chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 calculs renaux

Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
jacotte

Féminin Nombre de messages : 42981
Age : 54
Date d'inscription : 20/02/2005

calculs renaux Empty
MessageSujet: calculs renaux   calculs renaux EmptyDim 16 Oct - 1:50:35

Les calculs rénaux, communément appelés « pierres aux reins », sont des cristaux durs qui se forment dans les reins et peuvent entraîner de vives douleurs.
Les médecins utilisent le terme lithiase urinaire pour désigner ces cristaux, qui peuvent aussi se retrouver dans le reste de l’appareil urinaire : dans la vessie, l’urètre ou les uretères

Dans près de 90 % des cas, les calculs urinaires se forment à l’intérieur d’un rein
. Leur taille est très variable, allant de quelques millimètres à plusieurs centimètres de diamètre.
La plupart d’entre eux s’éliminent spontanément en passant à travers les divers conduits du système urinaire et n’entraînent pas de symptômes.
Cependant, les uretères sont des conduits de très petit calibre.
Un calcul formé dans le rein, qui est en transit vers la vessie, peut facilement obstruer un uretère et ainsi causer de vives douleurs.
C’est ce qu’on appelle la colique néphrétique.




Les calculs rénaux sont très fréquents, et leur prévalence semble avoir augmenté au cours des 30 dernières années.
De 5 % à 10 % des individus vivront une crise de colique néphrétique au cours de leur vie.
Les calculs rénaux surviennent habituellement dans la quarantaine.
Ils sont 2 fois plus fréquents chez l’homme que chez la femme.
Certains enfants peuvent aussi être atteints.

Plus de la moitié des personnes qui ont déjà eu un calcul en auront de nouveau dans les 10 ans qui suivent la première crise.
La prévention devient donc très importante.


causes


Les calculs sont le résultat de la cristallisation de sels minéraux et d’acides présents en trop forte concentration dans l’urine.
Le processus est le même que celui que l’on observe dans de l’eau contenant beaucoup de sels minéraux : au-delà d’une certaine concentration, les sels commencent à se cristalliser.

Les calculs rénaux peuvent être la conséquence d’un grand nombre de facteurs.
Le plus souvent, ils sont dus à un manque de dilution des urines, c’est-à-dire à une consommation trop faible d’eau.
Une alimentation déséquilibrée, trop riche en sucre ou en protéines, peut également être en cause.
Dans bien des cas, on ne retrouve toutefois pas de cause précise pouvant expliquer la formation des calculs.

Plus rarement, une infection, certains médicaments, une maladie génétique (comme la fibrose kystique ou l’hyperoxalurie) ou métabolique (comme le diabète) peuvent causer la formation de calculs urinaires.
De même, les malformations des voies urinaires peuvent être en cause, surtout chez les enfants.



les Types de calculs


La composition chimique du calcul dépend de la cause, mais la majorité des calculs rénaux contiennent du calcium.
Des tests d’urine et une analyse des calculs récupérés permettent de connaître leur composition.

Calculs à base de calcium. Ils comptent pour environ 80 % de tous les calculs rénaux.
Ils englobent les calculs à base d’oxalate de calcium (les plus fréquents), de phosphate de calcium ou d’un mélange des deux.
Ils sont causés par la déshydratation, un apport excessif de vitamine D, certaines maladies et certains médicaments, des facteurs héréditaires ou une alimentation trop riche en oxalate

Calculs de struvite (ou de phosphate ammoniaco-magnésien). Ils sont liés aux infections urinaires chroniques ou à répétition d’origine bactérienne et représentent environ 10 % des cas.
Contrairement aux autres types de calculs, ils sont plus communs chez les femmes que chez les hommes.
Souvent, ils se forment chez les personnes qui ont une sonde vésicale.

Calculs d’acide urique. Ils représentent de 5 % à 10 % des calculs rénaux.
Ils se forment en raison d’une concentration anormalement élevée d’acide urique dans l’urine.
Les gens atteints de la goutte ou qui reçoivent une chimiothérapie sont plus enclins à en souffrir.
Ils peuvent aussi être causés par une infection.

Calculs de cystine. Cette forme est la plus rare.
Dans tous les cas, leur formation est attribuable à la cystinurie, une anomalie génétique qui entraîne l’excrétion d’une quantité excessive de cystine (un acide aminé) par les reins.
Ce type de calcul peut survenir dès l’enfance.



Complications possibles

Les complications sont plutôt rares.
Cependant, il peut arriver qu’en plus d’une obstruction d’un uretère par un calcul, une infection s’installe.
Cela peut entraîner une infection sanguine (septicémie) qui nécessitera une intervention d’urgence.
Une autre situation qui peut devenir très grave est celle où un patient n’ayant qu’un seul rein présente une colique néphritique.

Symptômes

Une douleur soudaine et intense dans le dos (d’un côté du tronc, sous les côtes), qui irradie dans le bas du ventre et vers l’aine, et souvent vers un testicule ou la vulve.
La douleur peut durer quelques minutes ou quelques heures.
Elle n’est pas nécessairement continue, mais elle peut devenir d’une intensité insoutenable.
Des nausées et des vomissements.
Du sang dans l’urine (pas toujours visible à l’oeil nu) ou une urine trouble.
Parfois une envie pressante et fréquente d’uriner.
En cas d’infection urinaire concomitante, on ressent aussi une sensation de brûlure lorsqu’on urine, ainsi qu’un fréquent besoin d’uriner. On peut aussi avoir de la fièvre et des frissons.




Personnes à risque

Les personnes qui ont déjà eu un ou plusieurs calculs rénaux.
Les personnes qui ont des antécédents familiaux de calculs rénaux.
Les hommes.
Les personnes vivant dans des pays au climat chaud et sec ou qui travaillent dans des environnements très chauds (par exemple, dans des cuisines commerciales), en raison du risque plus élevé de déshydratation.
Les personnes qui font de l’hypertension. Cela double le risque de calcul rénal
Les personnes atteintes de diabète de type 2
Les personnes obèses.
Les personnes souffrant de certaines maladies métaboliques, comme la cystinurie (trop de cystine dans l’urine), la maladie coeliaque, l’hyperoxalurie (trop d’oxalate dans l’urine), l’hypercalciurie (trop de calcium dans l’urine), l’acidose tubulaire rénale (qui cause une urine très acide) ou l’hyperparathyroïdie.
Les personnes sujettes aux crises de goutte.
Les personnes qui ont des infections urinaires à répétition.
Les personnes atteintes d’une maladie inflammatoire de l’intestin, comme la maladie de Crohn, qui augmente l’absorption d’oxalate





.Facteurs de risque



Une mauvaise hydratation. Boire peu diminue le volume d’urine, donc concentre les sels dans l’urine.
La sédentarité. Le manque d’activité physique provoque une perte graduelle de la masse osseuse, donc la libération de calcium.
La prise de certains médicaments. Prendre des diurétiques (dont le triamtérène) ou des antiacides à base de calcium, par exemple, peut faire augmenter le risque de souffrir de calculs rénaux. Les sulfamides et certains antiviraux comme l'indinavir augmentent également les risques de lithiase. Les personnes à risque devraient s’informer auprès de leur médecin ou de leur pharmacien au sujet de leur médication.
Une alimentation très salée ou très riche en sucres.
Une alimentation comportant un excès de protéines. Les protéines augmentent les taux de calcium, d’oxalate et d’acide urique dans l’urine, et diminuent le taux de citrate (un facteur de protection contre les calculs)3. Des études laissent croire que le végétarisme réduit le risque de calculs rénaux.
Cependant, si la quantité quotidienne de protéines est adéquate, qu'elles soient d'origine animale ou végétale, celles-ci n'influent pas sur le risque de calculs rénaux.
Une alimentation carencée en calcium. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le calcium d’origine alimentaire (produits laitiers, poissons en conserve avec les arêtes, fruits, légumes verts, légumineuses, noix) exerce un effet protecteur contre les calculs rénaux
Les suppléments de calcium pris avec les repas peuvent avoir le même effet, mais pris seuls, ils peuvent augmenter légèrement le risque de calculs rénaux.


examens et Traitements médicaux


une analyse d’urine afin de vérifier s’il y a du sang et des cristaux dans l’urine, et pour déterminer son pH; l’analyse d’un calcul récupéré pour déterminer son type;
une analyse sanguine afin de vérifier l’état de la fonction rénale ou de déceler une anomalie métabolique;
une tomodensitométrie des reins, des uretères et de la vessie, qui va révéler la présence de la plupart des calculs.
L'échographie abdominale observant les reins et les conduits urinaires montre une dilatation du pyélon et des calices du rein, les calculs n'étant pas visibles directement mais par l'apparition d'un cône d'ombre signant l'ombre du calcul.
La radiographie simple ou avec tomographies montre les calculs radio opaques en projection des voies urinaires.
L'urographie intra-veineuse nécessite l'injection rapide au sujet de 50ml d'un colorant iodé dans la circulation sanguine qui va être épuré par les reins. Après la prise de clichés aux rayons X à des temps précis, le(s) calcul(s) et le produit de contraste sont mis en évidence montrant une dilatation des voies urinaires en amont du calcul qui stoppe la progression du produit de contraste dans les voies urinaires). Cette technique est beaucoup moins utilisée depuis la disponibilité de l'échographie.
Le scanner abdominal tend à prendre progressivement la place de l'urographie intra-veineuse
Une IRM est plus rarement pratiquée

Une bonne hydratation reste le traitement de base en cas de calculs, dès que la douleur est moins importante.
En effet, lorsque la douleur est très intense, le fait de boire beaucoup d’eau peut contribuer à l’accentuer davantage.


Antalgiques, spasmolytiques, anti-inflammatoires dans le traitement de la crise de colique néphrétique.
Un certain nombre de médicaments ont une certaine efficacité pour faciliter le « passage » de la lithiase : ce sont les inhibiteurs calciques, surtout associés aux corticoïdes et les alpha-bloquants .
Restriction hydrique (traitement de la crise. pour le traitement de la cause, il faut parfois au contraire forcer les apports hydriques pour « diluer » les substances qui cristallisent). Elle permet, en diminuant les apports en eau, d'avoir une production d'urine plus basse, et théoriquement, de moins « pousser » sur le calcul. Ce point est toujours débattu, mais on préfère généralement la restriction hydrique pendant la crise.
La lithotritie parfois dénommée lithotripsie (anglicisme), par ondes de choc externes dit « LEC » qui brisent le calcul en petits morceaux ce qui en facilite le passage, a été introduite à partir de la fin des années 80. Cette méthode peut être cependant responsable d'une insuffisance rénale dans certains cas17.
Chirurgie (ablation du calcul après ouverture chirurgicale des voies urinaires hautes, pouvant être faite parfois par technique coelioscopique).
Cystoscopie et ablation par manœuvres internes (calculs ayant migré dans le bas uretère)
Fragmentation du calcul par laser.


Prévention des calculs rénaux


Une bonne hydratation est primordiale afin de diluer les composés responsables.(Quelques études ont aussi montré que la réduction de la consommation de boissons sucrées (sodas) permettait, dans certains cas, de réduire le taux de colique néphrétique).

Attention! Il vaut mieux s’abstenir de boire du jus de pamplemousse


restreindre la consommation d'aliments riches en oxalate ( l’épinard, la rhubarbe, la betterave, la bette à carde, l’arachide, le chocolat, le thé, le germe de blé, le gombo (okra), la patate douce et la fève de soya.)

Maintenir un bon apport nutritionnel en calcium

Consommer des aliments riches en potassium ( fruits et de légumes la pomme de terre (avec la peau), le cantaloup, l’avocat, le haricot de Lima et la banane.)
Un régime peu salé et pauvre en protéines peut peut-être diminuer la fréquence de récidive de calculs calciques.


_________________
calculs renaux Je-t-a10
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
 
calculs renaux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: BIOLOGIE , SANTEE, BEAUTEE , BIEN ETRE AU NATUREL-
Sauter vers: