chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Sam 17 Déc - 14:34:25

l'arrêt à froid des réacteurs décrété,mais la bataille continue



Le réacteur n°3 de la centrale de Fukushima en fumée le 21 mars 2011,au Japon

Le gouvernement japonais a décrété vendredi l'état d'arrêt à froid des réacteurs accidentés de la centrale de Fukushima,une étape importante qui marque la stabilisation du site,mais la "bataille n'est pas pour autant terminée",a prévenu le Premier ministre.

Lors d'une réunion de la cellule ministérielle sur l'accident nucléaire,le chef du gouvernement Yoshihiko Noda a confirmé que les installations avaient atteint "l'état d'arrêt à froid".

"Nous avons confirmé techniquement que l'eau de refroidissement circule de façon régulière et que les températures au fond de la cuve des réacteurs et à l'intérieur des enceintes de confinement sont maintenues sous les 100 degrés",a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse.

"En conséquence,les émissions radioactives peuvent être contenues à un niveau suffisamment bas à l'extérieur des installations de la centrale,même en cas de nouvel accident",a-t-il dit.

L'état d'arrêt à froid était un des objectifs clefs de "l'étape 2 du plan de travail" établi par la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco) dans le but de venir à bout de cette catastrophe provoquée par le séisme et le tsunami du 11 mars.

"Le gouvernement et Tepco utilisent l'expression +arrêt à froid+ dans un sens différent de l'acception habituellement employée pour un réacteur sain",a souligné Takashi Sawada,le vice-président de la Société japonaise de l'Energie atomique.

Dans une centrale en exploitation,l'arrêt à froid permet de procéder à des opérations de maintenance.

En revanche,dans le cas de Fukushima Daiichi,où le combustible a fondu,a percé les cuves et est tombé au fond de l'enceinte de confinement de trois des six réacteurs, l'arrêt à froid ne veut pas dire que l'on va pouvoir intervenir librement à l'intérieur,à cause d'une radioactivité surélevée.

Le fait de parvenir à la fin de l'étape 2 ne signifie pas une quelconque sortie de crise,a reconnu le gouvernement.

"Cela ne change rien au fait que nous avons encore de nombreux défis à relever",a averti M. Noda,en citant la décontamination de la zone et le traitement des gravats.

"Il ne s'agit pas de se reposer,il faut à tout prix maintenir la même attention pour que cette stabilisation dure",a souligné un expert interrogé par l'AFP.

A plus long terme,M. Noda a promis que les autorités allaient agir "de toutes leurs forces jusqu'au démantèlement" des réacteurs accidentés,une tâche complexe qui pourrait prendre entre 30 et 40 ans.

Les températures au fond des cuves des réacteurs 1 à 3, les plus endommagés,étaient passées sous 100 degrés entre août et septembre,et ont été maintenues à ce niveau grâce à l'installation de systèmes de refroidissement en continu,un point essentiel qui marquait l'achèvement de l'étape 1 en juillet.

Les émissions radioactives ont quant à elles été réduites depuis grâce à différentes dispositions complémentaires, dont la couverture du réacteur 1,avant celle prévue des unités 3 et 4.

L'accomplissement de l'étape 2 comprenait divers autres objectifs pour maîtriser les installations et prévenir les dangers.

L'Agence de sûreté nucléaire estime à présent que la centrale est en situation relativement sûre,grâce notamment à la mise en place d'équipements de secours en lieu protégé,dispositifs destinés à garantir un refroidissement permanent du combustible même en cas de nouveau séisme ou tsunami.

Les phases suivantes vont consister à optimiser les moyens en oeuvre pour continuer de réduire les rejets,sécuriser le site et préparer son démantèlement.

Parallèlement,les autorités vont devoir s'occuper des alentours pollués et des dizaines de milliers de riverains évacués,a rappelé M. Noda,en présentant un plan pour la décontamination,l'amplification du contrôle sanitaire des personnes et de nouveaux moyens de mesures de la radioactivité en temps réel,ainsi qu'un plus sévère contrôle des aliments.

"Nous allons proposer un plan de réaménagement de la zone interdite" de 20 km de rayon autour du site,en tenant compte de la radioactivité ambiante,a-t-il par ailleurs confirmé.

Plusieurs ministres rencontreront les autorités locales à Fukushima dès cette fin de semaine pour en discuter,a précisé le chef du gouvernement.





20 minutes.fr

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Mer 21 Déc - 13:47:41

le démantèlement de la centrale exigera 40 ans de travaux



Vue partielle de la centrale de Fukushima Dai-ichi,le 12 novembre 2011 à Okuma,au Japon

Le gouvernement japonais a présenté mercredi un nouvel échéancier de travaux pour la centrale accidentée de Fukushima prévoyant un démantèlement s'étalant sur une durée de 40 ans,compte tenu de l'état désastreux du site et des techniques nouvelles nécessaires.

"Le travail se fera en plusieurs étapes",a expliqué Goshi Hosono,ministre de l'Environnement chargé de l'accident lors d'une conférence de presse.

Le retrait du combustible usé des piscines de désactivation devrait débuter dans environ deux ans (pour le réacteur 4) et durer plusieurs années pour être totalement achevé.

Durant ce délai seront également renforcés les systèmes de refroidissement pour les réacteurs et piscines ainsi que les diverses installations.

L'extraction du combustible fondu dans les réacteurs 1 à 3 sera quant à lui mis en oeuvre dans dix ans,et durera plus de deux décennies,a prévenu le gouvernement.

Le traitement des eaux contaminées accumulées sur le site et stockées dans des réservoirs devra aussi être terminé dans ce laps de temps.

Pour toutes les tâches,des techniques nouvelles seront nécessaires,a souligné M. Hosono,la situation à Fukushima étant inédite,avec des bâtiments détruits,un niveau de radioactivité élevé et du combustible tombé en tout ou partie sur le plancher de béton de l'enceinte de confinement dans trois réacteurs sur les six du complexe.

"La récupération des débris du combustible va être extrêmement difficile.

Cela va exiger des moyens techniques particuliers et,sans robots,une telle opération sera impossible",a pour sa part commenté un directeur-adjoint de Tepco lors d'une autre conférence de presse.

"Nous allons travailler avec des entreprises japonaises et étrangères",a promis un autre responsable de Tepco.

"Il est en effet souhaitable que se nouent des coopérations internationales,les Etats-Unis,la France et d'autres pays étant prêts à aider les Japonais dans cette opération délicate",a indiqué à l'AFP un expert français du secteur.

"Il faudra dans un premier temps développer des équipements et dispositifs permettant de savoir dans quel état est réellement le combustible avant d'entreprendre quoi que ce soit",a-t-il précisé.

Un groupe spécial de recherche et développement doit se pencher rapidement sur les besoins nécessaires.

Le démantèlement du site ravagé par le séisme et le tsunami du 11 mars dans le nord-est de l'archipel ne sera en conséquence pas achevé avant environ 40 ans,prévoit l'Etat.

"Nous devons effectuer ces travaux en évitant de générer de nouveaux risques",a pour sa part insisté le ministre de l'Industrie,Yukio Edano.

"Nous avons défini à chaque étape les critères décisifs pour la suite des travaux,ce sont des éléments très importants pour l'avancement du calendrier",a renchéri M. Hosono.

Le gouvernement japonais avait décrété vendredi dernier l'état d'arrêt à froid des réacteurs accidentés de la centrale de Fukushima,une étape importante qui marque la stabilisation du site et ouvre la période de préparation du démantèlement.

L'état d'arrêt à froid,qui signifie le maintien de la température à l'intérieur des réacteurs sous 100 degrés Celsius et le contrôle des émissions radioactives,était un des objectifs clefs de "l'étape 2 du plan de travail" établi par la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco) dans le but de venir à bout de cette catastrophe.

Parallèlement au démantèlement progressif,les autorités vont devoir s'occuper des alentours contaminés et de la population évacuée.





20 minutes.fr

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
jacotte
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 39979
Age : 52
Date d'inscription : 20/02/2005

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Dim 8 Jan - 3:22:35

Nous avons vu beaucoup d'images du tsunami tragiques au Japon, mais ce clip est le plus horrible encore.
Intitulée «Sud Sanriku - Tsunami vu de Shizugawa High School,« il est tiré d'un terrain élevé, mais vers la fin de la vidéo vous pouvez voir les habitants paniqués courir pour sauver leur vie.

Presque aussi spectaculaire que la vidéo est sa piste audio, où même si vous ne parlez pas japonais, vous pouvez dire les gens s'inquiètent au début, mais à la fin, leurs voix ont atteint un niveau élevé de panique et l'horreur comme ils regardent leurs maisons emportant.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Mar 7 Fév - 20:03:45

Fukushima : nouveau coup de chaud dans un réacteur

Selon la chaîne japonaise NHK World,la température dans la cuve du réacteur 2 de la centrale de Fukushima est repartie à la hausse,malgré l’"arrêt à froid".



Le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Fukushima,à 5 kilomètres de distance.

Onze mois après la catastrophe


La température dans la cuve du réacteur 2 de la centrale de Fukushima est repartie à la hausse,a indiqué lundi 6 février la chaîne japonaise NHK World.

Les colossales efforts pour refroidir le réacteur injection de 10 tonnes d’eau par heure n’ont donc que partiellement atteint leur objectif.

La température dans le réacteur aurait augmenté de 45°C depuis les dernières mesures officielles,réalisées le 27 janvier.

Et depuis le 2 février en particulier,elle aurait gagné une vingtaine de degrés,pour atteindre 70°C.

L’exploitant de la centrale,la Tokyo Electric Power Company (Tepco),a commencé à injecter davantage d’eau dans le réacteur vers 1 heure du matin lundi 6 février.

Mais à 7 heures,la température indiquée par l’un des trois thermomètres avait atteint 73,3°C.

Les deux autres indiquaient des températures d’environ 44°.

Selon Tepco,le circuit d’eau pourrait avoir changé de direction après une opération de pompage,et ne plus refroidir le combustible nucléaire fondu.

Aucune trace de xenon,un gaz radioactif,n’a toutefois été détectée autour du réacteur.

Une situation toujours très instable

Ces informations confirment que la situation est loin d’être stabilisée dans les réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi.

A l'inverse de ce que laissait entendre le 3 décembre 2011 le gouvernement japonais et Tepco.

Ils annonçaient alors que les trois réacteurs détériorés étaient en "arrêt à froid",selon une définition aménagée pour l’occasion.

Pour rester en deça d’un seuil désormais fixé officiellement à 80°C,Tepco a annoncé qu’il augmenterait la quantité d’eau injectée dans le réacteur.

La Nisa (Nuclear and Industrial Safety Agency),organisme gouvernemental,a indiqué de son côté qu’une étude était nécessaire pour déterminer si oui ou non,le réacteur pouvait être considéré en arrêt à froid.

Elle a également souligné qu’un bref passage au-dessus des 80C° ne témoignait pas forcément d'un problème dans le système de refroidissement.







le nouvel observateur

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Ven 9 Mar - 2:42:14

A Fukushima,la tragédie n'est pas finie

Un an après la catastrophe nucléaire de Fukushima,la situation des réacteurs reste "précaire".

La contamination n'est pas terminée et beaucoup de questions restent en suspens.


Le 11 mars 2011,le Japon a vécu le scénario du pire: un séisme de magnitude 9,suivi d'un tsunami gigantesque,qui a provoqué un accident nucléaire majeur.

Un an après,les Japonais tentent de se relever de cette tragédie,mais les conséquences se feront longtemps ressentir.

19 000 victimes

Le séisme et le tsunami ont causé la mort de 15 846 personnes,selon un bilan datant de février,et 3 317 personnes sont encore portées disparues.

A cela s'ajoutent environ 6 000 blessés.

Plus de 300 000 Japonais ont quitté leur maison,détruite par le tsunami ou située dans une zone contaminée.

Les réacteurs de Fukushima en état "précaire"

L'interruption de l'alimentation électrique et du circuit d'eau a provoqué une fusion des coeurs des réacteurs 1,2 et 3.

Fin 2011,la société Tepco a décrété l'"arrêt à froid" de ces réacteurs.

"Cela n'a pas beaucoup de sens,nuance Thierry Charles,de l'Institut national de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

Cela veut dire qu'il y a principalement de l'eau liquide et peu de vapeur, donc moins de rejets".

Encore des rejets

Le circuit de refroidissement a été rétabli dans la centrale mais des rejets diffus sont encore mesurés dans la mer et dans l'atmosphère.

Pour les bloquer,un "couvercle" doit être installé sur le réacteur 1 et une digue doit arrêter les écoulements dans l'océan.

Un démantèlement dans trente ans

Il est toujours impossible d'introduire de robots,et encore moins de travailleurs,à l'intérieur du réacteur,très radioactif.

A terme,le Japon n'envisage pas de créer un sarcophage comme à Tchernobyl.

Le projet est de retirer les combustibles des piscines,dans deux ans,puis des réacteurs,dans environ dix ans.

Le site ne serait pas démantelé avant trente ou quarante ans.

24 000 km2 contaminés

Les cartographies montrent des contaminations importantes sur 24 000 km2 autour de la centrale,avec de fortes disparités locales selon les endroits où se sont concentrées les pluies chargées d'éléments radioactifs.

"La contamination a fortement décru dans l'année,mais on est dans un scénario d'exposition chronique et pérenne à des faibles doses",selon Didier Champion,de l'IRSN.

Le retour dans les territoires les plus contaminés nécessite un travail d'assainissement colossal : gratter la terre,laver les bâtiments et retraiter ces tonnes de "déchets radioactifs".

Des aliments encore suspects

Les légumes à feuille,comme les épinards,ont été les premiers touchés par les rejets radioactifs.

Mais une contamination différée est constatée pour d'autres aliments : thé,abricots,bambous,car les particules radioactives ont été stockés par la plante et relâchés dans la sève.

Elle pourrait réapparaître à la prochaine récolte.

Les limites de césium ont été dépassées aussi pour certains poissons qui remontent des fleuves contaminés.

Aucun mort officiellement lié à la catastrophe nucléaire

Selon Tepco,seuls six travailleurs ayant oeuvré près de la centrale auraient reçu une dose de radiation supérieure à 250 millisieverts,sans qu'aucun effet directement attribuable à cette contamination n'ait été détectée.

Mais beaucoup d'informations manquent pour évaluer les doses auxquelles ont été exposées les autres travailleurs : pompiers,policiers,agents municipaux.

Des études sanitaires en cours

Dans les jours qui ont suivi l'accident,les autorités n'ont pas effectué de distribution massive d'iode,pour prévenir le cancer de la thyroïde.

Mais dans les semaines qui ont suivi,le Japon a débloqué 720 millions d'euros pour réaliser de vastes études épidémiologiques sur trente ans.

Deux millions de personnes ont reçu un questionnaire pour évaluer leur exposition à la contamination.

Un bilan médical et psychologique est proposé aux personnes évacuées.

Les femmes enceintes et les enfants sont particulièrement suivis,mais "il est trop tard pour mesurer les niveaux d'iode radioactive dans leur thyroïde",déplore Jean-René Jourdain,direction adjoint à la protection de l'homme de l'IRSN.











metro

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Ven 9 Mar - 11:45:58

Mars 2011-Mars 2012 : le Japon de l'après-tsunami en 11 photos

Photographiés le jour de la catastrophe et ceux qui suivirent,que sont devenus les lieux et les personnes emblématiques du séisme qui a ravagé le pays il y a an

La réponse avec ces clichés sélectionnés subjectivement par TF1 News.




Ishinomaki- Avec la photo de gauche,prise le 13 mars 2011,deux jours après la catastrophe,Yuko Sugimoto est devenue sans le vouloir l'icône du tsunami.

Le 27 janvier 2012,elle a cette fois posé volontairement,au même endroit, avec son fils de cinq ans.

Le lieu a été totalement reconstruit.



Miyako - Probablement l'une des images les plus fortes du tsunami, avec ces voitures emportées par la vague qui déferle sur la route et submerge tout sur son passage.

Un an après, une digue a été reconstruite et la chaussée est totalement praticable.



Otsuchi - Un bateau sur le toit d'une maison,preuve de la force des vagues qui ont déferlé le 11 mars 2011 !

Un an après, si le bateau a été récupéré,le lieu est loin d'être opérationnel.



Ishinomaki - Illustration de la vitesse à laquelle les Japonais ont réparé une bonne partie des dégâts de la catastrophe : un an après,aucune trace des inondations qui avaient contraint les habitants à circuler en barque sur cette route en contrebas d'un pont.



Rikuzentakata - De l'impression lunaire au soir du 16 avril,un mois après le tsunami,tout semble redevenu normal désormais autour de ce lieu perdu quelque part dans le Nord du Japon.

Les routes sont dégagées,les espaces de nouveau accessibles,à l'exception du pont.



Sendai. Sur cette route qui rappelle vaguement le passage du Gois, les voitures circulent désormais comme si de rien n'était.



Tagajo - Les rails remis en état,les trains circulent sans problème sur cette ligne de chemin de fer détruite le 11 mars 2011.



Rikuzentakata. Cet arbre est un survivant : c'est le seul des 70.000 qui se trouvaient sur le littoral à avoir résisté aux vagues du 11 mars 2011,est toujours là.

A ses côtés,une digue a été reconstruite,mais le bâtiment est toujours en ruine.



Ishinomaki - Le bateau qui s'était retrouvé au milieu de la route, nouvelle preuve de la force de la vague destructrice,a laissé la place à une route neuve.



Sendai. Plus beaucoup de traces du tsunami sur cette route qui surplombe légèrement des cultures.



Minamisanriku - Personne n'est venu réclamer cette voiture installée sur le toit d'un immeuble.

Aux alentours,un amas de pneus a remplacé les amas de ferraille.

Preuve que si le Japon se reconstruit plutôt rapidement,il reste encore beaucoup de travail à faire.










tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Dim 11 Mar - 13:05:23

une minute de silence pour les victimes du tsunami

Le pays entier a rendu hommage dimanche aux 19.000 personnes emportées ou sinistrées par la catastrophe naturelle doublée d'un grave accident nucléaire à la centrale de Fukushima.



Prières au Japon pour le premier anniversaire du tsunami.

A14h46,heure précise à laquelle est survenu le violent tremblement de terre le 11 mars 2011,la vie s'est figée dimanche dans les villes du Japon,pour une prière collective en hommage aux personnes emportées ou sinistrées par la catastrophe naturelle doublée d'un grave accident nucléaire à la centrale de Fukushima.

19.000 personnes ont perdu la vie dans ces deux catastrophes.

A Tokyo,immédiatement après la minute de silence,le Premier ministre, Yoshihiko Noda,a prononcé un discours lors d'une cérémonie au Théâtre national de Tokyo,en présence de l'empereur Akihito et de très nombreuses personnalités.

Le chef du gouvernement a promis de tout faire pour reconstruire la région ravagée et transmettre la mémoire de cette tragédie aux générations suivantes.

L'empereur Akihito,à peine remis d'un pontage coronarien, 'est ensuite levé,accompagné de l'impératrice Michiko,pour prier à son tour devant un immense monument floral.

"Un an s'est écoulé depuis le Grand tremblement de terre de l'est,je rends profondément hommage à tous ceux qui y ont perdu la vie",a déclaré le souverain,symbole du peuple,lors d'une brève allocution.

Ils ont prié en direction de l'océan Pacifique

Outre les 19.000 morts,Akihito a évoqué la douleur les dizaines de milliers de personnes forcées de quitter leur domicile à cause de l'accident nucléaire provoqué par le tsunami à la centrale Fukushima Daiichi.

Il a ensuite déploré que la reconstruction rencontre de nombreuses difficultés dans les provinces dévastées et en partie contaminées par la radioactivité.

Ailleurs dans le pays,notamment dans les villes de la côte nord-est,de nombreux résidents ont prié en direction de l'océan Pacifique,accompagnés de membres de leurs familles revenus spécialement sur leurs terres natales en cette journée de recueillement.

"Je voudrais que la reconstruction aille vite",a témoigné devant les caméras de télévision un habitant de Rikuzentakata,ville dévastée par l'immense vague qui a submergé le littoral quelques dizaines de minutes après le séisme de magnitude 9 survenu au large.










tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
jacotte
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 39979
Age : 52
Date d'inscription : 20/02/2005

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Lun 26 Mar - 23:23:29

un bateau fantôme japonais repéré au large du Canada



D'après une information relayée par BBC news, un bateau de pêche japonais, véritable bateau fantôme couvert de rouille, a été repéré au
large de la côte nord de la Colombie-Britannique, la plus occidentale des provinces canadiennes.





Détecté par une patrouille aérienne, à proximité des îles de la reine Charlotte , l'embarcation avait disparu depuis plus d'un an.
Emportée par la vague géante du tsunami meurtrier, du 11 mars 2011 au Japon, l'unité à la dérive a parcouru 6 800 km dans le Pacifique nord.

Toujours selon BBC news, le propriétaire, un pêcheur de calamars, travaillait au nord de l'archipel japonais quand la vague est arrivée.


Grâce aux informations recueillies par les autorités canadiennes, l'homme a pu être identifié.


20 minutes

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Lun 16 Avr - 11:32:39

Fukushima: 4 des 6 réacteurs supprimés

Quatre des six réacteurs de la centrale nucléaire accidentée Fukushima Daiichi (N°1) n'auront plus d'existence administrative à partir du 20 avril,a annoncé aujourd'hui la compagnie exploitante Tokyo Electric Power (Tepco) qui va désormais s'atteler à les démanteler.

En vertu de la loi,le parc de réacteurs nucléaires commerciaux du Japon va ainsi passer de 54 unités à 50,une décision attendue puisqu'il était déjà certain depuis des mois que ces quatre unités,les plus saccagées par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011,étaient condamnées.

Les deux autres tranches restantes ne sont pas encore administrativement rayées des listes mais elles n'ont aucune chance de redémarrer un jour et seront probablement bientôt supprimées à leur tour.

Le gouvernement nippon et la compagnie estiment qu'il faudra environ quatre décennies pour démanteler les unités 1 à 4,avec des techniques qu'il reste à imaginer.

Quant aux quatre réacteurs de la deuxième centrale de la préfecture de Fukushima,Fukushima Daini, actuellement également stoppés à cause de la catastrophe,ils subiront sans doute le même sort, sur décision politique,même si Tepco dit ne pas vouloir y renoncer pour le moment.

Seule une unité en service au Japon

Sur les 17 réacteurs commerciaux qu'elle possède, la compagnie qui dessert notamment la mégapole de Tokyo et ses environs (35 millions d'habitants) n'en aura plus que 13 après l'annulation des quatre de Fukushima Daiichi.

Aucun de ses réacteurs n'est actuellement en service.

Les 10 des deux sites de Fukushima ont été stoppés par le séisme du 11 mars et,parmi les sept d'une autre centrale,celle de Kashiwazaki-Kariwa (côte ouest),trois sont encore stoppés depuis le tremblement de terre de Niigata en juillet 2007 et quatre sont arrêtés pour maintenance de routine obligatoire tous les treize mois de fonctionnement environ.

Sur le parc total de réacteurs du Japon (54 actuellement,50 à partir du 20 avril),seulement une unité est à ce jour en service,Tomari 3,sur l'île nord de Hokkaido.

Cette tranche devrait être arrêtée pour une session d'entretien régulier à compter du 6 mai,réduisant à néant la production d'électricité d'origine nucléaire du Japon pour une durée inconnue.

Le redémarrage des réacteurs exploitables est conditionné au passage d'examens techniques et à l'approbation du gouvernement et des élus locaux, ce qui allonge considérablement l'échéancier habituel.













le figaro

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Sam 5 Mai - 14:00:22

Le Japon entame l'arrêt de son dernier réacteur nucléaire

Le processus d'arrêt du dernier réacteur actif au Japon a débuté aujourd'hui,en vue d'une session de maintenance de plusieurs mois,réduisant à néant la part de l'énergie nucléaire dans l'électricité nippone un peu plus d'un an après la catastrophe de Fukushima.

Hokkaido Electric Power (Hepco),l'une des neuf compagnies régionales de l'archipel,a indiqué avoir commencé à stopper le réacteur Tomari 3,dernière unité active des 50 que compte le Japon.

L'arrêt effectif sera constaté dimanche.

La facture énergétique devrait en conséquence augmenter ces prochaines semaines.

Afin de compenser l'absence totale d'énergie nucléaire,qui représentait avant le drame de Fukushima près de 30% de la production d'électricité du pays,les opérateurs sont contraints d'augmenter leurs importations de pétrole et de gaz naturel liquéfié pour doper leurs centrales thermiques.

Les citoyens et entreprises nippones sont eux priés de réduire leur consommation d'électricité pour éviter des coupures inopinées.















le figaro

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Sam 16 Juin - 13:54:30

Le Japon relance deux réacteurs nucléaires,les premiers depuis Fukushima



Le Premier ministre japonais Yoshihiko Noda (g),le 16 juin 2012 à Tokyo

Le Premier ministre nippon, Yoshihiko Noda,a ordonné samedi le redémarrage de deux réacteurs nucléaires de l'ouest du Japon,une première depuis l'accident atomique de Fukushima provoqué par le tsunami du 11 mars 2011,en dépit d'une opinion encore sous le choc et réticente.

"Nous avons décidé ce redémarrage et les préparatifs d'une relance effective sont en cours", a expliqué le ministre de l'Industrie,Yukio Edano, lors d'une conférence de presse.

"Les travaux en vue de la remise en service du réacteur 3 ont commencé à 14H30 (05H30 GMT)",a déclaré ensuite un porte-parole de la compagnie Kansai Electric Power,laquelle attendait impatiemment l'approbation du gouvernement.

Les manoeuvres concernant le réacteur 4 devraient être entamées le 21 juin.

La décision de relance d'Ohi 3 et 4 a été prise samedi matin au terme d'un long processus et à l'issue d'une réunion ministérielle suivant l'accord définitif des autorités locales.

Les deux unités d'Ohi (ou Oi) ont été jugées sûres par l'Agence de sécurité nucléaire placée sous la tutelle du puissant ministère de l'Industrie (Meti),un comité ad hoc et les élus locaux.

Après avoir reçu le feu vert de la municipalité d'Ohi,le gouverneur de la préfecture de Fukui, province où se trouvent ces deux tranches atomiques,a transmis samedi son consentement à M. Noda ainsi qu'aux ministres concernés,dont celui de l'Industrie et celui de l'Environnement,Goshi Hosono,également chargé du suivi de la catastrophe de Fukushima.

Cette conclusion sans surprise intervient après un plaidoyer du chef du gouvernement en fin de semaine dernière expliquant la nécessité de remettre en marche les unités 3 et 4 d'Ohi.

"Mon jugement est que nous devrions réactiver ces réacteurs",avait expliqué M. Noda,justifiant sa pensée par la nécessité de prendre en compte les répercussions négatives sur l'économie et la vie des citoyens d'une insuffisance de courant,tout en promettant de tout faire pour qu'un accident tel que celui de Fukushima ne se reproduise pas.

"L'arrêt des réacteurs prive le pays de 30% de sa production électrique",a insisté le Premier ministre.

"Ce n'est pas qu'un problème de pénurie cet été" au moment des pics de consommation,mais de répercussions sur l'économie du pays dont l'activité risque d'être freinée.

En ce sens,"l'énergie nucléaire est une source d'électricité cruciale",a-t-il affirmé,tout comme l'a fait avant lui la fédération patronale Keidanren.

Dans le même temps,il a de nouveau promis de définir d'ici au mois d'août un nouveau plan énergétique à l'horizon 2030 prévoyant une "réduction autant que possible de la dépendance à l'énergie nucléaire".

"Le parti au pouvoir prend des décisions horribles en autorisant les réacteurs d'Ohi à redémarrer, alors même que la nouvelle autorité de régulation nucléaire indépendante promise n'est pas encore en place",a protesté un responsable de l'opposition, Nobuteru Ishihara.

Le gouvernement s'est engagé,conformément aux desiderata de l'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA),à détacher l'instance de régulation et de surveillance du secteur du ministère de l'Industrie,ouvertement pro-nucléaire,mais le processus législatif piétine.

L'opinion,quant à elle,reste perplexe.

Une partie d'une pétition appelant à l'abandon de l'énergie nucléaire et rassemblant au total plus de 7 millions de signatures a été remise au gouvernement vendredi par le prix Nobel de littérature Kenzaburo Oe accompagné d'autres éminentes personnalités.

Des milliers de manifestants opposés à l'emploi de l'énergie atomique ont en outre fait le siège vendredi soir et samedi devant la résidence du Premier ministre où se tenait la réunion décisive, mais M. Noda avait par avance prévenu que lui et son gouvernement assumeraient pleinement leurs responsabilités devant la population en cas de relance.

"Il y a des opinions divergentes,mais le rôle des hommes politiques est de prendre des décisions, c'est d'autant plus important dans les cas où tout le monde n'est pas d'accord",a insisté M. Edano samedi.

Actuellement,l'ensemble des 50 réacteurs nucléaires de l'archipel sont stoppés à cause des séismes ou pour des sessions de maintenance régulière.

Une unité à Tomari (nord) avait certes gagné en août dernier le droit de repasser en mode d'exploitation commerciale,mais il ne s'agissait pas d'un redémarrage à proprement parler.

Tomari 3 était alors en phase de fonctionnement de test,prolongé plusieurs mois à cause du désastre nucléaire de Fukushima provoqué par le séisme de magnitude 9 et le gigantesque tsunami du 11 mars 2011.

Elle a de nouveau été arrêtée pour entretien régulier le 5 mai.

La catastrophe de Fukushima Daiichi,qui a révélé la vulnérabilité des installations atomiques nippones, toutes situées en bord de mer,a poussé les autorités à renforcer leur niveau de sécurité.

Plus de 20 réacteurs ont jusqu'à présent subi de nouveaux examens obligatoires dont les comptes rendus ont été soumis aux instances de contrôle.

Si ces unités sont jugées sûres,elles devront aussi être réactivées,a averti le gouvernement.






















20 minutes

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Mer 27 Juin - 19:12:41

Fukushima/radiations: niveaux records

La compagnie d'électricité Tokyo Electric Power (Tepco) a fait état aujourd'hui de niveaux records de radiations dans le sous-sol du bâtiment du réacteur N°1 de la centrale accidentée de Fukushima,découverte qui risque de compliquer grandement les travaux de démantèlement.

Tepco a introduit une caméra et des instruments de mesures via un trou de canalisation depuis le plafond du sous-sol du bâtiment 1 pour y observer la situation et effectuer des relevés.

Les niveaux de radiations enregistrés juste au-dessus de l'eau radioactive présente dans le sous-sol atteignent jusqu'à 10.300 millisieverts/heure, soit une dose avec laquelle l'homme devient malade au bout de quelques minutes et meurt en peu de temps.

Il ne faut qu'une vingtaine de secondes pour que soit dépassée la dose annuelle admissible en un an pour les ouvriers du site.

"Les travailleurs ne peuvent pas pénétrer en ces lieux et nous devrons préparer le démantèlement à l'aide de robots",a expliqué Tepco.

L'enregistrement de tels niveaux de radiations,dix fois supérieurs à ceux relevés dans les deux autres réacteurs,2 et 3,très endommagés aussi, s'expliquerait selon Tepco par le fait que le combustible qui a fondu dans le réacteur N°1 est plus abîmé que dans les autres unités du site.

Le combustible qui se trouvait dans les coeurs de ces trois réacteurs,sur les six que compte la centrale Fukushima Daiichi,a fondu en raison de la perte de l'alimentation électrique et des fonctions de refroidissement à la suite du séisme et du tsunami du 11 mars 2011 qui ont dévasté la centrale.

Ces réacteurs,de même que le N°4 dont le coeur était vide au moment de l'accident,doivent être démantelés,une tâche extrêmement complexe qui devrait nécessiter 40 ans de travaux et le développement de nouvelles techniques.




















le figaro

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Sam 21 Juil - 15:18:53

Fukushima: un sous-traitant a demandé à ses ouvriers de mentir

Un sous-traitant intervenu sur le site nucléaire accidenté de Fukushima au Japon aurait poussé ses ouvriers à sous-déclarer le niveau de radiations auquel ils étaient soumis,vraisemblablement pour ne pas perdre son contrat,ont rapporté samedi plusieurs médias japonais.

Selon le quotidien Asahi Shimbun et d'autres médias japonais,un responsable de la société de construction Build-Up aurait demandé en décembre à une dizaine de ses ouvriers de recouvrir de plomb les dosimètres qu'ils portaient pour évaluer le cumul de radiations auxquelles ils étaient exposés, lorsqu'ils intervenaient dans les zones les plus radioactives de la centrale accidentée.

Cette demande visait apparemment à sous-déclarer leur exposition afin que la société puisse continuer à travailler sur le site,rapportent ces médias.

















tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Mar 24 Juil - 13:54:40

Fukushima : enquête ouverte sur le scandale des dosimètres truqués

Un sous-traitant intervenant sur le site de la centrale nucléaire accidentée a-t-il poussé ses ouvriers à mentir sur leur exposition aux radiations pour ne pas perdre son contrat ?

Après les révélations de la presse japonaise,la ministre du Travail annonce une enquête.




Travaux à la centrale nucléaire endommagée de Fukushima,en novembre 2011

La ministre japonaise du Travail a annoncé mardi l'ouverture d'une enquête sur l'exposition des travailleurs de Fukushima aux radiations,après la publication d'articles accusant un sous-traitant d'avoir demandé à ses employés de mentir à ce sujet.

"Si c'était vrai,c'est l'ensemble du système de contrôle de l'exposition des travailleurs aux radiations qui serait remis en cause",a souligné Yoko Komiyama,lors d'une conférence de presse.

Le scandale a éclaté au cours du week-end dernier.

Pour ne pas perdre son contrat,un sous-traitant intervenu sur le site de Fukushima aurait poussé ses ouvriers à sous-déclarer le niveau de radiations auquel ils étaient soumis.

Selon le quotidien Asahi Shimbun et d'autres médias japonais,c'est un responsable de la société de construction Build-Up qui aurait demandé en décembre à une dizaine de ses ouvriers de recouvrir de plomb les dosimètres qu'ils portaient pour évaluer le cumul de radiations auxquelles ils étaient exposés,lorsqu'ils intervenaient dans les zones les plus radioactives de la centrale accidentée.

Ces ouvriers avaient été engagés par Build-Up pendant environ quatre mois,entre décembre 2011 et mars 2012,pour isoler les tuyaux d'une installation de traitement des eaux.

Plusieurs d'entre eux ont confié à l'Asahi Shimbun que leur superviseur leur avait expliqué que s'ils ne truquaient pas leur niveau d'exposition,ils atteindraient rapidement le niveau maximal annuel légal de 50 millisieverts.

Le quotidien a précisé que les ouvriers sont en possession d'un enregistrement du briefing.

Certains ouvriers auraient refusé de recouvrir leur dosimètre,et auraient quitté la société.




















tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Mar 14 Aoû - 19:37:27

Des papillons mutants découverts près de Fukushima au Japon



Travaux à la centrale nucléaire endommagée de Fukushima,en novembre 2011

Des papillons vivant aux alentours de la centrale de Fukushima ont souffert de mutations génétiques sur trois générations à cause de la radioactivité,ont découvert des chercheurs japonais.

Le battement d'aile d'un papillon...

Selon des chercheurs japonais,des papillons vivant aux alentours de la centrale de Fukushima ont souffert de mutations génétiques sur trois générations à cause de la radioactivité.

Environ 12% de petits papillons bleus de la famille des lycénidés exposés à la radioactivité à l'état de larves lors de la catastrophe nucléaire de mars 2011 ont développé des anomalies,notamment des ailes plus petites et une malformation des yeux, ont expliqué des chercheurs.

Ces insectes,attrapés non loin de la centrale accidentée Fukushima Daiichi (nord-est) en mai, soit deux mois après l'accident,ont ensuite été élevés en laboratoires à des fins de reproduction.

Quelque 18% de la génération suivante
a développé des problèmes similaires,a mardi souligné Joji Otaki,professeur à l'Université Ryukyu d'Okinawa (sud),interrogé par l'AFP.

La proportion a encore grimpé (à 34%) pour la troisième génération,alors que les scientifiques avaient pris soin de choisir un papillon sain d'une autre région pour l'accoupler avec un papillon de Fukushima.

Six mois après le désastre,un nouveau lot de papillons a été attrapé près de Fukushima Daiichi et cette fois le taux d'anomalie de la génération suivante a été mesuré à 52%,a précisé M. Otaki.

Des résultats à prendre avec précaution

Les scientifiques ont aussi réalisé une expérience test sur une population de papillons non affectés.

Ils les ont exposés en laboratoire à de faibles doses de radioactivité et ont constaté la même proportion d'anomalies que chez la première génération de papillons de Fukushima.

Les résultats de cette étude ont été publiés dans Scientific Reports,un journal sur Internet diffusé par l'éditeur du magazine Nature.

"Nous en avons tiré la conclusion claire que les radiations dégagées par la centrale Fukushima Daiichi avaient endommagé les gènes des papillons", a souligné M. Otaki.

Il a toutefois prévenu que ces résultats devaient être pris avec précaution,précisant que l'effet observé n'était avéré à l'heure actuelle que sur les papillons et sur aucune autre espèce animale ni sur l'homme.

Son équipe va mener de nouvelles expériences sur d'autres animaux.

Aucune personne n'est morte directement du fait des radiations provoquées par l'accident de Fukushima, mais les habitants de la région et les travailleurs qui interviennent sur la centrale endommagée redoutent toujours des effets à long terme.

Des associations affirment que des effets de la radioactivité se sont transmis sur plusieurs générations à Hiroshima et Nagasaki (sud-ouest), après le lancement de bombes atomiques par les Etats-Unis en août 1945 à la fin de la Seconde guerre mondiale.















tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Ven 26 Oct - 12:15:44

Fukushima:la centrale continuerait de fuir

Les niveaux élevés de radioactivité des poissons pêchés au large de la centrale de Fukushima pourraient indiquer qu'elle continue de fuir 19 mois après la catastrophe nucléaire,selon l'étude d'un expert américain.

Dans cette étude publiée aujourd'hui dans la revue américaine Science,Ken Buesseler,chimiste à l'Institut océanographique de Woods Hole (Massachusetts,nord-est des Etats-Unis),a analysé des mesures de césium effectuées par les autorités japonaises sur des poissons,des crustacés et des algues prélevés près de la centrale.

Les résultats,selon Ken Buesseler,tendraient à prouver que les taux constatés sont provoqués soit par une petite fuite persistante de la centrale, soit par la contamination des fonds marins.

C'est d'ailleurs dans des espèces dites démersales (vivant au contact du fond dans la zone marine littorale) que les plus importants niveaux de césium ont été relevés: rascasses,raies, congres,flétans,soles,etc.

Selon les conclusions de l'étude,environ 40% des poissons pêchés dans les environs de la centrale de Fukushima (nord-est) ne sont pas consommables selon les normes établies par les autorités nippones.

Le scientifique précise toutefois qu'au large du nord-est du Japon,au-delà de la zone la plus proche de la centrale,la vaste majorité des poissons pêchés restent en-dessous des limites autorisées pour la consommation,même si les autorités japonaises les ont resserrées en avril 2012.





















le figaro

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Jeu 28 Fév - 15:46:47

Fukushima : une augmentation du risque cancer près de la centrale

L'accident nucléaire de Fukushima,au Japon,a entraîné une relative augmentation du risque de cancer dans les zones les plus touchées près de la centrale,estime un rapport de l'Organisation Mondiale de la Santé,rendu public jeudi à Genève.

L'accident nucléaire de Fukushima,au Japon,a entraîné une relative augmentation du risque de cancer dans les zones les plus touchées près de la centrale,estime un rapport de l'Organisation Mondiale de la Santé rendu public jeudi à Genève.

Il ressort de cette évaluation que l'évènement de Fukushima,en mars 2011,"ne devrait entraîner aucune augmentation perceptible des risques pour la santé à l'extérieur du Japon",ajoute le rapport d'experts.

Ils estiment dans ce document de 166 pages que dans un rayon de 20 km autour de la centrale accidentée après un violent séisme suivi d'un tsunami,le risque de cancer de la thyroïde chez les femmes et les enfants est en augmentation à 1,25%,contre habituellement 0,75%.

En 1986 après l'accident de Tchernobyl en Ukraine,il avait été relevé une augmentation notable des cancers de la thyroïde parmi les enfants.

"La première préoccupation identifiée dans ce rapport porte sur des risques de cancer particuliers liés à la zone et à des facteurs démographiques",a souligné Mme Maria Neira,directeur à l'OMS pour la santé et l'environnement.

Nécessité d'un suivi pendant de nombreuses années

"Un examen des données,basé sur l'âge,le sexe et la proximité par rapport à la centrale,montre un risque plus grand pour ceux qui étaient dans les zones les plus contaminées.

En dehors de ces zones,y compris au sein de la préfecture de Fukushima,aucune augmentation du risque de cancer est attendue",a affirmé Mme Neira.

L'OMS insiste dans ce rapport sur la nécessité d'un suivi au cours des années des populations à risque ainsi qu'une surveillance des aliments et de l'environnement.

Pour les travailleurs qui participent à la neutralisation de la centrale,il y a une "augmentation des risques concernant leur vie entière pour la leucémie,le cancer de la thyroïde et l'ensemble des cancers solides par rapport aux taux de référence",estime le rapport.

"Quelques travailleurs qui ont inhalé des quantités significatives d'iode radioactif pourraient développer des troubles non cancéreux de la thyroïde",ajoute l'OMS.














tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Mar 12 Mar - 0:32:35

le Japon se fige deux ans après Fukushima

Tout le pays a observé une minute de silence à 14H46 très précises (06h46 heure française) ce lundi matin.

Il y a deux ans,un séisme géant d'une magnitude de 9 degrés secouait le fond de l'océan Pacifique déclenchant un terrible raz-de-marée.


A 6 heures 46,heure française,ce lundi matin,le Japon s'est figé dans le silence.

Une minute de silence en souvenir du séisme et du tsunami meurtriers dans le nord-est du pays qui,le 11 mars 2011,ont emporté près de 19.000 vies et provoqué une catastrophe nucléaire sans précédent depuis un quart de siècle.

Le gouvernement organise ce lundi une cérémonie nationale à Tokyo,en présence de l'empereur Akihito et l'impératrice Michiko,à la mémoire des 15.881 personnes tuées auxquelles s'ajoutent 2.668 disparus.

De nombreuses cérémonies du souvenir sont également prévues sur la côte ravagée.

Il y a deux ans ce séisme géant d'une magnitude de 9 degrés a déclenché un terrible raz-de-marée.

Moins d'une heure après le tremblement de terre,une vague gigantesque dépassant 20 mètres de haut par endroit s'abattait sur le littoral,emportant toute vie sur son passage et détruisant ports,maisons,écoles et usines.

A la centrale nucléaire Fukushima Daiichi,les systèmes de refroidissement tombaient en panne sous le choc et les réacteurs avaient chauffé jusqu'à entraîner un accident majeur,sans précédent depuis celui de Tchernobyl 25 ans plus tôt.

10.000 répliques

Deux ans après,les efforts de reconstruction des zones ravagées avancent lentement,et plus de 315.000 personnes habitent toujours dans des logements provisoires.

Depuis cette terrible journée de 2011,le pays a enregistré environ 10.000 répliques du séisme,dont 736 dépassant une magnitude 5.

Les autorités japonaises affirment que la situation est désormais stabilisée à la centrale de Fukushima d'où ne s'échappent plus de substances radioactives.

Il faudra environ 40 ans pour démanteler les réacteurs accidentés du site.

Depuis cet accident,seuls deux des cinquante réacteurs nucléaires du Japon fonctionnent,et le pays doit décider ce qu'il compte faire dans les années à venir.

Alors que la précédente équipe de centre gauche au pouvoir prônait une sortie progressive du nucléaire d'ici 30 à 40 ans,l'actuel premier ministre conservateur Shinzo Abe,aux affaires depuis décembre pencherait au contraire pour le redémarrage prochain de certaines unités sous de strictes conditions de sécurité.













tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Dim 30 Juin - 13:16:39

Fukushima: de l'eau hautement radioactive dans un puits près de l'océan

Tepco,opérateur de la centrale japonaise de Fukushima,a annoncé samedi avoir découvert des niveaux d'éléments radioactifs encore plus élevés que précédemment dans l'eau souterraine accumulée au pied des réacteurs,et se dit incapable de juger si ladite eau s'écoule ou non en mer.



La centrale nucléaire endommagée de Fukushima,en novembre 2011

L'opérateur de la centrale accidentée de Fukushima a annoncé samedi avoir découvert des niveaux d'éléments radioactifs encore plus élevés que précédemment dans l'eau souterraine accumulée au pied des réacteurs dans un nouveau puits creusé plus près de l'océan,et se dit incapable de juger si ladite eau s'écoule ou non en mer.

L'exploitant,Tokyo Electric Power (Tepco),a mesuré un niveau de 3.000 becquerels par litre pour les éléments radioactifs produisant des rayons béta,comme le strontium 90,dans le liquide extrait vendredi dernier d'un nouveau point de prélèvement situé entre les réacteurs et la mer.

Ce niveau est plusieurs dizaines de fois supérieur à la dose limite admise pour de l'eau de mer.

Initialement,Tepco indiquait que l'eau s'était accumulée là où elle avait été prélevée la première fois,c'est-à-dire en un point plus éloigné de l'océan,et n'était pas allée plus loin.

Un renforcement des contrôles montre que tel n'est sans doute pas le cas,puisque le niveau relevé dans le nouveau puits est plus de deux fois supérieur au précédent prélèvement effectué plus en amont.

Impossible pour Tepco de savoir si l'eau s'écoule dans l'océan...

Sur le fait que la radioactivité de l'eau souterraine à proximité du Pacifique soit plus élevée,Tepco répond : "nous ne connaissons pas la raison,mais l'eau de mer analysée,elle ne montre pas d'augmentation des niveaux de radioactivité".

La compagnie se garde cependant cette fois d'être trop affirmative et indique "ne pas pouvoir actuellement juger si l'eau radioactive s'écoule ou non dans l'océan voisin".

Tepco promet de renforcer les contrôles.

La centrale Fukushima Daiichi a été ravagée par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011 dans le nord-est de l'archipel.

La coupure de l'alimentation électrique provoquée par la déferlante a engendré un arrêt des systèmes de refroidissement du combustible qui a fondu dans trois des six réacteurs du site,d'où la présence de nombreux éléments radioactifs alentour.

Les quelque 3.000 travailleurs sur place y découvrent petit à petit l'ampleur des dégâts tout en se battant pour que les pépins qui surviennent régulièrement ne dégénèrent pas en situation incontrôlable.



















tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Sam 20 Juil - 0:07:57

Fukushima : 2 000 travailleurs présentent un risque accru de cancer de la thyroïde

Près de 2 000 travailleurs de la centrale accidentée de Fukushima présentent un risque accru de cancer de la thyroïde, selon l'opérateur du complexe atomique.

Près de 2 000 travailleurs de la centrale accidentée de Fukushima présentent un risque accru de cancer de la thyroïde, a reconnu vendredi l'opérateur du complexe atomique. Selon la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco), 1 973 personnes (près de 10% de l'ensemble des ouvriers ayant travaillé sur le site) ont eu la thyroïde exposée à des doses cumulées de radiations supérieures à 100 millisieverts.

Augmentation du risque de cancer

Ce niveau est généralement considéré comme étant celui à partir duquel est constatée une augmentation du risque de cancer, même s'il n'y a pas de seuil fixé absolument identique pour tous les individus. Tepco a reconnu ces risques après avoir révisé plus tôt ce mois-ci sa méthode d'estimation du niveau d'exposition aux radiations des travailleurs. Le ministère de la Santé avait fait part de doutes sur les critères initialement pris en compte et sur les estimations antérieures. Il avait demandé à la compagnie de les revoir dans un sens moins restrictif.

La méthode précédente n'évaluait le risque accru que pour 178 personnes ayant oeuvré à Fukushima Daiichi, selon le rapport fourni à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Méthodes inadaptées de radioprotection

La firme a déjà informé les personnes touchées des programmes de suivi particulier dont elles peuvent bénéficier,notamment des examens réguliers de la thyroïde.

Alors que la centrale mise en péril par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011 a craché des quantités énormes de substances radioactives dans l'environnement (forçant quelque 160 000 habitants de la région à partir),la compagnie Tepco a depuis le départ été très critiquée pour ses méthodes jugées inadaptées de radioprotection des équipes oeuvrant dans le complexe atomique ravagé.


















midi libre

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Lun 18 Nov - 15:44:42

Fukushima : Tepco a commencé de retirer le combustible de l'une des piscines

Tepco,la compagnie gérante de la centrale accidentée de Fukushima (Japon) a annoncé lundi avoir commencé comme prévu le délicat retrait du combustible de la piscine du réacteur 4.



La compagnie gérante de la centrale accidentée de Fukushima a indiqué lundi avoir commencé comme prévu le délicat retrait du combustible de la piscine du réacteur 4.

«Nous avons commencé à manipuler un premier assemblage de combustible à 15H18 (06H18 à Paris)»,a expliqué un porte-parole de Tokyo Electric Power (Tepco).

Le bassin de désactivation en question contient 1 533 assemblages et la compagnie espère avoir terminé l'extraction de l'ensemble d'ici à la fin 2014,avant de commencer une opération similaire pour les trois autres piscines des réacteurs 1 à 3,les plus endommagés du site.

Un caisson cylindrique de 5,5 mètres de haut et 2,1 de diamètre avait été inséré dans la piscine avant que ne commence le levage d'un premier assemblage avec un nouvel appareillage télécommandé spécialement mis en place.

Les techniciens vont transférer les assemblages un à un dans ce récipient géant,le tout sans que le combustible ne sorte de l'eau.

Une opération délicate et inédite

Pour ce début,Tepco prévoit de répartir sur deux jours le retrait de 22 premiers assemblages (la contenance maximum d'un caisson),chacun mesurant 4,5 mètres de haut et pesant 300 kilogrammes.

«Le caisson (d'une masse totale de 91 tonnes une fois plein) ne sera fermé et retiré de la piscine que mardi.

Nous avons choisi de débuter de façon assez lente par prudence et sécurité»,a précisé le porte-parole.

La difficulté du retrait se trouve dans la présence de petits débris coincés au milieu des assemblages de combustible.

Le combustible extrait de la piscine 4 sera ultérieurement placé dans une autre piscine dite «commune»,plus sûre,distante d'une centaine de mètres,où il restera a priori au moins dix ans.

«Nous espérons que le retrait sera réalisé comme prévu en toute sûreté afin de ne pas causer de soucis supplémentaires aux habitants de la région»,a déclaré plus tôt dans la matinée le porte-parole du gouvernement,Yoshihide Suga.

Il s'agit d'une opération inédite dans un tel environnement accidenté où les techniciens doivent œuvrer en combinaisons de protection et porter des masques intégraux pour se protéger de la radioactivité.




















le parisien

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Jeu 20 Fév - 19:14:18

Fukushima : nouvelle fuite d'eau radioactive

"La fuite a été stoppée et nous sommes en train de récupérer l'eau qui a coulé et la terre contaminée",précise Tepco,l'opérateur de la centrale nucléaire.



Vue aérienne du réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire de Fukushima I,le 26 août 2013

Une nouvelle fuite d'eau contaminée a été constatée sur la partie supérieure d'un des nombreux énormes réservoirs installés à la centrale accidentée de Fukushima,a annoncé jeudi 20 février l'opérateur,Tokyo Electric Power (Tepco).

Quelque 100 mètres cubes sont sortis de la citerne incriminée,a précisé un porte-parole lors d'une conférence de presse.

"Il n'y a pas de fossé à proximité de ce réservoir qui est éloigné de l'océan Pacifique et il est donc peu probable que l'eau qui a fui soit allée jusqu'à la mer",a-t-il précisé.

La distance entre le réservoir et la côte est de l'ordre de 700 mètres.

Cette eau,bien que débarrassée de césium radioactif,reste contaminée en radionucléides émettant des rayons bêta.

Tepco dit avoir mesuré une radioactivité de 230.000 becquerels de strontium et autres émetteurs de rayonnements bêta par litre.

"La fuite a été stoppée et nous sommes en train de récupérer l'eau qui a coulé et la terre contaminée",a précisé le porte-parole.

Avaries en série

Il ne se passe pas une journée sans la découverte de problèmes plus ou moins graves à la centrale Fukushima Daiichi ravagée par le tsunami du 11 mars 2011.

L'accident a entraîné une situation inédite avec quatre réacteurs très endommagés et l'émission de grandes quantités d'éléments radioactifs dans l'air,les sols et les eaux de la région.

Parmi les problèmes immédiats auxquels sont confrontés les autorités Tepco,la gestion de l'eau contaminée,accumulée dans les sous-sols du site et dans un millier de gigantesques réservoirs est un des plus ennuyeux auquel aucune solution pérenne n'a été trouvée jusqu'à présent.

Par ailleurs,un thermomètre de la partie basse de la cuve sous pression du réacteur 2 serait tombé en panne mercredi à la suite d'un court-circuit lors d'une opération de maintenance,a précisé l'agence Kyodo,ce qui ne laisse qu'un seul fonctionnel sur les 9 présents à l'origine.






















le nouvel observateur

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Mar 11 Mar - 13:07:23

Fukushima : "Il faut en tirer au plus vite des leçons"

Trois ans après la catastrophe de Fukushima,quelles leçons la France a-t-elle tirées pour ses propres centrales ?

Le directeur de l'IRSN,Jacques Repussard,donne l'alerte.



Jacques Repussard s'exprime lors d'une conférence de presse,le 18 juillet 2008 à Paris à l'issue d'une réunion de travail avec le ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo

Trois ans après la catastrophe de Fukushima,le 11 mars 2011,l'ex-centrale n'est plus qu'une gigantesque usine à brasser,pomper,injecter,filtrer et stocker du liquide hautement radioactif.

Des centaines de tonnes d'eau refroidissent chaque jour les coeurs fondus,puis une partie se perd dans le sous-sol,contaminant massivement les fonds marins du Pacifique.

Le démantèlement des réacteurs est prévu pour durer jusqu'à l'horizon de 2050.

La France a-t-elle tiré les leçons du drame japonais ?

En décembre dernier,lors d'un voyage sur les terres stérilisées de Fukushima,Jacques Repussard,directeur de l'Institut de Radioprotection et de Sûreté nucléaire (IRSN),a livré son analyse au "Nouvel Observateur".

Interview.

C'est à votre initiative que l'électricien Tepco a finalement accepté d'entrouvrir les portes de la centrale de Fukushima.

Quelle est votre plus forte impression ?

Le gigantisme des moyens financiers et humains que les Japonais ont dû et su mettre en oeuvre.

Sachant que Tepco évalue aujourd'hui à une centaine de milliards d'euros le coût des travaux post-Fukushima,vous devez vous féliciter d'avoir renforcé très largement la sécurité des centrales françaises après l'accident...

On savait déjà que la technologie nucléaire actuelle ne garantissait pas un risque nul.

Mais la question posée ici,c'est l'ampleur considérable du préjudice à un niveau que j'estime tout à fait inacceptable.

Vous remarquerez que les mesures post-Fukushima que nous avons exigées en France avec l'Autorité de Sûreté nucléaire (ASN) sont du même ordre que celles décrétées au Japon par l'Autorité de Régulation nucléaire (NRA).

C'est notamment la création d'un "noyau dur" capable de faire face instantanément à une interruption prolongée du refroidissement du réacteur.

A la différence des Russes à Tchernobyl,les Japonais ont décidé non pas d'interdire mais de reconquérir le plus vite possible la plupart des territoires contaminés.

Il est très probable que,si un accident analogue survenait en France,l'objectif de "reconquête" s'imposerait de la même manière parce que nous sommes comme le Japon un grand pays industriel et agricole avec un territoire d'autant plus précieux qu'il est limité.

Il s'agirait donc de décider aussi rapidement que possible les conditions pour un retour des populations évacuées lors d'un tel accident.

Ce qui suppose de savoir si l'on applique le risque zéro 1 millisievert d'exposition par an,conforme au principe de précaution ou une norme de sécurité reconnue par exemple,20 millisieverts qui peut cependant toujours être contestée.

Bref,je m'interroge aujourd'hui sur ce qui serait le moins mauvais compromis pour prévenir correctement les risques radiologiques tout en évitant le coma économique et social.

On imagine que les services de l'Etat ont prévu un tel cas de figure.

Nous sommes,il me semble, bien préparés à des rejets radioactifs de faible envergure.

Mais s'agissant d'un accident de première importance comme à Fukushima avec la diffusion d'un panache contaminant sur plusieurs dizaines de kilomètres,je crois très franchement que notre doctrine d'intervention reste à consolider.

Ce ne sont plus quelques dizaines ou centaines d'individus qu'il faudrait alors assister mais des dizaines de milliers.

A Fukushima,160.000 personnes ont dû fuir leur domicile.

Il faut donc en tirer au plus vite des leçons opérationnelles.

Quelle est la toute première à vos yeux ?

Je pense que le pilotage administratif et normatif du haut vers le bas n'est pas adapté à une société moderne.

Il faut reconnaître aux populations la capacité de s'approprier et de cogérer l'organisation sanitaire,économique et sociale d'un territoire contaminé.

A condition que les pouvoirs publics délivrent une information transparente indiscutable et pédagogique,les acteurs sociaux sont capables de mettre en oeuvre des solutions inédites.

Cette coopérative agricole JA Fukushima,par exemple,qui a nettoyé au Kärcher les dépôts de césium sur un demi-million d'arbres à kakis et sauvé l'économie locale !

Les normes de la radioactivité ne sont pourtant pas négociables !

Justement,ce n'est pas si simple !

Regardez les zones vertes proches de Fukushima où la contamination ambiante peut théoriquement générer une dose de l'ordre de 10 à 20 millisieverts pour les personnes qui y résideraient.

Eh bien,lorsque l'on offre un dosimètre électronique aux habitants qui ont l'autorisation de revenir la journée sur zone,il apparaît que 99% d'entre eux limitent leur exposition effective à quasiment 1 seul millisievert !

Soit à peu près rien.

Sans doute parce qu'ils ont su repérer les principales traces de césium,en forêt notamment,et que chacun a appris à maîtriser individuellement le risque des radionucléides,comme d'autres savent gérer le risque chimique ou des feux de forêt.

C'est aussi ça le retour d'expérience de Fukushima.


















nouvel observateur

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Mer 12 Mar - 12:53:49

Japon : trois ans après le tsunami,il fouille la mer à la recherche de son épouse perdue

Yasua Takamatsu recherche le corps disparu de son épouse,emportée par le tsunami du 11 mars 2011 au Japon.

L'homme n'a retrouvé que le portablede sa compagne.

Depuis,il a appris à plonger.

"Tsunami énorme".

Ce sont les  derniers mots que Yasuo Takamatsu a lus sur le portablede sa femme retrouvé dans un amas de boue et de décombres.

Alors,Yasuo a décidé d'apprendre à plonger pour fouiller la mer dans l'espoir fou de retrouver l'amour de sa vie trois ans après le drame.

Ces deux mots,il ne les avait jamais reçus ce 11 mars 2011.

Réfugiée sur le toit d'une banque d'Onagawa,un petit port de pêche de la côte est du pays,Yuko a été emportée par un mur d'eau de près de 20 mètres.

"C'était une si gentille personne.

Elle me manque tellement".

Le fin visage de Yasuo,un chauffeur de bus de 57 ans,émerge d'une combinaison de plongée.  

La voix est douce mais déterminée,empreinte d'une douloureuse sérénité.

"Il me manque une grande partie de moi-même",dit-il assis sur le rebord d'un bateau juste avant de se laisser basculer,harnaché avec bouteille et détendeur,dans les eaux froides et troubles de la baie d'Onagawa.

Pour lui,c'est plus qu'une bascule: un saut immense dans le monde du silence à la recherche de sa femme.
 
Goulet mortel  
 
"C'est horrible pour moi de penser qu'elle est peut-être là,en-dessous,quelque part.

Je veux la ramener le plus vite possible à la maison".

A la maison: c'est ce que Yuko lui avait écrit avant d'être engloutie par la muraille liquide

"Je veux rentrer à la maison".

Ce message-là,il l'avait reçu.

Mais ce n'était "que" après le tremblement de terre d'intensité 9 qui avait secoué le nord-est du pays à 14h46.

Le pire était à venir: la monstrueuse vague qui allait tout arracher,vies,arbres maisons.

Au total plus de 18.000 personnes ont perdu la vie.

A Onagawa,plus de 800 personnes sont mortes,et 250 autres manquent toujours à l'appel trois ans plus tard.

Dont Yuko,disparue à 47 ans.

La ville est lovée dans un couloir bordé de collines qui serpente jusqu'à la mer.

Ce 11 mars,ce fut un goulet mortel.

Dès l'alerte au tsunami lancée,Yuko s'était ruée avec 12 collègues sur le toit de la banque où elle travaillait.

Dix mètres,ça devait suffire.

15h21. Elle envoie un message à son mari,deux mots d'effroi: "tsunami énorme".

"A cette heure-là,le tsunami est passé au-dessus des quais du port.

Je pense que l'eau a dû atteindre le toit en quelques minutes",raconte Yasuo.

Ils sont encore beaucoup aujourd'hui à Onagawa à chercher comme lui le long des côtes un corps,un objet,un petit rien.
 
"Plus qu'un immense vide"
 
Au moment du tsunami,Yasuo était avec sa belle-mère dans une ville voisine,mais au retour l'entrée d'Onagawa était déjà interdite.

La ville était devenue un champ de lambeaux,un enchevêtrement monstrueux de bateaux et  voitures,de carcasses d'immeubles éventrés,de bois arraché,de boue épaisse.

Il dut attendre jusqu'au lendemain pour passer et apprendre que la banque avait été emportée.

"j'ai senti mes genoux lâcher,je n'étais plus qu'un immense vide".

Alors Yasuo a commencé,comme les autres,à chercher et chercher.

A terre.  

Au large des plongeurs des garde-côtes ratissaient sans cesse la baie.

Et à force de les regarder,il s'est décidé à aller lui-même la fouiller,cette mer qui lui avait pris son amour.

"Est-ce qu'à mon âge on peut encore apprendre à plonger ?".

Quand en  novembre dernier il a posé la question au moniteur Masayoshi Takahashi il était tendu comme un arc.

"Je veux tellement retrouver ma femme"

Face à cette boule d'angoisse,Takahashi a vite trouvé les mots et la chaleur.

Il lui a ouvert les bras.

"Il fallait qu'il se détende,parce que,ici,on plonge en eaux troubles,on peut toujours être coincé dans des débris",raconte aujourd'hui cet instructeur et patron du club de plongée local.

"Ca va prendre du temps.

Mais il fait des progrès visibles.

S'il continue  comme ça,il va pouvoir commencer à participer aux recherches".

"Je veux tellement trouver ma femme...

Je sais qu'il y a de fortes chances  que ça n'arrive pas.

Il faut que je progresse,et très vite",laisse échapper Yasuo.

Avec la même détermination froide,M. Takamatsu a engagé un autre combat,judiciaire celui-là,contre la banque.

"Je ne pourrai jamais comprendre pourquoi on a dit aux employés de monter sur le toit,alors qu'ils pouvaient aller se réfugier plus haut sur une colline voisine,juste quelques minutes à pied".

L'immeuble a été emporté comme un fétu de paille.

Huit employés,dont Yuko,n'ont toujours pas été retrouvés.





















tf1 news

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
mimi
administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 44590
Age : 52
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   Lun 14 Avr - 23:06:20

Fukushima: des pompes déversent par erreur de l'eau ultra-contaminée

203 m3 d'une eau contaminée au césium ont été déversés par erreur dans la centrale de Fukushima,a indiqué l'entreprise Tepco.

Nouvelle erreur dans la gestion de la catastrophe de Fukushima par Tepco.

Quatre pompes qui fonctionnaient par erreur ont répandu d'importantes quantités d'eau hautement radioactive dans divers bâtiments de la centrale accidentée de Fukushima,selon un courriel de la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco).
   
Ces pompes qui ne devaient pas être en service ont été stoppées dimanche après-midi,mais entre-temps les sous-sols de deux bâtiments ont été inondés.
   
Tepco a évalué à 203 mètres cubes la quantité de liquide qui s'est répandue dans ces lieux d'incinération situés non loin des réacteurs mais censés rester secs.

Tepco a promis d'enquêter

Cette eau a une teneur énorme en césium radioactif (137 et 134) évaluée à 37 millions de becquerels par litre.
   
Tepco,qui a assuré que l'eau n'est pas sortie des bâtiments,a promis d'enquêter pour comprendre les raisons de cette erreur.
   
La gestion de l'eau contaminée est le plus gros problème auquel est actuellement confrontée la compagnie qui ne sait que faire des centaines de milliers de tonnes accumulées dans les bâtiments et des réservoirs installés sur le site ravagé par le tsunami du 11 mars 2011.
   
Ce problème est d'autant plus difficile à résoudre que le système de traitement de l'eau,ALPS,est tout sauf fiable: il n'en finit pas de tomber en panne.



















BFMTV

_________________










Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Japon frappé par un tsunami après un séisme majeur
» Quelques explications sur les causes des séismes et tsunami au japon
» Nouvelle alerte au tsunami dans le Pacifique, pas de dégâts.
» Plusieurs morts dans un tsunami aux Salomon
» Cherche le Dictionnaire Historique du Japon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: les Catastrophes-
Sauter vers: