chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Lun 26 Mai - 14:53:07

Japon : un "mur de glace" sous Fukushima pour bloquer l'eau radioactive

L'Autorité de sûreté nucléaire japonaise a validé ce lundi le projet d'un "mur de glace" souterrain pour ralentir l'accumulation d'eau radioactive dans le sous-sol de la centrale accidentée Fukushima Daiichi en mars 2011.



Depuis l'accident en mars 2011 dans la centrale de Fukushima : 435 000 mètres cubes d'eau contaminée ont été stockées dans plus d'un millier de gigantesques réservoirs montés à la hâte dans le complexe atomique

L'Autorité a examiné les plans proposés par la société Tokyo Electric Power (Tepco exploitante de la centrale accidentée en mars 2011) en vue d'un début des travaux en juin prochain,a indiqué un officiel de l'organisation.

Un "mur de glace" d'1,5 km de long

Le projet,financé par le gouvernement,consiste à créer une sorte de "mur de glace" d'1,5 km de long au moyen de canalisations remplies de liquide réfrigérant pour bloquer les écoulements.

Le but est d'éviter que de l'eau saine provenant des collines aux alentours ne passe sous le site.

Actuellement,de l'eau non polluée circule sans arrêt sous Fukushima Daiichi,où elle se mélange avec l'eau utilisée notamment pour refroidir les réacteurs et qui,elle,est radioactive.

Avec ce mur,Tepco voudrait enrayer ce phénomène qui augmente sans arrêt la quantité d'eau souillée sur le site.

"Nous avions quelques préoccupations,mais fondamentalement pas d'objections majeures et avons donc conclu que Tepco pouvait démarrer partiellement ce projet" a expliqué cet officiel sous couvert de l'anonymat.

Risque de pollution de l'océan Pacifique

Selon lui,Tepco devra tout de même revoir une partie de ses plans car en l'état le projet pourrait endommager le réseau existant de canalisations souterraines.

Ce problème d'eau est le plus difficile qu'ait actuellement à gérer la compagnie et un de ceux qui inquiètent le plus la communauté internationale en raison des risques de pollution de l'océan Pacifique voisin.

Des réservoirs d'eau contaminée

Plus de 435 000 mètres cubes d'eau contaminée sont actuellement stockés dans plus d'un millier de gigantesques réservoirs montés à la hâte dans le complexe atomique et Tepco continue d'en faire installer entre 20 et 40 par mois pour tenter de suivre le rythme du flux continu de liquide radioactif provenant des sous-sols du site et des arrosages permanents des réacteurs ravagés.

Mercredi dernier,Tepco a par ailleurs commencé à rejeter dans l'océan Pacifique de l'eau non contaminée pompée en amont des réacteurs,avant justement qu'elle ne passe sous le site et n'y soit contaminée.




















midi libre

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Dim 22 Fév - 14:38:39

Fukushima : une nouvelle fuite d'eau radioactive détectée

Une nouvelle fuite d'eau hautement radioactive vers la mer a été détectée dimanche sur le site de la centrale japonaise de Fukushima.



Centrale de Fukushima (Japon),le 17 février.

Un groupe d'experts de l'AEIA en mission d'inspection.


Des capteurs fixés sur une conduite d'évacuation d'eaux de pluie et souterraines ont mesuré des taux de radioactivité jusqu'à 70 fois supérieurs aux valeurs déjà hautes enregistrées sur le site selon l'opérateur Tokyo Electric Power (Tepco).

Ces taux relevés vers 10 heures locales (2 heures du matin dimanche,heure française) sont progressivement redescendus au cours de la journée mais ils restaient à des niveaux alarmants.

La conduite d'évacuation menant à un porte adjacent sur la côte Pacifique a été coupée.

Selon Tepco,une inspection n'a pas révélé d'anomalie dans les gigantesques réservoirs de stockage d'eau contaminée et Tepco affirme «n'avoir nulle raison de penser que les réservoirs de stockage des eaux contaminées ont fui».

Cette semaine,l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) s'est inquiétée à l'issue d'une mission sur place du volume croissant d'eau plus ou moins contaminée stockée dans ces citernes dont la fiabilité n'est pas assurée.

Cette eau provient des arrosages initiaux des réacteurs pour les refroidir,ainsi que des écoulements souterrains continus.

Elle est pompée et conservée dans un millier de réservoirs gigantesques et Tepco en construit plusieurs dizaines par mois pour absorber le flux.



L'AIEA conseille d'envisager de rejeter en mer l'eau débarrassée de l'essentiel de ses éléments radioactifs,un traitement que permettent des systèmes installés et déjà utilisés sur le site.

Le directeur de l'équipe de l'AIEA,Juan Carlos Lentijo,a cependant salué les «progrès significatifs» accomplis depuis sa dernière mission en 2013 sur le site de la centrale mise en péril par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011.

Le démantèlement des quatre réacteurs les plus endommagés sur les six que compte la centrale Fukushima Daiichi prendra trois à quatre décennies et le maintien pendant cette durée d'effectifs suffisants et compétents est un défi.





















le parisien

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
jacotte
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 39971
Age : 52
Date d'inscription : 20/02/2005

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Dim 12 Avr - 1:19:49

L'épave d'un bateau japonais emporté par le tsunami de 2011 refait surface au large de l'Orégon



Une épave de huit à dix mètres de long a été repérée jeudi dernier près des côtés de l'Orégon. T

rès vraisemblablement issue du terrible tsunami de 2011, la carcasse du bateau a depuis été explorée par des biologistes marins.

À leur grande surprise, ces derniers ont découvert des limandes à queue jaune, un poisson japonais, nageant dans l'épave, rapporte le Dailymail ce vendredi.

Selon les scientifiques, ni les restes du bateau, ni les organismes marins qui s'y trouvent ne présentent de menaces pour l'écosystème local.

Les limandes ont néanmoins été portées à l'Oregon Coast Aquarium et le bateau sera lui démonté et stocké temporairement dans le port de Newport.

En 2013, une incroyable île de débris de la taille du Texas avait été retrouvée dans les eaux californiennes.

Des scientifiques affirment que d'autres débris du tsunami devraient apparaître en Alaska et sur la côte Ouest des Etats-Unis au cours des prochaines années.



l 'épave est apparue jeudi 9 avril vers 9h30 près d'Ona Beach


20minutes


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Mar 14 Avr - 15:53:31

Fukushima : des images inédites prises à l'intérieur du réacteur 1 de la centrale

Réalisées par un robot chargé de recueillir des données,ces images rares permettent de découvrir l'intérieur de la centrale,extrêmement radioactif




La température à l'intérieur de l'enceinte,tourne autour de 20° Celsius.

L'exploitant de la centrale accidentée de Fukushima a présenté lundi soir pour la première fois des images de l'intérieur de l'enceinte de confinement primaire du réacteur 1 où règne une radioactivité phénoménale.

Un robot en forme de serpent dans les entrailles du réacteur

La vidéo et les photos rendues publiques,assez indéchiffrables pour le commun des mortels,ont été prises par un robot en forme de serpent qui a été introduit vendredi dans le réacteur,l'un des six du complexe Fukushima Daiichi ravagé par le tsunami du 11 mars 2011.

Le robot en question a permis de récolter ces données,jugées précieuses,avant d'interrompre son inspection et de renoncer à répondre aux instructions



Un humain serait mort en moins d'une heure

Tokyo Electric Power (Tepco) a finalement décidé dans la nuit de dimanche à lundi de l'abandonner à son triste sort.

Outre les images qu'il a laissées,il a quand même permis de mesurer la radioactivité à l'intérieur de l'enceinte de confinement qui va,sur les visuels montrés,de quelque 6 sieverts par heure à près de 25 sv/h,mais ne dépasse pas 10 sv/h aux points cruciaux de mesure définis par Tepco.

Il s'agit cependant dans tous les cas de doses mortelles en moins d'une heure pour un humain,d'où l'obligation de n'y dépêcher que des robots.

"Une caméra peut cependant résister pendant environ 2/3 jours" dans un tel environnement,a précisé Tepco.

La température à l'intérieur de l'enceinte,elle,tourne autour de 20° Celsius.

"Nous avons aussi confirmé qu'il existait une voie d'accès et n'avons pas repéré de dégâts majeurs des principaux équipements",a indiqué Tepco lors d'une conférence de presse.

Les images recueillies doivent permettre d'organiser la suite du démantèlement

Reste néanmoins beaucoup d'investigations à opérer pour comprendre précisément où est tombé le combustible fondu du cœur des réacteurs un à trois,et décider ainsi des techniques qui seront nécessaires pour le récupérer une opération qui s'annonce extrêmement délicate et qui exigera des décennies.



























sud ouest

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
jacotte
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 39971
Age : 52
Date d'inscription : 20/02/2005

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Mer 15 Avr - 13:13:40

un robot filme le cœur du réacteur n°1


Un robot a été utilisé vendredi dernier pour filmer l’intérieur du réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Fukushima ravagée par le tsunami du 11 mars 2011.

Depuis l'accident, le lieu est hautement radioactif.

Un humain ne survivrait pas plus d'une heure dans cet endroit.

Le robot s'est retrouvé paralysé après quelques heures d’exposition.

Il a été abandonné au cœur du réacteur après avoir livré ses images avec succès.

"Nous n'avons pas repéré de dégâts majeurs des principaux équipements", a indiqué Tepco, exploitant de la centrale, lors d'une conférence de presse.






le dauphine

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Lun 7 Sep - 11:05:22

Fukushima : les habitants reviennent dans une des communes évacuées

La commune japonaise de Naraha,dans la région de Fukushima,est officiellement redevenue habitable samedi à minuit (heure locale) par la levée de l'ordre d'évacuation.

Elle avait été totalement évacuée après l'accident nucléaire du 11 mars 2011.




Naraha (Japon),le 16 juillet.

Il y a quatre ans,Satoru Yamauchi avait dû abandonner son restaurant de nouilles.

A son retour,il l'a retrouvé intact,mais couvert de poussière.


Une cérémonie marquant cette renaissance de la ville s'est tenue dans la matinée dans un parc,après une veillée aux chandelles la veille à partir de 18 heures (11 heures heure française) jusqu'au milieu de la nuit,selon les informations communiquées par la mairie sur son site internet.

Jusqu'à présent,le retour a été autorisé dans les parties évacuées de Kawauchi et de Tamura (également dans la province de Fukushima),mais c'est la première fois que la levée concerne une cité intégralement vidée de ses habitants.

Les anciens habitants de Nahara (2.694 foyers,7.368 personnes) avaient jusqu'à présent le droit de revenir pour préparer leur retour,mais pas de se réinstaller totalement.

Selon les médias japonais,seulement un peu plus de 10% se seraient inscrits pour revenir.

Un sondage datant d'octobre dernier effectué auprès des ex-habitants a révélé que 22,9% avaient décidé de ne pas revenir,30,5% n'avaient pas tranché,9,6% étaient prêts à rentrer et 36,1% étudieraient un retour sous condition.

«Le niveau de contamination est très variable»

Les autorités estiment que le niveau d'exposition à la radioactivité à Naraha,ville située à une vingtaine de kilomètres de la centrale accidentée Fukushima Daiichi,est revenu à un seuil inférieur à 20 millisieverts par an.

Ce niveau permet en théorie aux habitants,selon le gouvernement japonais et des organismes internationaux,d'y revivre presque normalement,même si la décontamination n'est ni intégrale ni parfaite.

Les avis divergent cependant et les organisations écologistes s'insurgent contre ces conclusions.

«Le niveau de contamination est très variable dans cette localité et selon les maisons,ce qui risque de créer des tensions entre les personnes»,expliquait récemment Jan Vande Putte,de Greenpeace.

Une partie des infrastructures ont été rétablies,dont une ligne ferroviaire,une succursale bancaire a rouvert,de même qu'une supérette et un restaurant.

Mais pour certains habitants,c'est notoirement insuffisant et les craintes,notamment vis-à-vis de l'eau,ne sont pas levées.

«On ne peut bien entendu pas dire que la sûreté soit totalement rétablie et il est clair qu'il reste une montagne de problèmes à surmonter»,a convenu le maire de Naraha Yukiei Matsumoto,dans un message à la population cet été,après l'annonce de la décision de lever l'interdiction d'habiter dans la localité.

Mais il soulignait aussi que «la vie de réfugié entraîne de nombreux soucis et un important stress qui ont des répercussions sur la santé d'un nombre grandissant de personnes».




















le parisien

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Mer 10 Fév - 23:42:53

Fukushima serait mieux préparée en cas de nouvel accident

Si la centrale japonaise Fukushima Daiichi reste sous la menace potentielle d'une autre catastrophe naturelle,celle-ci n'aboutirait pas au même désastre qu'en mars 2011,affirme le directeur.


"S'il se produisait un nouveau tremblement de terre important suivi d'un tsunami,ce serait un moment très difficile mais nous ne tomberions pas dans la même situation de confusion",affirme Akira Ono,le directeur de la centrale.

Le 11 mars 2011,un séisme de magnitude 9 au large des côtes nord-est de l'archipel avait été à l'origine d'un dévastateur raz-de-marée.

La compagnie Tokyo Electric Power (Tepco) avait alors été accusée d'un manque de préparation aboutissant à une gestion très critiquable de la crise.

La coupure totale de l'alimentation électrique des installations et des systèmes de refroidissement avait entraîné la fusion du combustible dans trois des six réacteurs,puis des explosions d'hydrogène avaient détruit une partie des bâtiments.

Les énormes quantités d'éléments radioactifs rejetées en quelques jours dans la nature avaient forcé des dizaines de milliers de personnes à quitter dans la précipitation la région,qui demeure en partie inhabitable.

Des murs censés arrêter un tsunami

Aujourd'hui,les équipes sont mieux préparées et les risques potentiels dus au combustible des réacteurs de facto amoindris,même s'il reste absolument nécessaire de continuer à refroidir l'ensemble,selon Akira Ono.

Tepco a également construit des murs censés arrêter un tsunami de 15 mètres,comme celui subi en mars 2011.

Quelque 8000 travailleurs,allant des experts du nucléaire à des ingénieurs et techniciens de divers secteurs s'escriment chaque jour sur le site.

Des progrès ont été réalisés (déblaiement,retrait des véhicules renversés,extraction de combustible usé d'une piscine,etc.),mais les séquelles du drame sont encore bien visibles par endroits.

Les conditions de travail ont aussi été nettement améliorées.

Reste que le niveau de radioactivité demeure extrêmement élevé à l'intérieur des bâtiments des réacteurs,de facto inaccessibles à l'homme.

Par ailleurs,plus d'un millier d'énormes réservoirs stockent d'importantes quantités d'eau en partie contaminée dont nul ne sait à ce jour ce qu'elle deviendra à terme.

Il faudra au moins quatre décennies pour démanteler cette centrale située à un peu plus de 200 kilomètres au nord-est de Tokyo,avec des technologies qui,pour la plupart,restent à inventer.




















sud ouest

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Sam 12 Mar - 0:15:17

Cinq ans après la catastrophe de Fukushima,un manga raconte le quotidien des ouvriers de la centrale

Kazuto Tatsuta a été recruté dans la tristement célèbre centrale 1F. Il livre un témoignage rare dans une bande dessinée
: "Au cœur de Fukushima".



La couverture du premier tome de "Au cœur de Fukushima",signé Kazuto Tatsuta et paru aux éditions Kana

Comme après chaque accident nucléaire majeur,difficile de savoir ce qui se trame dans la centrale de Fukushima,en partie détruite en mars 2011,à la suite d’un séisme et d’un tsunami meurtriers.

Depuis cinq ans,dans cette région du nord-est du Japon aujourd’hui contaminée par des taux de radiations hors norme,on tente d’endiguer les fuites radioactives en démantelant les réacteurs.

Evidemment,quelques journalistes ont eu depuis l’opportunité de visiter la tristement célèbre centrale 1F ("ichi-efu",en japonais) alias Fukushima Daiichi,mais uniquement lors de visites de presse strictement balisées.

Ecrit et dessiné par un jeune mangaka,Au cœur de Fukushima (éd. Kana) raconte le quotidien de l’auteur,qui s’est fait embaucher dans la centrale quelques mois après la catastrophe.



La couverture du premier tome de "Au cœur de Fukushima",signé Kazuto Tatsuta et paru aux éditions Kana.

Sous un nom d’emprunt,Kazuto Tatsuta revient,en BD,sur le long parcours qui l’a mené à réparer des canalisations près du réacteur n°4 (sécurisé depuis décembre 2014).

L’auteur décrit avec moult détails les quelques postes qu'il a occupés dans la région sinistrée entre 2011 et 2012.

Un portrait parfois complaisant (à l’égard de Tepco,le gestionnaire de la centrale) et souvent naïf quant aux risques encourus,mais un témoignage brut et subjectif indispensable pour tenter de comprendre pourquoi ces travaux prennent autant de temps.

Voici quelques-unes des révélations que contient ce manga.

Le temps de travail journalier est limité à cause de la radioactivité


Si les travaux de démantèlement de la centrale prennent autant de retard,c’est évidemment en raison des conditions de travail imposées par la forte radioactivité relevée sur le site.

Comme l’explique Kazuto Tatsuta,chaque employé porte sur lui un dosimètre qui mesure la radioactivité reçue pendant sa journée de travail.

C’est l’employé qui fixe lui-même chaque jour la dose maximale qu’il accepte de recevoir en fonction de celle qu'il a déjà reçue.

Pour tous les travailleurs du nucléaire,la dose annuelle tolérée par la loi est de 50 mSv (millisieverts).



Deux équipes de travail se relayent au cours d’une journée sur un même site.

L’alarme du dosimètre de chaque travailleur se déclenche régulièrement, par pallier jusqu'à 80% de la dose maximale acceptée.

A la quatrième sonnerie d’un des travailleurs,toute l'équipe doit quitter le chantier.

La relève est assurée par la seconde équipe,tandis que la première les attend en salle de repos pour pouvoir quitter le site ensemble.

La dose quotidienne demandée (autour d’un à deux millisieverts) est parfois atteinte en une heure de travail seulement.



Le marché du travail est plombé par des sous-traitants véreux

Même s’il était extrêmement motivé pour travailler sur le site de la centrale 1F,Kazuto Tatsuta a galéré avant d’être embauché.

Ses premiers mois de recherches se sont rapidement révélés infructueux malgré des dizaines d’offres d’emploi publiées.

A Fukushima comme ailleurs,les postes intéressants (et bien payés) partent rapidement.



Comme le révèle l’auteur,la catastrophe de Fukushima a favorisé l’instauration d’un réseau de fraude.

Des sociétés de sous-traitance se sont montées pour espérer remporter des chantiers.

Il n’était pas rare,en 2012,que des sociétés fictives recrutent des salariés,sans avoir aucun contrat à proposer.

Certaines empochaient même la prime de formation des employés avant de disparaître dans la nature.

Les salaires ne sont pas aussi mirobolants qu’annoncés

Si les salaires proposés dans les offres d’emploi sont alléchants,la réalité est moins rose.

Comme a pu le constater l’auteur les salariés fraîchement embauchés sont souvent mis en disponibilité près de leur future zone de travail en attendant qu’un chantier débute.



Hébergés dans des dortoirs de fortune dans lesquelles vivent jusqu’à six employés,ils patientent ainsi pendant parfois plusieurs semaines.

Mais cette attente a un coût pour le salarié qui doit s’acquitter d’un loyer et de ses repas,sans toucher de salaire.

Certains sont donc affectés à des chantiers n’ayant rien à voir avec la centrale,beaucoup moins payés,juste pour éviter de s’endetter.

Dans le cas de l’auteur,il s’est écoulé un mois avant qu’il ne soit finalement affecté à la gestion des salles de repos de la centrale 1F.

Les conditions de travail sont très difficiles

Si Kazuto Tatsuta ne se plaint jamais, on ne peut que déplorer les conditions dans lesquelles il travaille.

Etre employé à la centrale de Fukushima,quel que soit le job,est une contrainte permanente.

Le quotidien est rythmé par des séances sans fin d’habillage/déshabillage,d’incessants contrôles (de radioactivité,d’identité) et des décontaminations.



Ennemi nécessaire du travailleur du nucléaire,le masque est l’objet de toutes les souffrances.

Trop serré,il provoque des maux de tête.

Pas assez,il expose celui qui le porte aux radiations mortelles.

Au quotidien,il est l’objet dans lequel on transpire abondamment et dont la puanteur se transmet jour après jour, malgré la stérilisation.

Les rares moments de repos se déroulent dans une salle recouverte de plastiques dans lesquels sont consommés des repas frugaux (nouilles instantanées,onigiris,sandwichs) que l’employé doit lui-même apporter (souvent achetés à la supérette du coin). Un quotidien dangereux et déprimant, motivé par l’argent et un patriotisme difficilement compréhensible pour un occidental.

Selon les autorités locales,il faudra une quarantaine d'années pour terminer les opérations de décontamination.

Pour Greenpeace,il en faudra plutôt deux cents...





















francetvinfo

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 Sujets similaires
-
» Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur
» Dauphins du Japon : L’Avant Et L’Après-The Cove
» Quelques explications sur les causes des séismes et tsunami au japon
» Laval - Neuf mois de prison ferme après avoir frappé des policiers .
» Contraception pendant l'allaitement... et après

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: les Catastrophes-
Sauter vers: