chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des militaires tués par balle à Montauban

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Jeu 24 Mai - 22:21:41

EXCLUSIF. Merah : le rapport du patron du Raid



Mohamed Merah

Le Point.fr s'est procuré le rapport sur l'intervention du Raid contre Mohamed Merah,rédigé par Amaury de Hauteclocque.

Extraits.




Les hommes du raid après l'assaut contre Mohammed Merah,le 22 mars dernier.

"Tu tues mes frères,je te tue",c'est le 11 mars que Mohamed Merah,23 ans,commence son équipée sanglante.

Il assassine le maréchal des logis-chef Imad ibn Ziaten,du 1er régiment du train parachutiste à Toulouse,d'une balle tirée à bout portant.

Le 15 mars,deux militaires du régiment du génie parachutiste de Montauban,le caporal Abel Chennouf et le première classe Mohamed Legouad sont exécutés à leur tour.

Loïc Liber,première classe,est,lui,gravement blessé.

Le 19 mars 2012,le tueur franchit encore un pas dans l'horreur : il s'en prend à l'école juive Ozar-Hatorah.Myriam Monsonego,8 ans,Gabriel Sandler,4 ans et son frère Arié,5 ans,ainsi que leur père Jonathan Sandler,enseignant,sont abattus à l'entrée et dans la cour de cet établissement toulousain.

Polémique

L'auteur des faits est enfin identifié.

La DCPJ et la DCRI aidées du Raid organisent un dispositif de surveillance autour du domicile de Mohamed Merah,rue du Sergent-Vigné,un quartier plutôt résidentiel de la Ville Rose.

Nous sommes le 21 mars,il est 3 h 15...

Le rapport du contrôleur général Amaury de Hauteclocque,chef du Raid,date du 23 mars dernier.

Il fait suite à une polémique qui s'est développée après une intervention qui a surpris par sa durée (plus de 30 heures),sa violence (six hommes du Raid ont été blessés dans l'opération),son issue : l'homme devait être interpellé, il sera finalement abattu.

Le patron du Raid revient donc en détail sur l'intervention de ses équipes : comment les hommes du Raid ont été accueillis par un Merah déchaîné,alors qu'ils pensaient le surprendre, comment Merah les a bernés,leur laissant croire qu'il était "dans les meilleures dispositions pour accepter le protocole de reddition".

"Impérieuse nécessité de l'interpeller"

Le rapport d'Amaury de Hauteclocque explique surtout pourquoi Merah est mort,alors que l'objectif était de le prendre vivant.

Il souligne que consigne avait été donnée aux policiers de "conserver à l'esprit l'impérieuse nécessité de l'interpeller et d'interpréter avec la plus stricte rigueur les conditions de la légitime défense".

C'est comme à regret qu'Amaury de Hauteclocque conclut son rapport : "Malgré les efforts déployés,en retardant au plus loin ses actions légitimes de riposte proportionnée qui auraient permis de mettre un terme plus tôt aux tirs dont nous étions l'objet et de préserver l'intégrité de ses personnels,le Raid n'est pas parvenu à interpeller Mohamed Merah et à le maintenir en vie contre son gré."

EXTRAITS

Tentative d'interpellation du dénommé Mohamed Merah le 21 mars à 3 h 15

La colonne d'intervention progressait silencieusement aux abords de l'immeuble...

La lumière du hall d'immeuble n'était pas allumée de manière à ne pas révéler notre présence.

Les deux policiers du Raid chargés de mettre en place le système d'ouverture forcée de la porte d'entrée se positionnaient sous la protection de la colonne d'intervention.

Au moment de cette mise en place,ces policiers étaient surpris par l'ouverture soudaine de la porte par le mis en cause.

Les policiers étaient alors surpris par le passage d'une main porteuse d'un pistolet semi-automatique et l'ouverture de feu dans leur direction sans qu'ils ne puissent réagir pour se mettre à l'abri ou encore riposter.

L'un des policiers recevait deux projectiles au niveau de l'abdomen et devait son salut aux protections balistiques dont il était porteur.

Un deuxième policier ressentait plusieurs impacts dans le bouclier de protection qu'il tenait à bout de bras.

Devant ces faits inattendus,j'annonçais à haute voix notre qualité de policier...

Cette action ne produisait pas l'effet escompté,le mis en cause redoublant de vigueur et tirant aveuglément dans notre direction.

L'effet de surprise n'étant plus à notre avantage, les policiers ouvraient le feu en direction de la porte afin de couvrir le retrait de l'un des policiers touchés qui devait repasser devant la porte afin de s'extraire de cette mauvaise posture.

La colonne d'intervention essuyait à nouveau un feu nourri de la part du mis en cause.

À 3 h 45,nous sollicitions les services compétents à l'effet de couper le gaz sur tout le quartier considéré.

Le réseau était purgé et la coupure effective à 4 h 50.

La situation ayant dégénéré...

La situation étant à nouveau figée,Mohamed Merah s'étant retranché à l'intérieur de son domicile sans que l'on puisse le localiser précisément dans la mesure où les volets métalliques de ses trois fenêtres étaient fermés,je décidais d'engager une liaison d'opportunité à la voix avec le mis en cause par l'intermédiaire de l'un des négociateurs du Raid.

Notre qualité de policier lui était une nouvelle fois formellement précisée.

Soucieux d'obtenir la résolution pacifique de cette situation de crise,je demandais au négociateur de rassurer le mis en cause sur nos intentions en lui indiquant que nous souhaitions simplement qu'il se constitue prisonnier.

À 5 h 35,le mis en cause nous répondait en nous invectivant et en ouvrant le feu en direction des tireurs d'élite du Raid pourtant dissimulés derrière des véhicules stationnés sur la chaussée à hauteur des fenêtres de cet appartement.

À noter que ces tireurs de haute précision étaient engagés sur l'opération comme à l'accoutumée pour nous renseigner sur les mouvements éventuels à l'intérieur de l'appartement visé d'une part et pour couvrir la progression de la colonne d'intervention d'autre part.

La situation ayant ainsi dégénéré et changé de nature (nous passions d'une opération d'interpellation matinale à une situation de forcené retranché),un changement de rythme était décidé afin de préserver la vie de l'ensemble des personnes impliquées dans cette opération."

Dans cette première phase,4 hommes du Raid sont blessés.

La phase de négociation

La stratégie de négociation arrêtée d'un commun accord avec les autorités administratives et judiciaires consistait à le conduire à prendre conscience qu'il n'avait pas d'autre issue que celle de se rendre au service interpellateur,étant entendu que sa réaction violente à l'égard des forces de police n'avait eu aucune conséquence dramatique quant à présent.

Dans la première phase de cette négociation,nous avons cherché à établir un lien de confiance en lui permettant notamment de ventiler ses émotions et de s'expliquer sur les circonstances qui l'ont conduit à réagir de cette manière à notre arrivée.

Durant toute la négociation,Mohamed Merah faisait preuve,en apparence,de bonne volonté.

Celle-ci se manifestait de plusieurs manières.

Il acceptait par exemple de nous remettre l'une de ses armes (pistolet semi-automatique) en la jetant par la fenêtre vers 7 h 15 le mercredi 21 mars 2012.

Il acceptait encore de nous désigner un véhicule de location stationné à l'arrière du bâtiment et à l'intérieur duquel il avait entreposé des armes.

Toutes ces manifestations permettaient au service enquêteur de rassembler des éléments de preuve susceptibles de confirmer son implication dans les faits de l'espèce.

Ces déclarations étaient,en tout état de cause,de nature à nous laisser raisonnablement penser qu'il était dans les meilleures dispositions pour accepter le protocole de reddition.

Elles nous incitaient à prolonger cette phase autant que nécessaire,de manière à ne pas compromettre l'issue de cette opération,l'objectif poursuivi étant de l'interpeller sans incident et de le mettre à disposition du service enquêteur.

Satisfaction

Mohamed Merah déclarait d'emblée être l'auteur des assassinats ayant défrayé la chronique ces derniers jours dans la région de Montauban (82) et de Toulouse (31).

Il revendiquait son action en faisant valoir son appartenance à la mouvance djihadiste internationale et plus particulièrement à la nébuleuse al-Qaida.

Mohamed Merah déclarait vouloir tuer des militaires et des policiers français à raison de l'engagement militaire et diplomatique de la France au côté des forces de la coalition dans la lutte contre le terrorisme en général et al-Qaida en particulier.

Le fait que les premières victimes soient de confession musulmane n'entamait en rien sa satisfaction et sa conviction d'avoir bien agi.

Il estimait en effet que les musulmans engagés dans l'armée française devaient être considérés,selon ses critères,comme des "traîtres" à la cause qu'il défendait.

Dans le cadre des négociations,Mohamed Merah s'engageait formellement à se constituer prisonnier à l'issue de la journée du mercredi 21 mars 2012.

Il expliquait néanmoins vouloir un peu de temps pour se préparer à ce moment,indiquant que la perspective d'être condamné par la suite à la réclusion criminelle à perpétuité n'était pas simple à admettre à son âge.

Nous convenions du protocole de reddition qui devait être mis en oeuvre au plus tard le mercredi 21 mars 2012 à 23 heures.

Pendant toute la phase de négociation,les policiers des groupes d'intervention du Raid se préparaient à la mise en oeuvre d'une intervention planifiée (cf. infra),afin de parer à toute éventualité.

Un combat à mort avec les forces de l'ordre

Le mercredi 21 mars 2012 à 22 h 45,Mohamed Merah déclarait finalement ne pas vouloir se constituer prisonnier contrairement à ses engagements pourtant réitérés à plusieurs reprises.

Il admettait même ne jamais l'avoir réellement envisagé,expliquant en fait qu'il nous avait délibérément menti sur ses intentions réelles afin de gagner du temps.

Il déclarait avoir mis à profit tout ce temps pour se reposer et se préparer à notre intervention.

Mohamed Merah déclarait froidement vouloir mourir "les armes à la main" et que son destin était entre les mains d'Allah.

Il déclarait être bien au fait des techniques habituellement mises en oeuvre par les unités d'intervention comme le Raid et qu'il s'y était préparé.

Il indiquait qu'il était lourdement armé et qu'il essaierait de faire un maximum de victimes dans nos rangs.

Il précisait notamment qu'il était détenteur d'un fusil d'assaut de type Kalashnikov AK 47.

Il ajoutait d'ailleurs qu'il regrettait de ne pas avoir tué ou blessé davantage de policiers du Raid lors de notre arrivée.

Durant toute la phase de négociation,Mohamed Merah tenait un discours réfléchi,rationnel et cohérent.

Il assumait son attachement à l'islam radical, citant régulièrement des versets du Coran ou encore certains propos imputés à Ayman al-Zawahiri,le chef du réseau terroriste al-Qaida,tels que : "J'aime la mort autant que vous aimez la vie."

Mohamed Merah revendiquait ses actions avec force détails sans manifester le moindre remords.

Il ne dissimulait nullement ses intentions homicides à l'égard des forces de sécurité (militaires et policiers),sans pour autant utiliser l'invective ou l'injure.

Informées par nos soins régulièrement de l'état d'avancement des négociations en cours,les autorités administratives et judiciaires ne pouvaient que constater la situation de blocage et notre impuissance à raisonner le mis en cause,qui avait manifestement décidé depuis le début de livrer un combat à mort avec les forces de l'ordre.

L'intervention planifiée du jeudi 22 mars 2012 à 10 h 30

Il convient de préciser que l'ensemble des opérations menées par le Raid ont été validées au préalable par les autorités administratives et judiciaires compétentes.

Considérant le fait que le mis en cause avait mis à profit la journée du mercredi 21 mars 2012 pour reprendre des forces,nous décidions de nous organiser pour l'empêcher de se reposer.

Alors même que Mohamed Merah nous avait notifié verbalement son intention d'opposer une résistance farouche et de mourir les armes à la main si nous tentions une quelconque manoeuvre destinée à le déloger,les policiers du Raid étaient tous sensibilisés,par l'intermédiaire de leur chef d'équipe,afin de conserver à l'esprit l'impérieuse nécessité de l'interpeller.

La consigne leur était donnée de retarder autant que possible l'usage des armes létales en direction du mis en cause et d'interpréter avec la plus stricte rigueur les conditions de la légitime défense.

(Les policiers emploient des grenades "flash bang" pour empêcher Merah de dormir et installent des perches vidéo pour le localiser dans l'appartement)

Il convient de préciser à ce stade que l'ensemble des policiers devant intervenir à l'intérieur des lieux étaient munis de leur masque à gaz dans la mesure où il était prévu de saturer l'espace de gaz lacrymogène afin de contraindre le mis en cause à sortir de son lieu de retrait,vraisemblablement la salle de bain.

Cette manoeuvre était retardée dans la mesure où le reste de l'appartement,vide de tout occupant (cf. la couverture vidéo) était ouvert au quatre vent [sic].

Le résultat escompté n'aurait pas été atteint et aurait eu pour effet de gêner la progression des policiers du Raid.

Vers 11 h 30,le groupe d'intervention placé au niveau de la porte,qui réalisait une brèche à l'aide d'une perche métallique dans le mur des WC attenant à la salle de bain,annonçait contre toute attente une nouvelle agression armée dans leur direction.

Malgré cela,instruction était donnée de ne pas riposter et de lancer des grenades offensives afin de déstabiliser le mis en cause et de s'assurer de sa personne.

Une action de feu destinée à le neutraliser

Mohamed Merah s'engageait alors dans une action désespérée d'une rare violence destinée apparemment à tuer un maximum de policiers engagés sur l'opération.

Le mis en cause se découvrait en quittant sa pièce de repli (la salle de bain) et faisait feu sans discontinuer pendant de longues minutes en direction des policiers positionnés sur le balcon et en direction des tireurs d'élite.

L'un des tireurs d'élite tentait même de neutraliser le mis en cause en lui tirant au niveau du poignet gauche.

Cette action de tir réussie,si elle affaiblissait vraisemblablement le mis en cause,ne le stoppait pas.

Le mis en cause se rapprochait des fenêtres et faisait feu dans la direction des policiers repliés derrière le mûr porteur situé entre les fenêtres 1 et 2.

L'un des policiers raid Raid pris sous le feu et positionné sur le balcon tentait de se dégager.

Lors de cette manoeuvre,il subissait l'onde de choc d'un tir qui frôlait son casque et qui lui faisait perdre l'équilibre.

Un deuxième projectile lui effleurait le cou au niveau de la carotide.

Il chutait finalement du balcon avant d'être pris en charge par d'autres policiers du Raid positionnés à l'aplomb des fenêtres.

Mohamed Merah s'acharnait sur les deux autres policiers encore présents sur le balcon avant d'être repoussé par les tirs de riposte des tireurs d'élite.

Loin de renoncer à sa folie meurtrière,Mohamed Merah procédait à un tir dit "à la palestinienne", dirigeant son bras armé en direction des policiers situés en contrebas et tirant aveuglément dans leurs directions sans s'exposer outre mesure.

L'un des policiers du RAID était alors blessé par balle au niveau du pied.

Considérant l'impossibilité matérielle pour certains policiers du Raid ainsi positionnés sous les fenêtres de s'extraire et de se replier,les tireurs d'élite devaient se résoudre à faire une action de feu destinée à le neutraliser.

Mohamed Merah recevait plusieurs impacts le déséquilibrant.

Il tombait au sol par la fenêtre,inanimé.

Malgré les efforts déployés,en retardant au plus loin ses actions légitimes de riposte proportionnée qui auraient permis de mettre un terme plus tôt aux tirs dont nous étions l'objet et de préserver l'intégrité de ses personnels,en s'interdisant l'utilisation de certaines techniques et de certaines armes alors même que les circonstances l'auraient justifiée,le Raid n'est pas parvenu à interpeller Mohamed Merah et à le maintenir en vie contre son gré."















le point

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Ven 1 Juin - 17:49:40

EXCLUSIF. "J'étais l'épouse de Mohamed Merah"

Hizia D.,18 ans,raconte son mari,assassin de sept personnes.

"Un bébé qui avait besoin d'amour."




Elle est veuve à l'âge où ses copines essaient des vernis à ongles flower pink dans la supérette du quartier.

Elle est veuve à l'âge frivole où les coeurs papillonnent.

Elle est veuve à 18 ans et ne sait pas trop bien pourquoi.

Ni de qui,d'ailleurs.

Hizia Myriam aura été l'épouse,mariée religieusement,donc sans validation à l'état civil, de Mohamed Merah,le terroriste dingue d'Allah comme de jeux vidéo en réseau,qui,en mars,tua sept personnes,plongeant la France dans l'épouvante morbide et cinq familles dans le deuil.

Hizia est la deuxième fille d'Ismaïl,agent de sécurité,et de Naïma.

Elle est née dans le nord de la France,quatre ans après Nouria,son aînée.

Amina,11 ans,et Farah,4 ans,complètent la fratrie.

La famille s'est installée dans le Sud,à Blagnac, banlieue tristounette de Toulouse.

En juin 2011,Hizia a 17 ans.

Elle met fin à sa première année de BEP sanitaire et social.

Elle ne cherche pas de travail,elle est à la maison et elle attend.

L'an passé,sa grand-mère est morte,Hizia eut du chagrin,puis partit un temps en Algérie.

Qu'a-t-elle vu dans ce pays qui n'est pas le sien ?

"Après,j'ai décidé de porter le jilbab,qui est cette cape et cette jupe sombre",raconte-t-elle aux policiers qui l'entendent.

Ses parents ne commentent guère.

Sa mère se promène tête nue,sa soeur aînée cheveux au vent,Hizia choisit,elle,de lourdes étoffes noires.

"Deux mois après,j'ai décidé de porter le niqab, qui est le voile qui couvre le visage."

La toute jeune fille ne sent plus le soleil picoter son front et se dit contente.

"Je suis respectueuse des lois de mon pays et je me découvre le visage quand j'y suis obligée,je ne me considère pas comme une musulmane radicale,je suis juste pratiquante et heureuse comme cela."

Hizia s'explique encore.

"Ma famille est pratiquante,au fil du temps ma foi a grandi,mais cette foi n'est pas la résultante d'un enseignement,je n'ai jamais été endoctrinée. "

Beau gosse des cités

Un mois après avoir quitté l'école,Hizia a l'idée de se marier.

Devenir l'épouse d'un gentil garçon,cela donnerait un sens à ce temps si long qui s'égrène depuis la chambre familiale où Hizia peut retirer son niqab.

"J'en ai parlé dans ma communauté et j'ai rencontré un premier homme qui avait les mêmes aspirations que moi.

Il avait 18 ans mais notre relation a tourné court car il n'y a pas eu réciprocité des sentiments.

" Trois mois plus tard,la jeune femme,voilée du front aux chevilles,fait la connaissance de Mohamed Merah.

"Je ne l'avais jamais vu auparavant et je ne connaissais pas sa famille.

Nous nous sommes fréquentés une quinzaine de jours, et sa façon d'être me plaisait."

Quinze jours pour croire en cette "réciprocité des sentiments".

Un nom pour l'amour ?

"Nous avons décidé de nous marier avec l'accord de nos deux familles."

Le 15 décembre 2011,devant un imam,Hizia se donne à ce beau gosse des cités dont le père a quitté le foyer et dont la mère s'épuise en heures de ménage.

Elle s'offre à ce garçon dont le sourire pétille et dont elle paraît sincèrement ignorer qu'il rentre de séjours chez les talibans,où des gosses perdus comme lui apprennent à manier les armes pour tuer, qu'il s'entraîne au carnage en regardant,excité, ces vidéos atroces où des enfants afghans meurent éventrés sous la mitraille des soldats américains.

Elle voit que Mohamed est plaisant,"quelqu'un de gentil,de doux,de souriant,je suis réellement tombée amoureuse de lui après le mariage.

On regardait Les Simpson ensemble,il parlait beaucoup et avait besoin qu'on l'écoute,il avait besoin d'amour,et je le comparais à un bébé".

Détachement

Un "bébé" dangereusement clivé.

Tandis qu'il s'est lié par ce "halal" (mariage religieux) à cette toute jeune épouse sur la place dallée de la cité des Izards,le jeune homme fanfaronne.

"Soit il était au quartier,soit on allait en boîte, se souvient Mourad,22 ans,il bossait au black ou il jouait au foot.

Je ne vois pas quand il aurait pu s'occuper d'une femme."

Un copain avec qui Merah fréquenta le centre de formation en carrosserie témoigne également de ce détachement,étonnant pour un couple neuf qu'on voudrait croire amoureux : "Sa femme ne lui demandait rien.

De l'extérieur,marié ou pas,il n'a rien changé à son mode de vie."

Avant de s'unir à Hizia,Merah fréquenta une jeune femme que nous nommerons Mounia,à laquelle il proposa également une union religieuse.

"Avec le recul,j'ai l'impression qu'il cherchait plutôt une couverture et à faire plaisir à sa mère.

Surtout,il cherchait quelqu'un de très pieux.

Quand je le taquinais sur les boîtes de nuit,il me disait : Je fais rien,je ne bois que du Coca."

Le Toulousain en quête d'une femme pieuse s'arrange avec cet amour comme avec la religion.

Il compose,traficote,deale.

Discret

Chez le jeune ménage,le quotidien effare.

"Notre foi,raconte Hizia,était présente,nous avions de nombreuses conversations religieuses mais nous passions du temps à jouer à la PlayStation à Call of Duty en réseau et à Need for Speed.

Personne ne venait chez nous parce que Mohamed ne voulait pas que d'autres hommes me voient.

Il continuait,lui,à fréquenter ses anciens amis de la cité qui se disent musulmans mais qui ne le sont pas réellement."

Et Mohamed,son mari,son "bébé qui a tant besoin d'amour",qui se prépare à tuer en plein jour,à bout touchant,deux petits garçons et leur père,une fillette et trois soldats en uniforme,est-il à ses yeux un bon musulman ?

"Il connaissait bien le Coran.

Mohamed ne tenait pas à ce que nous nous rendions à la mosquée,il ne voulait pas que j'y aille,et il ne voulait pas y aller,ni à Toulouse ni ailleurs.

Il disait ne pas vouloir se faire remarquer et il m'avait dit avoir ses raisons sans me les préciser.

J'aurais aimé qu'il porte la tenue traditionnelle de notre foi et la barbe,je le lui avais demandé, mais il ne voulait pas,pour être,selon lui, discret."

La jeune femme poursuit son récit sans réaliser l'effarante confusion de la conduite de son mari : "Mohamed était fier de sa foi et ce n'est pas par pudeur qu'il voulait être discret."

Discret pour quoi,pour qui ?

Hizia n'aura guère le temps de s'interroger sur ce mari qui la cache tandis qu'il sort en boîte boire du Coca.

Ils vivent des revenus sociaux,feront deux fois les courses,dépensant en tout 170 euros,réglés en liquide.

Puis,le mardi 2 janvier,"Mohamed m'a déposée devant chez mes parents et il a demandé de divorcer".

Le 11 mars,au guidon d'un scooter,le divorcé entame son équipée sanglante.

Le 22 mars,après trente heures d'assaut durant lequel il cite des versets du Coran,Mohamed Merah est abattu par les hommes du RAID,sur lesquels il a tiré comme un forcené.

Hizia est "très surprise".

Puis elle calcule.

"Selon notre foi en cas de divorce,si l'on veut pouvoir revivre ensemble sans repasser devant l'imam,il faut le faire avant la fin de la troisième période menstruelle de la femme.

La mienne s'est finie la veille du décès de Mohamed et,de ce fait,dans mon esprit,j'ai perdu mon mari.

" Bien que répudiée,elle se considérait toujours comme l'épouse de Mohamed Merah.

Hizia,veuve à 18 ans.

Après dix-sept jours de mariage.

Repères

15 décembre 2011 : mariage religieux entre Hizia D. et Mohamed Merah.

2 janvier 2012 : séparation des époux.

11 mars 2012 : Mohamed Merah assassine Imad ibn-Ziaten,maréchal des logis-chef au 1er régiment du train parachutiste à Toulouse.

15 mars 2012 : il tue le caporal Abel Chennouf et Mohamed Legouad,militaires au régiment du génie parachutiste à Montauban.

19 mars 2012 : Merah assassine,à l'école juive Ozar Hatorah de Toulouse,Myriam Monsonego,8 ans,Gabriel Sandler,4 ans,Arieh Sandler,5 ans,et leur père,Jonathan Sandler.

21 mars 2012,3 h15 : la DCPJ et la DCRI aidées du RAID placent le domicile de Merah,à Toulouse,sous surveillance.

22 mars,10 h 30 : Merah est abattu.
















le point

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Lun 4 Juin - 11:17:14

Affaire Merah: Valls demande une étude «sur ce qui a dysfonctionné»

Le ministre de l'Intérieur souhaite «comprendre les raisons» de cet «échec»...

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a demandé une étude «sur ce qui a dysfonctionné» dans l'affaire Mohamed Merah,auteur de sept assassinats avant d'être tué le 22 mars à Toulouse par le Raid.

Dans un entretien au Parisien daté de ce lundi, Manuel Valls estime que «dès lors qu'un homme,peut-être seul,a pu commettre de tels crimes,nous sommes face à un échec: l'Etat n'a pas su ou pas pu protéger des Français».

«Il s'agit d'en comprendre les raisons,ajoute-t-il.

J'ai chargé la Direction générale de la police nationale (DGPN) et la Direction centrale du Renseignement intérieur (DCRI) de me fournir une étude très complète sur ce qui a dysfonctionné dans cette affaire.»

Réforme des services de renseignement

Le ministre de l'Intérieur précise,que parmi ses priorités,«outre la lutte contre la menace terroriste»,il veut «aussi couper les routes de la drogue qui remonte de l'Espagne».

«L'impact du trafic de stupéfiants dans notre société est une question centrale»,estime-t-il.

Après les nouvelles nominations à la tête de la préfecture de police (PP) de Paris,de la DGPN et de la DCRI,Manuel Valls indique qu'il «faudra mettre les choses à plat au sein de l'Inspection générale des services (IGS,la police des polices parisienne).

Des responsables policiers ont pu être injustement mis en cause,je veux les réhabiliter».

De plus,il y aura «nécessairement une réforme des services de renseignement au sein de la préfecture de police de Paris»,ajoute Manuel Valls.

Concernant la proposition du gouvernement d'un récépissé pour les contrôles d'identité,Manuel Valls assure que «l'idée n'est pas d'imposer un dispositif.

Je veux prendre le temps de la réflexion.

Car si cette mesure est perçue comme vexatoire par les policiers,elle ne marchera pas».

Interrogé sur les liens entre police et justice,il indique avoir «proposé à Christine Taubira,la ministre de la Justice,de réfléchir à la question, très préoccupante,de la violence des mineurs»,et rappelle qu'il a demandé à un conseiller d'Etat «de travailler sur la question d'une protection juridique spécifique pour les policiers».

Enfin,«dans 200 à 300 quartiers prioritaires,la présence policière sera renforcée.

Il ne s'agit pas de faire du chiffre,mais d'obtenir des résultats»,insiste-t-il,ajoutant qu'il faudra «à cet égard,redéfinir le rôle des brigades anticriminalité,les BAC».














yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mar 5 Juin - 11:55:46

Victime de Merah : progrès rééducation

Loïc Liber,seul survivant des trois parachutistes agressés par Mohamed Merah le 15 mars à Montauban, fait des progrès dans sa rééducation a indiqué ce matin sur RTL son avocate,selon laquelle le jeune homme,tétraplégique,a souffert d'une "amnésie post-traumatique".

Loïc Riber,un Antillais de 25 ans,est sorti de l'hôpital au début du mois de mai et a été transféré dans un centre de rééducation spécialisé.

"Il a eu une sorte d'amnésie post-traumatique,et la psychologue lui a dit la vérité,considérant que c'était très important qu'il se souvienne pour pouvoir commencer à faire son deuil",explique son avocate,Me Laure Bergès-Kuntz.

"Cela a été effectivement un choc terrible,comme une deuxième agression,lorsqu'il a appris le décès de ses deux camarades,Mohamed Legouade et Abel Chennouf",rapporte l'avocate.

"Tous les jours,il se passe quelque chose"

Selon l'avocate le jeune homme fait des progrès.

"Tous les jours il se passe quelque chose.

Et sa maman est très heureuse de nous dire : Loïc a fait ça,Loïc a fait ceci.

Et nous sommes effectivement remplis d'espoir", affirme Me Bergès-Kuntz.

Mohamed Merah,tué en résistant aux policiers du raid le 22 mars avait d'abord assassiné Imad Ibn Ziaten,un soldat du 1er Régiment du train parachutiste (RTP),à Toulouse le 11 mars,avant d'ouvrir le feu devant le 17e RGP de Montauban sur les trois militaires.

Enfin,devant le collège-lycée juif Ozar Hatorah de Toulouse,il avait abattu trois enfants et un enseignant le 19 mars.















le figaro

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mar 5 Juin - 13:20:13

Affaire Merah : les proches des victimes veulent savoir

Où en est la procédure dans l'affaire du tueur de Toulouse et Montauban ?

Que peuvent espérer les familles des victimes ?


Trois semaines après les proches du premier des soldats tué par Merah,ce sont les proches des victimes de l'école juive Ozar Hatorah qui sont reçus ce mardi par les juges.




Mohamed Merah âgé de 22 ans

Deux mois et demi après la mort de Mohamed Merah, les proches des victimes visées à l'école juive Ozar Hatorah sont reçus ce mardi après-midi par les magistrats menant l'enquête sur les tueries de Toulouse et Montauban.

La rencontre servira à les informer de l'état de la procédure, de leurs droits,et des indemnités auxquelles ils peuvent prétendre,compte tenu du fait que l'action judiciaire ouverte vise des faits terroristes,ont indiqué les avocats des familles. Les juges enquêteurs ont déjà reçu le 14 mai la famille d'Imad Ibn-Ziaten,le premier des soldats tué par Merah le 11 mars à Toulouse.

C'est à l'école Ozar Hatorah que Mohamed Merah a assassiné le 19 mars Jonathan Sandler,30 ans, professeur de religion juive,ses deux fils Arieh (5 ans) et Gabriel (4 ans),ainsi que Myriam Monsonego (7 ans),la fille du directeur de l'école.

Il a aussi gravement blessé Aaron Bijaoui,âgé de 15 ans et demi,qui reçoit toujours des soins médicaux et est très marqué psychologiquement selon son avocat.

Mohamed Merah,un ancien petit délinquant de 23 ans devenu djihadiste selon ses déclarations aux policiers,avait auparavant assassiné avec le même sang-froid trois parachutistes les 11 et 15 mars à Toulouse et Montauban.

Un parcours meurtrier qui devait s'achever le 22 mars dans l'assaut donné à son appartement toulousain,lorsque Merah était tombé sous les balles du Raid alors que,selon ses déclarations aux policiers lors du siège,il se disposait à commettre d'autres assassinats.

Valls veut comprendre "ce qui a dysfonctionné"

Trois jours plus tard,une information judiciaire était ouverte pour complicité d'assassinats et association de malfaiteurs en vue de la préparation d'acte de terrorisme.

Le même jour,le frère du tueur au scooter, Abdelkader Merah,connu des policiers comme un islamiste radical et interpellé le 21 mars chez lui à quelques dizaines de kilomètres de Toulouse, était mis en examen pour complicité d'assassinats et écroué.

La rencontre qui intervient ce mardi entre juges et familles a lieu alors que le ministre de l'Intérieur,Manuel Valls,a annonce lundi une enquête sur "ce qui a dysfonctionné" dans cette affaire.

Parallèlement,un livre à paraître le 14 juin (Affaire Merah,l'enquête des journalistes Eric Pelletier et Jean-Marie Pontaut) affirme que Mohamed Merah avait été "détecté" en septembre 2011 par des services de renseignement occidentaux dans un fief taliban mais que cette information était parvenue en France après ses crimes.



















tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Jeu 7 Juin - 2:27:06

Affaire Merah: les juges demandent la déclassification des fiches de renseignement

Les magistrats instruisant l'affaire Merah ont demandé la déclassification de toutes les notes de renseignement relatives au tueur au scooter,a-t-on indiqué mercredi de source judiciaire.

Ces documents doivent permettre aux juges d'intruction de comprendre dans quelle mesure l'assassin de sept personnes à Toulouse et Montauban en mars faisait l'objet d'une surveillance des services de renseignements auxquels il aurait finalement échappé.

Une préoccupation partagée par le ministre de l'Intérieur,Manuel Valls,qui indiquait dans un entretien au Parisien lundi avoir demandé un rapport sur "ce qui a dysfonctionné dans cette affaire".

Les notes de la Direction centrale du renseignement intérieure (DCRI) étant classées "secret défense", il faudra un avis de la Commission consultative du secret de la Défense nationale (CCSDN) pour qu'ils puissent être versés au dossier d'instruction des juges Christophe Teissier,Laurence Le Vert et Nathalie Poux.

Depuis un mois,les trois magistrats antiterroristes ont reçu à Paris les familles des victimes de Mohamed Merah pour les informer de l'avancée de la procédure.

"Les juges nous ont assuré qu'ils n'écarteraient aucune piste",a déclaré à l'AFP Me Patrick Klugman, avocat de la famille de Jonathan Sandler,assassiné avec ses deux enfants à l'école juive Ozar Hatorah de Toulouse le 19 mars.

"En posant cette question (d'un dysfonctionnement de la DCRI),on pose la question d'une levée du secret défense",a indiqué de son côté à l'AFP Me Philippe Soussi,l'un des défenseurs d'Aaron Bijaoui,l'adolescent blessé dans cette attaque.

"On ne peut le savoir que si le secret défense est levé,c'est-à-dire si les documents sont déclassifiés."

Questions sur la surveillance de Merah

Les trois magistrats parisiens cherchent aussi à récupérer l'intégralité des conversations entre le "tueur au scooter" et les négociateurs policiers lors du long siège du Raid de son appartement toulousain qui devait se clore par l'assaut et la mort de Merah le 22 mars.

Le procureur de Paris,François Molins,avait aussitôt assuré que tous ces échanges seraient versés à la procédure.

Ces documents,qui ne relèvent pas du secret défense,sont encore en cours d'expertise.

Ils pourraient éclairer les relations entre le tueur au scooter et la DCRI.

Mohamed Merah s'était rendu en 2010 et 2011 en Afghanistan et au Pakistan,notamment au Waziristan où, selon un ouvrage à paraître ("Affaire Merah, l'enquête",Ed. Michel Lafon),des services de renseignement occidentaux ont établi un lien entre Merah "et une organisation proche d'Al-Qaïda".

Le tueur au scooter avait été entendu en novembre 2011 par un agent de la DCRI de Toulouse à la suite de ces voyages,mais le patron des services de renseignement de l'époque,Bernard Squarcini,avait démenti fin mars qu'il ait été un "indic" de son service.

Ce que l'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant a également "totalement exclu" mercredi: "Ce n'est pas parce qu'il a été vu par les services qu'il était indicateur".

Alors que M. Valls a annoncé une enquête sur d'éventuels dysfonctionnements,le sénateur-maire PS de Dijon, François Rebsamen,le "Monsieur Sécurité" de la campagne présidentielle de François Hollande, a aussi estimé mercredi qu'il allait falloir "voir ce qui s'est passé concrètement".

Selon Claude Guéant,"il n'y a rien à cacher de toute façon".

Il a toutefois mis en garde contre une enquête qui aurait "des visées d'instrumentalisation politicienne".

















yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Jeu 7 Juin - 17:59:51

Merah au Raid : "Je suis le messager d'Allah","J'en ai pas tué assez"

"Je suis le messager d'Allah",a lancé Mohamed Merah,l'homme accusé d'avoir tué sept personnes à Toulouse et Montauban,aux officiers du Raid pendant le siège de son domicile le 21 mars dernier,selon les enregistrements faits pendant l'assaut.

Je suis le messager d'Allah",a lancé le 21 mars Mohamed Merah au officiers du Raid,pendant le siège de son domicile.

Dans ce document consulté par l'AFP,le tueur au scooter,accusé de sept meurtres à Toulouse et Montauban,revendique clairement sa proximité avec les talibans.

"J'en ai pas tué assez",a aussi dit Mohamed Merah, qui évoque ses liens avec le milieu du grand banditisme pour trouver des fonds,lors des négociations menées avec les hommes du Raid et de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

Le forcené évoque également les "repérages" qu'il avait faits à Toulouse et sa région avant les meurtres,selon le procès verbal dressé par un officier de police sur place.

"J'ai décidé de taper la France"

Début du siège à 3h12 : "Nous percevons en provenance de l'immeuble dans lequel se déroule l'intervention,des tirs d'armes à feu",raconte l'officier.

Une heure plus tard,à 4H15,l'équipe du SRPJ se rapproche de celle du Raid "pour y constater tout élément pouvant intéresser l'enquête ainsi que les paroles outrageuses et menaçantes" que Mohamed Merah "prononce à leur encontre",ajoute-t-il.

A 4H20 : le chef du Raid fait savoir qu'ils "ont essuyé provenant de l'appartement de Merah des tirs" et qu'un de ses hommes est blessé au genou.

L'officier retranscrit les déclarations de Mohamed Merah "les plus marquantes" : "J'en ai pas tué assez","Je soutiens Al Qaida","Je me suis engagé à intégrer les groupes de combat","Je suis allé au Pakistan cet été","J'ai décidé de taper la France","Je suis allé en Algérie,Irak,Syrie","Je vous ai tapé la France","J'ai un 9mmn,un Uzi et un 45","Arrête de me passer la pommade","Je suis le messager d'Allah,j'ai combattu pour Allah".

Les hommes du SRPJ,chargés de faire un rapport sans prendre part aux négociations,décident ensuite d'enregistrer,à l'aide d'un Iphone,les dialogues entre les policiers et Merah,tué dans l'assaut final le 22 mars.

La transcription intégrale de ces enregistrements n'a pas encore été versée au dossier.

"Une partie du dialogue est quasi inaudible et deux experts travaillent à la transcription",a indiqué à l'AFP une source proche de l'enquête.

Les trois juges chargés de l'enquête ont indiqué aux familles des victimes,reçues à tour de rôle depuis la mi-mai,qu'elles seraient versées au dossier en septembre,a précisé cette source.

















tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Ven 8 Juin - 1:27:50

L'ex-épouse de Merah attaque Le Point

L'avocat de celle qui fut religieusement l'épouse de Mohamed Merah pendant moins de trois semaines a indiqué qu'il allait assigner le Point pour avoir attenté à la vie privée de sa cliente mineure.

Me Christian Etelin reproche à l'hebdomadaire d'avoir publié dans son édition du 31 mai,contre le gré de la jeune fille,un article consacré aux quelques jours pendant lesquels elle a été au regard de l'islam (mais non pas de l'état civil) l'épouse de Merah.

Sa cliente, sollicitée par le Point,avait pourtant opposé à l'hebdomadaire le même refus de s'exprimer qu'à tous les autres organes de presse,mais le Point est passé outre,a-t-il affirmé.

Contacté par l'AFP,le directeur du Point,Franz-Olivier Giesbert,a indiqué ne pas avoir été informé de cette plainte et n'a pas souhaité réagir avant d'en connaître les éléments précis.

Me Etelin juge "particulièrement odieux" le procédé consistant à donner l'impression que la jeune fille a parlé au Point alors que "l'article en cause n'est rien d'autre que la reproduction de son interrogatoire effectué par les policiers après la mort de Mohamed Merah",a-t-il dit à l'AFP.

Sa cliente "est mineure,et chacun sait que l'audition d'un mineur dans le cadre d'une procédure pénale est protégée par la loi",a-t-il dit.

"L'article fournit tous les détails permettant de l'identifier,ainsi que ses parents",a-t-il dit.

Aussi la jeune fille engage-t-elle une action devant une juridiction civile,a-t-il ajouté.

Sa cliente a été,de leur mariage par un imam le 15 décembre à sa répudiation le 2 janvier,l'épouse de celui qui,entre le 11 et le 19 mars a abattu de sang froid et au nom d'Allah,un enseignant et trois enfants juifs et trois soldats.

Elle sera majeure en juin.
















le figaro

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Dim 10 Juin - 15:48:22

Affaire Merah : les failles des services de renseignement français

Trois magistrats en charge de l’affaire Merah cherchent à faire la lumière sur d’éventuelles failles du renseignement français, qui n'a pas su empêcher les tueries de Toulouse et de Montauban.

Un sujet qu'aborde aussi un livre à paraître mi-juin.


Trois juges d’instruction en charge de l’affaire Merah cherchent à mettre au jour d’éventuels dysfonctionnements des services de renseignement français.

Selon des sources judiciaires anonymes,ils auraient demandé,ce mercredi 6 juin,la déclassification des notes et des documents récoltés par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) au sujet de Mohamed Merah,l'auteur des meurtres de trois militaires à Toulouse et à Montauban et de la tuerie devant un établissement scolaire juif de la Ville rose,en mars dernier.

Mardi,les juges ont reçu pendant trois heures les familles des quatre personnes trois enfants et un enseignant tuées devant l’école Ozar Hatorah de Toulouse ainsi qu’un adolescent grièvement blessé au cours de l’attaque.

Les magistrats estiment pour l’heure n’en être qu’au début de leurs investigations mais ont promis que toute la lumière serait faite sur d’éventuelles complicités et sur les raisons pour lesquelles la police n’a pas su mettre hors d'état de nuire le jeune homme,pourtant surveillé par les services de renseignement.

Les ratés des services

Au lendemain de l’assaut mené contre Mohamed Merah, les services de renseignement avaient été la cible de violentes critiques.

Comment l’individu,connu de la police,a-t-il pu commettre ces actes ?

Pourquoi,dans ce contexte,les forces de l'ordre ont-elles mis dix jours à l’identifier ?


Deux mois et demi après les drames,deux journalistes de l’Express,Éric Pelletier et Jean-Marie Pontaut,s’apprêtent à publier,à la mi-juin, un livre sobrement intitulé "Affaire Merah.

L’enquête" (editions Michel Lafon) mettant en cause l’organisation des services de renseignement français.

Pour l’hebdomadaire,qui en a publié des extraits dans son édition parue ce mercredi,"Mohamed Merah aurait pu,Mohamed Merah aurait dû être arrêté avant les meurtres".

Et le magazine d’énumérer ce qui,dans le parcours du terroriste,aurait dû alerter davantage les services de renseignement français.

"Il est fiché au terrorisme et ses déplacements et agissements sont notés et rapportés d’octobre 2006 à mars 2010. En bref, il cesse d’être surveillé quand il commence vraiment à être dangereux", estime l’Express dans son article commentant le livre de ses deux journalistes.

Mohamed Merah,à son retour du Pakistan en novembre 2011,est également auditionné par un brigadier considéré comme aguerri appartenant à la Direction régionale du renseignement à Toulouse.

Pourtant,le jeune homme ressort libre de cet entretien,sans être de nouveau l’objet d’une surveillance particulière.

Dans la nuit du 21 mars,alors qu’il est cerné par la police,Merah demande à parler avec le brigadier qui l’a entendu quelques mois plus tôt.

"Tu n’as rien vu venir,hein ?

T’as vraiment pensé que j’allais faire du tourisme au Pakistan ?",le nargue-t-il.

Une ultime attaque "laborieuse"

"Le poisson passe entre les mailles du filet" de la police,résume l’Express,qui écarte l'hypothèse d'une complicité policière.

Alors,comment expliquer un tel ratage ?

"Au fil des pages [du livre "Affaire Merah. L’enquête"],on a l’impression que tous les agents de tous les services font leur travail mais que cela mène le renseignement français à être toujours en retard sur le tueur,à le sous-estimer,à trop écouter la voix de la paperasse et pas assez les murmures de l’intuition",estime l’hebdomadaire,qui en conclut : "C’est l’organisation policière qui est en cause dans le suivi raté du cas Merah, tout comme elle l’est pour l’interminable assaut de la rue Sergent-Vigné."

L’assaut,qui a duré plus de 30 heures entre le 21 et le 22 mars,s’est soldé par la mort de Mohamed Merah,abattu par les forces de police alors qu’il sautait par la fenêtre de son appartement.

Dès les premières minutes de l’assaut,l’homme, lourdement armé,a blessé deux membres des forces spéciales en tirant à travers la porte.

"Il est surprenant,au vu des moyens déployés,que le Raid se soit fait cueillir à sa première tentative d’ouverture de porte.

Il est stupéfiant que l’ultime attaque ait été aussi laborieuse et n’ait pas permis d’attraper Merah vivant",commente l’Express.

Dès lors,les victimes et leurs familles devront se contenter de témoignages indirects et d’éléments biographiques de Mohamed Merah pour comprendre les crimes.

Un fou de Dieu,un islamiste parti apprendre l’art du terrorisme en Afghanistan et au Pakistan.

"Je suis le messager d’Allah et je soutiens al-Qaïda !",a lâché le tueur,selon des propos rapportés par les journalistes Éric Pelletier et Jean-Marie Pontaut.

Mais jamais Merah ne sera jugé ou entendu par un juge.

D’où la difficulté de l’enquête entamée par les juges d’instruction en charge de l’affaire…

Le ministre de l’Intérieur,Emmanuel Valls,a lui aussi demandé une enquête sur les services de renseignement.

Dans un entretien au quotidien Le Parisien paru lundi 4 juin,il a estimé : "Dès lors qu'un homme,peut-être seul,a pu commettre de tels crimes, nous sommes face à un échec l'État n'a pas su ou pas pu protéger des Français".

"Il s'agit d'en comprendre les raisons,ajoute le ministre.

J'ai chargé la Direction générale de la police nationale (DGPN) et la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) de me fournir une étude très complète sur ce qui a dysfonctionné dans cette affaire".

Et Manuel Valls de conclure : "Il y aura nécessairement une réforme des services de police au sein de la préfecture de Paris".


























france 24

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Lun 11 Juin - 18:04:20

Le père de Mohamed Merah porte plainte pour meurtre à Paris



Mohamed Benalel Merah,père de Mohamed Merah,lors d'une conférence de presse à Alger,le 27 mars 2012.

Mohamed Benalel Merah a mis ses menaces à exécution.

Le père de Mohamed Merah,abattu par le GIGN le 22 mars à Toulouse,a porté plainte contre X pour meurtre,ce lundi à Paris,ont indiqué des avocates à l'AFP.

L'homme avait menacé d'engager des poursuites contre la France pour «avoir tué son fils», indiquant qu'il «allait engager les plus grands avocats et travailler le reste de sa vie pour payer les frais».

«Si j'étais le père d'un tel monstre,je me tairais dans la honte»,avait alors répondu Alain Juppé.

























yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mar 12 Juin - 18:43:50

Mohamed Merah,une enfance violente et sans repères



Sentiments d'abandon,fugues, placement en foyers,les premières années de la vie de Mohamed Merah,tué par la police le 22 mars dernier,ont été rythmées par les violences selon les éléments d'instruction publiés par Le Monde.

Mohamed Merah,le "tueur au scooter" de Toulouse et Montauban a vécu une enfance violente marquée par un fort sentiment d'abandon,selon des pièces du dossier d'instruction révélées mardi par Le Monde.

Né en 1988,Mohamed Merah semble souffrir très jeune de l'absence de son père,qui a abandonné très tôt le domicile familial.

Son modèle masculin,quand il était enfant,est son grand frère Abdelkader,aujourd'hui seul mis en examen et écroué dans l'enquête sur les tueries de Toulouse et Montauban.

En 2000,Mohamed Merah est en sixième,où il récolte des résultats plutôt bons,selon Le Monde qui publie des extraits de rapports scolaires et des services sociaux.

Son comportement,en revanche,est "trop souvent inadmissible",juge une assistante sociale.

Mohamed "aimerait que sa mère puisse lui consacrer plus de temps et d'attention,mais il pense qu'elle est trop occupée par Abdelkader pour s'occuper de lui".

"Il me frappait,me mordait..."

Deux ans plus tard,sa mère Zoulikha Aziri rapporte aux services sociaux,qui suivent très tôt la famille,son impuissance face à un enfant violent.

"Il me frappait,me mordait,vidait tout le frigo par terre,cassait tout

Je ne pouvais pas lui parler méchamment,sinon il s‘échappait ou alors il m'insultait devant tout le monde,et j'avais honte",déclare-t-elle à une psychologue de la cour d'appel de Toulouse.

Mohamed Merah a aussi été placé d'urgence en foyer, une solution qui n'en sera pas une.

"Il injurie,insulte les filles qui nous demandent de les protéger et de fermer leur chambre à clef", selon le chef de service du foyer.

"Chaque jour,nous devons intervenir pour une dégradation,un vol,un conflit,une agression dont Mohamed est l'auteur."

Au collège,une principale le décrira comme un élève "particulièrement doué",qui "risque de se transformer en adolescent dangereux au vu de ses capacités intellectuelles".

L'adolescent multiplie les menaces de suicide et les fugues qui le conduisent chez sa mère dont il revient "soit par les services de police,soit par ses propres moyens".

Les sursis cumulés dans sa jeunesse tombent à sa majorité avec une nouvelle condamnation,cette fois pour avoir bousculé et volé une dame.

Mohamed Merah a été abattu le 22 mars par la police lors de l'assaut de l'appartement où il était retranché.

Il avait auparavant assassiné sept personnes à Toulouse et Montauban.


























tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mar 12 Juin - 23:44:01

Affaire Merah: la thèse d'une manipulation par les services secrets resurgit

Quels contacts entretenaient les renseignements français avec Mohamed Merah avant ses tueries?

L'avocate algérienne de son père affirme détenir deux vidéos,réclamées par la justice française,qui prouveraient que le "tueur au scooter" a été manipulé.

Ces enregistrements,qui n'ont pas été rendus publics,auraient été réalisés par Mohamed Merah au moment où la police assiégeait son appartement toulousain et sont cités à l'appui d'une plainte pour meurtre déposée lundi à Paris par les avocates du père du "tueur au scooter",Mes Zahia Mokhtari et Isabelle Coutant-Peyre.

Mardi,le quotidien algérien Echourouk a publié une traduction en arabe des conversations présumées entre Mohamed Merah et des policiers lors du siège qui fut fatal au tueur,une transcription qui a été authentifiée par Me Coutant-Peyre.

Selon le quotidien,l'auteur des tueries de Toulouse et Montauban aurait affirmé avoir découvert durant ce siège qu'un homme qu'il croyait être son ami était en fait une "taupe",un agent des services français qui l'aurait manipulé,l'incitant notamment à partir en Irak,au Syrie et au Pakistan.

Me Coutant-Peyre a affirmé qu'il revenait à Me Mokhtari,sa consoeur algérienne,de transmettre ces vidéos à la justice,comme l'a demandé le parquet de Paris.

Contactée par l'AFP,la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) n'a fait aucun commentaire sur ces vidéos.

De source proche de l'enquête,on se montrait cependant très réservé sur ces vidéos que le tueur aurait envoyées de son téléphone mlkjh à son père.

Les spéculations sur les liens entre Merah et les renseignements étaient apparues peu après la mort du tueur le 22 mars,du fait notamment de ses contacts avérés avec un agent de la DCRI de Toulouse en novembre 2011,à la suite de voyages en Afghanistan et au Pakistan.

C'est ce même policier de la DCRI qui était intervenu pour négocier lors du siège.

familles "choquées" Un ancien patron du contre-espionnage,Yves Bonnet,s'était ouvertement interrogé sur un éventuel rôle d'indicateur que Merah aurait pu jouer.

Mais Bernard Squarcini,alors chef de la DCRI,avait démenti fin mars que l'homme qui avait abattu de sang froid sept personnes à Toulouse et Montauban entre les 11 et 19 mars ait été un "indic".

Ce que l'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant avait également "totalement exclu".

Une source policière a affirmé mardi à l'AFP que Merah a "pu être traité" directement de Paris par un agent de la DCRI proche de Bernard Squarcini car localement "ce n'était pas possible avec six agents travaillant sur une trentaine d'objectifs".

Cet agent a "effectué des séjours à Toulouse dans cet esprit",selon elle,ce "qui ne veut pas dire que Merah a été un indicateur".

Merah,selon plusieurs autres sources policières du Renseignement,avait "le profil de cette minorité" de Français parfois "envoyés par les services secrets +faire le djihad" sous "divers prétextes et parfois sous différentes pressions aussi".

Selon ces sources policières du renseignement, cette information est toutefois "difficilement vérifiable".

Des éléments versés au dossier d'instruction et cités par Le Monde laissent penser que l'évolution du tueur vers un islam radical fut relativement tardive,après une enfance violente marquée par un fort sentiment d'abandon.

Les avocates de familles de victimes,Mes Samia Maktouf et Béatrice Dubreuil,ont indiqué à l'AFP que ces dernières étaient "extrêmement choquées de ce nouvel épisode" et attendent "des autorités que la vérité éclate".

"Elles attendent en particulier beaucoup de la déclassification promise de tous les documents nécessaires à l'enquête",ont elles déclaré.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a demandé une étude approfondie "sur ce qui a dysfonctionné" dans l'affaire Merah en raison d'un "échec" de l'Etat qui "n'a pas su ou pas pu protéger des Français".























yahooa actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mer 13 Juin - 13:41:13

Affaire Merah: La justice française veut obtenir les vidéos du père de Mohamed Merah



Le père de Mohamed Merah,Mohamed Benalel Merah,le 27 mars 2012 à Alger

Dans sa plainte,le père de Mohamed Merah affirme posséder des vidéos tournées par son fils dans les dernières heures du siège de son appartement toulousain...

Le parquet de Paris a annoncé ce mardi avoir demandé communication des enregistrements vidéo cités dans la plainte pour meurtre déposée lundi par le père de Mohamed Merah et visant implicitement la police française.

Le parquet a demandé par télécopie vers 10h à Isabelle Coutant-Peyre,l'avocate en France du père de Mohamed Merah,la transmission des enregistrements évoqués dans la plainte et n'avait reçu aucune réponse en fin d'après-midi,a-t-il indiqué à l'AFP.

Pas d'images des vidéos pour l'instant

La plainte retranscrit certains passages de ces vidéos mais ne contient pas ces vidéos,a précisé le parquet.

Selon une transcription de ces vidéos publiée mardi sur le site d'un journal algérien,le «tueur au scooter» aurait affirmé avoir découvert durant le siège de son appartement qu'un homme qu'il croyait être son ami était en fait un agent des services français qui l'aurait manipulé,l'incitant notamment à partir en Irak,au Syrie et au Pakistan.

L'avocate en France du père de Merah a indiqué qu'il revenait à sa confrère algérienne,Zahia Mokhtari,de transmettre ces vidéos à la justice.

«C'est Zahia Mokhtari qui est chargée de ces questions là

.C'est elle qui choisit à quel moment elle les remet»,a dit sur i-Télé Isabelle Coutant-Peyre.

«C'est vous qui m'avez entraîné dans cette situation»

Selon le journal algérien,le prétendu ami de Merah aurait fait partie de l'équipe qui tentait alors de négocier sa reddition alors qu'il était enfermé dans son appartement à Toulouse,assiégé par les forces de sécurité,après avoir assassiné trois militaires français et quatre personnes,dont trois enfants,dans une école juive.

«Tu m'as envoyé en Irak,au Pakistan et en Syrie pour aider les musulmans.

Et tu te révèles finalement un criminel et un capitaine des services français.

J'aurais jamais cru ça»,aurait lancé Merah à l'adresse de «Zouheir».

«Va en enfer espèce de traître»,aurait-il ajouté.

«Vous allez me tuer sans aucune raison.

C'est vous qui m'avez entraîné dans cette situation.

Je ne te pardonnerai jamais».

Le père de Merah,Mohamed Benallel Merah,résidant en Algérie,a déposé plainte lundi pour "meurtre" contre la hiérarchie de la police française ayant donné l'ordre de lancer l'assaut au cours duquel son fils a été tué.

Zahia Mokhtari affirme que les vidéos en possession de la famille apportent la preuve de «la liquidation» de Mohamed Merah.

Isabelle Coutant-Peyre a précisé lundi que ces vidéos seraient «mises à disposition des autorités quand elles en feront la requête».


























20 minutes

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Jeu 14 Juin - 23:33:46

Merah: Le père "affabule" (partie civile)

Le père du "tueur au scooter" a bâti "une fable sur la mort de son fils" en déposant une plainte "fantaisiste" et "douteuse" pour meurtre contre la hiérarchie de la police,ont accusé cet après-midi les avocats d'une famille de victimes juives de Mohamed Merah.

"Le père de Mohamed Merah a décidé de construire une fable sur la mort de son fils en instrumentalisant la justice au moyen d'une plainte qui est à ce jour fantaisiste et en tout cas, douteuse tant sur ses buts que sur ses fondements", ont estimé Mes Patrick Klugman et Ariel Goldmann.

Ces avocats représentent la famille de Jonathan Sandler,assassiné avec ses deux enfants à l'école juive Ozar Hatorah de Toulouse le 19 mars.

Une autre petite fille juive avait été assassinée ce jour-là,après trois parachutistes,tués les 11 et 15 mars à Toulouse et Montauban.

"Nous regrettons que ses avocats (du père Merah) aient choisi de se répandre dans les médias plutôt que de verser les pièces qu'ils prétendent détenir",ont-ils ajouté.

Mohamed Benalel Merah,le père du "tueur au scooter",a déposé plainte lundi pour "meurtre" contre la hiérarchie de la police ayant donné l'ordre de lancer l'assaut qui a tué son fils le 22 mars.





















le figaro

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Sam 16 Juin - 12:46:15

La famille d'une des victimes de Merah lance une association contre la radicalisation

La mère et le frère d'Imad Ibn Ziaten,le premier parachutiste tué à Toulouse par Mohamed Merah, lance ce samedi l'Association Imad pour la jeunesse et la paix.

Il veulent lutter contre la radicalisation, notamment en prison.

La famille d'Imad Ibn Ziaten,le premier parachutiste tué à Toulouse par Mohamed Merah,le 11 mars dernier,lance ce samedi 16 juin, l'"Association Imad pour la jeunesse et la paix".

Implantée à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime), animée par la mère et le frère du soldat assassiné, soutenue par des représentants des communautés musulmane,juive et catholique,elle s'est donnée pour but de mener des projets sociaux dans les quartiers sensibles et en milieu carcéral.

"Il s'agit de prévenir les dangers de la radicalisation,notamment en prison,et de lutter contre le sectarisme,résume Hatim Ibn Ziaten pour lexpress.fr.

Nous voulons faire passer un message afin qu'il n'y ait pas d'amalgame entre le fanatisme et l'islam de paix."




















l'express

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mar 19 Juin - 12:30:32

Affaire Merah,voyage au pays des conspirationnistes



Un policier inspecte l'appartement de Mohamed Merah rue du Sergent-Vigné,à Toulouse,vendredi 23 mars.

Zones d'ombre,déclarations contradictoires, surenchère médiatique,récupération politique, résonances avec le conflit israélo-palestinien, ratés des services de police,rôle trouble des services de renseignement...

l'affaire Mohamed Merah,le jeune homme accusé d'avoir tué sept personnes en mars à Toulouse et à Montauban,réunit tous les ingrédients dont se nourrissent les théories conspirationnistes.

Dès l'origine de l'affaire,les premiers soupçons de manipulation politique surgissent.

Alimentés par les incohérences du dossier,ils ne cesseront d'enfler jusqu'à s'agréger en véritables thèses alternatives à la version officielle.

Plongée dans la nébuleuse complotiste,ses réflexes, ses techniques,ses arrière-pensées idéologiques.

Décryptage : "Tentative de déconstruction d'un discours conspirationniste"

Nous sommes le 19 mars.

La France est encore sous le choc du meurtre de trois militaires à Montauban quand un homme, baptisé le "tueur au scooter" par la presse,tue trois enfants et un adulte dans une école juive de Toulouse.

Le nom de Merah n'est pas encore apparu,les médias véhiculant encore la thèse d'un tueur néonazi.

Quelques heures à peine après le drame,Philippe Poutou,alors candidat NPA à la présidentielle, déclare : "Ça a l'air d'être un fou,mais ce n'est peut-être pas un hasard si ça arrive en pleine campagne.

Il y a peut-être un calcul politique derrière pour faire diversion par rapport à la crise."

Le NPA se désolidarise aussitôt de cette sortie hasardeuse.

Les germes du complot,eux,ne tarderont pas à s'épanouir sur Internet.

De l'innocence de Merah à la culpabilité d'Israël



Mohamed Merah,accusé d'avoir abattu sept personnes (trois parachutistes ainsi que trois écoliers et un enseignant juifs) les 11,15 et 19 mars à Toulouse et à Montauban,a été abattu chez lui au cours d'un assaut du RAID le 22 mars.

Ils sont rapidement relayés sur des sites "spécialisés" comme Sott.net,le Réseau Voltaire,Mecanopolis,Oulala.net ou Legrandsoir.info.

Avec l'identification de Merah,ce n'est plus tant sur le "timing" politique que sur l'identité du tueur,que portent désormais les soupçons de manipulation.

Pour Sott.net,un réseau de sites multilingue qui occupe une place de choix dans la complosphère, l'affaire est entendue : Merah est "innocent".

La "démonstration",truffée de contrevérités,se nourrit des nombreuses zones d'ombre de l'affaire (récits contradictoires de l'assaut,nature exacte des relations entre Merah et les services secrets, etc.)

pour aboutir à une conclusion lapidaire : le jeune homme a été manipulé par les services de renseignement avant d'être exécuté.

Il faut lire l'exposé jusqu'à son terme pour comprendre l'arrière-fond idéologique qui sous-tend cette thèse : "Les véritables cerveaux du terrorisme à l'échelle mondiale" sont... "les Israéliens".

Sous l'article,un texte intitulé "Comment le monde va finir en 2012" nous explique "que la mise en place finale du Nouvel ordre mondial fasciste et totalitaire aura lieu cette année".

"L'idéologie conspirationniste pense que tout est complot,qu'il y a un complot mondial.

Elle recycle les vieux thèmes anti-judéo-maçonniques,l'idée d'un sionisme international tentaculaire",explique Rudy Reichstadt,fondateur de Conspiracy Watch,site qui se décrit comme un "observatoire du conspirationnisme et des théories du complot".

"La complosphère est une galaxie rouge/brune,qui s'agrège de l'extrême gauche à l'extrême droite autour d'un fond idéologique anti-impérialiste".

Une collusion illustrée récemment par le cas René Balme,candidat du Front de gauche aux législatives, qui hébergeait sur son site,Oulala.net,des textes d'extrême droite,antisémites et complotistes.

Merah,Ben Laden,DSK,11-Septembre...



Les ruines du World Trade Center après les attentats du 11 septembre 2001 à New York

L'idéologie conspirationniste se signale par une approche systématique,quasi obsessionnelle,qui tend à tisser un lien invisible entre certains grands événements de l'histoire récente au service d'une même vision du monde.

Sur Mecanopolis,Hani Ramadan,le frère de Tariq, défend ainsi la thèse d'un attentat sous fausse bannière,destiné à faire monter l'islamophobie, qu'il met en relation avec la mort de Ben Laden et les attentats du 11-Septembre : "A propos de Mohamed Merah,nous pouvons être sûrs qu'il est l'auteur des crimes de Toulouse et de Montauban.

Du moins,aussi sûrs que nous avons la certitude que le corps de Ben Laden gît au fond des mers,écrit le directeur du Centre islamique de Genève.

Comment ne pas ressentir un malaise devant la version officielle des faits,en cette période électorale ?

Comment ne pas faire la comparaison avec le 11-Septembre ?"


"La complosphère s'est engouffrée dans cette affaire avec sa célérité habituelle,dès les premiers jours,comme pour le 11-Septembre,la mort de Ben Laden ou l'affaire DSK",constate Rudy Reichstadt.

Dernier exemple en date de ce complotisme systémique,le réalisateur Mathieu Kassovitz,qui avait déjà publiquement mis en cause la version officielle du 11-Septembre,s'est fendu,la semaine dernière,d'un tweet dubitatif sur la culpabilité de Mohamed Merah :

Qui a tué ces enfants juif ?

Sommes nous certain que c'est Merah et doit on croire la version officielle malgré les zones d'ombre ?


Parole officielle contre source alternative : qui croire ?

Mohamed Merah ne sera jamais jugé,et rien n'interdit de s'interroger sur les innombrables questions laissées ouvertes par cette affaire complexe et par les lenteurs de l'enquête.

"Toute thèse alternative n'est pas délirante, remarque le sociologue Pascal Froissart,auteur de La rumeur.

Histoire et fantasmes.

L'appareil d'Etat nous a déjà abondamment menti par le passé Tchernobyl,la maladie de Mitterrand,etc..

Le doute est plutôt sain."

Ce tweet est néanmoins révélateur de la mécanique conspirationniste.

A partir de "zones d'ombre",le complotiste remonte un fil qui le conduit irrésistiblement à rejeter en bloc la version officielle.

On ne sait pas tout,c'est donc qu'il y a complot.

La prise de position de Mathieu Kassovitz fait suite à la publication,mardi 12 juin,par le quotidien algérien arabophone Echourouk,de la traduction en arabe des propos qu'aurait tenus Merah dans deux vidéos tournées durant l'assaut du RAID.

Selon la transcription en français du contenu supposé de ces vidéos,le jeune homme aurait découvert peu avant de mourir qu'il avait été manipulé par les services secrets.

"Je suis innocent",affirme-t-il,selon la transcription.

Personne n'a jamais vu ces vidéos.

La justice française les réclame,jusqu'ici en vain.

Les enquêteurs ont fait part de leurs "sérieux doutes" concernant leur existence,tout comme le parquet de Paris,au motif qu'aucun matériel d'enregistrement n'a été retrouvé dans l'appartement de Merah.

Sur les sites conspirationnistes,le contenu de ces vidéos fantômes,relayé par un journal proche des services secrets algériens,eux-mêmes réputés pour leur art consommé de la manipulation,est pourtant cité comme une preuve matérielle du complot.

L'autorité de la source importe peu : la version officielle étant par nature mensongère, seules les assertions émanant de la marge sont à même de faire éclater la vérité.

Et quand bien même ces vidéos n'existeraient pas ou seraient des faux,l'objectif serait atteint, explique Rudy Reichstadt : "Il est moins important de convaincre que d'instiller le doute.

Dans dix ans,on aura oublié les détails,on retiendra la suspicion."

Le rôle des médias : le diable est dans le détail

Une suspicion entretenue par les médias (tweet ci-dessous) et les déclarations d'anciens patrons du renseignement,comme Yves Bonnet,ancien responsable de la DST,qui a laissé entendre,sans preuve,que Merah avait pu être un indicateur de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

L'enquête n'a pas encore permis de faire la lumière sur ce point : une carence d'information dont s'emparent les tenants des thèses alternatives.

A l'heure d'Internet et des chaînes d'information en continu,affirmations contradictoires non recoupées et contrevérités s'accumulent,semant la confusion dans les esprits.

Sur Sott.net,les approximations des médias ne sont pas le signe d'un manque de rigueur,mais la preuve qu'on nous ment :

"Un témoin oculaire des meurtres de Montauban a déclaré de façon claire que le tireur,qui portait toujours un casque de moto,était 'corpulent'.

Ainsi,conclut l'auteur,il y a des chances que Mohamed Merah ne soit pas l'assassin de Toulouse".

Ce lien de cause à effet sur la foi d'un unique témoignage est développé dans une vidéo :

"Les témoins disent n'importe quoi,comme souvent dans ce genre d'affaires.

Le témoignage de cette dame,Martine,n'a jamais été pris au sérieux par les enquêteurs.

Mais il faut alimenter l'antenne,et cela créé de la confusion dans l'opinion",explique Frédéric Helbert,journaliste indépendant,qui décrypte sur son blog les développements de l'affaire depuis le premier jour.

"Les conspirationnistes discréditent par avance toute parole officielle,tout média officiel,alors qu'ils ne se nourrissent eux-mêmes que des informations diffusées par ces canaux,explique Rudy Reichstadt.

Ils n'enquêtent pas,ils collationnent ce qu'ils trouvent et le mettent en scène de façon plausible.

Ils agissent par sous-entendus,pointent les zones d'ombre comme autant de preuves et excluent de leur démonstration ce qui les gêne.

Il arrive bien sûr que la parole officielle mente, mais les discours conspirationnistes sont eux-mêmes mensongers et manipulatoires."

Le récit de l'assaut : une version officielle défaillante



Les policiers du RAID quittent les lieux de l'opération après l'assaut contre l'appartement de Mohamed Merah,le 22 mars à Toulouse.

Cette suspicion à l'égard de la parole officielle a été largement renforcée par la fantastique confusion qui règne depuis le début de cette affaire.

"On est dans une histoire où tous les officiels mentent.

La communication est totalement verrouillée.

C'est du pain béni pour les complotistes !",résume Frédéric Helbert.

La description tout en non-dits de l'assaut faite au Monde.fr par le patron du RAID,qui coïncide avec son rapport complet de l'opération, est abondamment commentée sur certains sites.

Amaury de Hauteclocque y déclare : "Il est venu à l'engagement contre nous avec trois Colt 45 de calibre 11.43 alors que nous avions alors engagé uniquement des armes non-létales.

J'avais donné l'ordre de ne riposter qu'avec des grenades susceptibles de le choquer.

Mais il a progressé dans l'appartement et il a tenté d'abattre mes hommes qui étaient placés en protection sur le balcon.

C'est probablement l'un des snipers qui l'a alors touché."

A aucun moment le patron du RAID n'évoque des tirs de la part de ses hommes engagés dans l'appartement laissant entendre,par omission ("alors que nous avions alors engagé..."),qu'ils étaient équipés d'armes non-létales.

En réalité,Merah n'avait qu'un seul Colt,et non trois,et les premiers intervenants du RAID ont tiré à balles réelles lorsqu'il a surgi de la salle de bain en faisant feu dans leur direction,racontent Eric Pelletier et Jean-Marie Pontaut dans Affaire Merah,l'enquête.

Au terme de près de six minutes de fusillade,la PJ retrouvera soixante-neuf douilles de balles 11.43 tirées par le Colt de Merah,qui avait plusieurs chargeurs,et près de trois cents appartenant aux policiers.



Des images de France 2 montrent des impacts de balles sur un mur de l'appartement de Mohamed Merah

Sott.net s'est aussitôt engouffré dans les failles du récit du patron du RAID,en y ajoutant plusieurs erreurs factuelles : "Aucune de ces balles n'a atteint Merah ni un seul membre du groupe d'assaut on peut supposer que les policiers susmentionnés sont tombés en état de choc lorsqu'ils ont réalisé que trois cents cartouches tirées avec des armes automatiques dans un 38 m2 avaient toutes manqué leur cible".

Cette affirmation est fausse : près de trente impacts de balles ont été retrouvés sur le corps de Merah,qui portait un gilet de protection, et plusieurs policiers ont été blessés durant l'opération.

"Le récit officiel de l'assaut est incohérent, estime Frédéric Helbert.

Six à sept minutes de mitraillage dans 40 m2,300 cartouches,28 impacts de balles sur le corps de Merah,c'est difficile à croire.

J'ai moi-même du mal à comprendre.

Rien n'a été clairement expliqué,et ça ressort comme une hydre.

Quand on ne sait pas,on invente.

A quoi il faut ajouter que la mère de Merah n'a pas pu voir le corps de son fils,qui était dans un cercueil plombé.

Et ça,les complotistes adorent..."

Nous sommes tous conspirationnistes

"Le conspirationnisme a plusieurs étages,explique Rudy Reichstadt.

Au premier niveau,une structure de discours qui tend à privilégier un récit alternatif à celui communément admis sur un événement donné.

Et quand on creuse un peu,on trouve l'idéologie conspirationniste,qui veut que tout soit complot."

Inutile d'être un conspirationniste avéré pour céder,ponctuellement,à la tentation du complot.

Au lendemain de la révélation de l'affaire du Sofitel de New York,et alors que l'opinion ne disposait encore d'aucun élément permettant de se forger un avis sur la culpabilité de Dominique Strauss-Kahn,une majorité de français (57 %) pensaient que DSK était victime d'un coup monté.

Le pourcentage montait même à 70 % chez les sympathisants socialistes.

Le réflexe complotiste a alors constitué une forme d'autodéfense patriotique,voire partisane.

Elle trouve un équivalent dans l'affaire Merah, avec un conspirationnisme "communautaire",certains Français de confession musulmane refusant de croire qu'un des "leurs" ait pu commettre de telles atrocités.

Une façon de se libérer d'une culpabilité collective,d'anticiper par le déni toute stigmatisation de leur communauté.

En témoigne ce clip du rappeur d'Alif (qui se présente lui-même comme le chanteur "le plus boycotté du rap français"),dans lequel il se glisse dans la peau de Merah : "La France m'a pris pour cible et m'a collé une affaire d'Etat.

En période électorale,tous les coups sont permis.

Ils m'accusent de tous ces meurtres que je n'ai pas commis.

Ce que nous vivons est un deuxième 11-Septembre à la Française.

J'pisse le sang dans leur complot.

Je sais que tuer des enfants est horrible,mais le plus horrible est d'en avoir reçu l'ordre."

"Le doute est sain en démocratie,admet Rudy Reichstadt.

Le problème,c'est que les conspirationnistes se méfient de tout,sauf de leur propre méfiance."

Prisonniers de leur idéologie ou de leur réflexes défensifs,"ils sont le contraire d'un esprit libre".

















m société

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mar 19 Juin - 16:30:18

Merah était "un monstre",selon son frère

L’un des frères de Mohamed Merah est sorti de son silence sur lepoint.fr pour réprouver les crimes du «monstre rempli de haine» qu’est devenu son benjamin.

Abdelghani Merah a aussi des mots très durs contre leur père,Mohamed Benalel Merah,qui a déposé le 11 juin une plainte pour le meurtre de Mohamed Merah.

«L’attitude de mon père est totalement indécente, sa plainte est extravagante»,dit Abdelghani Merah dans cet entretien publié aujourd'hui.

«On dit qu’il cherche à établir des responsabilités dans la mort de son fils.

Mais le premier responsable de cette horreur,c’est lui.

Quand il parle,je me dis : mais faites-le taire»,ajoute-t-il.

Il explique avoir voulu parler parce qu’il a été touché qu’Albert Chennouf,père d’un des parachutistes tués le 15 mars à Montauban,n’a pas exprimé de haine malgré la douleur.

«J’aurais aimé avoir un père de cette envergure.

Il est à la recherche de la vérité,je l’aiderai comme j’aiderai toutes les familles à faire la lumière sur cette tragédie qui aurait pu être évitée»,dit Abdelghani Merah.

Il ne s'étend pas sur la manière dont on aurait pu, selon lui,empêcher Mohamed Merah d’exécuter froidement trois parachutistes,trois enfants juifs et un père entre le 11 et le 19 mars,sinon pour dire que «les alertes n’ont pas fonctionné».

«Aujourd’hui,je voulais simplement présenter mes condoléances aux familles des victimes.

Je ne demande pas pardon,parce que ce qu’a fait mon frère Mohamed est impardonnable.

Il a commis des crimes racistes,c’est un Anders Breivik français».

Mohamed Merah était le dernier d’une fratrie de cinq enfants,que leur père a laissés en France avec leur mère pour retourner en Algérie.

Un autre frère,Abdelkader,est mis en examen pour complicité d’assassinats et écroué.



















le figaro

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
jacotte
administratrice


Féminin Nombre de messages : 37799
Age : 51
Date d'inscription : 20/02/2005

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Sam 23 Juin - 14:21:18

Le mariage posthume d’Abel Chennouf célébré sans ses parents



Déjà reporté une fois, le mariage posthume d’Abel Chennouf, l’un des soldats tués par Mohamed Merah à Montauban, a été célébrée dans la ville jeudi dernier en l’absence des parents du militaire. Le lieu de la cérémonie faisait l’objet depuis plusieurs semaines de tensions entre les familles des deux époux. Les parents d‘Abel souhaitait célébrer la noce à Manduel, petite commune du Gard d’où est originaire la famille, tandis que ceux de Caroline avait choisi Nîmes, avant finalement de se rabattre sur Montauban.

« Je n’étais pas contre ce choix, mais j’ai demandé du temps pour que je puisse réunir toute notre famille, or la date du 21 juin ne permettait pas cette réunion, regrette Albert, le père d’Abel Chennouf. J’ai écrit à la maire de Montauban, Brigitte Barèges, pour lui demander de reporter la date au mois de juillet mais elle a refusé. Je pense qu’elle m’en veut d’avoir porté plainte contre Sarkozy, dont elle est proche. C’est très dur pour moi et mon épouse de ne pas avoir pu assister à ce mariage ».

Désormais, le père meurtri veut surtout se rapprocher de Caroline, qui était enceinte d’Abel au moment du drame, et a donné naissance à un petit Eden.

« Nous avons eu des tensions avec sa famille, mais je suis prêt tourner la page, car je souhaite le meilleur pour elle et mon petit fil, poursuit Albert Chennouf. J’aimerais que nous puissions nous réconcilier car nous n’avons toujours pas vu le petit. C’est notre voeu le plus cher ».


le parisien
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Dim 24 Juin - 15:44:29

L'avocate de Merah va remettre les preuves à la justice française "dans les plus brefs délais"

L'avocate algérienne du père de Mohamed Merah, auteur de sept meurtres en France,a déclaré dimanche qu'elle allait remettre des vidéos qui auraient été filmées par le jeune homme et d'autres preuves en sa possession à la justice française "dans les plus brefs délais".

"Mon voyage en France a été retardé à cause d'obligations dans des affaires urgentes en Algérie.

Je vais remettre les vidéos et les preuves en ma possession à la justice française dans les plus brefs délais",a déclaré Me Zahia Mokhtari à l'AFP sans préciser de date.

L'avocate a affirmé détenir de nouveaux éléments, des photos,en plus des vidéos.

"Nous allons remettre à la justice française des vidéos et de nouvelles preuves qui consistent en des photos de Merah,prises à la morgue de l'hôpital,dans lesquelles on peut voir toute la violence dont il a été victime",a affirmé Me Mokhtari.

Mohamed Merah,meurtrier de trois militaires et de quatre personnes de confession juive,dont trois enfants,dans le Sud-Ouest de la France en mars,a été tué le 22 mars lors de l'assaut de l'appartement dans lequel il était retranché à Toulouse.

Il était agé de 23 ans.

Son père Merah,Mohamed Benalel Merah,résidant en Algérie,a déposé plainte pour "meurtre" contre la hiérarchie de la police française ayant donné l'ordre de l'assaut.

L'avocate algérienne dit douter des déclarations de l'ancien ministre de l'Intérieur au moment des faits,Claude Guéant,qui a soutenu que Mohamed Merah ne disposait pas d'"appareil de prise de vues" lorsqu'il a été abattu.

"Il est inconcevable que l'on puisse croire que le jeune Merah n'avait pas de téléphone",a-t-elle indiqué.

Selon l'avocate,"le procès verbal de la police a été rédigé de la manière qui correspond à la version officielle de l'affaire".

Me Mokhtari s'est interrogée sur les raisons qui "font douter à l'avance de ses preuves,surtout les vidéos" qui auraient été réalisées par Merah lors du siège de son appartement et envoyées à son père.

Le justice française a dit douter de l'existence de ces vidéos.

"Aucun Iphone,aucun téléphone d'aucune sorte,n'a été découvert lors de la perquisition menée dans l'appartement,pas plus que sur Mohamed Merah",a relevé le procureur de la République.

Me Mokhtari avait déclaré la semaine dernière qu'elle était prête à se rendre en France pour remettre les vidéos à la justice française.




















yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mer 27 Juin - 21:55:04

Merah: la Défense refuse la protection juridique aux familles des soldats tués

Le ministère de la Défense a refusé d'accorder le bénéfice de la protection juridique aux familles des soldats tués à Toulouse et à Montauban par Mohamed Merah,ont annoncé mercredi à l'AFP les avocates de la famille de l'un d'eux.

Pour Albert Chennouf,père d'Abel Chennouf,tué par Mohamed Merah le 15 mars à Montauban,"c'est la fin de toute espérance",estiment Me Samia Maktouf et Me Béatrice Dubreuil.

Car selon elles,"aucun des membres de la famille Chennouf n'est en mesure d'assumer par lui-même les frais de justice qu'elle devra inévitablement engager dans le cadre de cette procédure qui s'annonce longue et difficile".

Or "privés de l'aide du ministère,nos clients ne pourront être associés à la recherche de la vérité",ont-elles ajouté.

Les deux avocates jugent "incompréhensible" et "intolérable",que "les pouvoirs publics piétinent ainsi la mémoire de trois jeunes militaires morts pour la France,assassinés par un homme qui,en les tuant,leur avait crié sa haine des armées et son soutien à l'ennemi taliban des troupes françaises en Afghanistan".

"Nous en appelons au président de la République à intervenir pour réparer cette injustice" car "il en va de l'honneur des armées et de la République elle-même",demandent-elles.

Les avocates de la famille d'Abel Chennouf,avaient déjà écrit à François Hollande fin mai pour lui demander d'honorer les engagements pris par son prédécesseur Nicolas Sarkozy,après que l'armée eut refusé le versement du capital-décès de leur fils.

M. Chennouf a par ailleurs déposé plainte,début mai,contre Nicolas Sarkozy et l'ex-directeur central du renseignement intérieur Bernard Squarcini,qu'il accuse de ne pas avoir empêché la mort de son fils.

Mohamed Merah avait tué par balles Abel Chennouf en même temps que son camarade Mohamed Legouade et très gravement blessé un troisième parachutiste, Loïc Liber.

Le 11 mars à Toulouse,il avait tué un premier militaire,Imad Ibn-Ziaten avant d'assassiner le 19 mars un professeur et trois enfants à l'école juive Ozar Hatorah de cette ville.

Il avait été tué le 22 mars par le Raid lors de l'assaut de son appartement dans lequel il était retranché à Toulouse.

Le ministère de la Défense a récemment écrit aux proches des soldats tués par Merah en leur proposant une compensation.

La famille d'Imad Ibn-Ziaten,premier des soldats tués par Merah,le 11 mars à Toulouse,l'a toutefois refusé.

















yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Jeu 28 Juin - 20:15:48

La famille d'une victime de Merah porte plainte pour violation du secret de l'instruction

L'avocat de la famille de l'un des militaires tués par Mohamed Merah a déposé plainte contre X pour "violation du secret de l'instruction" et "recel",à propos de vidéos des scènes des meurtres,ont indiqué jeudi des sources concordantes.

"De nombreuses personnes dont des journalistes disent avoir pu visionner ces vidéos" prises par Mohamed Merah,et la chaîne Al Jazira n'a pas remis aux juges les copies en sa possession",a affirmé à l'AFP Me Mohan Mouhou,avocat des parents d'Imad Ibn Ziaten,qui a déposé sa plainte mardi.

"La famille est scandalisée car ces meurtres ne sont pas un spectacle et les documents font partie de la procédure judiciaire",a-t-il dit.

Me Mouhou fait notamment référence à une émission du 23 juin sur France 2 au cours de laquelle le journaliste Jean-Marie Pontaut,coauteur d'un livre sur l'affaire Merah,déclare avoir été "le plus sobre possible" pour décrire les scènes de meurtres "par rapport aux "images".

"Que vous avez vues?" demande l'animateur de l'émission Laurent Ruquier.

"Oui",répond M. Pontaut.

Par ailleurs,la chaîne de télévision qatari Al Jazira,qui avait eu l'intention diffuser ces vidéos avant de se rétracter,"n'a toujours pas remis aux juges les copies en sa possession",a déclaré Me Mouhou.

La chaîne qatari a deux copies des vidéos,selon l'avocat,l'une au siège de la chaîne au Qatar et l'autre dans son bureau à Paris.

"A ma demande,les juges ont ordonné leur mise sous scellés" de même que celle des enregistrements audio des échanges entre le Raid et Mohamed Merah peu avant l'assaut donné à son domicile,a dit l'avocat.

"Ces enregistrements audio seront versés au dossier en juillet mais ils ne seront pas communicables au parties,a-t-il précisé.
















tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Jeu 28 Juin - 23:32:40

Merah: enquête ouverte après la plainte

Le parquet de Paris a ouvert une enquête après une plainte pour "violation du secret de l'instruction" par la famille d'une victime de Mohamed Merah qui déplore que les vidéos des tueries aient été vues par des personnes extérieures à l'instruction,a-t-on appris ce soir de source judiciaire.

Cette enquête préliminaire a été confiée à la brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP) de la police judiciaire.

Me Mohan Mouhou,avocat des parents d'Imad Ibn Ziaten,première des sept victimes du "tueur au scooter",avait indiqué auparavant avoir déposé plainte mardi auprès du parquet de Paris pour "violation du secret de l'instruction" et "recel".

"De nombreuses personnes,dont des journalistes disent avoir pu visionner ces vidéos" réalisées par Mohamed Merah,et la chaîne Al Jazeera n'a pas remis aux juges les copies en sa possession" de ces images filmées par Merah,a affirmé Me Mouhou.


















le figaro

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Ven 29 Juin - 13:14:48

Dupond-Moretti défendra Adbdelkader Merah,le frère de Mohamed



Maitre Dupond-Moretti

Le frère de Mohamed Merah,soupçonné d'avoir soutenu le tueur au scooter dans son projet de tuerie sera désormais défendu par le ténor du barreau,Me Eric Dupond-Moretti.

Il s'est notamment fait connaître en défendant les accusés d'Outreau,Jean-Pierre Treiber ou Antonio Ferrara.

Un ténor du barreau aux côtés d'Abdelkader Merah, le frère du tueur au scooter.

L'unique suspect mis en examen et écroué dans l'enquête sur les tueries de Toulouse et Montauban, a changé d'avocat et confié à un ténor du barreau, Me Eric Dupond-Moretti,le soin de le défendre.

Le frère du "tueur au scooter" était depuis sa présentation aux juges d'instruction en mars défendu par Me Anne-Sophie Laguens,qui a confirmé qu'elle n'assurait plus la défense d'Abdelkader Merah.

Abdelkader Merah a été mis en examen pour complicité d'assassinats,association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme et pour vol en réunion d'un scooter.

Du 11 au 19 mars,son frère Mohamed Merah a froidement abattu trois parachutistes à Toulouse et Montauban,puis trois enfants et un enseignant juifs à l'école juive Ozar Hatorah de Toulouse.

Il a été tué par la police le 22 mars à l'issue du long siège de son appartement.

Inscrit au barreau de Lille,Me Eric Dupond-Moretti est considéré comme un fin pénaliste,spécialiste des assises,avec un nombre impressionnant d'acquittements à son actif.



















l'express

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Ven 29 Juin - 20:56:21

Un des frère Merah se porte partie civile contre son père

Règlement de compte au sein de la famille de Mohamed Merah.

Le frère de Mohamed Merah,Abdelghani,n'a pas du tout apprécié une initiative prise par son père et a donc décidé de se porter partie civile,a annoncé Me Francis Terquiem au parisien.fr.

Son père,Mohamed Benallel Merah a décidé de porter plainte contre X pour meurtre avec circonstances aggravantes,visant implicitement les hommes du Raid.

Le père assurait avoir des preuves de la «liquidation» du «tueur au scooter» par les policiers d'élite.

Dans un entretien au point.fr le 19 juin dernier, il avait déjà critiqué son père,dont il juge l'attitude «totalement indécente».

«Quand il parle,je me dis "mais faites-le taire"».

Mohamed Merah est mort le 22 mars dernier à Toulouse,après une nuit de siège de son appartement.

Il est accusé d'avoir tué six personnes,dont quatre dans une école confessionnelle juive.














yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Lun 2 Juil - 17:01:44

L'avocate du pére de Merah le 12 juillet en France pour remettre des preuves



Maitre Zahia Mokhtari

L'avocate algérienne du père de Mohamed Merah,auteur de sept assassinats en France, a déclaré lundi qu'elle se rendrait le 12 juillet en France pour remettre à la justice française des preuves en sa possession,dont des vidéos qui auraient été filmées par le tueur.

"Je me rendrai en France le 12 juillet pour remettre à la justice française toutes les preuves en ma possession",a déclaré Me Zahia Mokhtari à l'AFP.

Selon une transcription de ces vidéos publiée le 12 juin par un journal algérien,Merah aurait affirmé avoir découvert durant le siège de son appartement qu'un homme qu'il croyait être son ami était en fait un agent des services français qui l'aurait manipulé.

Me Mokhtari a ajouté qu'elle était prête à "collaborer avec la défense des familles des victimes pour tenter de faire la lumière" sur les sept meurtres de Toulouse et de Montauban (sud-ouest de la France).

Le père du jihadiste a déposé plainte le 11 juin à Paris pour meurtre,visant la hiérarchie de la police ayant donné l'ordre de lancer l'assaut qui a tué son fils.

"Il ne s'agit pas dans cette affaire de statuer sur la culpabilité ou l'innoncence de Mohamed Merah mais plutôt de prouver que la police a commis des dépassements lors de l'assaut ayant conduit à la mort de Merah alors qu'elle aurait pu le prendre vivant",a dit Me Mokhtari.

Elle a ajouté qu'elle allait réclamer la remise aux juges de vidéos filmées par le tueur,en possession de la chaine Al Jazeera.

L'avocat de la famille d'Imad Ibn Ziaten,le premier des militaires tués par Mohamed Merah,a déposé le 26 juin plainte contre X pour "violation du secret de l'instruction" et "recel",à propos de vidéos montrant les meurtres.

"De nombreuses personnes,dont des journalistes, disent avoir pu visionner ces vidéos" prises par Mohamed Merah,et la chaîne Al Jazeera "n'a pas remis aux juges les copies en sa possession",avait alors affirmé à l'AFP Me Mohan Mouhou,avocat des parents.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête le 28 juin pour "violation du secret de l'instruction",après cette plainte.

Dans une initiative exceptionnelle,le parquet de Paris avait notamment assigné fin mars en référé Al-Jazeera France pour empêcher la diffusion de ces vidéos,au nom de la protection des victimes des tueries.




















yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
 
Des militaires tués par balle à Montauban
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Photos SATELLITE des ports militaires !
» Département Archives et Médiathèque de Montauban
» Trois navires militaires en escale dans le port de Saint-Mal
» la balle folle qui rend fou !!
» pour que la balle change de couleur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: affaires judiciaires-
Sauter vers: