chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des militaires tués par balle à Montauban

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Jeu 9 Aoû - 11:26:51

Affaire Merah : ce que disent les documents déclassifiés



TF1 avait diffusé dans son magazine « Sept à huit » des extraits du dialogue entre Mohamed Merah et la police,lors du siège de l’appartement du tueur

Dans les rapports de la DCRI transmis par le ministère de l’Intérieur à la justice,il apparaît que la police avait mesuré la « menace »,que représentait le futur tueur à scooter.

Accablant et dérangeant.

C’est ce qui ressort des documents classés secret-défense de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) concernant Mohamed Merah, déclassifiés vendredi dernier par le ministère de l’Intérieur et transmis à la justice.

Ces 23 pages de rapports confidentiels rédigées entre 2007 et 2011,dont nous avons pris connaissance,apportent la preuve que le tueur à scooter était non seulement surveillé et connu des services depuis au moins 2009,mais qu’il constituait une « cible privilégiée » de la DCRI pour sa proximité avec des islamistes radicaux toulousains clairement identifiés,tout comme son frère Abdelkader.

De quoi écarter définitivement la thèse du « loup solitaire »,pourtant soutenue par l’ancien patron de la DCRI,Bernard Squarcini,au moment des faits, et soulever des interrogations sur les raisons qui ont poussé les services de renseignements à ne pas surveiller de plus près celui qui apparaissait alors comme un jihadiste patenté susceptible de « conduire des actions armées ».

RAPPORT DE DÉCEMBRE 2009 : des « cours religieux » à domicile.

C’est dans cette note de « suivi de la mouvance salafiste radicale toulousaine » que le nom de Mohamed Merah apparaît pour la première fois.

Le document dévoile des informations sur Abdelkader Merah,frère de Mohamed,connu à l’époque comme un proche du « groupe de Toulouse »,des salafistes arrêtés en 2007 et condamnés en 2009 pour avoir développé une filière de candidats au jihad.

La DCRI note qu’Abdelkader s’est installé au Caire en Egypte depuis novembre 2009 pour y suivre un enseignement religieux « axé sur le jihad ».

Mohamed Merah,qui est sorti de prison trois mois plus tôt pour une série de délits,apparaît de son côté comme « entretenant des contacts téléphoniques réguliers avec son frère Abdelkader au Caire ».

Il participe également à des « cours religieux du soir dispensés à son domicile ».

NOVEMBRE 2010 : une « nouvelle génération » d’islamistes.

Plus précise,une autre note décrit cette fois le futur tueur à scooter comme « membre d’une fratrie d’islamo-délinquants ».

Les policiers révèlent qu’il suit aussi des cours de langue arabe.

La DCRI souligne par ailleurs l’arrivée d’une « nouvelle génération » d’islamistes toulousains,à laquelle Mohamed est associé.

Ces jeunes recrues sont influencées par les anciens du groupe de Toulouse « arrivés en fin de peine avec des convictions intactes et une détermination renforcée »,souligne le rapport.

JANVIER 2011 : un individu en « phase de radicalisation »

La DCRI rédige cette fois un compte rendu détaillé de l’arrestation de Mohamed à Kandahar,en Afghanistan,par la police locale quatre mois plus tôt.

Devant les services du contre-terrorisme afghans, il s’exprime « en français »,déclare « être de confession musulmane » et exercer la profession de carrossier « dans le sud de Paris ».

ll dit être passé par l’Allemagne,la Turquie,la Syrie,le Liban,Israël,l’Egypte,le Tadjikistan.

Son voyage avait pour but de « visiter les ruines des statues de bouddhas détruites par les talibans »,explique-t-il alors,avant d’être laissé libre par les autorités afghanes.

Ce voyage dans une ville considérée comme un bastion de jihadistes « doit nous interpeller », écrit la DCRI,qui se donne pour mission « d’approfondir l’environnement » amical et familial de Mohamed Merah,« un individu au lourd passé délinquant en phase de radicalisation ».

SEPTEMBRE 2011 : une « cible privilégiée » des services.

Ce rapport ne fait plus mystère du profil d’islamiste radical de Mohamed Merah.

Il y est décrit comme « un contact privilégié du leader historique de la mouvance salafiste toulousaine ».

Sans le nommer,les policiers évoquent sans doute ici Sabri Essid,un intime des frères Merah.

Le rapport revient également sur son arrestation en Afghanistan en novembre 2010,et relève qu’à son retour,« il réintègre le noyau salafiste local » et « poursuit ses activités délinquantes ».

Les policiers ajoutent que les « derniers renseignements recueillis laissent penser d’un nouveau départ en octobre de Merah vers le Pakistan ».

Un projet qui fait de lui une « cible privilégiée du service ».

Pourtant,rien ne sera fait pour empêcher son départ.

DÉCEMBRE 2011 : la menace « d’actions armées ».

Un mois après son retour du Pakistan,en novembre 2011,Mohamed Merah est entendu par l’antenne locale de la DCRI à Toulouse.

Si le compte rendu de l’entretien ne fait étonnamment pas partie des documents déclassifiés, un rapport rédigé le mois suivant relate néanmoins l’interrogatoire.

Lors de celui-ci,Merah « confirmait s’être rendu en Afghanistan et au Pakistan »,soulignent les policiers,qui ne font même pas état du prétexte touristique avancé par Merah pour justifier son voyage.

Sur les raisons de son retour,« il déclarait être revenu en France pour régler des problèmes avec la justice française ».

Ces déplacements constituent une « menace directe »,souligne le rapport,« car les jeunes djihadistes peuvent revenir avec pour instruction de conduire des actions armées ».

Glaçante prémonition.














le parisien

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Jeu 9 Aoû - 17:37:56

Affaire Merah: Fin 2011,la DCRI jugeait son comportement «inquiétant»

Capture d'écran de France 2 montrant Mohamed Merah

Fin 2011,les enquêteurs de la DCRI s'inquiétaient de «la double menace directe et indirecte des militants revenant des zones sensibles»,dont Mohamed Merah...

Mohamed Merah,le tueur de Toulouse et Montauban, était décrit en 2010 par la DCRI comme la «nouvelle recrue» des islamistes toulousains,selon les documents de la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI),déclassifiés début août par le ministère de l'Intérieur.

Il était surveillé et connu des services de renseignements depuis 2009,et était même une «cible privilégiée» des services depuis septembre 2011, rapporte Le Parisien ce jeudi.

Le service évoquait,fin 2011,«un comportement inquiétant» du jeune homme.

«Ces 23 pages de rapports confidentiels apportent la preuve que le tueur à scooter constituait une cible privilégiée pour la DCRI pour sa proximité avec des islamistes radicaux toulousains clairement idéntifiés,tout comme son frère Abdelkader», indique le quotidien qui a pris connaissance des documents.

En effet,dès 2009,Mohamed Merah et son frère aîné Abdelkader font l'objet de plusieurs notes de «suivi de la mouvance salafiste radicale toulousaine» et d'une surveillance suivie de la part des services de renseignement,la DCRI.

«Une nouvelle génération d'islamistes toulousains»

Selon un document déclassifié datant de cette année là,Mohamed Merah rejoint en Egypte,au Caire,son frère AbdelKader,islamiste radical,pour y apprendre l'arabe.

La DCRI voit alors en Mohamed Merah «la nouvelle recrue toulousaine désireuse d'étudier dans les instituts coraniques du Caire».

L'islamisation de Mohamed Merah coïncide avec «l'arrivée d'une nouvelle génération d'islamistes toulousains en 2010»,explique Le Parisien.

Un groupe avec «des convictions intactes et une détermination renforcée»,selon les rapports.

Abdelkader Merah était quant à lui apparu dès 2007 sur les fichiers de la police après avoir été impliqué dans une filière d'acheminement de jihadistes en Irak,via la Syrie.

Son nom avait été cité à de nombreuses reprises dans ce dossier qui a débouché sur un procès et huit condamnations deux ans plus tard.

Mais le frère aîné de Mohamed Merah,placé un temps en garde à vue,avait été mis hors de cause.

«Double menace directe et indirecte»

Selon les enquêteurs,Abdelkader a fait alors des voyages en Egypte en coordination avec un des principaux mis en examen de la filière islamiste toulousaine,Sabri Essid,le fils du compagnon de sa mère.

Il y est rejoint par son frère avec lequel il vient de se réconcilier après une brouille de 18 mois.

Identifié en 2010 comme «nouvelle recrue» de l'islamisme radical toulousain,Mohamed Merah apparaît plus directement sur les radars de la DCRI après son arrestation,fin 2010,en Afghanistan.

Il assure aux services de contre-terrorisme afghans «visiter des statues de bouddhas détruites par les talibans»,mais son arrestation interpelle les renseignements intérieurs français.

Ils pointent dans un rapport «un individu au lourd passé délinquant en phase de radicalisation».

Mohamed Merah aurait ensuite «reintégré le noyau salafiste local».

Il poursuit ses allers-retours au Pakistan et en Afghanistan.

Fin 2011,au retour d'un voyage au Pakistan,il est interrogé par la DCRI.

Dans un document rédigé en décembre,la DCRI relevait «un comportement inquiétant».

Les enquêteurs s'inquiétaient alors de «la double menace directe et indirecte des militants revenant des zones sensibles»,dont Mohamed Merah.

Indirecte car «ils peuvent susciter des vocations» et directe car «ils peuvent revenir avec pour instructions de créer des réseaux de soutien ou d'accueil logistiques ou de conduire des actions armées».

«La DPSD (direction de la protection et de la Sécurité de la Défense),est sensibilisée sur ce dossier Mohamed Merah»,indique la note.
















yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Lun 13 Aoû - 11:12:34

Mohamed Merah était considéré comme une "menace directe"

Les documents déclassifiés transmis la semaine dernière à la justice montrent que Mohamed Merah constituait une "cible privilégiée" des services de renseignement français qui le suivaient depuis 2009.

Ce rapport contredit la thèse du "loup solitaire" soutenue par Bernard Squarcini,l'ancien patron de la Direction centrale du renseignement (DCRI), après les tueries de Montauban et Toulouse.

Plusieurs responsables policiers avaient assuré après les meurtres de mars dernier que le "tueur au scooter" s'était "auto-radicalisé."

Mais les 23 pages du rapport détaillent la proximité de Mohamed Merah à la fois avec son frère Abdelkader et avec des islamistes radicaux toulousains condamnés en 2009 pour avoir développé une filière de candidats au djihad.

Le jeune homme,sorti de prison en août 2009 pour une série de délits,figure par exemple dans la note de "suivi de la mouvance salafiste radicale toulousaine".

En novembre 2010,une nouvelle note le décrit comme "un membre d'une fratrie d'islamo-délinquants" et précise qu'il prend des cours de religion et de langue arabe, ce qui coïncide avec l'arrivée d'une "nouvelle génération d'islamistes toulousains."

Fin 2010,les voyages de Mohamed Merah en Afghanistan sont connus de la DCRI,qui rédige un compte rendu détaillé de son arrestation à Kandahar par la police locale.

Ce voyage dans une ville considérée comme un bastion de djihadistes "doit nous interpeller", écrivent les services de renseignement,qui évoquent "un individu au lourd passé délinquant en phase de radicalisation".

En 2011,un nouveau rapport ne fait plus mystère du profil d'islamiste radical de Mohamed Merah. Les enquêteurs de la DCRI anticipent même "un nouveau départ en octobre de Merah vers le Pakistan".

DOCUMENTS "INSUFFISANTS" POUR LES FAMILLES

Le jeune homme a effectivement effectué un voyage dans ce pays sans être inquiété.

Ce n'est qu'à son retour,en novembre 2011,qu'il a été entendu par l'antenne locale de la DCRI à Toulouse,où il a reconnu s'être rendu au Pakistan et en Afghanistan.

Le compte-rendu de l'entretien "ne fait étonnamment pas" partie des documents transmis à la justice et les enquêteurs n'évoquent pas les motifs touristiques alors invoqués par le jeune homme, souligne Le Parisien.

Mais dans une note ultérieure,la DCRI considère que ces déplacements constituent une "menace directe car les jeunes djihadistes peuvent revenir avec pour instruction de conduire des actions armées".

De fait,entre le 11 et le 22 mars,Mohamed Merah a tué Toulouse et Montauban trois militaires,ainsi que trois élèves et un père de famille dans une école juive.

Le jeune homme s'est réclamé d'Al Qaïda lors de ses conversations téléphoniques avec les policiers qui parlementaient avec lui alors qu'il était retranché dans son logement,où il a été abattu en essayant de résister à l'assaut.

Des avocats de familles des victimes de Mohamed Merah ont jugé les documents de la DCRI déclassifiés "insuffisants" pour connaître toute la vérité et demandent la déclassification "des documents d'autres services" dont la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE).

Des éléments du dossier laissent en effet penser que la DCRI disposait d'informations sur le "tueur au scooter" provenant de la DGSE,qui opère hors de France,ou de la Direction de la protection et de la Sécurité de la Défense (DPSD).

Les avocats des familles voudraient également voir clarifier le rôle d'Abdelkader Merah,qui a été mis en examen et écroué pour complicité.

















le point

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mar 14 Aoû - 11:09:37

Affaire Merah : une famille demande de déclassifier des documents



Mohamed Merah

"Il est indispensable pour les familles des victimes et pour l'instruction que soient déclassifiés les documents de la DGSE relatifs à Mohamed Merah" estime l'avocate.

L'avocate du père d'une victime du "tueur au scooter" a demandé lundi 13 août dans un courrier au ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian la déclassification des documents de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) sur l'affaire Merah,a-t-elle annoncé.

Cette requête est faite dix jours après que le ministre de l'Intérieur Manuel Valls eut transmis aux juges d'instruction des documents secrets de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

Cette mesure n'est pas suffisante pour assurer l'entière manifestation de la vérité",estime cependant dans son courrier au ministre de la Défense Me Samia Maktouf,avocate d'Albert Chennouf, le père du parachutiste Abel Chennouf,froidement abattu le 15 mars à Montauban.

"Il est indispensable pour les familles des victimes et pour l'instruction que soient déclassifiés les documents de la DGSE relatifs à Mohamed Merah,Abdelkader Merah ainsi qu'aux membres de leur famille,sous réserve de la protection des informations relatives à la défense nationale et à ses agents",poursuit-elle.

"Il est essentiel que soit retracé l'ensemble du parcours de Mohamed Merah dans le milieu de l'islam radical armé,ce qui ne saurait se faire sans un accès plein et entier aux documents du renseignement extérieur concernant notamment les déplacements à l'étranger de Mohamed Merah et le rôle éventuellement joué par son frère Abdelkader dans son endoctrinement et ses voyages",ajoute-t-elle.

Une copie du courrier a été transmise aux juges.

Clarifier le parcours

En mars,Mohamed Merah a tué trois enfants et un enseignant juifs dans une école de Toulouse après avoir abattu trois parachutistes à Toulouse et à Montauban.

Il est tombé sous les balles de la police le 22 mars.

Les documents déclassifiés de la DCRI ont accrédité l'idée d'une influence cruciale d'Abdelkader Merah mis en examen et écroué dans la radicalisation de son frère.

Ils ont en outre montré que les renseignements avaient repéré Mohamed Merah dès 2009.

"La thèse du loup solitaire ne peut plus être défendue",a déclaré Me Maktouf,qui estime que les documents de la DGSE pourraient permettre de clarifier le parcours djihadiste de Mohamed Merah, ses connexions avec les filières islamistes et le rôle d'Abdelkader et d'autres éventuels protagonistes.
















le nouvel observateur

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Lun 20 Aoû - 20:00:09

Affaire Merah: ce que savait la police

Les notes secrètes déclassifiées disqualifient la thèse du complot.

Mais elles font ressortir le manque de réaction des services face à la dangerosité du tueur de Toulouse et de Montauban.




Vingt-quatre documents "confidentiel défense" et sept heures trente de pourparlers avec la police: ces documents transmis récemment à la justice apportent des éclairages édifiants sur l'affaire Merah.

Des certitudes enfin se dégagent,sans pour autant clore la polémique sur les signaux d'alerte dont disposaient les services de renseignement avant les sept assassinats de Toulouse et de Montauban,en mars dernier.

Le 3 août,les magistrats antiterroristes ont reçu les notes de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) relatant le parcours du jeune islamiste.

Leur recoupement avec la longue confession de Merah,enregistrée lors du siège de son appartement, met en pièces la thèse "complotiste" avancée par l'avocate algérienne du père du tueur.

Merah n'a jamais clamé son innocence,ni affirmé que la police s'apprêtait à l'assassiner.

Au contraire,il revendique avec force détails ses actes,attendant de mourir en martyr.

Pour la police,Merah avait un profil de "voyageur"

Infondées également,les affirmations selon lesquelles le djihadiste a été manipulé par les services français.

Mohamed Merah se glorifie,au contraire,de les avoir abusés.

Franchement,toi, t'y as cru à cette histoire de tourisme au Pakistan?

"Je pense que vous vous êtes complètement loupés, se vante-t-il.

Franchement,toi,t'y as cru à cette histoire de tourisme au Pakistan?"

Il a toujours utilisé la couverture du routard pour justifier ses déplacements,comme lorsqu'il fut convoqué,à Toulouse,par l'antiterrorisme,le 14 novembre 2011

Le compte rendu de cet entretien démontre cependant que les policiers ont bien envisagé d'en faire une source: "Mohamed Merah est apparu comme quelqu'un d'assez malin et ouvert qui pourrait présenter un intérêt pour notre thématique en raison de son profil voyageur.

Néanmoins,le comportement et la fiabilité de Merah nécessitent d'abord une évaluation."

Les enquêteurs possédaient beaucoup plus d'informations qu'ils l'ont reconnu sur cet "individu au lourd passé délinquant en phase de radicalisation" et au comportement qualifié d'"inquiétant depuis son retour" du Moyen-Orient.

Progressivement,à partir de 2007,l'homme était devenu une "cible privilégiée du service" sur fond de montée de l'islam radical à Toulouse.

Dans ce cas,pourquoi avoir relâché la surveillance?

"Ces documents renforcent mon incompréhension, résume Me Patrick Klugman,avocat de la famille Sandler.

Il faudra expliquer comment un homme,présenté comme de plus en plus suspect,a finalement réussi à tromper la vigilance du service."

Les Américains le détectent au Pakistan en septembre 2011

La capacité de dissimulation de Merah y est sans doute pour beaucoup.

"Le nerf de la guerre,c'est la ruse",clamait-il avant de mourir...

Pour Mes Samia Maktouf et Béatrice Dubreuil, conseils de la famille Chennouf,d'autres secrets dorment encore dans les archives.

Elles ont donc demandé la déclassification des documents détenus,cette fois,par la DGSE (service extérieur).

"Le ministre de la Défense doit faire preuve de la même transparence que son collègue de l'Intérieur", estiment-elles.

De telles pièces apporteraient des précisions sur l'un des points clefs de l'affaire: en septembre 2011,les Américains avaient détecté en plein secteur taliban,à Miranshah l'activation de deux messageries Internet attribuées à Merah.

Lors de la négociation,le terroriste ironise d'ailleurs sur son "erreur" qui consista à envoyer ces courriels pour rassurer sa mère.

"Rien que ça,vous auriez su d'où il venait l'e-mail,vous auriez vite compris que j'étais dans les zones tribales",lâche-t-il.

Cette ultime pièce du puzzle aurait confirmé la dangerosité du jeune Toulousain et aurait fourni le moyen juridique de l'arrêter.















l'express

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Jeu 23 Aoû - 18:53:57

De nouveaux documents déclassifiés que Le Monde a pu consulter confirment que Mohamed Merah était en liens étroits avec des islamistes radicaux et non pas un loup solitaire qui se serait radicalisé seul dans son coin comme l'avaient affirmé plusieurs hauts responsables de la Direction centrale du renseignement intérieur.

Début août,des documents déclassifiés avaient déjà mis en évidence que Merah était considéré comme une «menace directe» par la DCRI qui suivait son parcours depuis 2009 et était au courant de voyages en Afghanistan et au Pakistan.

Des contacts dans une vingtaine de pays

Dans une des notes partiellement déclassifiée des la DCRI,transmises aux juges chargés du dossier le 3 août selon Le Monde,il est indiqué que Mohamed Merah était en contact avec des interlocuteurs présents dans une vingtaine de pays différents entre septembre 2010 et février 2011.

Mohamed Merah a composé pendant cette période 94 numéros vers le Maroc,la Grande-bretagne,l'Espagne la Cote-d'Ivoire,le Kenya,la Croatie,la Roumanie,la Bolovie,la Thaïlande,la Russie,le Kazhakstan,le Laos,Taïwan,la Turquie,l'Arabie saoudite,les Émirats arabes unis,Israël et le Bhoutan,en plus d'appels vers l'Algérie et l'Égypte où résident des membres de sa famille.

Mais les documents ne permettent pas de savoir qui se cache derrière ces numéros.

Sa soeur Souad sous surveillance

On apprend également que les services de renseignements surveillaient non seulement le frère de Mohamed Merah,Abdelkader,mais aussi sa soeur, Souad.

Le futur tueur est à son tour surveillé de près à partir de mars 2011,après son voyage en Afghanistan.

"Le dispositif de surveillance dynamique engagé sur Mohamed Merah démontre qu'après une période de latence et d'observation,l'objectif amorce un rapprochement avec la mouvance salafiste toulousaine,en particulier avec [ici le nom est noirci pour préserver sa confidentialité],mais également et plus intéressant encore avec[là,deux noms sont noircis pour les mêmes raisons],tous deux partis récemment en Mauritanie",indique une note d'avril 2011 citée par Le Monde.













le figaro

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Jeu 23 Aoû - 20:02:12

Mohamed Merah avait passé 1.863 coups de fil en six mois dont 186 à l'étranger



Photo montrant Mohamed Merah,l'auteur présumé des tueries de Toulouse et Montauban en mars 2012.

Un document déclassifié de la DCRI liste les très nombreux appels passés par le tueur de Toulouse et Montauban...

Mohamed Merah,le tueur à scooter de Toulouse et Montauban,avait passé près de 2.000 coups de téléphone en six mois,de septembre 2010 à février 2011,dont quelque 200 à des correspondants dans 20 pays,selon le Monde daté de vendredi.

Dans un document du 26 avril 2011,déclassifié à la demande des juges d'instruction,la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) note «1.863 communications relevées entre le 1er septembre 2010 et le 20 février 2011»,et notamment 186 appels à des correspondants à l'étranger répartis dans 20 pays différents.

La piste islamiste accréditée

Le tueur à scooter,repéré dès 2009 par la DCRI,a notamment joint par SMS ou vocalement 94 fois des correspondants en Egypte où séjournait alors son frère Abdlekader.

Il a également appelé son père qui vit en Algérie.

D'autres correspondants ont été joints en Grande-Bretagne,en Espagne,en Côte d'Ivoire,au Kenya,en Croatie et même au Bouthan.

Vingt-trois documents de la DCRI,partiellement déclassifiés,ont été remis début août aux trois juges d'instruction chargés de l'enquête sur les tueries de Toulouse et Montauban.

Ces documents accréditent la piste islamiste et l'influence cruciale du frère de Mohammed Merah, Abdelkader,dans la radicalisation du tueur au scooter.

Merah repéré dès 2009

Ils montrent que les services de renseignements avaient repéré Mohamed Merah dès 2009,deux ans après qu'Abdelkader eut été repéré comme membre de la mouvance islamiste radicale de Toulouse.

Les deux frères avaient alors fait l'objet d'une surveillance suivie et de plusieurs notes de la DCRI.

En 2010,Mohamed avait rejoint Abdelkader en Egypte.

Merah est décrit dans une note consultée par l'AFP comme «la nouvelle recrue toulousaine désireuse d'étudier dans les instituts coraniques du Caire».

Selon les enquêteurs,Abdelkader a effectué de nombreux voyages en Egypte en coordination avec un des principaux mis en examen de la filière islamiste toulousaine,Sabri Essid,le fils du compagnon de sa mère.














20 minutes

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Ven 24 Aoû - 21:36:15

Affaire Merah: Deux familles demandent l'audition de l'ex-patron de la DCRI



L'ancien patron des services de renseignements Bernard Squarcini,le 17 janvier 2012 à Paris

Leur demande fait suite à la déclassification de documents du renseignement français...

Deux familles de victimes de Mohamed Merah demandent l'audition «urgente» de l'ancien patron des services de renseignements,Bernard Squarcini, après la déclassification de documents sur la surveillance du «tueur au scooter»,a annoncé vendredi leur avocat.

La récente déclassification des documents de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) montre que ces services avaient repéré Mohamed Merah dès 2009,deux ans après que le nom de son frère aîné,Abdelkader,29 ans,eut été répertorié comme membre de la mouvance islamiste radicale de Toulouse.

«L'attitude de la DCRI est incompréhensible»

«Nous demandons de manière urgente l'audition de l'ancien patron de la DCRI,Bernard Squarcini,de l'agent des services de renseignement présent lors du siège de Merah à Toulouse qui l'avait suivi précédemment et de l'agent de la DCRI qui suivait le dossier à Paris»,a dit Me Patrick Klugman à l'AFP.

«Nous demandons également la déclassification de toutes les informations concernant Abdelkader Merah ainsi que Souad Merah»,la soeur du tueur au scooter,a dit l'avocat,au nom de la famille de Jonathan Sandler,assassiné avec ses deux enfants par Mohamed Merah le 19 mars à Toulouse,et de celle de Aaron Bijaoui,blessé lors de la tuerie.

Pour l'avocat,«les documents de la DCRI sont encore incomplets mais apportent des informations très impressionnantes sur l'existence d'un réseau jihadiste dans le sud-ouest de la France, l'importance de la famille Merah dans ce réseau et en particulier de Mohamed»,a-t-il ajouté.

«L'attitude de la DCRI est incompréhensible car,au fur et à mesure qu'émergeaient les informations sur le danger représenté par Merah et sur son appartenance à ce réseau,la surveillance de la DCRI se relâchait au lieu d'être accrue»,relève l'avocat.

A l'automne 2011 Mohamed Merah se rend au Pakistan et devient,selon une note,une «cible privilégiée» de la DCRI.

Elle l'interroge à son retour et relève,dans un rapport fin 2011,«un comportement inquiétant».

L'ex-patron de la DCRI,Bernard Squarcini,avait pourtant soutenu que l'enquête menée par ses services avait conclu qu'il «n'y avait rien.

Pas d'activisme idéologique,pas de fréquentation de la mosquée» et que Merah «semble s'être radicalisé seul».















20 minutes

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Lun 3 Sep - 11:02:51



Mohamed Merah

Le tueur à scooter de Toulouse et Montauban n'a peut-être pas agi seul.

RTL révèle ce lundi matin que la sœur aînée de Mohamed Merah était surveillée par les hommes du Renseignement bien avant son frère.

Adepte d'un islam radical,Souad Merah,34 ans, apparaît sur des notes de la Direction centrale du renseignement intérieur dès le mois de mars 2010.

Elle est connue pour ses liens avec des salafistes radicaux.

Elle a également aidé son frère à plusieurs reprises en lui donnant de l'argent en liquide quand il était en détention ou en lui prêtant son téléphone mlkjh pour que Mohammed Merah puisse rappeler un agent de la DCRI.

Des éléments qui remettent en cause la thèse du tueur solitaire.
















le dauphiné

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Ven 7 Sep - 22:14:29

Merah : l'interview de l'ex-avocate du frère

http://videos.tf1.fr/infos/2012/merah-l-interview-de-l-ex-avocate-du-frere-7511956.html

Abdelkader Merah est entendu ce lundi par deux juges d'instruction.

Me Monnier-Saillol a été son avocate pendant deux jours et demi fin mars.

TF1 l'avait interviewée à ce moment là.

Elle racontait notamment la réaction du frère de Mohamed Merah lors de l'assaut final contre celui ayant tué sept personnes.














tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Lun 10 Sep - 9:45:18

Affaire Merah: Le frère,Abdelkader,interrogé sur son rôle par les juges



Abdelkader Merah,le frère du "tueur au scooter",a été mis en examen fin mars

Abdelkader Merah,frère aîné du "tueur au scooter", sera entendu lundi après-midi par les juges d'instruction sur son rôle présumé dans l'aide logistique à la préparation des tueries de Mohamed Merah et sur son influence dans la radicalisation de son frère.

L'homme,âgé de 29 ans,n'a pas été entendu par les juges depuis sa mise en examen fin mars pour complicité d'assassinats,association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme et pour vol en réunion d'un scooter.



















RTL

_________________












Dernière édition par mimi le Lun 10 Sep - 17:30:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Lun 10 Sep - 11:46:34

Affaire Merah: quel rôle a joué Abdelkader,le frère du "tueur du scooter"?

Quel rôle a joué, auprès du "tueur au scooter",son aîné,Abdelkader?

L'audition ce lundi de cet islamiste,suspecté d'être un complice,voire un inspirateur,devrait être un moment clef.




L'affaire Merah débouchera-t-elle un jour sur un procès?

Pour les familles des victimes,cet espoir repose désormais sur le sort judiciaire réservé à Abdelkader Merah,un peintre en bâtiment de 30 ans, frère aîné du tueur de Toulouse et de Montauban.

Incarcéré depuis six mois,cet islamiste formé dans un institut coranique égyptien demeure,pour l'instant,le seul mis en examen pour "complicité d'assassinat","association de malfaiteurs" en relation avec une entreprise terroriste et "vol en réunion".

Sa première audition détaillée par les juges, prévue le 6 septembre et reportée au 10,s'annonce comme une étape capitale dans l'instruction.

Son jeune frère,Mohamed,tué par les policiers du Raid dans l'assaut de son appartement toulousain, en mars dernier,a été projeté dans la lumière médiatique par l'horreur de ses crimes.

Mais,pour les enquêteurs,le "tueur au scooter" était le bras armé de son aîné.

"Abdelkader Merah est à l'origine de la radicalisation de son frère,sur lequel il exerce une forte influence depuis l'enfance,écrivent les policiers de la sous-direction antiterroriste,dans un rapport daté du 25 mars.

Il lui a apporté un soutien logistique dans son entreprise criminelle et a,peut-être,été l'inspirateur de ses actions."

Tout réside dans ce "peut-être".

Si les juges d'instruction ont rassemblé des "indices graves et concordants",ils manquent de preuves matérielles et d'aveux.

Le suspect pourra en outre compter sur son avocat, le très combatif Eric Dupond-Moretti.

En attendant,Abdelkader Merah conteste toute implication

"Je suis incapable de tuer un chat",assure-t-il, mais il n'est pas son meilleur défenseur.

En garde à vue,il a multiplié les déclarations ambiguës.

S'il a "condamné" les actes de son frère,le salafiste s'est proclamé "fier de la façon dont il est mort en combattant,c'est ce que nous enseigne le Coran".

"Ceux qui n'aiment pas les armes,ce sont des homosexuels",a claironné Abdelkader après la découverte chez lui d'un ouvrage sur les armes à feu.

Pourquoi a-t-il effacé de son iPod des fichiers consacrés au djihadisme international?

Simple erreur de réinitialisation informatique, plaide-t-il.

Des relations tour à tour conflictuelles et fusionnelles

Devant les juges,il lui faudra aussi s'expliquer sur une chronologie troublante.

Le 6 mars 2012,cinq jours avant le meurtre du premier parachutiste,à Toulouse,Mohamed Merah dérobe le scooter T-Max qu'il utilisera lors des tueries.

Au moment du vol,Abdelkader l'attend au volant d'une voiture.

Une heure plus tard,ce dernier achète un casque et un blouson,une tenue que Mohamed portera lors de ses crimes.

En garde à vue,Abdelkader a nié avoir été informé du projet de vol : "Si j'avais voulu voler un scooter,j'aurais fait quelque chose de très propre.

Je suis très méticuleux.

Je n'aurais jamais laissé de traces ou d'indices."

Le 11 mars,un utilisateur d'Internet non identifié à ce jour consulte la petite annonce passée sur le site Leboncoin.fr par un soldat désireux de vendre sa moto.

La connexion provient d'un cybercafé toulousain fréquenté par les deux frères Merah.

L'après-midi même,le militaire est assassiné alors que son interlocuteur lui a fixé rendez-vous.

Autres éléments troublants : le 15 mars (jour de l'attaque de Montauban),puis le 18 (la veille des assassinats de l'école juive),les deux frères dînent ensemble alors qu'ils ont longtemps été brouillés.

Ils auraient renoué un mois auparavant seulement.

Tous les témoins le disent : le duo entretenait des relations complexes,tour à tour conflictuelles et fusionnelles.

L'un et l'autre ont basculé dans la délinquance à l'adolescence.

Au début des années 2000,Abdelkader est le premier à verser dans l'islam radical.

Mohamed,lui,se "convertit" (selon sa propre expression) en prison,le 18 février 2008.

Mais, contrairement à son aîné,il conservera jusqu'à la fin un mode de vie débridé (vols,rodéos en voiture,sorties en boîte de nuit...).

Illusoire de compter sur la coopération pakistanaise

En septembre et en octobre 2010,sur le chemin de son djihad armé,Mohamed s'arrête chez Abdelkader, alors étudiant en religion au Caire.

A cette date,le jeune baroudeur cherche déjà le moyen d'intégrer Al-Qaeda.

Interrogé à ce sujet par les policiers,Abdelkader confirme,mais précise avoir refusé de l'accompagner,ne se sentant pas prêt,pour sa part, à "prendre l'étendard".

Ces deux-là étaient bien comme chien et chat,"comme Tom et Jerry",ironisait Mohamed lors de la négociation avec le Raid.

Tout au long de cette discussion,le terroriste a toujours pris soin d'assurer qu'aucun membre de sa famille n'était avisé de ses plans.

"J'ai fait ça tout seul",a-t-il répété à plusieurs reprises.

A l'étranger,la justice française aura sans doute bien du mal à atteindre les mentors du jeune Toulousain,repliés dans les zones tribales,entre Afghanistan et Pakistan.

Pour y parvenir,il serait illusoire de compter sur la coopération de la justice pakistanaise tant les relations entre Paris et Islamabad apparaissent dégradées.

D'autant que les lois de la guerre ont fait disparaître un témoin précieux : le 4 juin dernier,l'émir d'Al-Qaeda auquel se référait Mohamed Merah,Abu Yahya al-Libi,a été tué dans une attaque de drone américain.

Il se trouvait alors dans une maison du Nord-Waziristan,à quelques kilomètres de Miranshah,la ville où,en septembre 2011,le "tueur au scooter" avait reçu sa formation aux armes...

De vieilles connaissances de la police

La famille Merah a été repérée très tôt par la police et les juges antiterroristes.

C'est ce qui ressort avec précision d'une ancienne procédure que les magistrats chargés d'enquêter sur les meurtres de Mohamed Merah souhaitent verser à leur dossier.

Elle concerne un réseau d'islamistes radicaux mis au jour à Toulouse (Haute-Garonne) et à Artigat (Ariège) entre 2001 et 2010.

Au coeur de l'affaire,instruite par Jean-Louis Bruguière puis par Marc Trévidic,se trouve Sabri Essid.

Figure du salafisme toulousain,ce dernier est arrêté à Hama,en Syrie,en novembre 2006,alors qu'il s'apprête à aller combattre en Irak avec l'un de ses amis.

Après son extradition en France,l'année suivante, le djihadiste est condamné à quatre ans de prison ferme en 2009.

Plusieurs rapports de la police antiterroriste, dont une note de synthèse datée du 2 décembre 2008, recensent les relations d'Essid.

Parmi elles,Abdelkader et Souad Merah,le frère et la soeur de Mohamed.

Cette dernière,très religieuse,apparaît liée à une convertie,Hélène,la petite amie d'Essid.

Celui-ci aidera Abdelkader et son épouse à quitter la France.

Le 26 octobre 2006,il conduit le couple à l'aéroport de Bruxelles afin qu'ils partent au Caire suivre les cours d'une école coranique...

Deux ans plus tard,la police cherche à retrouver Hélène pour l'interroger dans l'affaire des filières irakiennes.

Elle est censée habiter chez Souad.

Ne les trouvant pas,le 17 avril 2008,les enquêteurs se renseignent auprès... d'Abdelkader,qui dit ignorer où se trouve sa soeur.

A l'époque,ni Souad ni son frère ne sont entendus ou inquiétés malgré leur proximité avec le groupe.
E. P. et J.-M. P.



















l'express

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Lun 10 Sep - 17:42:35

Abdelkader Merah,frère de Mohamed,s'explique devant les juges



Abdelkader Merah,frère aîné du tueur au scooter, était interrogé lundi après-midi par les juges d'instruction sur son rôle présumé dans l'aide logistique à la préparation des tueries de son frère Mohamed Merah et sur l'influence idéologique qu'il a pu avoir sur ce dernier.

L'avocat d'Abdelkader Merah,Me Eric Dupond-Moretti, s'est refusé à tout commentaire lors de son arrivée à 14H00 au palais de justice de Paris pour l'audition de son client,ont constaté des journalistes de l'AFP.

Abdelkader Merah,29 ans,n'a pas été entendu par les trois juges d'instruction chargés de l'enquête depuis sa mise en examen à la fin mars pour complicité d'assassinats,association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme et pour vol en réunion d'un scooter.

Il avait reconnu,lors de sa garde à vue,avoir été présent lors du vol du puissant scooter dont s'était servi Mohamed Merah lors des tueries,mais avait nié avoir été au courant des projets de son cadet.

Abdelkader Merah "conteste totalement la complicité d'assassinats,qui ne repose sur aucun élément objectif",avait déclaré Me Eric Dupond-Moretti vendredi à l'AFP.

Abdelkader Merah a admis avoir accompagné son frère lors du vol du scooter TMax 530,le 6 mars à Toulouse,et reconnu avoir assisté à l'achat du blouson porté par son frère au moment des tueries.

Les enquêteurs le soupçonnent d'avoir aussi acquis le casque du tueur au scooter.

La récente déclassification de documents de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) a montré par ailleurs que les deux hommes avaient fait l'objet d'une surveillance suivie.

Abdelkader Merah a été répertorié dès 2007 comme membre de la mouvance islamiste radicale,son jeune frère l'ayant été deux ans après.

Il a reconnu devant les enquêteurs avoir été au courant des déplacements de son cadet en Afghanistan et au Pakistan à la fin 2010.

Le frère aîné a aussi expliqué qu'il avait renoué le dialogue avec Mohamed un mois avant les tueries: "Deux ou trois jours après notre réconciliation,il m'a reparlé du jihad,lui voulait bouger rapidement,trouver un filon rapidement ou faire des coups en France ou à l'étranger."

L'aîné de la famille Merah,Abdelghani,a accusé Abdelkader d'être à l'origine de la radicalisation de Mohamed.




















yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mar 11 Sep - 0:17:32

Affaire Merah: Rien n'indique qu'Abdelkader a aidé son frère,selon son avocat



Eric Dupont-Moretti,l'avocat d'Abdelkader Merah,arrive au palais de justice de Paris,le 10 septembre 2012

Il n'existe pas d'indice pour dire qu'Abdelkader Merah a aidé en toute connaissance de cause son frère Mohammed à commettre les tueries de Toulouse et Montauban,a déclaré lundi son avocat Me Eric Dupond-Moretti à l'issue de son audition par l'un des juges chargés de l'enquête.

L'avocat a annoncé qu'il envisageait de demander la remise en liberté d'Abdelkader Merah,mis en examen et incarcéré fin mars,une fois achevées certaines investigations techniques.

«J'envisage de déposer une demande de mise en liberté après que les dernières investigations techniques seront rentrées car à l'évidence il n'y a pas suffisamment d'éléments pour considérer sa participation dans le cadre d'une complicité d'assassinat»,a dit l'avocat.

Une audition de près de sept heures

«C'est une évidence,cela m'est apparu de façon tout à fait claire et limpide»,a-t-il ajouté.

«J'affirme qu'il n'y a pas d'indice pour dire que ce garçon,en toute connaissance de cause,a aidé son frère»,a souligné Me Dupond-Moretti.

Abdelkader Merah a été entendu pendant près de sept heures par un juge antiterroriste pour son premier interrogatoire depuis sa mise en examen pour complicité d'assassinats,association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme et pour vol en réunion d'un scooter.

Les 11,15 et 19 mars,son frère cadet avait assassiné trois militaires puis trois enfants et un père juifs.

Il avait été tué lors de l'assaut donné par les forces de l'ordre à l'issue du siège de son appartement toulousain.


















20 minutes

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mar 11 Sep - 2:05:54

Abdelkader Merah,frère de Mohamed,s'explique longuement devant les juges

Abdelkader Merah,frère du tueur au scooter,a été longuement interrogé lundi sur son rôle présumé dans l'aide à la préparation des tueries et sur l'influence idéologique qu'il a pu avoir sur son cadet.

Son avocat a estimé,après une audition de sept heures,qu'il n'existait aucun élément permettant de dire que le frère du "tueur au scooter" avait aidé ce dernier à préparer les tueries de Toulouse et Montauban et qu'il envisageait donc une prochaine remise en liberté.

"J'envisage de déposer une demande de mise en liberté après que les dernières investigations techniques seront rentrées car à l'évidence il n'y a pas suffisamment d'éléments pour considérer sa participation dans le cadre d'une complicité d'assassinat",a dit Me Eric Dupond-Moretti.

"J'affirme qu'il n'y a pas d'indice pour dire que ce garçon,en toute connaissance de cause,a aidé son frère",a-t-il ajouté.

Il s'agissait de la première audition d'Abdelkader Merah depuis sa mise en examen et son incarcération à la fin mars pour complicité d'assassinats, association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme et pour vol en réunion d'un scooter.

Agé de 29 ans,Abdelkader avait reconnu,lors de sa garde à vue,avoir été présent lors du vol du puissant scooter dont s'était servi Mohamed Merah lors des tueries,mais avait nié avoir été au courant des projets de son cadet.

Abdelkader a admis avoir accompagné son frère lors du vol du scooter TMax 530,le 6 mars à Toulouse,et reconnu avoir assisté à l'achat du blouson porté par son frère au moment des tueries.

"La facture du blouson est établie au nom d'Abdelkader Merah.

On peut imaginer que si c'est pour commettre ce que vous savez,on ne laisse pas de telles traces",a dit son avocat.

Les enquêteurs le soupçonnent d'avoir aussi acquis le casque du tueur au scooter.

Sur ce point "il s'est longuement expliqué",a déclaré son conseil.

Relation houleuse

La récente déclassification de documents de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) a montré par ailleurs que les deux frères avaient fait l'objet d'une surveillance suivie.

Abdelkader Merah a été répertorié dès 2007 comme membre de la mouvance islamiste radicale,son jeune frère l'ayant été deux ans après.

Il a reconnu devant les enquêteurs avoir été au courant des déplacements de son cadet en Afghanistan et au Pakistan à la fin 2010.

Abdelkader a raconté avoir fait quatre séjours en Egypte de plusieurs mois pour y apprendre l'arabe, étant rejoint par son jeune frère sur place pour un mois "à la fin de l'été 2010".

L'aîné a aussi déclaré qu'il avait renoué le dialogue avec Mohamed un mois avant les tueries: "Deux ou trois jours après notre réconciliation,il m'a reparlé du jihad,lui voulait bouger rapidement,trouver un filon rapidement ou faire des coups en France ou à l'étranger."

"Ce sont deux parcours parallèles,ils restent frères c'est vrai.

Est-on innocent ou coupable d'être frères?",a dit Me Dupond-Moretti.

"A supposer qu'il ait contaminé son frère,cela ne fait pas une complicité d'assassinat",a-t-il ajouté,soulignant que les deux hommes ne s'entendaient pas,alternant ruptures et réconciliations.

L'aîné de la famille Merah,Abdelghani,a accusé Abdelkader d'être à l'origine de la radicalisation de Mohamed.

Pour Patrick Klugman,avocat de proches de victimes des assassinats de l'école juive,"derrière les apparences,son défenseur sait que le dossier est extrêmement lourd".

"Plus on se rapprochait des actes,plus les deux frères se voyaient",a dit Me Klugman à l'AFP.

"S'il n'y avait aucune preuve de la mise en cause, pourquoi son conseil n'a t-il pas demandé la nullité de sa mise en examen?",interroge-t-il.


















yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mar 11 Sep - 13:12:22

Affaire Merah: nouvelle mise en examen d'Abdelkader avec circonstances aggravantes

Abdelkader Merah a été de nouveau mis en examen, pour "complicité d'assassinats avec circonstances aggravantes en raison de l'appartenance de victimes à une race ou à une religion" dans l'enquête sur les tueries de son frère dont quatre victimes étaient juives,a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Après avoir tué trois militaires,son frère cadet Mohamed,qui se revendiquait d'Al Qaïda,a abattu trois enfants et un père de famille dans une école juive de Toulouse le 19 mars.

Les enquêteurs tentent de déterminer le rôle qu'a pu jouer Abdelkader dans les crimes de son frère.

Abdelkader,29 ans,a été entendu lundi pendant près de sept heures par les juges antiterroristes pour son premier interrogatoire depuis sa mise en examen pour complicité d'assassinats,association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme et pour vol en réunion d'un scooter.

A l'issue de l'audition,son avocat,Me Eric Dupond Moretti a estimé qu'il n'existait pas d'indice pour dire qu'Abdelkader Merah avait aidé en toute connaissance de cause son frère Mohammed à commettre les tueries de Toulouse et Montauban.

L'avocat a annoncé qu'il envisageait une demande de remise en liberté.
















yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Sam 15 Sep - 12:53:27

Affaire Merah : le seul rescapé exige toute la vérité

Loïc Liber,tétraplégique à 28 ans,ne pourra pas faire le déplacement à Paris pour rendre hommage à ses trois camarades assassinés.

«Je remercie tout le monde pour les nombreux témoignages,les prières,l'immense soutien que l'on m'a apporté.»

C'est le message que le jeune Loïc Liber, parachutiste du 17e régiment de génie parachutiste de Montauban,blessé par Mohamed Merah le 15 mars dernier,veut adresser à l'opinion et aux autorités lors de la cérémonie organisée aux Invalides mercredi prochain.

Dans «un lit de souffrance terrible» depuis des mois,tétraplégique et sous assistance respiratoire malgré plusieurs opérations,le sapeur 1re classe ne pourra pas faire le déplacement à Paris pour rendre hommage à ses trois camarades tombés sous les balles de Mohamed Merah.

Mais il veut que l'on sache: «Pas un jour ne passe sans que je pense à eux»,répète-t-il à propos d'Abel Chennouf,Mohamed Legouad et Imad Ibn Ziaten.

Aux trois enfants juifs de l'école Ozar Hatorah aussi, froidement exécutés le 19 mars avec un des enseignants.

Une supplique à François Hollande

Par l'intermédiaire de son avocate,Me Laure Bergès-Kuntz,qui le représentera à la cérémonie aux côtés des autres familles de victimes,il veut adresser une supplique à François Hollande,qui sera présent avec plusieurs ministres,élus et autorités du monde judiciaire: «Ne pas les oublier,tout mettre en œuvre pour connaître la vérité.»

«C'est son obsession aujourd'hui: savoir, explique l'avocate.

Il veut le nom de tous les responsables du massacre,le réseau,les complicités.

Il n'a ni rancœur ni désir de vengeance mais il veut connaître la vérité pénale»,précise-t-elle en confiant son profond traumatisme.

«Sa vie est complètement brisée,sa santé,mais il a également peur,il reste terrorisé par le seul nom de Merah.»

Très entouré par ses proches,Loïc Liber est tout particulièrement reconnaissant envers l'institution militaire qui est «très attentive» au jeune homme, dit son entourage,et «vraiment à la hauteur».

Chaque semaine,ses camarades font un trajet de 8 heures pour venir le voir à Cerbère,près de Collioure,où il est en rééducation.

Un groupe de soutien sur Facebook lui est également dédié,avec mille affections et messages d'espoir.

Émilienne,sa mère,fait de nombreux allers-retours depuis la Guadeloupe,d'où il est originaire,pour être à son chevet.

Sa fiancée,Audrey,25 ans,a quant à elle démissionné de son poste d'enseignante en Guadeloupe pour s'installer en métropole,près de lui.

Le jeune couple envisage de se marier mais attend pour l'heure une nouvelle opération de Loïc et un transfert à l'hôpital militaire de Percy ou à l'Institution des Invalides.
















yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Sam 15 Sep - 17:14:37

Devant le juge,Abdelkader Merah a tenté de montrer un nouveau visage

Un nouvel Abdelkader Merah s'est présenté,lundi 10 septembre,devant le juge antiterroriste Christophe Teissier.

Plus posé,loin du fou d'islam entendu en garde à vue au mois de mars.

Six mois ont passé depuis les tueries des 11,15 et 19 mars à Toulouse et Montauban.

Le frère de Mohamed Merah,l'assassin au scooter,a veillé à mettre ses sympathies djihadistes en sourdine.

Lorsque le juge lui demande si son frère a eu "une belle fin" comme il l'avait affirmé aux policiers, Abdelkader,mis en examen pour complicité d'assassinats en lien avec une entreprise terroriste,esquive.

Enviait-il sa "mort en martyr",souhaitait-il la glorifier,insiste le magistrat ?

"Ni l'un ni l'autre.

C'était de la provocation et je voulais dire que mon frère restait mon petit frère malgré les faits."

Abdelkader Merah est "entré en islam" il y a cinq ans,après avoir fait "des recherches dans les trois religions révélées".

Il a étudié l'Evangile,la Torah et le Coran.

Un temps attiré par la religion juive,la plus "proche de l'islam",il s'est ravisé quand un rabbin lui a expliqué que sa conversion était soumise à la réussite d'un "test".

Trop "compliqué",a jugé Abdelkader.

Pour entrer dans l'islam,il suffisait d'obtenir "deux attestations".

Voilà qui détermina son choix.

"Vous considérez-vous comme ayant une pratique radicale de la religion?",poursuit le juge.

"Qu'est-ce que ça veut dire,radicale ?",répond Abdelkader Merah,qui confirme que son "Etat,c'est Allah" : "Je vis sur le territoire français,je ne me conforme pas aux lois républicaines,je me conforme aux lois islamiques."

Mais précise : "Lors de mes voyages en Egypte,j'ai cependant indiqué qu'en France,malgré que ce ne soit pas un pays musulman,les gens appliquent beaucoup de règles religieuses,comme aider son prochain."

"JE N'ÉTAIS PAS PROCHE DE MON PETIT FRÈRE"

Le juge lui demande de s'expliquer sur le manuel du parfait djihadiste retrouvé dans son iPod.

Les policiers avaient également découvert des notes sur la conduite à tenir en cas d'interpellation d'une "cellule dormante".

Pour Abdelkader Merah,rien à voir avec le terrorisme,mais plutôt avec sa passion pour "l'espionnage".

A l'appui de son raisonnement,il évoque ses dernières lectures: "En maison d'arrêt,j'ai lu Hannibal,pourtant,je ne voulais pas devenir cannibale",la biographie de Saddam Hussein,ce n'était pas pour "être dictateur",quant au livre de Me Eric Dupond-Moretti,son nouveau conseil,qu'il vient de terminer,ce n'est pas non plus pour devenir avocat.

Le juge note et revient à la charge.

Les "consignes" contenues dans l'iPod n'auraient-elles pas servi à Mohamed Merah ?

"Pas du tout",répond son frère.

N'avait-il pas lui-même admis qu'il avait été "indirectement un exemple" ?

"Je ne me rappelle pas du tout avoir dit cela."

Abdelkader affirme,comme les policiers du renseignement,que son cadet "s'est converti tout seul en prison".

"Je n'étais pas proche de mon petit frère,poursuit-il.

Toute ma famille,mes copains et ses copains le savaient.

Notre brouille a commencé quand il a eu 15 ans."

Les frères ne se parlent pas pendant plus de deux ans.

L'aîné s'est même montré violent à plusieurs reprises.

"Je le frappais,je reconnais que la manière était mauvaise mais les intentions étaient bonnes.

C'est pas souvent.

Je le frappais lorsque je le voyais avec un véhicule volé.

C'était uniquement à chaque fois pour le remettre dans le droit chemin."

Si les relations sont si distendues,comment se fait-il que Mohamed aille retrouver son grand frère auCaire,où ce dernier prenait des cours d'"arabe littéraire" ?

"J'étais en train de prier,se souvient Abdelkader, j'ai entendu le téléphone sonner continuellement."

C'était Mohamed : "Je suis en Egypte à 2 kilomètres de chez toi."

Il restera trois semaines.

Comment se fait-il qu'ils renouent curieusement trois semaines avant le premier assassinat ?

Et puis il y a cette journée du 6 mars.

Comment Abdelkader explique-t-il sa présence le jour où Mohamed vole le scooter qui lui servira pour ses crimes ?

Pour le juge et les enquêteurs,la relation mouvementée entre les deux frères,faite de haines et de réconciliations,est émaillée de trop de "coïncidences".

"POUR TITILLER LES POLICIERS,J'AI MULTIPLIÉ LES PROVOCATIONS"

Le 6 mars,Abdelkader se trouve "dans le quartier" : "Mon petit frère est arrivé,on a discuté.

Il m'a demandé de l'accompagner pour acheter une veste.

On est parti avec un copain à lui."

Soudain, Mohamed leur demande d'arrêter la voiture.

Il descend.

Et les double quelques minutes plus tard au guidon d'un T-Max.

"On l'a engueulé: "Tu nous rends complices de ton vol"",poursuit Abdelkader Merah.

Malgré ce désaccord,il accompagne son petit frère pour dissimuler le scooter,avant d'aller acheter une veste de moto.

Abdelkader insiste: tout ceci est "totalement une coïncidence".

Quant aux déclarations tonitruantes,prononcées il y a six mois en garde à vue,sur l'islam radical,sur ses connaissances sur le djihad et sur sa certitude que son frère voulait bouger comme d'autres "frères dans toute la France,à Toulouse,à Albi,à Montauban, partout",il rappelle le "contexte" : "Pour titiller les policiers, j'ai multiplié les provocations."

Il assure aujourd'hui nouvelle provocation? qu'il avait alors pris du Lexomil,un anxiolytique,malgré la surveillance des policiers.

Il aurait dissimulé les comprimés dans son short et sa veste.

"J'ai déjà fait des gardes à vue et je sais que je ne supporte pas.

C'était pour pouvoir dormir le soir."

















m société

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Dim 16 Sep - 23:37:47

Le ministère de l'Intérieur annonce un projet de loi antiterroriste

Prévu pour fin septembre,ce texte, inspiré de l'affaire Merah,permettrait de juger,en France,les Français qui vont s'entraîner en zone afghano-pakistanaise.

Le conseil des ministres examinera»à la fin du mois de septembre un projet de loi visant à lutter contre le terrorisme»,a annoncé dimanche soir le ministère de l’Intérieur.

Ce texte vise notamment à permettre de juger en France les Français «qui se livrent à des actes de terrorisme à l'étranger ou qui vont à l'étranger, notamment en zone afghano-pakistanaise,pour se former au terrorisme dans des camps d’entraînement dans le but de revenir en France»,a expliqué à l’AFP une source proche du dossier.













libération

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mer 19 Sep - 23:24:49

Hollande promet des "moyens nouveaux" pour les victimes du terrorisme



Le président François Hollande a promis mercredi des "moyens nouveaux" pour les victimes du terrorisme,lors de la cérémonie d'hommage annuelle en leur faveur,qui s'est tenue dans les jardins des Invalides à Paris.

"Je prends ici l'engagement que des moyens nouveaux seront apportés",a-t-il déclaré,précisant que le gouvernement "examinera les modalités d'un accompagnement financier" des familles d'otages.

"De même,il conviendra de faire bénéficier de la protection juridique les familles des victimes d'attentats" et de "simplifier leurs démarches",a-t-il ajouté.

Le chef de l'état répondait ainsi à des demandes exprimées notamment par les proches des victimes des tueries perpétrées par Mohamed Merah,en mars 2012,à Toulouse et Montauban.

"Notre devoir,c'est de dire la vérité,toute la vérité,notamment sur les procédures en cours",a enchaîné François Hollande.

"Le secret ne devra s'appliquer que lorsque les intérêts fondamentaux de la Nation sont menacés,a-t-il précisé,faisant allusion au secret défense opposé dans certaines procédures judiciaires.

Reconnaissant que pour combattre le terrorisme "l'arsenal juridique devait être adapté et amélioré",le président Hollande a rappelé que le ministre de l'Intérieur Manuel Valls "présentera prochainement un projet de loi tirant notamment les conséquences des drames de Toulouse et Montauban".

Son intervention avait été précédée de témoignages de victimes ou de leurs familles.

Des sanglots dans la voix,Latifa Ibn Ziaten,la mère de la première victime de Mohamed Merah,le maréchal des logis Imad Ibn Ziaten,a demandé au chef de l'Etat de soutenir l'association qu'elle a fondée pour sauver les enfants "perdus" des "quartiers difficiles".

"Ils ont besoin d'aide,Monsieur le président,s'il vous plaît,aidez-moi à conduire ce combat pour ne pas laisser dans les quartiers cette haine",a-t-elle exhorté à la tribune,une grande photo de son fils souriant,en uniforme,portée par sa fille,à ses côtés.

A l'issue de la cérémonie,François Hollande l'a assurée,selon elle,de son soutien.

Albert Chennouf,dont le fils est également tombé sous les balles de Merah,a célébré la mémoire de ce "jeune caporal arraché à la vie trop tôt qui attendait avec impatience la naissance d'un petit garçon,né un mois et demi après sa mort".

"Les engagements du président sont une bonne base de travail",a-t-il dit à l'AFP après avoir appelé à la tribune les pouvoirs publics à "mettre tous les moyens" en oeuvre pour que les juges puissent enquêter.

Quant à Samuel Sandler qui a perdu son fils et deux petits-fils à Toulouse six mois plus tôt jour pour jour,il a évoqué "les six ans d'Arieh jamais fêtés".

"Comment ne pas être bouleversé par cette succession d'interventions d'hommes et de femme blessés dans leur chair qui expriment à la fois leur peine et leur douleur avec une dignité et une force qui leur permettent aussi de se tourner vers le futur avec confiance",a déclaré ensuite François Hollande.

A la fin de la cérémonie,le chef de l'Etat s'est recueilli devant la statue érigée dans les jardins des Invalides en mémoire des victimes d'attentats avant de s'attarder auprès des familles.

La commémoration annuelle des victimes du terrorisme se tient tous les ans depuis le 19 septembre 1998,date anniversaire de l'attentat contre le DC10 d'UTA perpétré en 1989.


















yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mer 26 Sep - 14:33:04

Affaire Merah : perquisition en cours chez le frère

Une perquisition était en cours mercredi matin en Haute-Garonne au domicile d'Abdelkader Merah,le frère aîné de Mohamed Merah et seul mis en examen dans les tueries de Toulouse et Montauban.

Une perquisition était en cours mercredi matin à Auterive,en Haute-Garonne,au domicile d'Abdelkader Merah,le frère aîné du tueur au scooter,selon des sources policière et proche de l'enquête.

Ces sources n'ont pas précisé ce que les hommes de la police judiciaire et les enquêteurs antiterroristes cherchaient au domicile de Merah, déjà perquisitionné au moment de son arrestation en mars.

Seul mis en examen dans les tueries de Toulouse et Montauban,le frère aîné de Mohamed Merah a été entendu par le juge antiterroriste le 10 septembre















tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mer 26 Sep - 15:10:41

Affaire Merah: Bernard Squarcini entendu

L'ancien patron de la DCRI est revenu sur les informations à la disposition de son service avant les attaques de Toulouse et de Montauban,en mars 2012.



Le préfet Bernard Squarcini a été entendu comme témoin,en début de semaine,par les magistrats en charge de l'affaire Merah,l'assassin de 7 personnes à Toulouse et à Montauban,en mars dernier.

Responsable de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) au moment des attaques,il a été interrogé sur les informations que détenait son service quant au parcours de cet islamiste,surveillé pendant plusieurs mois à son retour d'Afghanistan.

Au total,24 notes déclassifiées de la DCRI sont entre les mains des magistrats antiterroristes chargés du dossier,Laurence Le Vert,Nathalie Poux et Christophe Teissier.

Bernard Squarcini est revenu sur l'une des polémiques les plus vives de ce dossier : alors que l'étau les investigations informatiques se resserraient sur lui,Mohamed Merah a attaqué l'école juive Ozar Hatorah,le lundi 19 mars,tuant un père et famille et trois écoliers.

Une chronologie essentielle donc.

Bernard Squarcini explique n'avoir reçu l'"adresse IP" de l'ordinateur utilisé par Merah que le dimanche 18 mars,à 14 heures.

Selon lui,son service a transmis à la police judiciaire les éléments dont il disposait sur le suspect à 20 heures.

Le haut fonctionnaire conteste par ailleurs avoir obtenu avant les assassinats des informations d'un service étranger sur la présence,en septembre 2011, de Mohamed Merah à Miranshah,un fief djihadiste situé dans les zones tribales pakistanaises.

Selon lui,celles-ci sont bien parvenues à la DCRI, mais postérieurement aux tueries.

L'audition de Bernard Squarcini avait été sollicitée par Me Patrick Klugman,avocat de la famille Sandler,l'une des parties civiles du dossier.

Mes Samia Maktouf et Béatrice Dubreuil,qui défendent les intérêts de l'un des parachutistes tués,demandent la création d'une commission d'enquête parlementaire sur l'action des services de renseignement dans cette affaire.


















l'express

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Ven 28 Sep - 19:25:43

Les parties civiles exigent des explications sur la surveillance de Mohamed Merah

Les familles des victimes exigent une déclassification des fiches rédigées par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) sur la surveillance de Mohamed Merah.

Les familles des victimes exigent des explications sur la surveillance de Mohamed Merah.

Comment la DCRI a-t-elle surveillé Mohamed Merah dans les semaines précédant ses tueries?

Que savaient les autres services de renseignement sur le tueur au scooter?


Les parties civiles exigent des réponses à ces questions.

Les avocats du frère d'une victime ont demandé jeudi une déclassification des fiches sur Merah rédigées par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) entre janvier et mars 2012,non communiquées à la justice.

Ils réclament également les dossiers de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) et de la DPSD (Direction de la protection et de la sécurité de la Défense),concernant ses déplacements à l'étranger notamment en Afghanistan et au Pakistan.

Les dossiers déclassifiés de la DCRI s'arrêtent après "la synthèse de l'entretien administratif de Mohamed Merah",le 14 novembre 2011,constatent dans un courrier aux juges Mes Marie-Laure Ingouf et Jean Tamalet,avocats d'Hatim Ibn Ziaten,le frère de la première victime de Mohamed Merah.

Or,"il résulte des déclarations de Bernard Squarcini (ex-patron de la DCRI) que la DCRI a poursuivi les investigations sur Mohamed Merah en 2012",poursuivent-ils.


















l'express

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Jeu 4 Oct - 11:03:52

L'affaire Merah révèle les failles du renseignement



Mohamed Merah est fiché au moins depuis octobre 2006 par les ex-Renseignements généraux.

Le ministre de l'Intérieur a demandé une étude sur les dysfonctionnements de l'affaire Merah

Mohamed Merah était connu des services de renseignements bien avant les tragédies de Toulouse et Montauban.

L'examen des documents «secret défense» récemment déclassifiés a permis de mieux comprendre comment le tueur au scooter a pu se faufiler entre les mailles du filet.

Merah était dans le collimateur,mais ses voyages n'ont pas éveillé les soupçons.

Considéré comme un «délinquant au lourd passé délinquant en phase de radicalisation» un an avant les tueries,Mohamed Merah était épinglé depuis octobre 2006 par une «fiche de mise en attention» des ex-renseignements généraux.

Ce qui n'a pas empêché le «djihadiste autoproclamé» de se rendre à deux reprises dans des camps d'entraînement de la zone pakistano-afghane.

Mais aussi et surtout,comme l'ont relevé Éric Pelletier et Jean-Marie Pontaut dans L'Affaire Merah.

L'enquête,à Miransha,fief de la nébuleuse al-Qaida où il aurait suivi «un entraînement ultrarapide de deux jours».

Deux connexions Internet,interceptées par la National Security Agency,attestent de sa présence en septembre 2011.

De précieuses informations qui n'auraient été transmises qu'après la tuerie.

Le tueur au scooter a manipulé,à l'échelon local,son agent traitant.

Le contre-espionnage,qui avait intercepté entre le 17 août et le 17 octobre 2011 une quinzaine de connexions à Islamabad,Lahore ou encore Abbottabad, n'ignorait rien des incursions pakistanaises du salafiste.

De retour en France,Merah est «débriefé» le 14 novembre 2011 par un brigadier de l'antenne locale de la DCRI.

Le rendez-vous vire au fiasco.

Endoctriné et déjà animé par la ferme intention de faire couler le sang,il affirme être parti au Pakistan pour chercher une épouse.

Quand le djihadiste exhibe des photos de sites touristiques prises lors de son périple,le sous-officier ne voit que du feu.

Visé par une simple «mise en attention»,Merah a les coudées franches pour «mettre la France à genoux».

Les insuffisants échanges d'informations entre les services

Dès le meurtre des militaires de Montauban le 15 mars dernier,faisant suite à un premier assassinat de soldat,la DCRI demande à être associée aux réunions opérationnelles.

Ce qui lui a été refusé par le parquet de Montauban qui ne croyait pas à une «piste politique».

Comme l'a révélé Libération,le service de renseignements de Toulouse aurait cependant transmis dès le 16 mars à sa «centrale» la liste d'une dizaine de cibles,prioritairement liées à «l'extrême droite radicale qui est la piste privilégiée de la PJ»,mais aussi «des profils liés à l'islam radical» dont la famille Merah.

Mais la communication serait restée étanche entre les services.

Sur PV,aussi relaté par Libération,Bernard Squarcini soutient au juge que,dans la matinée du samedi 17 mars,«la sous-direction antiterroriste (Sdat) nous avertit qu'elle allait procéder à des passages de fichiers chez nous».

Mais elle ne leur livre les «cinq fichiers informatiques» que «le dimanche 18 mars à partir de 14 heures».

La base de données Cristina «mouline» alors 24 000 données sur des propriétaires de scooters V-max,de calibre 11.43 et d'adresses IP suspectes.

Vers 20 heures,une liste d'une quinzaine de suspects est isolée,dans laquelle figurent Mohamed Merah et son frère Abdelkader.

Le lendemain matin,l'école juive Ozar Hatorah est la cible d'une équipée sanglante.


















le figaro

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice


Féminin Nombre de messages : 44591
Age : 51
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Des militaires tués par balle à Montauban    Mer 17 Oct - 15:30:01

Le rapport sur l'enquête Merah attendu "dans quelques jours"



Le rapport sur le travail de la police sur Mohamed Merah sera rendu "dans les prochains jours" au ministre de l'Intérieur Manuel Valls,a annoncé celui-ci mercredi sur France Inter en précisant qu'il serait rendu public.

Affaire de la tuerie de Merah,suite.

Le rapport très attendu sur le suivi policier de Mohamed Merah,qui a tué trois enfants et un enseignant juifs dans une école de Toulouse le 19 mars après avoir abattu trois parachutistes,doit être remis dans les jours à venir.

C'est en tout cas ce qu'a annoncé Manuel Valls mercredi matin.

"Dans quelques jours,les deux inspecteurs me remettront un rapport qui porteront moins sur les failles que sur les enseignements qu'il faut tirer pour la réorganisation de nos services",a dit le ministre de l'Intérieur.

"Je transmettrai ce document au Parlement et il sera rendu public intégralement",a-t-il ajouté.

Manuel Valls,qui a à plusieurs reprises évoqué des "échecs" et des « dysfonctionnements" dans l'affaire Merah,avait commandé ce rapport à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN).

Placé sous surveillance

En septembre,le ministre s'était notamment demandé pourquoi Mohamed Merah,qui a tué trois enfants et un enseignant juifs dans une école de Toulouse le 19 mars après avoir abattu trois parachutistes, n'"avait pas été plus surveillé" après son retour en France depuis le Pakistan et l'Afghanistan.

Placé un temps sous surveillance,Merah avait été notamment entendu à l'antenne toulousaine de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) en novembre 2011,au retour d'un voyage au Pakistan.

Mercredi,Manuel Valls a également dit que la lutte contre le terrorisme appelait "une mobilisation de toute la société".

"Sous l'autorité de la loi et du juge,j'invite évidemment les Français qui peuvent être amenés à commettre des passages à l'acte de la part d'un certain nombre d'individus,à être de véritables citoyens",a-t-il dit.

"Quand une soeur il y a quelques semaines va dénoncer son frère à la police parce qu'elle craint que celui-ci ne passe à l'acte" après avoir proféré des menaces contre des journalistes de Charlie Hebdo,"c'est une manière à la fois de le protéger mais de protéger surtout ceux qui seraient visés par cet acte",a argumenté le ministre.

Manuel Valls faisait allusion à un lycéen toulonnais de 18 ans mis en examen le 23 septembre après avoir proféré des menaces à l'encontre de responsables de Charlie Hebdo.

Il avait été dénoncé.

Plusieurs couteaux avaient été retrouvés à son domicile.
















tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
 
Des militaires tués par balle à Montauban
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Photos SATELLITE des ports militaires !
» Département Archives et Médiathèque de Montauban
» Trois navires militaires en escale dans le port de Saint-Mal
» la balle folle qui rend fou !!
» pour que la balle change de couleur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: affaires judiciaires-
Sauter vers: