chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 empreinte digitale

Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
jacotte

Féminin Nombre de messages : 42713
Age : 53
Date d'inscription : 20/02/2005

empreinte digitale Empty
MessageSujet: empreinte digitale   empreinte digitale I_icon_minitimeVen 3 Juil - 11:04:49

Une empreinte digitale est le résultat de l'apposition d'un doigt sur un support après encrage de celui-ci.
Le dessin formé sur le support constitue une empreinte digitale.
Une trace digitale est le résultat d'un contact entre un doigt et un support.

La trace digitale peut être :

Visible. Elle est dite positive lors de l'apposition de matière et elle est dite négative lors de l'enlèvement de matière
Latente (invisible à l'oeil nu), la trace vient du dépôt de sueur (sécrétion des glandes sudoripares) et/ou du dépot de sécrétions sébacées (glandes sébacées).
Moulée, lorsque la trace vient du contact d'un doigt avec une surface maléable (cire, mastic...)
Le caractère quasi-unique d'une empreinte digitale en fait un outil biométrique très utilisé pour l'identification des individus en médecine légale et pour la police scientifique.
En effet, la probabilité pour que deux personnes aient la même empreinte digitale est très faible, même à l'échelle de la population humaine (plusieurs milliards d'individus).
Francis Galton a estimé à 1 sur 64 milliards la probabilité pour que deux individus aient les mêmes empreintes digitales.
De plus, son caractère aléatoire s'affranchit des risques de ressemblances entre individus partageant un même patrimoine génétique : des individus homozygotes comme des jumeaux ou des triplés par exemple auront chacun un jeu d'empreintes digitales qui leur sera propre et différent de celui des autres individus de la même fratrie.
Les empreintes digitales ont complété l'analyse de l'anthropométrie.

empreinte digitale ZP0hDelJns7wpoN


Historique


La première utilisation des empreintes digitales comme moyen d'identification remonte à 1877 aux Indes où le Britannique William Herschel eu l'idée de les utiliser pour éviter que les bénéficiaires de pension de l'armée ne la touchent plusieurs fois.
À cette époque, elles servent aussi à authentifier des documents officiels.
Sir Francis Galton améliore cette technique et Scotland Yard ouvrira le premier fichier d'empreintes digitales en 1901 sous la direction du commissaire Edward Henry.
En France, c'est en 1902, après une enquête policière conduisant à l'arrestation de Henri-Léon Scheffer, que les empreintes digitales sont devenues l'une des principales preuves lors des enquêtes policières.
Le criminologiste Alphonse Bertillon, fondateur de l'anthropométrie suggéra aux artistes en 1914 d'apposer une empreinte digitale sur leurs œuvres pour éviter toute contrefaçon.
En France, le Fichier automatisé des empreintes digitales (FAED) a été institué par le décret du 8 avril 1987.
Ce fichier est non nominatif et géré par le ministère de l'Intérieur.
Depuis la loi d'orientation pour la sécurité intérieure de 2002, il s'étend aux empreintes palmaires. Les empreintes digitales peuvent se diviser en plusieurs types de dessins (arc, boucles), chaque empreinte appartenant à un type classé : adelte, bidelte, tridelte (rare).
Les monodeltes se divisent en sous-groupes : les normales, externes, composites, de même pour les bideltes : à verticilles concentriques, à verticilles en Z...
On identifie les empreintes entre elles à l'aide d'accidents sur les boucles ou arcs : anneaux, ilôts, divisions, coupures...
On estime qu'il y a plus de cent points de convergences entre deux empreintes identiques.
En France, la loi exige 12 points relevés sans contrariété pour authentifier l'empreinte d'un suspect. Entre 8 et 10 points, une forte présomption est établie.
En Suisse, des systèmes de coefficients sont utilisés dans les comparaisons : on attribue des valeurs différentes aux différents signes : ilôts; divisions...


Perspectives en biométrie


Au delà de l'anthropométrie classique (mensurations, photo, description, dermoglyphes…) les service de police s'orientent vers la constitution de fichiers contenant les autres caractéristiques d'un individu afin de pouvoir être sûrs de l'identifier complètement.

Ces fichiers contiendraient :

des empreintes génétiques (ADN),
des empreintes iriennes (iris),
des empreintes vocales

Certains chercheurs ont même songé à établir de tels fichiers pour les signes particuliers (tatouages, grains de beauté…)

empreinte digitale VwpVqBcx9RI8E37


Refus d'utilisation à des fins d'identification


Le 26 septembre 2008, la CNIL refuse que les empreintes digitales soient utilisées « pour contrôler l'accès à un établissement scolaire ainsi que la présence des élèves ».
Ce refus s'explique par la facilité de recopier une empreinte digitale, au contraire d'autres moyens d'identification.
De manière générale, la CNIL refuse l'utilisation des empreintes digitales à des fins d'identification dans les entreprises

_________________
empreinte digitale Je-t-a10
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
 
empreinte digitale
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'empreinte sanglante (collectif)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: le savez vous?-
Sauter vers: