a dit Jean Tamalet, avocat de Atim (bien Atim) Ibn Ziaten,frère d'une autre victime.

Tous deux vont donc solliciter le ministre de la Défense,Jean-Yves le Drian,et les juges,"pour leur demander la déclassification des documents d'autres services",notamment ceux de la DGSE.

Deux points restent dans l'ombre

Deux points importants ne sont pas encore clarifiés selon eux,à savoir "le parcours de Mohamed Merah et le rôle précis joué par son frère Abdelkader Merah".

Pour Me Maktouf,"il faut clarifier le rôle d'Abdelkader Merah" car "les documents versés récemment au dossier donnent de nouvelles pistes".

Les deux hommes "étaient-ils suivis depuis plus longtemps que ce qui a été dit ?",se demande Me Maktouf.

"Y a-t-il eu surveillance par d'autres services que la DCRI ?",s'interroge Me Tamalet.

Après avoir consulté les documents déclassifiés, les deux avocats s'interrogent plus que jamais sur l'existence de complices.

Lors des échanges avec les hommes du RAID,avant l'assaut de son appartement toulousain dans lequel il s'était retranché,Merah s'était revendiqué d'Al Qaïda.

Son frère aîné,Abdelghani,35 ans,a lui-même accusé Abdelkader,29 ans,figure de l'islamisme radical toulousain,qui a été mis en examen,d'avoir été la "source principale du radicalisme" de Mohamed.

Les trois juges antiterroristes Christophe Teissier,Laurence Le Vert et Nathalie Poux qui enquêtent sur les crimes de Merah,qui a assassiné sept personnes entre les 11 et 19 mars,ont reçu vendredi les documents secrets déclassifiés de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

24 documents déclassifiés

Le ministère de l'Intérieur a accepté la déclassification des documents demandée par les juges et l'ensemble des familles des victimes,"à l'exception des pièces et informations qui pourraient remettre en cause l'indispensable confidentialité des données relatives à l'organisation".

Les documents concernent la surveillance exercée pendant un certain temps par la DCRI sur Mohamed Merah avant ses tueries.

Le tueur au scooter avait également été entendu à l'antenne toulousaine de la DCRI en novembre 2011, au retour d'un voyage au Pakistan.

Sa dangerosité n'avait alors pas été détectée.

24 documents sont concernés.

La commission du secret de la Défense nationale (CCSDN) avait recommandé la déclassification partielle de six d'entre eux.

Mohamed Merah avait tué trois enfants et un enseignant juifs dans une école de Toulouse le 19 mars,après avoir abattu trois parachutistes à Toulouse et à Montauban les 11 et 15 mars.

Il est tombé sous les balles de la police le 22 mars,après un siège de 32 heures.











tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
 
Des militaires tués par balle à Montauban
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Photos SATELLITE des ports militaires !
» Département Archives et Médiathèque de Montauban
» Trois navires militaires en escale dans le port de Saint-Mal
» la balle folle qui rend fou !!
» pour que la balle change de couleur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: affaires judiciaires-
Sauter vers: