chez Jacotte Mimi et leurs amis

Jacotte et Mimi vous souhaite la bienvenue....Le forum est sans inscription laisser des commentaires merci .... A bientot
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Le parasitisme

Aller en bas 
AuteurMessage
jacotte
administratrice
jacotte

Féminin Nombre de messages : 42228
Age : 53
Date d'inscription : 20/02/2005

Le parasitisme Empty
MessageSujet: Le parasitisme   Le parasitisme EmptySam 25 Avr - 18:43:15

Le parasitisme est une relation biologique symbiotique dont un des protagonistes (le parasite) tire profit (en se nourrissant, en s'abritant ou en se reproduisant) aux dépens d'un ou plusieurs spécimens d'une espèce tiers.
Les parasités sont appelés hôte.
Les organismes qui ne sont pas parasites sont qualifiés de « libres ».
On trouve des parasites dans l'ensemble du monde vivant (les virus sont considérés comme des parasites obligatoires).
Certains embranchements sont composés quasi exclusivement de parasites (exemples : les plathelminthes monogènes), bien que la plupart comportent à la fois des espèces parasites et libres (exemple : les nématodes).
Les parasites sont parfois eux-mêmes victimes d'autres parasites, qui sont alors dits hyperparasites .
On appelle « parasitoïdes » les organismes qui, au cours de leur développement, tuent systématiquement leur hôte, ce qui les fait sortir du cadre du parasitisme au sens strict.


Vers une définition plus nuancée

Jusqu'au milieu du XXe siècle, en théorie, une espèce était considérée comme "parasite" uniquement lorsque le bénéfice de la relation était manifestement unilatéral (parasitisme destructeur, voire rapidement mortel) pour l'hôte parasité. Certains parasitismes ont ensuite été considérés comme des cas particuliers de prédation (le parasite se nourrissant aux dépens de son hôte, sans « intention » de le tuer).
Puis des études plus fines, faites dans une perspective plus systémique ont montré que de nombreuses formes de parasitisme étaient également « utiles » à l'hôte et/ou à son espèce ou à la biocénose; Par exemple, dans la nature, de nombreux parasites interviennent efficacement dans le rétrocontrôle de la démographie de populations dont les individus - sans parasitisme - pulluleraient rapidement, jusqu'à faire disparaître leurs ressources alimentaires), on parle d'interactions durables pour décrire les relations complexes qui unissent la plupart des couples hôte-parasite.


Types de parasitismes


Le parasitisme est un mode de vie, défini par l'exploitation du vivant par le vivant (the conquest of life by life). On considère différents types de parasitisme selon la position du parasite dans l'hôte:

Ectoparasite : le parasite est présent à l'extérieur de son hôte (parties externes comme la peau ou cavités comme les cavités buccales ou branchiales).
Chez les végétaux on peut parler de parasites épiphytes.
Mésoparasite : le parasite est localisé dans une cavité de l'hôte communiquant avec l'extérieur. La limite entre endo et mésoparasites est parfois floue (comme pour le cas des cavités branchiales).

Endoparasite : le parasite est présent dans les tissus (intramusculaire par exemple), dans le système sanguin, dans le tube digestif (ténia par exemple) ou qui parasite l'intérieur d'une cellule (Certains parasites

cellulaires sont spécialisés : ils ne colonisent qu'un type de cellule, éventuellement chez une seule ou quelques espèce (Plasmodium), d'autres sont plus ubiquistes (virus grippal H5N1 par exemple)
D'autres parasitismes existent chez les animaux par exemple le parasitisme alimentaire appelé cleptoparasitisme, ou le parasitisme de couvée chez les oiseaux. Il existe également plusieurs types de parasitisme chez les plantes.


Évolution et co-évolution


La plupart des parasites semblent jouer un rôle important dans la sélection naturelle et l'évolution.
On parle même de co-évolution à leur égard, car la sélection naturelle favorise l'apparition constante de moyens de défense chez les hôtes ; Le parasite évolue pour continuer à pouvoir rencontrer son hôte et survivre sur ou dans l'hôte.
Dans le même temps, l'hôte évolue pour ne pas rencontrer le parasite, s'en débarrasser ou s'en défendre (y compris via le système immunitaire chez l'animal, ou la production de toxines chez la plante).
Une sorte de course aux armements défensifs / offensifs existe dans la plupart des couples hôte-parasite.
Si l'hôte est véritablement gagnant, le parasite disparaît.
La plupart des parasites se sont si spécialisés au cours du temps, qu'ils ne peuvent parasiter qu'une ou quelques espèces parmi les millions qui existent.
Le parasitisme est un mode de vie néanmoins très courant.
Certains auteurs considèrent même qu'il est pratiqué par la majorité des espèces.


Avantages & inconvénients adaptatifs du parasitisme


Inconvénients du parasitisme :

Le parasitisme nécessite une existence cyclique (de reproduction et de développement des parasites).

Il en existe deux types ;

- cycle monoxène (ne faisant intervenir qu'un seul hôte).
- cycle hétéroxène (qui implique le passage par un, deux ou plusieurs hôtes intermédiaires).
Le parasite est dépendant de son hôte (ou de ses hôtes), et il doit être capable de le rencontrer ;
si le parasite est trop agressif vis-à-vis de sa population hôte (par exemple s'il tue rapidement et systématiquement son hôte), il fait disparaître ses propres ressources alimentaires et de transport.

Avantages du parasitisme :

l'hôte offre un habitat relativement stable, une nourriture et de l'énergie (et un abri contre d'éventuels prédateurs dans le cas du parasitisme interne)
l'hôte contribue involontairement à la mobilité du parasite (par ses déplacements, par sa digestion dans le cas d'un parasite interne).
Il contribue aussi à la dissémination des propagules du parasite


Différentes relations interspécifiques


Neutralisme : parasite et hôte sont indépendants et n'ont aucune influence l'un envers l'autre

Compétition : parasite et hôte agissent défavorablement l'un envers l'autre, il y a compétition au niveau de l'habitat, de la nourriture, ...

Mutualisme : parasite et hôte vivent en association durable sinon constante, nécessaire et bénéfique aux deux

Commensalisme : Le parasite se nourrit de matières organiques produites par l'hôte sans dommage pour ce dernier. Lorsque les matières organiques proviennent de matières en décomposition, cela est du saprophytisme

Coopération : Les deux espèces peuvent vivre indépendamment l'une de l'autre, mais tirent profit de l'association. Dans ce cas, chaque espèce est à la fois parasite et hôte

Phorésie : l'hôte transporte le parasite dans un milieu favorable au développement de ce dernier. Il s’agit d’une association libre (les sources de nourriture de l’un et l’autre partenaires étant indépendantes) et non-destructrice (le transport en question n’occasionne pas de dommages physiologiques particuliers)

Inquilinisme : le parasite trouve auprès de son hôte un habitat, un refuge et une protection sans en tirer de nourriture (parasitisme spatial et non physiologique).


Différence entre parasitisme et prédation


Les interactions liant un prédateur et sa proie, ainsi qu'un parasite et son hôte sont de même nature (+/-).
La différence se situe dans la taille de l'individu tirant profit de l'interaction. Ainsi, on remarque que le parasite est plus petit que son hôte, et qu'un prédateur est généralement plus grand que sa proie.
(Dans le cas d'attaque en bande (par exemple dans le cas des lions), l'addition de la taille de la totalité des prédateurs dépasse celle de la proie).
Néanmoins ce critère possède ses limites car il existe des cas où la masse comme le volume des prédateurs peuvent être inférieurs à celui de la proie notamment si l'on considère l'homme (chasse à la baleine par exemple).
Il peut être complété par le devenir de l'hôte qui, dans le cas de la prédation, du moins si on en exclut l'alimentation herbivore, est systématiquement tué.


Parasitisme en médecine


Par convention, en médecine humaine et vétérinaire, on appelle parasite un métazoaire ou un protozoaire parasitant l'organisme et entraînant une parasitose (n'incluant donc ni virus (virose), ni bactérie (infection bactérienne), ni champignon (mycose) .

Exemples : plasmodies, tænias, leishmanias, sarcoptes, etc.

_________________
Le parasitisme Je-t-a10
Revenir en haut Aller en bas
http://jacotte26.forumactif.com
 
Le parasitisme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
chez Jacotte Mimi et leurs amis :: le savez vous?-
Sauter vers: