chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 l'attentat de Karachi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
jacotte
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 39971
Age : 52
Date d'inscription : 20/02/2005

MessageSujet: l'attentat de Karachi   Sam 9 Juil - 0:11:33

Le 8 mai 2002, alors qu’en France on célébrait l’armistice de 1945 et que le Gouvernement de Jean-Pierre Raffarin prenait ses fonctions, un attentat survient dans la ville de Karachi, au Pakistan.

Il est 8 heures du matin, un autocar de la marine pakistanaise doit emmener 23 ouvriers français à la base navale, sur le chantier des sous-marins Agosta 90B vendus par la France.
Les employés de la DCN sont dans des hôtels différents.
Alors que cinq personnes embarquent de l’hôtel Sheraton, un kamikaze lance sa Toyota Corolla rouge hors d’âge, bourrée d’explosifs, contre le bus.



Les deux gardes armés n’ont pas le temps de réagir.
L’autocar et la voiture sont pulvérisés.
Cette attaque fait 14 morts dont 11 employés français de la Direction des constructions navales et 12 blessés


Le 13 mai 2002, le président Chirac prononce à Cherbourg l’oraison funèbre des victimes qui sont faits chevaliers de la Légion d'honneur



Au printemps 2002, la DGSE aurait mené une opération de représailles contre les militaires pakistanais, cassant les jambes de trois amiraux et tuant un militaire de rang inférieur.
Cette opération aurait eu lieu soit après les attentats du 8 mai, soit après un avertissement préalable à cet attentat (une bombe sans détonateur sur la voiture d'une épouse d'un fonctionnaire, en février 2002


chronologie de l'affaire



21 septembre 1994 Le Pakistan signe un contrat avec la France pour la fourniture de quatre sous-marins de classe Agosta.
Avec cet accord de 5,4 milliards de francs, la DCN renoue avec l'export. Ce contrat est déficitaire, l'objectif est de maintenir l’emploi sur le site de Cherbourg et de conserver des savoir-faire industriels.

1995 - 1996 Arrêt du versement des commissions aux divers intermédiaires qui ont participé à la négociation du contrat. 85% de ces commissions ont déjà été distribuées.

14 août 1999 Livraison du premier sous-marin, assemblé intégralement à Cherbourg.

8 mai 2002 A Karachi, le bus qui transportait les ingénieurs et techniciens de DCN sur leur lieu de travail subi une attaque à la voiture piégée.
Quatorze morts (dont onze salariés français) et douze blessés.

13 décembre 2003 Livraison du deuxième sous-marin, assemblé au Pakistan suite à un transfert de technologie. Il devait initialement être mis à l'eau en août 2002.

15 janvier 2004 Le tribunal des affaires de sécurité sociale de Saint-Lô (Manche) condamne la DCN pour faute inexcusable.
Cette juridiction considère que l'attentat est un accident du travail, et que l'entreprise avait minimisé les risques encourus.
La DCN devra payer 765 000 euros au titre de préjudice moral aux familles.

27 septembre 2008 Livraison du dernier sous-marin.
Deux modules additionels de propulsion MESMA restent à finaliser, et seront livrés en 2011 et 2014.

21 juin 2010 Le ministre de la défense Hervé Morin autorise la déclassification de nombreux documents sur l'affaire.
Le juge d'instruction y gagne l'accès au contrat Agosta, auparavant classé secret défense.



A Cherbourg, une stèle évoque la mémoire des victimes.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Mer 29 Fév - 14:03:48

Attentat de Karachi : un rescapé entendu par la DCRI



Gilles Sanson,l'un des salariés de la Direction des constructions navales (DCN) rescapé de l'attentat de Karachi en 2002.

Gilles Sanson a livré mardi au Renseignement intérieur le récit de la journée de 2002,au cours de laquelle a eu lieu l'attentat qui a causé la mort de 15 personnes,dont 11 Français.

Gilles Sanson,l'un des salariés de la Direction des constructions navales (DCN) rescapé de l'attentat de Karachi en 2002,a été entendu mardi par la DCRI sur les circonstances de l'attentat,a-t-on appris vendredi auprès de l'avocate de l'un des survivants.

Gilles Sanson a été entendu durant dix heures par la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI),saisie sur commission rogatoire du juge Marc Trévidic,a précisé son avocate,Me Marie Dosé.

Devant les enquêteurs,Gilles Sanson «est revenu sur les circonstances exactes de l'attentat et ses souvenirs concernant la scène du crime»,a précisé l'avocate.

«Son audition était nécessaire et pourra être exploitée par la suite»,a ajouté Me Dosé.

«On a retracé la journée du matin au soir,j'ai essayé de donner avec la plus grande précision,les détails de la scène de crime»,a déclaré Gilles Sanson à l'issue de son audition.

L'attentat de Karachi,le 8 mai 2002,avait fait 15 morts dont 11 des 23 salariés de la DCN qui avaient pris place à bord d'un bus les conduisant de leur hôtel au chantier naval.

Ils travaillaient à la construction d'un sous-marin conventionnel dans le cadre d'un contrat d'armement Agosta signé entre la France et le Pakistan en 1994.

«Négligence»

Le 8 mai 2002,Gilles Sanson était présent à Karachi pour sa quatrième mission au Pakistan pour la DCN.

«Il y avait une routine»,a-t-il témoigné.

Les salariés étaient notamment «toujours logés dans le même hôtel» et parcouraient «le même itinéraire» jusqu'au chantier naval.

Gilles Sanson n'avait été entendu qu'une seule fois,sur son lit d'hôpital, cinq jours après l'attentat.

L'enquête était alors dirigée par le juge Jean-Louis Bruguière qui avait orienté les investigations vers la piste d'un attentat terroriste commis par des islamistes liés à Al Qaïda.

Le juge Trévidic,qui lui a succédé en 2007,privilégie la thèse d'un attentat perpétré en représailles à l'arrêt,par la France,du versement de commissions dans le cadre du contrat d'armement Agosta.

Six des salariés de la DCN,qui ont porté plainte en octobre contre leur employeur,ont été entendus en janvier par la police judiciaire.

Ils reprochent à la DCN de ne pas avoir tenu compte d'une «menace explicite contre la France»,dont avait été informée l'ambassade de France à Islamabad dès février 2002,ainsi que d'autres menaces contre des Occidentaux.

Mardi devant les enquêteurs,Gilles Sanson a de nouveau insisté sur «la négligence de la part» de son employeur.








liberation

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Dim 15 Avr - 21:01:04

Affaire Karachi: Un rescapé de l'attentat demande que Guéant et Squarcini témoignent

Il veut des précisions concernant les récentes déclarations de Ziad Takieddine...



Le directeur central du renseignement intérieur, Bernard Squarcini,le 17 janvier 2012 à Paris

Un rescapé de l'attentat de Karachi en mai 2002 a demandé l'audition comme témoins du ministre de l'Intérieur Claude Guéant et du patron du renseignement intérieur Bernard Squarcini aux juges instruisant le volet financier de l'affaire,a déclaré ce dimanche son avocate.

Marie Dosé,qui défend Gilles Sanson,à l'époque salarié de la Direction des constructions navales (DCN),a adressé aux juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire une demande d'acte pour que soient entendus Claude Guéant et Bernard Squarcini.

Guéant et Squarcini pas mis en cause

«Il ne s'agit en aucun cas,dans le cadre de cette demande,de mettre en cause Monsieur Claude Guéant et Monsieur Bernard Squarcini,mais simplement de leur permettre de répondre à certains éléments figurant dans le dossier et résultant,entre autres, des déclarations récentes de Monsieur Ziad Takieddine»,un intermédiaire franco-libanais dans des contrats d'armement,a déclaré l'avocate dans un communiqué.

Il revient aux juges d'accepter ou non cette demande.

Soupçonné d'avoir touché des commissions en marge de la conclusion en 1994 du contrat Agosta de sous-marins avec le Pakistan,Ziad Takieddine,qui dément tout rôle dans cette négociation,a été mis en examen en 2011.

Ziad Takieddine a été entendu de nombreuses fois par les deux magistrats Van Ruymbeke et Le Loire.

Sa dernière audition a duré six heures mercredi.

Marie Dosé souhaite que Claude Guéant soit entendu pour ses liens avec Ziad Takieddine et que Bernard Squarcini le soit pour ses relations présumées avec un autre homme d'affaire,Alexandre Djourhi.

Les relations proches de Guéant et Takieddine

Dans son livre sorti en mars L'ami encombrant,Ziad Takieddine déclarait que sa rencontre avec Claude Guéant datait de 2003,quand l'actuel ministre de l'Intérieur était directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy place Beauvau.

«Je l'ai accompagné partout.

On travaillait en connivence et en amitié»,disait-il en mars.

Mais dès 2007,quand Claude Guéant est secrétaire général de l'Elysée,un autre homme d'affaires, Alexandre Djourhi,commence à s'imposer,par l'intérmédiaire du chef de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI),Bernard Squarcini, selon Ziad Takieddine.

«Je ne l'ai pas vu depuis 2009.

Je l'ai eu au téléphone»,avait précisé le Franco-Libanais à l'AFP.

Claude Guéant avait récemment expliqué ne pas avoir vu Ziad Takieddine «depuis au moins trois ans».















20 minutes.fr

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Mar 8 Mai - 13:10:09

Dix ans après l'attentat de Karachi,beaucoup de zones d'ombre à lever



Dix ans après l'attentat de Karachi le 8 mai 2002, l'intermédiaire en contrats d'armement Ziad Takieddine doit de nouveau être auditionné mercredi,dans le volet financier de ce dossier,à propos d'importants retraits en espèce sur des comptes étrangers entre 1994 et 1996.

Mis en examen pour recel d'abus sociaux aggravé et faux témoignage en septembre 2011,l'homme d'affaire franco-libanais a été mis en examen une troisième fois le 24 avril pour blanchiment aggravé.

Les juges d'instruction financiers parisiens Roger Le Loire et Renaud Van Ruymbeke enquêtent sur un éventuel détournement des commissions liées aux contrats d'armement au profit de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995.

Le 5 avril,ils ont obtenu l'élargissement de leur enquête à de possibles faits de blanchiment aggravé de 1993 à mars 2012.

Le 24 avril dernier,le juge Van Ruymbeke a interrogé M. Takieddine sur des mouvements bancaires suspects au Lichtenstein,en Espagne et en Suisse qui pourraient être liés à l'encaissement de commissions versées dans le cadre des contrats d'armement avec le Pakistan (sous-marins Agosta) et l'Arabie saoudite (frégates Sawari II) via des sociétés écran.

Le juge soupçonne que les virements bancaires sur le compte de l'homme d'affaires Abdul Rahman El Assir,soupçonné comme M. Takieddine d'avoir joué les intermédiaires,ont donné lieu à des retraits d'importantes sommes en liquide,en 1994 et 1995.

"Je n'ai nullement bénéficié de ces retraits,je ne suis lié en aucune manière à M. El Assir",a répondu M. Takieddine faisant valoir qu'il n'était lié à aucun des comptes bancaires incriminés,selon le PV d'audition consulté par l'AFP.

Selon l'enquête,six de ces retraits coïncident avec la présence à Genève de M. Takieddine.

Le 28 juillet 1994 notamment,un million de francs sont versés sur le compte de M. El Assir.

Le soir même,M. Takieddine est intercepté à la frontière franco-suisse en possession de 500.000 francs en liquide.

"La somme provient de mon compte personnel si des retraits ont été effectués les jours où j'étais à Genève,c'est un hasard malheureux",a plaidé M. Takieddine selon lequel sa présence,pour peu qu'elle soit établie "ne prouve pas une implication quelconque dans les retraits".

L'homme d'affaires a également nié avoir eu connaissance d'une note écrite de M. El Assir à son banquier suisse pour mettre à sa disposition 1 MF lors du premier retrait,le 2 juin 1994.

Les juges s'intéressent aussi à 28 millions de francs transférés entre février 1995 et juillet 1996,sur ordre de M. Assir,par le compte de la société Mercor (liée au contrat Agosta),sur celui de la société Fitzroy de M. Takieddine.

Ces fonds auraient permis à M. Takieddine d'acheter une maison à Londres,selon un document consulté par l'AFP.

"Ce ne sont pas des commissions qui m'ont été payées",a expliqué M. Takieddine lors d'une précédente audition en précisant que ces sommes lui étaient versées au titre de "prestations de service pour l'Arabie saoudite".

M. Takieddine,qui admet être intervenu pour Sawari II, nie tout rôle avec le Pakistan.

Plusieurs témoins ont toutefois affirmé qu'il avait été imposé à la dernière minute,avec M. El-Assir comme intermédiaire.

L'homme d'affaires affirme par ailleurs que les commissions n'ont pas été stoppées en 1995 après l'élection de Jacques Chirac,comme le disent les chiraquiens mais "détournées" vers d'autres destinataires.

Dans ce dossier tentaculaire,l'ex-ministre Renaud Donnedieu de Vabres a également été mis en examen, de même que deux proches de Nicolas Sarkozy, Nicolas Bazire et Thierry Gaubert.

Chargé du volet terroriste de l'enquête,le juge Marc Trévidic,privilégie la thèse d'un attentat perpétré en représailles à l'arrêt,par la France, du versement de commissions.
















yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Mer 30 Mai - 19:17:03

Ouverture d'une information judiciaire pour blessures involontaires



Des victimes et familles de victimes de l'attentat de Karachi sortent de l'Elysée le 4 avril 2008 à Paris

Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire contre X ce mercredi pour blessures involontaires après la plainte avec constitution de partie civile déposée par les blessés de l'attentat de Karachi en 2002,a-t-il indiqué mercredi dans un communiqué.

Les six salariés de la Direction des Constructions navales (DCN) rescapés de l'attentat de Karachi reprochent à leur employeur des manquements graves à la sécurité.

Une information judiciaire est déjà en cours,menée par le juge antiterroriste Marc Trévidic,pour retrouver les auteurs de l'attentat qui avait coûté la vie à 15 personnes,dont onze salariés français de la DCN.














20 minutes

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Ven 1 Juin - 19:55:56

Karachi: demande d'élargissement de l'enquête à l'homicide involontaire

L'avocat des familles de victimes de l'attentat de Karachi (15 morts en 2002) demande vendredi que l'enquête ouverte pour blessures involontaires après la plainte de survivants contre la Direction des constructions navales (DCN) soit élargie à l'homicide involontaire.

"La position du parquet est frileuse et incohérente",a déclaré à l'AFP Me Olivier Morice, qui défend les familles des salariés décédés dans l'attentat,à la suite de l'ouverture d'une instruction pour "blessures involontaires ayant entraîné une incapacité totale de travail supérieure à trois mois".

Cette enquête,réclamée par les survivants blessés dans l'attaque,a été confiée jeudi au juge antiterroriste Marc Trévidic,selon des sources proches du dossier.

M. Trévidic est déjà en charge depuis 2007 de l'instruction sur les circonstances de l'attentat qui avait fait 11 morts et 12 blessés parmi les salariés de la DCN le 8 mai 2002 à Karachi.

Six de ces salariés ont porté plainte contre leur employeur pour manquements à la sécurité.

Vendredi,Me Morice a écrit au juge Trévidic afin que ce dernier demande au parquet de pouvoir également enquêter sur des faits d'homicide involontaire.

"A partir du moment où une information judiciaire est ouverte pour des blessés ayant été victimes de l'attentat",elle "devrait également concerner les mêmes faits sous la qualification d'homicides involontaires",écrit Me Morice au juge dans une lettre consultée par l'AFP.

Le parquet a réagi dans l'après-midi,faisant valoir qu'ayant été saisi par les seuls avocats des blessés d'une plainte pour blessures involontaires, il n'avait "pas eu à prendre position" sur une enquête pour homicides involontaires,ce qu'il aurait en revanche fait si une plainte en ce sens avait été déposée.

Les salariés blessés de la DCN reprochent à leur employeur de n'avoir pas tenu compte des menaces d'attentats "explicites contre la France" au Pakistan à l'époque.

Sur ces menaces,les survivants mettent ainsi en avant le témoignage d'un membre du service de coopération technique internationale de la police, qui avait expliqué avoir appris le 10 avril 2002 par deux sources pakistanaises que des attentats étaient en préparation contre des Occidentaux.

Selon les plaignants,aucun changement n'avait pourtant été apporté au dispositif de sécurité des salariés de la DCN.

Leurs avocats,Me Marie Dosé et Me Thibault de Montbrial avaient demandé à plusieurs reprises que le juge Trévidic instruise leur plainte visant la DCN afin d'éviter "un morcellement supplémentaire inutile de ce dossier" dont le volet financier a été confié aux juges du pôle financer Renaud van Ruymbeke et Roger le Loire.

















yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Lun 11 Juin - 16:29:54

Affaire Karachi: Un homme d'affaires libanais retrouvé en Suisse et mis en examen



Le juge Renaud van Ruymbeke arrive au tribunal de Paris,le 16 mai 2011

Il aurait oeuvré avec Ziad Takieddine à un détournement de commissions...

Un homme d'affaire libanais,Abdul Rahman al Assir, a été retrouvé fin mai en Suisse et mis en examen dans l'enquête sur une possible corruption en marge de la présidentielle de 1995 dont il aurait été un acteur clé,a indiqué ce lundi une source judiciaire.

Il a été mis en examen par un magistrat suisse, agissant au nom de la justice française.

Le juge d'instruction parisien Renaud Van Ruymbeke doit se rendre cette semaine sur place pour l'auditionner,précise-t-on de source proche du dossier.

Abdul Rahman al Assir,qui résidait dans un hôtel, n'est toutefois pas en détention et l'exécution d'une éventuelle demande d'extradition à son encontre reste incertaine,dit-on.

Un mandat d’arrêt délivré

Il fait l'objet d'un mandat d'arrêt délivré par le juge Van Ruymbeke qui le soupçonne d'avoir oeuvré avec son ami de l'époque Ziad Takieddine au détournement de commissions légales convenues en marge de la vente de sous-marins au Pakistan et de frégates à l'Arabie saoudite dans les années 1990.

Cette affaire,peut-être liée à un attentat qui a tué onze Français à Karachi en 2002,est susceptible de s'orienter vers Nicolas Sarkozy,ministre du Budget (1993-1995) et porte-parole de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur.

Son immunité présidentielle expire vendredi prochain.

Nicolas Sarkozy mis en cause par Ziad Takieddine

Ziad Takieddine,interrogé à de multiples reprises, met en cause son ancien ami et nie catégoriquement les manoeuvres frauduleuses autour de retraits d'argent en espèce en Suisse qui lui ont valu une double mise en examen.

Le juge Van Ruymbeke a découvert des retraits d'espèces importants en Suisse,sur des comptes semblant liés aux contrats d'armement français,à des périodes correspondant à l'arrivée massive d'espèces sur les comptes de la campagne présidentielle de 1995 d'Edouard Balladur.

Plus de trois millions d’euros versés sur les comptes Balladur

Les retraits opérés selon un schéma complexe impliquent selon l'accusation Ziad Takieddine et Abdul Rahman al Assir.

Des dépositions et des éléments bancaires laissent penser que cet argent est venu ensuite abonder les comptes de la campagne Balladur,via deux proches de Nicolas Sarkozy,Thierry Gaubert et Nicolas Bazire, qui sont eux aussi mis en examen.

Au total,plus de 20 millions de francs en espèces (trois millions d'euros) ont été versés sur les comptes Balladur,ont découvert les juges.

Edouard Balladur justifie ces espèces par des ventes de t-shirts et de gadgets de campagne.

Le Conseil constitutionnel avait à l'époque validé ses comptes malgré un avis contraire des rapporteurs.

























20 minutes

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Lun 18 Juin - 15:57:42

Attentat de Karachi : des familles portent plainte contre Sarkozy

Deux familles de victimes de l'attentat de Karachi ont déposé plainte lundi pour "violation du secret de l'instruction et de l'enquête" contre Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux notamment.



L'attentat perpétré à Karachi le 8 mai 2002 a fait 15 morts,dont 11 Français employés de la DCN.

Deux familles de victimes de l'attentat de Karachi ont déposé plainte lundi pour "violation du secret de l'instruction et de l'enquête" contre Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux après un communiqué de l'Elysée diffusé le 22 septembre 2011,selon la plainte consultée par l'AFP.

Dans ce communiqué,la présidence de la République assurait notamment que "s'agissant de l'affaire dite de Karachi,le nom du chef de l'Etat n'apparaît dans aucun des éléments du dossier".

"Il n'a jamais été cité par aucun témoin ou acteur de ce dossier",poursuivait le communiqué de l'Elysée publié alors que se multipliaient les interrogations sur le financement de la campagne d'Edouard Balladur en 1995,dont Nicolas Sarkozy était le porte-parole.

L'ancien président peut être poursuivi depuis vendredi minuit,ayant cessé ses fonctions présidentielles depuis un mois.

Une première plainte classée sans suite

Dans cette plainte avec constitution de partie civile,les deux familles estiment qu'en diffusant ce communiqué,"les faits sont extrêmement graves sur le plan des principes lorsque l'on rappelle avec force qu'en application de l'article 64 de la Constitution : 'le Président de la République est garant de l'indépendance de l'autorité judiciaire'".

"Un tel comportement est au surplus indiscutablement de nature à caractériser un manquement à ses devoirs de Président,bien loin de la République irréprochable qu'il n'a cessé de revendiquer depuis 2007",estime l'avocat des deux familles,Me Olivier Morice,dans la plainte.

La plainte,qui intègre également les chefs de "violation du secret professionnel,recel et complicité" ainsi qu'"entrave au déroulement des investigations",vise aussi l'ancien conseiller presse de l'ex-chef de l'Etat,Franck Louvrier.

Une première plainte,visant les conseillers de la présidence de la République,avait été déposée par les familles le 26 septembre 2011 et classée sans suite par le parquet le 21 décembre.























tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Lun 25 Juin - 15:05:58

Karachi: les familles des victimes de l'attentat reçues par le juge Trévidic

Les familles des victimes de l'attentat qui avait fait 15 morts,dont 11 salariés de la Direction des Constructions Navales (DCN),en 2002,à Karachi, étaient reçues lundi matin à Paris par le juge d'instruction Marc Trévidic qui enquête sur cette attaque.

Cette réunion,organisée chaque année,est l'occasion pour le magistrat de faire avec les parties civiles le point sur les investigations menées sur cet attentat.

Elle a débuté vers 10H30,à huis clos,dans une salle du palais de justice de Paris.

Le juge devrait notamment évoquer avec les survivants et les familles des victimes les résultats de commissions rogatoires lancées aux Etats-Unis,selon des sources proches du dossier.

M. Trévidic a notamment interrogé en février Omar Cheikh,un Pakistano-Britannique emprisonné au centre de détention de Guantanamo,considéré comme l'organisateur de l'enlèvement du journaliste Daniel Pearl.

Pris en otage en janvier 2002 au Pakistan,le reporter du Wall Street Journal,dont la femme était française,avait été exécuté par ses ravisseurs.

Dans un rapport,dit rapport Nautilus,fait pour le compte de la DCN,un ancien agent de la DST Claude Thévenet avait lié l'assassinat du journaliste et l'attentat de Karachi,considérant le premier comme un "avertissement".

Onze salariés français de la DCN avaient été tués et 12 autres blessés dans l'attentat du 8 mai 2002 à Karachi.

De 2002 à 2007,le juge d'instruction chargé de l'enquête,Jean-Louis Bruguière,a privilégié la thèse d'un attentat kamikaze perpétré par un islamiste d'Al Qaïda.

M. Trévidic a ensuite orienté son enquête vers une attaque qui aurait un rapport avec l'arrêt,en 1996, du versement de commissions liées à des contrats d'armement avec la France.

Deux juges du pôle financier de Paris tentent de leur côté de vérifier si ces contrats conclus en 1994 ont généré des rétrocommissions qui auraient pu contribuer au financement illicite de la campagne d'Edouard Balladur pour la présidentielle de 1995.


















yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Lun 3 Sep - 19:35:15

Affaire Karachi : Takieddine porte plainte contre Balladur



L'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine

Ziad Takkieddine a porté plainte devant la Cour de justice de la République ce lundi contre Edouard Balladur dans le cadre de l'affaire Karachi.

Il poursuit l'ancien Premier ministre pour complicité et recel d'abus de biens sociaux.


Ziad Takieddine a porté plainte ce lundi contre l'ancien Premier ministre Edouard Balladur devant la Cour de justice de la République.

L'ancien intermédiaire poursuit Edouard Balladur pour complicité et recel d'abus de biens sociaux dans le cadre de l'affaire Karachi.

Ziad Takieddine,lui-même mis en examen dans cette affaire,estime que les faits visés par l'enquête sur le volet financier de l'affaire Karachi "concernent au premier chef M. Edouard Balladur et sont du ressort exclusif de la Cour de justice de la République,ce qui explique la présente démarche judiciaire".

Les juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire enquêtent sur d'éventuelles malversations financières en marge de contrats d'armement ayant pu financer la campagne d'Edouard Balladur en 1995.

"Instruction concentrée sur le financement de la campagne électorale de Balladur"

"M. Takieddine,sans souscrire d'aucune façon à la thèse unique du juge Van Ruymbeke mais prenant ce dernier à son propre jeu pour les besoins de la présente plainte,dépose formellement plainte auprès de la Commission des requêtes près la CJR à l'encontre d'Edouard Balladur",selon la plainte.

"L'instruction,dont on aurait pu légitimement croire qu'elle était destinée à rechercher l'origine,sous ses aspects financiers,de l'attentat de Karachi s'est en réalité concentrée sur le financement de la campagne électorale d'Edouard Balladur alors Premier ministre",ajoute t-elle.

Soupçonné par la justice d'avoir été un intermédiaire imposé à la dernière minute lors de la négociation de contrats d'armements avec l'Arabie Saoudite,(Sawari II) et le Pakistan (Agosta),Ziad Takieddine a été mis en examen à trois reprises dans ce dossier,pour recel d'abus sociaux aggravé,faux témoignage et blanchiment aggravé.















tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Lun 17 Sep - 19:47:15

Affaire Karachi: la cour d'appel de Paris valide l'enquête financière



La cour d'appel de Paris a validé lundi l'enquête sur le volet financier de l'affaire Karachi contestée par Ziad Takieddine,Nicolas Bazire et Thierry Gaubert,tous trois mis en examen,a déclaré Me Olivier Morice,avocat des familles de victimes de l'attentat.

"C'est une validation complète de la procédure et un désaveu cinglant pour les mis en examen.

Les familles des victimes sont extrêmement satisfaites de cette décision",a indiqué Me Morice à l'AFP.

Les trois mis en examen mettaient en cause le travail des juges, estimant qu'ils avaient travaillé pendant plusieurs semaines "hors saisine",en dehors du champ de leurs investigations.

Les avocats des trois hommes demandaient la levée de la mise en examen de leurs clients et l'annulation de l'enquête.

L'avocat de M. Takieddine,Me Francis Vuillemin,a annoncé qu'il allait se pourvoir en cassation.

"C'est une déception car la cour conforte l'enquête du juge qui a pourtant gravement manqué aux dispositions du code de procédure pénale",a-t-il expliqué à l'AFP.

"Il sera intéressant de connaître l'analyse de la chambre criminelle de la Cour de cassation",a-t-il ajouté.

M. Takieddine est soupçonné d'avoir été imposé, avec un autre intermédiaire,Abdul-Rahman El Assir, à la dernière minute par le cabinet de François Léotard,alors ministre de la Défense,dans la conclusion de contrats d'armements avec le Pakistan (Agosta) et l'Arabie saoudite (Sawari II) en 1995.

Il a été mis en examen,notamment pour recel d'abus de biens sociaux aggravé,par les juges qui cherchent à savoir si les commissions versées dans le cadre de ces contrats ont pu alimenter,via des rétrocommissions,la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995.

M. Takieddine a également été mis en examen pour blanchiment de fonds aggravé,procédure rejetée par sa défense,qui contestait la saisie ordonnée de ses biens immobiliers.

M. Bazire,numéro 2 de LVMH et proche de l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy,a également été mis en examen pour complicité d'abus de biens sociaux.

Ancien directeur de cabinet de M. Balladur,M. Bazire récuse toute implication,tant dans la signature de contrats d'armement que concernant des valises de billets en provenance de Suisse durant la campagne présidentielle de 1995.

Plus récemment,l'ex-associé de M. Takieddine,M. El Assir,a été retrouvé en Suisse et mis en examen à la fin mai.

Il doit être prochainement entendu par le juge Renaud Van Ruymbeke.

De son côté,l'avocat d'Hélène de Yougoslavie,qui vit séparée de M. Gaubert,son époux,et dont le témoignage a nourri l'enquête,a estimé que la décision de la cour d'appel était "un échec total pour ceux qui avaient annoncé un dynamitage du dossier".

"Les éléments réunis par le juge d'instruction confirment toutes les déclarations de ma cliente", a déclaré Me William Bourdon.


















yahoo actualités

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Mer 30 Jan - 19:00:59

Affaire Karachi : la DST mise en cause par un témoin clé

Nouveau rebondissement dans l’affaire Karachi.

Dès 1995,la direction de la surveillance du territoire (DST) soupçonnait l’équipe de campagne d’Edouard Balladur de bénéficier de financements occultes liés au contrat SawariII.


C’est ce qui ressort de l’audition de Gérard Willing,64 ans,réalisée lundi après-midi par le juge Marc Trévidic chargé d’enquêter sur le volet terroriste de l’affaire Karachi.

Ancien correspondant des services de renseignement français,Gérard Willing a longtemps travaillé dans le domaine très sensible des contrats d’armement,notamment à travers sa société d’intelligence économique CIEX,créée en 1995.

A cette époque,l’arrivée inopinée des intermédiaires Abdulrahmane El Assir et de Ziad Takieddine dans les négociations du contrat Sawari II l’intrigue.

Willing suspecte ces nouveaux venus d’avoir été recrutés pour mettre en place un système de financement politique en faveur du Parti républicain et de l’association de soutien à la campagne d’Edouard Balladur (AFICEB).

Il s’en ouvre à la DST dont il est un correspondant.

«Très rapidement,la DST a mis des moyens techniques en place,comme des sous-marins c’est à dire des véhicules banalisés pour filmer les participants à des réunions... entre messieurs Léotard,Bazire,Donnedieu de Vabres essentiellement»,indique-t-il au juge.

«Ils faisaient des filoches pour voir qui rentrait,qui était avec qui,les va-et-vient de ces personnes.

La DST voulait des photos de leurs têtes.

Ils m’ont d’ailleurs montré ces photos pour que je les identifie».

Des informations compromettantes ont-elles été dissimulées ?

Willing affirme avoir fourni «un très grand nombre d’informations orales» à la DST,dont une partie s’est retrouvée dans le rapport Nautilus,rédigé quelques mois après l’attentat Karachi du 8 mai 2002 .

Etabli à la demande de la Direction des constructions navales (DCN) en septembre 2002,ce document-clé établit un lien entre l’attentat de Karachi et des circuits de rétrocommissions mis en place en marge des contrats d’armement Agosta et Sawari II,destinés à financer la campagne d’Edouard Balladur.

Quel rôle a joué la DST dans l’enquête sur l’attentat de Karachi ?

Des informations compromettantes pour les équipes de Balladur ou de Chirac ont-elles été sciemment dissimulées ?


«Si ce que dit Willing est vrai,cela veut en tout cas dire que la DST savait,depuis longtemps,que la piste financière de l’attentat était plausible»,indique une source proche de l’enquête.

Au mois d’août dernier,le juge Marc Trévidic avait adressé une demande de déclassification au ministère de l’Intérieur restée, jusqu’à présent,sans réponse.

Le témoignage de Gérard Willing,qui devrait être très prochainement transmis aux services de Manuel Valls,rend cette déclassification plus urgente que jamais.
















le parisien

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Jeu 30 Mai - 15:25:59

Affaire Karachi : Ziad Takieddine en garde à vue pour avoir tenté de fuir

L'homme d'affaire franco-libanais Ziad Takieddine,plusieurs fois mis en examen dans l'affaire Karachi,a été placé jeudi matin en garde à vue par les policiers qui le soupçonnent d'avoir voulu fuir le pays, indique une source proche du dossier.



L'homme d'affaires Ziad Takieddine a été placé en garde à vue après avoir essayé de partir en cavale

Cette source a précisé que M.Takieddine,qui est soumis en France à un strict contrôle judiciaire lui interdisant de quitter le pays,s'était notamment procuré un passeport diplomatique de République dominicaine moyennant «200 000 euros»,d'après Mediapart.













le parisien

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Ven 31 Mai - 16:56:10

Takieddine a demandé un passeport dominicain pour investir,dit son avocat

L'avocat de Ziad Takieddine a expliqué vendredi à l'AFP par des projets d'investissements en République dominicaine les démarches entreprises par son client pour obtenir un passeport de ce pays,qui lui valent d'être actuellement en garde à vue.



Me Francis Vuillemin,qui assiste l'homme d'affaires franco-libanais pendant sa garde à vue a réaffirmé que M. Takieddine n'avait jamais eu l'intention de quitter le pays,et avait toujours respecté le contrôle judiciaire auquel il est astreint en France.

M. Takieddine a été arrêté jeudi matin par les policiers qui le soupçonnent d'avoir envisagé de fuir la France en tentant d'obtenir un passeport diplomatique de la République dominicaine,contre le versement de 200.000 dollars.

Ils ont pris connaissance de cette démarche dans un courriel découvert à son domicile en perquisition en avril.

"Ziad Takieddine a toujours respecté le contrôle judiciaire imposé par le juge Renaud van Ruymbeke depuis près de deux ans et n'a jamais eu l'intention de quitter la France",a déclaré à l'AFP Me Vuillemin.

"Le projet de délivrance d'un passeport de la République dominicaine n'a rien à voir avec la préparation d'une fuite mais s'inscrit,de façon totalement accessoire,dans le cadre des investissements que Ziad Takieddine souhaitait faire en République dominicaine depuis la France et pour favoriser ceux-ci et l'ouverture d'un compte bancaire dans ce pays à cet effet" a-t-il ajouté.

"Ziad Takieddine n'a donc absolument pas acheté un passeport ni cherché à quitter le territoire français.

Il a simplement essayé,à partir de la France,de continuer à travailler pour vivre,et ce dans le respect scrupuleux d'un contrôle judiciaire qui interdit à cet homme d'affaires international de voyager",a-t-il poursuivi.

Après cette découverte,une information judiciaire a été ouverte début mai par le parquet de Paris pour "corruption d'agent public étranger" et "escroquerie".

L'enquête a été confiée aux juges Roger Le Loire et Renaud van Ruymbeke,les deux magistrats qui sont d'ores et déjà chargés du volet financier de l'affaire Karachi.

M. Takieddine a été plusieurs fois mis en examen dans cette affaire et laissé libre sous contrôle judiciaire,avec interdiction de quitter le pays.

Outre l'affaire Karachi,le nom de Takieddine est également cité dans une information judiciaire ouverte en novembre 2012,notamment pour "blanchiment et corruption",en lien avec son arrestation en mars 2011 à l'aéroport du Bourget,alors qu'il rentrait de Libye en avion avec 1,5 million d'euros en liquide.















yahoo actualites

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Sam 1 Juin - 2:17:29

Ziad Takieddine mis en examen et écroué

L'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine,déjà poursuivi dans l'affaire Karachi,a de nouveau été mis en examen vendredi soir,notamment pour corruption d'agent public étranger et escroquerie,et placé en détention provisoire,a annoncé à l'AFP une source judiciaire.



L'intermédiaire en armement avait été placé en garde à vue jeudi matin par les policiers qui le soupçonnent d'avoir envisagé de fuir la France malgré son contrôle judiciaire en cherchant à se procurer un passeport diplomatique de la République dominicaine.















yahoo actualites

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Mer 26 Juin - 13:11:07

Ziad Takieddine reconnaît avoir remis 6 millions de francs pour le financement de la campagne d'Edouard Balladur

Ziad Takieddine a reconnu avoir remis 6 millions de francs (1.220.000 euros) à Thierry Gaubert,lors de trois voyages à Genève la fin de 1994,assure lemonde.fr.



L'intermédiaire en armement Ziad Takieddine et son avocat Ludovic Landivau (G) arrivent au pôle financier à Paris,le 5 octobre 2011

Les fonds étaient destinés à Nicolas Bazire,le directeur de campagne d’Edouard Balladur.


















20 minutes


_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Lun 1 Juil - 10:53:04

Karachi: la confrontation Gaubert-Takieddine reportée au 8 juillet

La confrontation chez les juges entre l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine et Thierry Gaubert mis en examen dans l'enquête sur le volet financier de l'affaire Karachi,initialement prévue lundi,a été reportée au 8 juillet,a-t-on appris dimanche de source proche du dossier.



Actuellement en détention à La Santé (Paris),M. Takieddine a livré le 20 juin aux juges une nouvelle version de son rôle dans cette affaire,affirmant avoir participé au financement occulte de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995,via des versements d'argent provenant de commissions qu'il avait touchées pour son rôle dans la conclusion de contrats d'armement internationaux.

Il a notamment raconté que l'argent liquide était mis a disposition de M. Gaubert,un ancien conseiller de Nicolas Sarkozy alors membre du staff de campagne de M. Balladur,sous forme de billets de 500 francs rangés dans des mallettes que M. Gaubert venait chercher à Genève.

Ces versements,pour un montant de 6 millions de francs (environ un million d'euros),étaient effectués selon lui à la demande de Nicolas Bazire,ancien directeur de cabinet de M. Balladur à Matignon puis directeur de sa campagne.

Mes François Esclatine et Frédéric Landon,qui défendent respectivement MM. Gaubert et Bazire,tous deux mis en examen dans l'enquête,ont démenti les affirmations de M. Takieddine.

Une confrontation chez les juges entre MM. Takieddine et Bazire est prévue le 5 juillet.

















yahoo actualites

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Ven 5 Juil - 14:23:56

Karachi : Takieddine et Bazire face à face devant les juges

Le premier affirme avoir versé 6 millions de francs pour financer la campagne d'Edouard Balaldur en 1995,le second dément.

Ils sont confrontés ce vendredi.




Nicolas Bazire et Ziad Takieddine

Plus de 18 ans après la campagne de 1995,ils vont se retrouver face à face.

Nicolas Bazire est convoqué ce vendredi 5 juillet par les juges chargés du volet financier de l'affaire Karachi pour être confronté à Ziad Takieddine,qui l'accuse d'avoir financé la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995 grâce à des rétrocommissions.

Qui sont-ils ?

L'homme d'affaires Ziad Takieddine est en détention provisoire à la Santé depuis fin mai.

Mis en examen pour recel d'abus de biens sociaux aggravé en 2011 puis pour blanchiment d'argent en avril 2012 dans le volet financier de l'affaire,il est incarcéré quand les enquêteurs découvrent à son domicile un faux passeport dominicain et le soupçonnent de vouloir fuir le pays en violant son contrôle judiciaire.

Directeur général du groupe LVMH,Nicolas Bazire est un proche de l'ancien président Nicolas Sarkozy,dont il a été le témoin pour son mariage avec Carla Bruni.

Il est mis en examen en septembre 2011 pour complicité d'abus de biens sociaux,puis pour recel d'abus de biens sociaux en octobre 2012.

Leur rôle en 1993-1995

Ziad Takieddine,qui a rencontré François Léotard,le ministre de la Défense d'Edouard Balladur,quand il dirigeait la station de montagne Isola 2000 dans les années 80,intervient comme intermédiaire dans la signature de contrats d'armement avec le Pakistan (Agosta) et l'Arabie Saoudite (Sawari II),avec l'homme d'affaires libanais,Abdulrahman El Assir.

Tous deux sont imposés au dernier moment par le ministre et son bras droit Renaud Donnedieu de Vabres alors que les contrats sont sur le point d'être signés.

Directeur de cabinet d'Edouard Balladur à Matignon,Nicolas Bazire devient son directeur de campagne quand le Premier ministre se présente à l'élection présidentielle.

Leurs versions des faits

Les juges Renaud Van Ruymbeke et Roger le Loire s'interrogent sur l'origine de 20 millions de francs versés en espèces sur le compte de campagne d'Edouard Balladur,notamment 10,2 millions en une seule fois,le 26 avril 1995,soit trois jours après la défaite du candidat au 1er tour.

Or,le même mois,des retraits de 12 millions de francs avaient été effectués en 24 heures sur le compte d'Abdulrahman El Assir.

Les magistrats soupçonnent un financement illégal de la campagne par des rétrocommissions liées aux contrats Agosta et Sawari II.

Une thèse accréditée par plusieurs témoins importants.

L'ex-femme de Thierry Gaubert,membre de l'équipe de campagne,affirme fin 2011 que son mari allait chercher de l'argent à Genève pour le remettre à Nicolas Bazire.

L'ancien trésorier de la campagne,René Galy-Dejean,a également reconnu avoir déposé 3 millions de francs et accusé Nicolas Bazire et Edouard Balladur d'avoir fait déposer 7 millions sur le compte.

Après avoir nié pendant des années,Ziad Takieddine a admis pour la première fois le 20 juin dernier,devant les juges,avoir œuvré illégalement au financement de la campagne d'Edouard Balladur.

Selon l'intermédiaire,Nicolas Bazire est intervenu à trois reprises auprès de lui pour que de l'argent liquide pour un total de 6 millions de francs (environ un million d'euros),soit remis à Thierry Gaubert,qui venait le récupérer dans des mallettes à Genève.

Nicolas Bazire a aussitôt démenti ces affirmations dans un communiqué transmis par son avocat,Frédéric Landon.

Le camp balladurien a toujours affirmé que la campagne avait été financée "en parfaite transparence".

Selon l'ancien Premier ministre,les importants dépôts en espèces provenaient de dons des militants et de la vente de gadgets et de tshirts à son effigie lors des meetings.


















le nouvel observateur

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Ven 23 Aoû - 14:19:22

Karachi: Takieddine comparaîtra pour avoir menti à un juge

L'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine a été renvoyé en correctionnelle pour "faux témoignage" pour avoir menti sous serment à l'un des juges instruisant l'affaire Karachi,a-t-on appris vendredi de source proche du dossier.



M. Takieddine avait affirmé en avril 2010 au magistrat Marc Trévidic n'avoir joué aucun rôle dans la conclusion en 1994 du contrat Agosta,portant sur la vente de sous-marins au Pakistan.

L'instruction a cependant démontré le contraire,selon la juge Sabine Kheris,qui a signé le 13 août l'ordonnance de renvoi en correctionnelle de l'homme d'affaires actuellement incarcéré.

















yahoo actualites

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Lun 2 Sep - 21:47:18

Affaire Karachi: La justice ordonne la remise en liberté de Takieddine

La cour d'appel de Paris a ordonné lundi la remise en liberté de l'homme d'affaires Ziad Takieddine...

La cour d'appel de Paris a ordonné lundi la remise en liberté de l'homme d'affaires Ziad Takieddine qui soupçonné d'avoir voulu fuir la France,est écroué à ce titre depuis le 31 mai,ont annoncé à l'AFP ses avocats.

«C'est une grande satisfaction d'avoir été entendu par une chambre de l'instruction lucide»,a déclaré après l'audience Me Dominique Penin,accompagné de ses confrères Mes Henri Leclerc et Stéphane Sebag.























20 minutes


_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Mar 3 Sep - 13:25:19

Ziad Takieddine va être remis en liberté

Soupçonné d'avoir cherché à fuir la France,l'homme d'affaires était en détention provisoire depuis fin mai.

La cour d'appel de Paris a ordonné lundi 2 septembre la remise en liberté de l'homme d'affaires Ziad Takieddine qui,soupçonné d'avoir voulu fuir la France, est écroué à ce titre depuis le 31 mai,ont annoncé ses avocats.

"C'est une grande satisfaction d'avoir été entendu par une chambre de l'instruction lucide",a déclaré après l'audience Me Dominique Penin,accompagné de ses confrères Mes Henri Leclerc et Stéphane Sebag.

Personnage clé de l'affaire Karachi,Ziad Takieddine est soupçonné d'avoir cherché à se procurer contre 200.000dollars un passeport diplomatique de la République dominicaine.

C'est lors d'une perquisition,le 11 avril à son domicile parisien,que les policiers avaient découvert un courriel leur laissant penser que Ziad Takieddine allait se faire délivrer ce document.

Demande de caution annulée

Qualifiant de "fable" le projet de fuite prêté à leur client,ses avocats avaient demandé sa remise en liberté.

Les juges Roger Le Loire et Renaud van Ruymbeke ont accédé à cette demande,le 22 juillet,tout en conditionnant sa remise en liberté au versement d'une caution de 4,3 millions d'euros.

Ses avocats,qui soutiennent que Ziad Takieddine ne dispose pas d'une telle somme,ont contesté l'ordonnance des juges devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris.

Celle-ci a ordonné lundi après-midi une modification du contrôle judiciaire de Ziad Takieddine,en annulant la demande de caution,ont précisé les avocats.

Ziad Takieddine,qui devrait être "très rapidement libéré" selon eux,demeure sous contrôle judiciaire.

Déjà plusieurs fois mis en examen dans le dossier Karachi,il a de nouveau été mis en examen le 31 mai pour "corruption d'agent public étranger","escroquerie","détournement d'objet saisi","blanchiment","fraude fiscale" et "organisation frauduleuse d'insolvabilité".

Des qualifications renvoyant à quatre dossiers distincts.




















le nouvel observateur

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Jeu 5 Sep - 16:29:14

Affaire Karachi: Bazire et Mongin convoqués chez les juges

Nicolas Bazire et Pierre Mongin,anciens collaborateurs d'Édouard Balladur à Matignon,sont convoqués le 12 septembre par les juges enquêtant sur le financement de sa campagne présidentielle de 1995,a-t-on appris mercredi de sources proches du dossier.

Les juges Renaud van Ruymbeke et Roger Le Loire,qui enquêtaient sur un éventuel détournement de commissions sur des contrats d'armement,avaient obtenu en juillet l'autorisation d'étendre leurs investigations à d'éventuels faits de "détournement de fonds publics",référence à un possible recours aux fonds spéciaux de Matignon pour financer la campagne.

Alors respectivement chef et directeur de cabinet d'Édouard Balladur et aujourd'hui patron de la RATP et dirigeant du groupe de luxe LVMH,Pierre Mongin et Nicolas Bazire devraient être notamment confrontés aux déclarations de l'ancien trésorier de la campagne,René Galy-Dejean.

Fin 2012,ce dernier avait notamment contredit l'ancien candidat à la présidentielle en affirmant que le liquide versé sur le compte de campagne ne provenait pas des meetings,mais de ces fonds secrets.

"Les sommes qui nous arrivaient étaient censées provenir des meetings.

Bien entendu,je n'en croyais rien et restais persuadé qu'il s'agissait de fonds secrets",avait expliqué l'ex-trésorier qui avait affirmé que M. Mongin lui avait remis "trois millions (de francs) en petites coupures" au lendemain du premier tour.

M. Mongin a réfuté devant les juges cette hypothèse d'un recours aux fonds spéciaux.

"Jamais Pierre Mongin n'a remis le moindre centime de fonds secrets à qui que ce soit ou à la demande de qui que ce soit.

Cette thèse : d'un détournement des fonds secrets est le fait d'un seul homme,René Galy-Dejean qui en est à sa troisième version",a répété mercredi l'avocat du patron de la RATP,Me Olivier Baratelli.

Il relève par ailleurs que son client,qui a déposé plainte pour dénonciation calomnieuse,n'est "soupçonné par personne" dans un éventuel recours à des rétrocommissions sur les contrats d'armement.

Contactés,les avocats de Nicolas Bazire n'ont pas donné suite.

A l'issue de l'audition,MM. Mongin et Bazire pourraient être mis en examen,placé sous le statut intermédiaire de témoin assisté ou ne pas faire l'objet de poursuites.

Dans cette affaire,Nicolas Bazire,ancien directeur de campagne de M. Balladur,a déjà été mis en examen pour recel et complicité d'abus de biens sociaux.




























yahoo actualites

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Ven 25 Oct - 0:10:46

Attentat de Karachi: Takkiedine oriente le juge vers la piste financière

Nouvelle avancée dans le dossier Karachi.

L'intermédiaire Ziad Takieddine a dit au juge antiterroriste Marc Trévidic sa conviction que l'attentat de Karachi était "certainement" lié à la décision de Paris d'arrêter le versement des commissions sur des contrats d'armement,a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

L'attentat avait fait 15 morts le 8 mai 2002,dont 11 ouvriers français.

Le juge Trévidic étudie l'hypothèse selon laquelle cette attaque,plus qu'une action d'Al Qaïda,aurait été commise en représailles à la décision des autorités françaises d'arrêter le versement de commissions.

Ziad Takieddine semble priviliégier cette piste,selon son audition du 18 octobre,réclamée par Me Olivier Morice,avocat de proches de victimes.

Quand le juge l'interroge sur cette hypothèse d'un lien entre l'attentat et l'arrêt du versement des commissions décidé par Jacques Chirac en 1996 après sa réélection,Ziad Takieddine répond: "Certainement.

Allez regarder du côté de ceux qui n'ont pas été payés là-bas."

"C'est une avancée importante.

C'est la première fois que M. Takieddine reconnaît qu'il peut y avoir un lien entre cet attentat et l'arrêt du versement des commissions.

Le seul problème,c'est qu'on ne sait jamais avec M. Takieddine quand il ment et quand il dit la vérité",a commenté Me Morice.



















BFMTV

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Mar 31 Déc - 14:10:31

Takieddine arrêté dans l'Eurostar pour avoir tenté de quitter la France

L'homme d'affaires franco-libanais,poursuivi dans l'affaire Karachi,avait interdiction de quitter le territoire.



Ziad Takieddine,personnage clé de l'affaire Karachi

Ziad Takieddine,personnage clé de l'affaire Karachi,a été arrêté dans l'Eurostar lundi 30 décembre,a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Plusieurs fois mis en examen,l'homme d'affaires a en effet interdiction de quitter le territoire français.

Selon l'AFP,il a été appréhendé à Londres alors qu'il s'apprêtait à prendre le train pour rentrer à Paris.

Takieddine devrait être présenté ce mardi après-midi au juge d'instruction Renaud Van Ruymbeke.

Celui-ci pourrait décider de le placer en détention s'il considère que l'homme d'affaires a effectivement tenté de fuir à l'étranger.

Le Franco-libanais aurait déjà tenté de s'enfuir vers le Liban quelques jours avant Noël,en vain.

Ziad Takieddine avait également été placé en garde à vue fin mai 2013 pour s'être procuré,moyennant la somme de 200.000 dollars,un passeport diplomatique de République dominicaine.

L'homme d'affaires avait obtenu en décembre de récupérer pendant 15 jours son passeport,mais seulement pour se rendre au Sénégal,a expliqué une source judiciaire à l'AFP.

Témoin clé

Plusieurs fois mis en examen dans le volet financier de l'affaire Karachi,Ziad Takieddine,63 ans,a effectué cette année plus de trois mois de détention provisoire après avoir été mis en examen fin mai dans une autre procédure.

Dans le dossier Karachi,Ziad Takieddine est soupçonné d'avoir joué un rôle central dans un système de commissions et rétrocommissions illégales en marge de contrats d'armement conclus en 1994 avec le Pakistan et l'Arabie saoudite.

Le 20 juin dernier,alors qu'il était en détention,il a reconnu de manière spectaculaire devant les juges des versements d'argent pour la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995,provenant de commissions perçues au titre de son intervention dans ces contrats.




















le nouvel observateur

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   Jeu 30 Jan - 18:41:47

Karachi: Hortefeux relaxé en appel d'avoir menacé l'avocat de familles de victimes

L'ancien ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux a été relaxé jeudi en appel des accusations d'avoir menacé l'avocat de familles de victimes de l'attentat de Karachi,Olivier Morice.

Condamné à 5.000 euros d'amende avec sursis le 22 novembre 2012 par le tribunal correctionnel de Paris,Brice Hortefeux avait fait appel,s'estimant "victime d'une injustice".

Lors de l'audience en novembre,l'avocate générale avait estimé que la cour devrait prononcer la relaxe,jugeant le délit insuffisamment caractérisé.

Me Morice, après avoir étudié l'arrêt,a confirmé qu'il allait se pourvoir en cassation.

"Je ne suis pas d'accord avec cet arrêt",a déclaré l'avocat à l'AFP,soulignant que si la cour avait "confirmé que les propos avaient bien été tenus" ils n'avaient "pas de caractère menaçants" et "compte tenu de mon expérience ils n'auraient pas dû m'intimider".

Brice Hortefeux était poursuivi pour avoir déclaré dans un article du Nouvel Observateur du 29 septembre 2011 que Me Morice "devrait être fracassé".





















BFMTV

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: l'attentat de Karachi   

Revenir en haut Aller en bas
 
l'attentat de Karachi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» l'attentat de Karachi
» Attentat de Lockerbie
» Attentat du Drakkar
» Attentat du Drakkar
» Attentat d'Oklahoma City le 19 avril 1995 : 168 morts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: les Catastrophes-
Sauter vers: